Thursday, January 19, 2017

Kabran v. Sharp Memorial Hosp., S227393

Statute of limitations: Deadline: Motion for a new trial: Reexamination: Posttrial motion: Jurisdictional: Civil procedure: Affidavits:

(…) We conclude that Code of Civil Procedure section 659a does not deprive a court of fundamental jurisdiction to consider affidavits submitted after the 30-day deadline set forth in the statute.  Because the Hospital did not object to the timeliness of the affidavits in the trial court, it may not raise this issue for the first time on appeal.  Accordingly, we affirm the judgment of the Court of Appeal.

On March 1, K. filed a notice of intent to move for a new trial, alleging newly discovered material evidence as a ground for the motion.  On March 6, the parties stipulated to a 20-day extension under Code of Civil Procedure section 659a for K. to file moving papers and affidavits in support of her motion for a new trial.  (All undesignated statutory references are to the Code of Civil Procedure.)  The trial court’s order granting the extension identified Monday, April 1, as the deadline for filing.  Because the César Chávez Day holiday fell on Sunday, March 31, that year, April 1 was a court holiday.  On April 2, K. served the Hospital and attempted to file with the court a memorandum of points and authorities along with two declarations — one by Dr. Guerad G., the other by Dr. Jeffrey G. — in support of her motion for a new trial. 

The series of events that gave rise to the issue before us began when K., in filing the memorandum and supporting affidavits on April 2, failed to pay the requisite filing fee.  On April 4, the clerk of court canceled the original April 2 time stamp and did not process the submissions.  Before the time stamp was canceled, however, K. obtained via an ex parte hearing on April 3 an order setting a new trial motion hearing for April 12 with a deadline for the Hospital’s opposition papers of April 10.  K.’s memorandum was stamped as received, with filing fees, on April 5; the G. and G. affidavits were filed on April 9.

The Hospital did not object to the admission of the memorandum or supporting affidavits on the ground that they were untimely filed.

On April 12, the trial court granted K.’s motion for a new trial on the grounds that “there is a probability that this new evidence [the autopsy findings] may render a different result in a new trial” and that the evidence “could not, with reasonable diligence, have been discovered and produced at trial.”

(…) The Court of Appeal disagreed with Erikson, 48 Cal.App.4th 1663, which had held that the 20-day extension in section 659a is the exclusive remedy for a failure to file within the initial 10-day period and so trial courts lack jurisdiction to consider affidavits filed after the 30-day aggregate period.  We granted review.

Sections 656 through 662 set forth when and how a party may move for a “re-examination of an issue of fact in the same court after a trial and decision by a jury, court, or referee.”  (§ 656.)  Sections 659, 659a, and 660 set forth the procedures and deadlines associated with litigating a new trial motion.  A party must file a notice of its intent to move for a new trial either between the rendering of a decision and the judgment being entered; or within 15 days after the clerk mailed, or the opposing party received service of, written notice of the judgment; or within 180 days after the judgment was entered, “whichever is earliest.”  (§ 659.)  Once jurisdiction is established by motion, the trial court has to rule on the motion within 60 days from the mailing or service of notice of judgment or, if no notice was given, within 60 days after the notice of intention to move for a new trial.  (§ 660.)

At the time K. submitted the G. affidavit, section 659a read as follows:  “Within 10 days of filing the notice, the moving party shall serve upon all other parties and file any affidavits intended to be used upon such motion.  Such other parties shall have ten days after such service within which to serve upon the moving party and file counter-affidavits.  The time herein specified may, for good cause shown by affidavit or by written stipulation of the parties, be extended by any judge for an additional period of not exceeding 20 days.”  (Former § 659a, as amended by Stats. 1989, ch. 1416, § 20, p. 6232.) 

