Monday, November 9, 2015

Mullenix v. Luna, Docket 14-1143, Per Curiam

Immunity, qualified immunity, 42 U.S.C. §1983:

42 U. S. C. §1983: Civil action for deprivation of rights: Every person who, under color of any statute, ordinance, regulation, custom, or usage, of any State or Territory or the District of Columbia, subjects, or causes to be subjected, any citizen of the United States or other person within the jurisdiction thereof to the deprivation of any rights, privileges, or immunities secured by the Constitution and laws, shall be liable to the party injured in an action at law, suit in equity, or other proper proceeding for redress, except that in any action brought against a judicial officer for an act or omission taken in such officer's judicial capacity, injunctive relief shall not be granted unless a declaratory decree was violated or declaratory relief was unavailable. For the purposes of this section, any Act of Congress applicable exclusively to the District of Columbia shall be considered to be a statute of the District of Columbia.

On the night of March 23, 2010, Sergeant R. B. of the Tulia, Texas Police Department followed I. L., Jr., to a drive-in restaurant, with a warrant for his arrest. 773 F. 3d 712, 715–716 (CA5 2014). When B. approached L.’s car and informed him that he was under arrest, L. sped off, headed for Interstate 27. 2013 WL 4017124, *1 (ND Tex., Aug. 7, 2013). B. gave chase and was quickly joined by Trooper G. R. of the Texas Department of Public Safety (DPS). 773 F. 3d, at 716.

L. entered the interstate and led the officers on an18-minute chase at speeds between 85 and 110 miles per hour. Ibid. Twice during the chase, L. called the Tulia Police dispatcher, claiming to have a gun and threatening to shoot at police officers if they did not abandon their pursuit. The dispatcher relayed L.’s threats, together with a report that L. might be intoxicated, to all con­cerned officers.
As B. and R. maintained their pursuit, other law enforcement officers set up tire spikes at three loca­tions. DPS Trooper Chadrin Mullenix also responded. He drove to the Cemetery Road overpass, initially intending to set up a spike strip there. Upon learning of the other spike strip positions, however, Mullenix began to consider another tactic: shooting at L.’s car in order to disable it. 2013 WL 4017124, *1. Mullenix had not received training in this tactic and had not attempted it before. Approximately three minutes after Mullenix took up his shooting position, he spotted L.’s vehicle, with R. in pursuit. As L. approached the overpass, Mul­lenix fired six shots. It was later determined that L. had been killed by Mullenix’s shots, four of which struck his upper body. There was no evi­dence that any of Mullenix’s shots hit the car’s radiator, hood, or engine block.

Respondents sued Mullenix under Rev. Stat. §1979, 42 U. S. C. §1983, alleging that he had violated the Fourth Amendment by using excessive force against L. Mul­lenix moved for summary judgment on the ground of qualified immunity, but the District Court denied his motion, finding that “there are genuine issues of fact as to whether Trooper Mullenix acted recklessly, or acted as a reasonable, trained peace officer would have acted in the same or similar circumstances.” 2013 WL 4017124, *6.

Mullenix appealed, and the Court of Appeals for the Fifth Circuit affirmed. 765 F. 3d 531 (2014). The court agreed with the District Court that the “immediacy of the risk posed by L. is a disputed fact that a reasonable jury could find either in the plaintiffs’ favor or in the officer’s favor, precluding us from concluding that Mul­lenix acted objectively reasonably as a matter of law.” Id., at 538.

We address only the qualified immunity question, not whether there was a Fourth Amendment violation in the first place, and now reverse.