“A motion for a new trial is ‘a new statutory proceeding, collateral to the original proceeding’ and constitutes a new action brought to set aside the judgment.”  (Spruce v. Wellman (1950) 98 Cal.App.2d 158, 161.)  Both the “right to move for a new trial” and the court’s jurisdiction to hear it are creatures of statute.  (Wagner v. Singleton (1982) 133 Cal.App.3d 69, 72; Witkin, Cal. Procedure (5th ed. 2008) Attack on Judgment in Trial Court, § 19, p. 601 [“there is no inherent power in the trial court to grant a new trial”].)  A trial court gains jurisdiction to hear such a motion only after a party files a timely notice of intent and judgment has been entered.  (Tabor v. Superior Court (1946) 28 Cal.2d 505, 508 [court had no jurisdiction to hear new trial motion filed before court signed and filed findings of fact and conclusion of law, and parties cannot overcome this jurisdictional defect by stipulation or waiver].)  Thus, a “trial court does not have the jurisdiction to make an order granting a new trial on its own motion.”  (Ehrler v. Ehrler (1981) 126 Cal.App.3d 147, 151.)  Nor is it “within the power of the litigants to invest the court with jurisdiction to hear and determine the motion for a new trial by consent, waiver, agreement or acquiescence.”  (City of Santa Barbara v. Superior Court (1966) 240 Cal.App.2d 612, 614.) 

Because the trial court’s jurisdiction to hear a new trial motion is contingent upon the moving party’s timely filing of notice, this court and the Courts of Appeal have repeatedly held that failure to adhere to the statutory provisions described above will make a subsequently granted new trial order reversible on appeal. 

In particular, the trial court loses jurisdiction to hear a new trial motion if no notice of intent is filed within 15 days of the mailing or service of notice of entry of judgment, or within 180 days of the entry of the judgment.  (§ 659, subd. (b) [“The times specified . . . shall not be extended by order or stipulation”]; see Neff v. Ernst (1957) 48 Cal.2d 628, 634 [“The time limit prescribed by law . . . is jurisdictional”]; Tri-County Elevator Co. v. Superior Court (1982) 135 Cal.App.3d 271, 274.) 

By contrast, the Courts of Appeal have consistently held that the 10-day deadline for the filing of affidavits is not jurisdictional.  A court may retroactively extend the deadline for filing to the full 30-day period even if the party did not seek an extension in advance.  (See Fredrics v. Paige (1994) 29 Cal.App.4th 1642, 1648; Boynton v. McKales (1956) 139 Cal.App.2d 777, 782.)

Here, the Hospital failed to challenge an affidavit filed after the 30-day aggregate period had expired.  Did the trial court have power to grant a new trial on the basis of that affidavit, or is such a new trial order void for lack of jurisdiction? 

“ ‘When courts use the phrase “lack of jurisdiction,” they are usually referring to one of two different concepts, although . . . the distinction between them is “hazy.” ’”  (People v. Lara (2010) 48 Cal.4th 216, 224 (Lara).)  A lack of fundamental jurisdiction is “ ‘an entire absence of power to hear or determine the case, an absence of authority over the subject matter or the parties.” [ . . . Fundamental jurisdiction cannot be conferred by waiver, estoppel, or consent.  Rather, an act beyond a court’s jurisdiction in the fundamental sense is null and void’ ab initio.  ‘Therefore, a claim based on a lack of . . . fundamental jurisdiction may be raised for the first time on appeal. ’ ”  (Id. at pp. 224–225.) 

Because a court that acts in excess of jurisdiction still has “jurisdiction over the subject matter and the parties in the fundamental sense” (Abelleira v. District Court of Appeal (1941) 17 Cal.2d 280, 288 (Abelleira)), any such act is “valid until set aside, and parties may be precluded from setting it aside by such things as waiver, estoppel, or the passage of time” (People v. Ruiz (1990) 217 Cal.App.3d 574, 584).  In contrast to errors concerning a court’s fundamental jurisdiction, “errors which are merely in excess of jurisdiction should be challenged directly . . . and are generally not subject to collateral attack once the judgment is final . . . . ”  (People v. American Contractors Indemnity Co. (2004) 33 Cal.4th 653, 661.)

“Unless the Legislature clearly expresses a contrary intent, time limits are typically deemed directory.”  (Allen, 42 Cal.4th at p. 102; see Correctional Peace Officers, 10 Cal.4th at p. 1145 [requirement that board issue disciplinary decision is directory].)