The doctrine of qualified immunity shields officials from civil liability so long as their conduct “‘does not violate clearly established statutory or constitutional rights of which a reasonable person would have known.’” Pearson v. Callahan, 555 U. S. 223, 231 (2009) (quoting Harlow v. Fitzgerald, 457 U. S. 800, 818 (1982)). A clearly estab­lished right is one that is “sufficiently clear that every reasonable official would have understood that what he is doing violates that right.” Reichle v. Howards, 566 U. S. ___, ___ (2012) (slip op., at 5). “We do not require a case directly on point, but existing precedent must have placed the statutory or constitutional question beyond debate.” Ashcroft v. al-Kidd, 563 U. S. 731, 741 (2011). Put simply, qualified immunity protects “all but the plainly incompe­tent or those who knowingly violate the law.” Malley v. Briggs, 475 U. S. 335, 341 (1986).
“We have repeatedly told courts . . . not to define clearly established law at a high level of generality.” al-Kidd, supra, at 742. The dispositive question is “whether the violative nature of particular conduct is clearly estab­lished.” Ibid.  This inquiry “‘must be undertaken in light of the specific context of the case, not as a broad general proposition.’” Brosseau v. Haugen, 543 U. S. 194, 198 (2004) (per curiam) (quoting Saucier v. Katz, 533 U. S. 194, 201 (2001)). Such specificity is espe­cially important in the Fourth Amendment context, where the Court has recognized that “it is sometimes difficult for an officer to determine how the relevant legal doctrine, here excessive force, will apply to the factual situation the officer confronts.” 533 U. S., at 205. In this case, the Fifth Circuit held that Mullenix violated the clearly established rule that a police officer may not “‘use deadly force against a fleeing felon who does not pose a sufficient threat of harm to the officer or others.’” 773 F. 3d, at 725. Yet this Court has previously considered—and rejected—almost that exact formulation of the quali­fied immunity question in the Fourth Amendment context. The correct inquiry, the Court explained, was whether it was clearly established that the Fourth Amendment prohibited the officer’s conduct in the “‘situation she confronted’: whether to shoot a disturbed felon, set on avoiding capture through vehicular flight, when persons in the immediate area are at risk from that flight.”

Anderson v. Creighton, 483 U. S. 635 (1987), is also instructive on the required degree of specificity. There, the lower court had denied qualified immunity based on the clearly established “right to be free from warrantless searches of one’s home unless the searching officers have probable cause and there are exigent circumstances.” Id., at 640. This Court faulted that formulation for failing to address the actual question at issue: whether “the circum­stances with which Anderson was confronted . . . consti­tuted probable cause and exigent circumstances.” Id., at 640–641. Without answering that question, the Court explained, the conclusion that Anderson’s search was objectively unreasonable did not “follow immediately” from—and thus was not clearly established by—the prin­ciple that warrantless searches not supported by probable cause and exigent circumstances violate the Fourth Amendment. Id., at 641.

In this case, Mullenix confronted a reportedly intoxicated fugitive, set on avoiding capture through high-speed vehicular flight, who twice during his flight had threat­ened to shoot police officers, and who was moments away from encountering an officer at Cemetery Road. The relevant inquiry is whether existing precedent placed the conclusion that Mullenix acted unreasonably in these circumstances “beyond debate.” al-Kidd, supra, at 741. The general principle that deadly force requires a suffi­cient threat hardly settles this matter.

In Brosseau itself, the Court held that an officer did not violate clearly established law when she shot a fleeing suspect out of fear that he endangered “other officers on foot who she believed were in the im­mediate area,” “the occupied vehicles in his path,” and “any other citizens who might be in the area.” 543 U. S., at 197. The threat L. posed was at least as immediate as that presented by a suspect who had just begun to drive off and was headed only in the general direction of officers and bystanders. Id., at 196– 197. By the time Mullenix fired, L. had led police on a 25-mile chase at extremely high speeds, was reportedly intoxicated, had twice threatened to shoot officers, and was racing towards an officer’s location.

None of our precedents “squarely governs” the facts here. Given L.’s conduct, we cannot say that only someone “plainly incompetent” or who “knowingly violates the law” would have perceived a sufficient threat and acted as Mullenix did. Malley, 475 U. S., at 341.

The dissent repeats the Fifth Cir­cuit’s error. It defines the qualified immunity inquiry at a high level of generality—whether any governmental inter­est justified choosing one tactic over another—and then fails to consider that question in “the specific context of the case.” Brosseau v. Haugen, 543 U. S., at 198.

We grant Mullenix’s petition for certiorari and reverse the Fifth Circuit’s determination that Mullenix is not entitled to qualified immunity.

(U.S.S.Ct., November 9, 2015, Mullenix v. Luna, Docket 14-1143, Per Curiam, J. Scalia concurring in the judgment, and J. Sotomayor, dissenting).