These presumptions are rebuttable.  We find time limits to have jurisdictional significance where the Legislature clearly so intends.

In construing section 659a, we begin “with the language of the statute, ‘giving the words their usual and ordinary meaning, while construing them in light of the statute as a whole and the statute’s purpose.’ ”  (Apple Inc. v. Superior Court (2013) 56 Cal.4th 128, 135.)  The text of section 659a does not reveal a clear legislative intent to deprive courts of the power to consider untimely filed affidavits.  As the Court of Appeal below observed, section 659a’s instruction that either party “shall” serve and file affidavits within 10 days does not necessarily imply the deadline is jurisdictional.  “The context of the language, as well as other indicia of legislative intent, must be considered” along with the choice of “may” or “shall.”  (Lara, supra, 48 Cal.4th at p. 227.)  

(…) (Section 659a was recently amended as part of a legislative effort to reconcile the deadlines and procedures for motions for a new trial, motions for judgment notwithstanding the verdict, and motions to vacate the judgment in an effort to reduce confusion among parties filing one or more of these related posttrial motions.  (Stats. 2014, ch. 93, § 2.).)

Because sections 659 and 660 dictate when litigation over a new trial motion may begin and when it must end, those deadlines are strictly enforced as jurisdictional.  Section 659a, by contrast, governs the dynamic period of litigation itself.  Section 659a’s deadlines aim to provide adequate time and flexibility for the parties to submit materials and respond to each other’s submissions, but the parties may reach stipulations or other arrangements in order to further what they mutually regard as a fair and efficient litigation process.  Trial courts have no sua sponte duty to monitor compliance with the deadlines for submitting affidavits; noncompliance, without objection by any party, does not deprive the court of jurisdiction to consider the affidavits.

In light of section 659a’s purposes as well as the presumption against depriving courts of jurisdiction and the absence of explicit language in section 659a doing so, we conclude that the 30-day aggregate period for the submission of affidavits is not jurisdictional.  We disapprove Erikson v. Weiner, 48 Cal.App.4th 1663, to the extent it is inconsistent with this opinion. (…) But: Here, the Hospital failed to assert a timeliness objection in the trial court.  The alleged untimeliness of K.'s affidavits cannot be raised for the first time on appeal and did not deprive the trial court of jurisdiction to consider them.

(Cal. S.C., January 19, 2017, Kabran v. Sharp Memorial Hosp., S227393).

Dans son dispositif, la Cour Suprême de Californie juge ici que la Section 659a du Code de procédure civile de l'état ne retire pas la compétence d'un Tribunal s'agissant de la prise en compte d'affidavits soumis après l'expiration du délai légal de 30 jours. Par ailleurs, comme la partie adverse a omis en première instance d'invoquer l'expiration du délai par une objection, dite partie ne saurait invoquer valablement ce moyen de défense pour la première fois en appel.

En fait, le 1er mars, K. déposa au Tribunal de première instance une "notice of intent", informant de son intention de solliciter un nouveau procès, motif pris de la découverte de nouveaux moyens de preuve. Le 6 mars, les parties ont convenu d'une prolongation de délai de 20 jours (s'ajoutant aux 10 jours initiaux) selon la Section 659a du Code de procédure civile pour le dépôt de la motion requérant une nouvelle procédure et pour le dépôt des affidavits à l'appui de la motion. L'Ordonnance du Tribunal accordant la prolongation de délai a identifié le 1er avril comme terme du délai. Le 1er avril comptant cette année-là dans les féries judiciaires, ce terme a été reporté au 2 avril. Le 2 avril, K. notifia à l'Hôpital, et tenta de notifier à la cour, un mémorandum décrivant ses arguments, motivés en droit, accompagné de deux déclarations de médecins, le tout à l'appui de sa motion requérant un nouveau procès.