Immunité octroyée à un officier de police pour un acte entrepris dans l’exercice de ses fonctions : action au sens de 42 U.S.C. §1983 : la nuit du 23 mars 2010, le Sergent R.B. suivit I.L. jusqu’à un restaurant, muni d’un mandat permettant son arrestation. Lorsque le Sergent B. s’approcha de la voiture de L., et informa celui-ci qu’il était en état d’arrestation, L. démarra en direction de l’autoroute I-27. Le Sergent B. le prit en chasse et fut rapidement rejoint par le Trooper G.R.

L. est entré sur l’autoroute et a contraint les officiers de police à une poursuite de 18 minutes à des vitesses comprises entre 85 et 110 miles par heure. A deux reprises pendant la poursuite, L. contacta le central de la police, affirmant disposer d’une arme à feu et menaçant de tirer contre les policiers s’ils n’abandonnaient pas leur poursuite. Le central relaya aux policiers concernés les menaces de L. avec un rapport selon lequel L. pourrait être sous l’influence de substances. Tandis que les policiers B. et R. continuaient la poursuite, d’autres représentants des forces de l’ordre établirent une herse à travers la route, cela à trois endroits différents. Mullenix, Trooper pour le Département de la Sécurité Publique, participa également à l’intervention. Il se dirigea jusqu’au viaduc de Cemetery Road, avec l’intention initiale de dresser une herse à cet endroit. Mais après avoir appris le lieu de situation des autres herses, Mullenix commença à considérer une autre stratégie, soit tirer contre le véhicule de L. pour l’empêcher de poursuivre sa route. Mullenix n’avait pas été entraîné à cette tactique et ne l’avait pas pratiquée auparavant. Approximativement trois minutes après qu’il se soit positionné pour le tir, Mullenix aperçut le véhicule de L., poursuivi par l’officier R. Tandis que L. s’approchait du viaduc, Mullenix tira à six reprises. Il a été déterminé ultérieurement que L. avait été tué par les tirs de Mullenix, quatre tirs ayant atteint son buste. Aucune preuve n’a démontré que l’un des tirs aurait touché le radiateur du véhicule, son capot ou son moteur.

Des lésés ont actionné Mullenix sous l’angle de 42 U.S.C. §1983, soutenant que celui-ci avait porté atteinte au Quatrième Amendement par l’usage d’une force excessive contre L. Se prévalant de son immunité, Mullenix a requis de la cour le prononcé d’un jugement sommaire. La cour de district fédérale a rejeté sa requête, observant que l’affaire présentait des questions de fait déterminantes, à savoir 1) la question d’établir si Mullenix avait agi de manière grossièrement négligente, ou 2) la question de savoir s’il avait agi comme l’aurait fait un officier de police raisonnable et entraîné placé dans des circonstances identiques ou similaires. Cette décision a été confirmée en appel par le Cinquième Circuit fédéral. La cour d’appel précisa que l’immédiateté du risque posé par L. était une question de fait contestée qu’un jury raisonnable pourrait trancher soit en faveur des lésés, soit en faveur de l’officier de police, empêchant ainsi la cour, dans le cadre d’une procédure sommaire, de juger que Mullenix avait en droit agi objectivement d’une manière raisonnable.

La Cour Suprême fédérale ne tranche en l’espèce que la question de l’immunité de l’officier de police, et non celle de savoir si une atteinte au Quatrième Amendement avait ou non été commise préalablement. La Cour Suprême renverse la décision du Cinquième Circuit.

La doctrine de l’immunité qualifiée dont il est question ici protège les officiers de police et autres employés publics de toute responsabilité civile aussi longtemps que leur conduite ne porte pas atteinte à des droits clairement établis par une loi au sens formel ou par la Constitution, droits qui auraient été connus d’une personne raisonnable. Un droit peut être qualifié de clairement établi quand tout employé public raisonnable aurait compris qu’un acte donné portait atteinte à ce droit. La Cour n’exige pas qu’une décision de justice consacre ce caractère clairement établi pour reconnaître une telle nature à un droit, mais la jurisprudence doit avoir placé la question légale ou constitutionnelle au-delà de tout débat. Plus simplement, la doctrine de l’immunité protège « chaque employé public, sauf celui dont la conduite relève de l’incompétence manifeste ou celui qui porte consciemment atteinte à la loi ».

La Cour Suprême a répété au long de sa jurisprudence qu’un droit clairement établi ne doit pas être défini de manière générale. Il convient bien plutôt de se demander si une violation, résultant d’une conduite particulière, est clairement établie ou non. Cette question doit être élucidée à la lumière du contexte spécifique d’un cas d’espèce. Une telle spécificité est particulièrement importante dans le cadre du Quatrième Amendement : la Cour a reconnu qu’il est parfois difficile pour un officier de police de déterminer comment la théorie juridique relevante (ici l’usage d’une force excessive) s’applique à la situation de fait qu’il rencontre. Dans la présente affaire, le Cinquième circuit a jugé que Mullenix avait porté atteinte à la règle clairement établie interdisant à un officier de police d’utiliser un moyen létal contre l’auteur d’un crime en fuite qui ne pose pas de menace suffisante de préjudice à une personne. Cela sans tenir compte de ce que la présente Cour avait antérieurement considéré, et rejeté, soit presque exactement la même formulation de la question de l’immunité qualifiée dans le cadre du Quatrième Amendement.

Ainsi, selon la Cour, l’analyse correcte consiste à se demander s’il était clairement établi que le Quatrième Amendement prohibait l’ acte de l’officier de police dans la situation rencontrée, l’acte consistant ici à faire feu en direction d’un criminel perturbé, fuyant sa capture à bord d’un véhicule automobile lancé à pleine vitesse, alors que des personnes dans le voisinage immédiat se trouvent dans une situation de risque du fait du comportement du criminel.

A titre d’exemple du degré requis de spécificité, une cour inférieure a jugé dans une autre affaire que l’immunité qualifiée ne pouvait pas être accordée considérant le droit clairement établi de ne pas voir sa maison fouillée sans mandat, à moins que l’officier de police procédant à la fouille disposait d’un motif vraisemblable et que les circonstances exigeaient une intervention sans mandat. Certes, mais la Cour Suprême a critiqué l’usage fait – dans cette affaire - de cette formulation, précisant qu’il manquait d’adresser la question posée concrètement par le cas d’espèce, soit déterminer si les circonstances rencontrées par l’officier Anderson constituaient une cause suffisante pour l’intervention, et si les circonstances étaient suffisamment exigeantes pour la justifier  (Anderson v. Creighton (1987)). Sans répondre à cette question, continua la Cour, la conclusion que la fouille menée par Anderson était objectivement déraisonnable ne découle pas immédiatement du principe selon lequel les fouilles sans mandat, qui ne sont pas supportées par une cause vraisemblable ni par des circonstances exigeantes, portent atteinte au Quatrième Amendement. Dite conclusion n’était ainsi pas clairement établie par le principe précité.

En l’espèce et encore une fois, Mullenix fit face à un fugitif décrit comme sous influence, déterminé à éviter son arrestation par une fuite à haute vitesse dans un véhicule automobile, qui avait menacé par deux fois durant sa fuite de tirer contre des officiers de police, et qui était sur le point de croiser l’un de ces officiers à Cemetery Road. L’analyse relevante consiste à déterminer si la jurisprudence impose la conclusion que Mullenix avait agi, dans ces circonstances, sans l’ombre d’un doute de manière déraisonnable. Le principe général selon lequel l’usage légal de la force létale implique une menace suffisante ne répond guère à cette question.

Dans sa décision Brosseau (543 U.S. 197), la Cour a jugé qu’un officier de police ne portait pas atteinte au droit clairement établi lorsqu’il fit feu contre un suspect en fuite, craignant qu’il ne puisse mettre en danger d’autres officiers à pied supposés présents sur zone, ou des véhicules occupés qu’il aurait pu croiser, ou d’autres personnes qui auraient pu se trouver à proximité. La menace posée par L. était au moins aussi immédiate que celle posée par un suspect qui venait de se mettre au volant et qui ne se dirigeait que dans la direction générale des officiers et des passants. Au moment où Mullenix avait fait feu, L. avait déjà imposé aux forces de police une course-poursuite de 25 miles à des vitesses extrêmement élevées. Il était décrit en outre comme sous l’influence de substances. Il avait par deux fois menacé de tirer sur des officiers, et il se dirigeait à grande vitesse en direction du lieu où l’un d’eux se trouvait.

Aucune jurisprudence de la Cour ne régit clairement la situation que présente cette affaire. Considérant le comportement de L., la Cour ne peut pas dire que seul quelqu’un de manifestement incompétent, ou qui viole la loi de manière consciente, aurait perçu une menace suffisante et aurait agi comme Mullenix.

No comments:

Post a Comment