Les événements à l'origine de la présente procédure découlent du fait que K. a omis de payer l'avance de frais de justice avant le 2 avril. Le 4 avril, le greffier a annulé le terme du 2 avril et n'a pas fait suivre les documents remis par K. le 2 avril. Avant cette annulation, cependant, K. a obtenu une Ordonnance à l'issue d'une audience "ex parte" tenue le 3 avril, à laquelle elle avait donc seule comparu. L'Ordonnance fixait au 12 avril la date de l'audience pour débattre de la motion requérant un nouveau procès, et fixait au 10 avril la date jusqu'à laquelle l'Hôpital pouvait notifier ses arguments motivés en droit. Le mémorandum de K. portait le timbre du jour de sa réception, accompagné de l'avance de frais, soit le 5 avril. Les affidavits des deux médecins ont été déposés le 9 avril.

L'Hôpital n'a pas objecté à l'admission du mémorandum et des affidavits.

Le 12 avril, la cour de première instance a fait droit à la requête en nouveau procès, au motif qu'il existait une probabilité que le nouveau moyen de preuve (le rapport d'autopsie) pouvait entraîner un résultat différent à l'issue d'un nouveau procès, ledit moyen de preuve n'étant pas susceptible d'avoir pu être découvert plus tôt par quelqu'un de raisonnablement diligent, ni susceptible d'avoir pu être produit dans la première procédure.

Les Sections 656 à 662 du Code de procédure civile prescrivent quand et comment une partie peut requérir un nouvel examen d'une question de fait devant le même Tribunal après une procédure complète et une décision rendue par un Jury, un Tribunal ou un arbitre. Les Sections 659, 659a, et 660 décrivent la procédure et les délais associés à la motion requérant un nouveau procès. Une partie doit notifier son intention de déposer une requête sollicitant le nouveau procès : entre la date de la décision contestée et la date du Jugement formel, ou dans les 15 jours après que le greffe ait posté, ou après que l'adverse partie ait reçu, la notification écrite du Jugement, ou dans les 180 jours après la date du Jugement. Sera retenue de ces trois alternatives celle qui se présente le plus tôt. Une fois que la compétence juridictionnelle est établie par motion, la cour doit se prononcer à son sujet dans les 60 jours à compter du jour où le Jugement a été posté ou à compter du jour de la notification dudit Jugement, ou encore, si aucune notification n'a eu lieu, dans les 60 jours après la notification de l'intention de requérir un nouveau procès.

Au moment où K. a soumis l'un de ses affidavits, la Section 659a stipulait que dans les 10 jours suivant le dépôt de son intention de requérir une nouvelle procédure, la partie requérante devait notifier aux autres parties et déposer au Tribunal les affidavits à l'appui de sa requête. Les autres parties avaient ensuite 10 jours pour notifier et déposer leurs contre-affidavits. Ces deux délais pouvaient, pour justes motifs démontrés par affidavit ou par stipulation écrite des parties, être prolongés par un Juge pour une durée additionnelle ne dépassant pas 20 jours.

Une motion concluant à un nouveau procès s'analyse en une nouvelle procédure, de nature collatérale, et constitue une nouvelle action déposée en vue d'annuler le premier Jugement. Aussi bien le droit de déposer une telle motion que la compétence du Tribunal sont des créations légales. Il n'existe pas de compétence inhérente de la cour d'accorder un nouveau procès. La compétence de la cour de première instance prend naissance lors du dépôt de la "notice of intent" et après que le Jugement ait été rendu et notifié. Les parties ne peuvent pas conférer une compétence à une date antérieure par accord ou par "waiver". Par conséquent, une Ordonnance accordant un nouveau procès alors que les conditions légales ne sont pas respectées est annulable en appel.

En particulier, la cour de première instance perd la compétence de connaître une motion requérant nouveau procès si aucune "notice of intent" n'est déposée dans les 15 jours dès l'envoi par la cour du Jugement ou dès sa notification, ou dans les 180 jours dès le Jugement rendu. Ces délais ne peuvent pas être prolongés par Ordonnance ni par accord des parties. Ces délais sont "jurisdictional".

Par contraste, les cours d'appel fédérales ont jugé de manière consistante que le délai de 10 jours pour déposer des affidavits n'est pas de nature "juridictional". Un Tribunal peut prolonger rétroactivement ce délai jusqu'à 30 jours, même si la partie n'a pas demandé de prolongation.

En l'espèce, l'Hôpital n'a pas objecté au dépôt d'un affidavit après le délai agrégé de 30 jours. La cour de première instance est-elle compétente pour accorder un nouveau procès sur la base de l'affidavit, ou alors l'Ordonnance accordant un nouveau procès est-elle nulle pour défaut de juridiction ?

Quand les Tribunaux utilisent la phrase "défaut de juridiction", ils se référent usuellement à l'une ou l'autre de deux théories, bien que la distinction entre elles soit floue.

Un défaut de "fundamental jurisdiction" est une absence complète de compétence d'entrer en matière ou de se prononcer dans un cas d'espèce, une absence de compétence matérielle ou quant aux parties. "Fundamental jurisdiction" ne peut pas être attribuée par "waiver", par "estoppel", ni par convention des parties. Bien plutôt, un acte au-delà de la compétence de la cour est nul ab initio. C'est pourquoi une partie peut se prévaloir d'un défaut d'une telle compétence pour la première fois en appel.

Par contraste, une cour qui excède ses compétences n'en reste pas moins compétente pour instruire et juger le cas d'espèce qui oppose deux parties définies, de sorte que l'acte qui excède les compétences est valide jusqu'à ce qu'il soit annulé. Les parties peuvent être empêchées d'annuler l'acte par un "waiver", par le mécanisme de l'"estoppel", ou par le passage du temps. Cet acte doit être contesté par voie directe et ne peut généralement pas l'être par voie collatérale une fois que le Jugement est final.

A moins que le législateur n'exprime clairement une intention contraire, les délais sont typiquement "directory". Cette présomption est réfragable. Les Tribunaux ne qualifient les délais de juridictionnels que si le législateur entend clairement les qualifier ainsi.

En interprétant la Section 659a, la Cour commence par l'examen des termes de la loi, en donnant aux mots leur sens usuel et ordinaire, tout en les considérant à la lumière du schéma législatif dans son ensemble, ainsi qu'à la lumière du but de la loi. Le texte de la Section 659a ne révèle pas d'intention claire du législateur de priver les Tribunaux de la compétence de considérer des affidavits déposés hors délai. La Section 659a dispose qu'une partie doit ("shall") notifier à l'adverse partie et déposer au Tribunal ses affidavits dans les 10 jours, ce qui ne signifie pas encore que ce délai soit de nature juridictionnelle. C'est qu'en effet, doivent aussi être considérés le contexte de cette formulation, ainsi que d'autres indices de l'intention du législateur. Le choix de "may" ou de "shall" n'étant qu'un indice parmi d'autres.

Les Sections 659 et 660 prescrivent à quels moments commence et se termine la procédure relative à la motion requérant un nouveau procès. Ces deux délais sont strictement respectés et leur nature est juridictionnelle. Par contraste, la Section 659a régit la dynamique de la période de la procédure elle-même. Le but des délais fixés par dite Section est de procurer des périodes de temps adéquates et de la flexibilité permettant aux parties de soumettre leurs mémoires et moyens, ainsi que de répondre à ceux de l'adverse partie, lesquelles parties pouvant convenir d'autres délais conformes à ce qu'elles considèrent mutuellement comme une procédure équitable et efficiente. Les Tribunaux n'ont pas l'obligation de relever d'office le délai, échu, pour soumettre des affidavits. Manquer à respecter ce délai, sans objection par la partie adverse, ne retire pas au Tribunal sa compétence de considérer les affidavits.

Par conséquent, à la lumière des buts de la Section 659a et au regard de la présomption en défaveur d'une absence de compétence de la cour, et considérant l'absence d'une formulation légale explicite retirant dite compétence, la Cour conclut en l'espèce que la période agrégée de 30 jours pour soumettre les affidavits n'est pas de nature juridictionnelle. 

No comments:

Post a Comment