Monday, December 14, 2015

White v. Wheeler, Docket 14-1372, Per Curiam

Jury selection: Sixth Amendment: voir dire: excusing a juror: death case: AEDPA: habeas corpus review: harmless-error: during the jury selection process, the state trial court excused a juror after concluding he could not give sufficient assurance of neutrality or impar­tiality in considering whether the death penalty should be imposed. The Court of Appeals, despite the substantial deference it must accord to state-court rulings in federal habeas proceedings, determined that excusing the juror in the circumstances of this case violated the Sixth and Fourteenth Amendments. That ruling contravenes con­trolling precedents from this Court, and it is now neces­sary to reverse the Court of Appeals.

During voir dire, Juror 638 gave equivocal and incon­sistent answers when questioned about whether he could consider voting to impose the death penalty. In response to the judge’s questions about his personal beliefs on the death penalty, Juror 638 said, “I’m not sure that I have formed an opinion one way or the other. I believe there are arguments on both sides of the—of it.” When asked by the prosecution about his ability to consider all available penalties, Juror 638 noted he had “never been confronted with that situation in a, in a real-life sense of having to make that kind of determina­tion.” “So it’s difficult for me,” he explained, “to judge how I would I guess act, uh.” The prosecu­tion sought to clarify Juror 638’s answer, asking if the juror meant he was “not absolutely certain whether he could realistically consider” the death penalty. Juror 638 replied, “I think that would be the most accurate way I could answer your question.” Later, however, he expressed his belief that he could consider all the penalty options.

The prosecution moved to strike Juror 638 for cause based on his inconsistent replies, as illustrated by his statement that he was not absolutely certain he could realistically consider the death penalty. The judge struck Juror 638 for cause.

The case proceeded to trial. Respondent was convicted of murders and sentenced to death. The Kentucky Supreme Court affirmed the convictions and the sentence. Wheeler v. Commonwealth, 121 S. W. 3d 173, 189 (2003). In considering respondent’s challenges to the trial court’s excusal of certain jurors for cause, the Kentucky Supreme Court held that the trial judge “appropriately struck for cause those jurors that could not impose the death penalty. . . . There was no error and the rights of the defendant to a fair trial by a fair and impartial jury . . . under both the federal and state constitutions were not violated.” Id., at 179.

After exhausting available state postconviction proce­dures, respondent sought a writ of habeas corpus under 28 U. S. C. §2254 from the United States District Court for the Western District of Kentucky. He asserted, inter alia, that the Kentucky trial court erred in striking Juror 638 during voir dire on the ground that the juror could not give assurances that he could consider the death penalty as a sentencing option. The District Court dismissed the petition; but a divided panel of the Court of Appeals for the Sixth Circuit reversed, granting habeas relief as to respondent’s sentence. Wheeler v. Simpson, 779 F. 3d 366, 379 (2015). While acknowledging the deferential standard required on federal habeas review of a state conviction, the Court of Appeals held that allowing the exclusion of Juror 638 was an unreasonable application of Witherspoon v. Illinois, 391 U. S. 510 (1968), Wainwright v. Witt, 469 U. S. 412 (1985), and their progeny. 779 F. 3d, at 372–374.

Under the Antiterrorism and Effective Death Penalty Act of 1996 (AEDPA), habeas relief is authorized if the state court’s decision “was contrary to, or involved an unreasonable application of, clearly established Federal law, as determined by the Supreme Court of the United States.” 28 U. S. C. §2254(d)(1). This Court, time and again, has instructed that AEDPA, by setting forth neces­sary predicates before state-court judgments may be set aside, “erects a formidable barrier to federal habeas relief for prisoners whose claims have been adjudicated in state court.” Burt v. Titlow, 571 U. S. ___, ___ (2013) (slip op., at 6). Under §2254(d)(1), “ ‘a state prisoner must show that the state court’s ruling on the claim being presented in federal court was so lacking in justification that there was an error well understood and comprehended in exist­ing law beyond any possibility for fairminded disagree­ment.’” White v. Woodall, 572 U. S. ___, ___ (2014) (slip op., at 4) (quoting Harrington v. Richter, 562 U. S. 86, 103 (2011)).

In Witherspoon, this Court set forth the rule for juror disqualification in capital cases. Witherspoon recognized that the Sixth Amendment’s guarantee of an impartial jury confers on capital defend­ants the right to a jury not “uncommonly willing to con­demn a man to die.” 391 U. S., at 521. But the Court with equal clarity has acknowledged the State’s “strong interest in having jurors who are able to apply capital punishment within the framework state law prescribes.” Uttecht v. Brown, 551 U. S. 1, 9 (2007). To ensure the proper bal­ance between these two interests, only “a juror who is substantially impaired in his or her ability to impose the death penalty under the state-law framework can be excused for cause.” Ibid. As the Court explained in Witt, a juror may be excused for cause “where the trial judge is left with the definite impression that a prospective juror would be unable to faithfully and impartially apply the law.” 469 U. S., at 425–426.

While the Court of Appeals acknowledged that deference was required under AEDPA, it failed to ask the critical question: Was the Kentucky Supreme Court’s decision to affirm the excusal of Juror 638 for cause “‘so lacking in justification that there was an error well understood and comprehended in existing law beyond any possibility for fairminded disagreement’ ”? Woodall, supra, at ___ (slip op., at 4) (quoting Harrington, supra, at 103).

The Court of Appeals did not properly apply the defer­ence it was required to accord the state-court ruling. A fairminded jurist could readily conclude that the trial judge’s exchange with Juror 638 reflected a “diligent and thoughtful voir dire”; that she considered with care the juror’s testimony; and that she was fair in the exercise of her “broad discretion” in determining whether the juror was qualified to serve in this capital case. Uttecht, 551 U. S., at 20. Juror 638’s answers during voir dire were at least ambiguous as to whether he would be able to give appropriate consideration to imposing the death penalty. And as this Court made clear in Uttecht, “when there is ambiguity in the prospective juror’s statements,” the trial court is “‘entitled to resolve it in favor of the State.’” Id., at 7 (quoting Witt, supra, at 434).

The juror’s confirmation that he was “not absolutely certain whether he could realistically consider” the death penalty, was a reasonable basis for the trial judge to conclude that the juror was unable to give that penalty fair considera­tion. The trial judge’s decision to excuse Juror 638 did not violate clearly established federal law by concluding that Juror 638 was not qualified to serve as a member of this capital jury. See Witt, supra, at 424–426. And simi­larly, the Kentucky Supreme Court’s ruling that there was no error is not beyond any possibility for fairminded disagreement.

The Court of Appeals’ conclusion conflicts with the meaning and holding of Uttecht and with a common-sense understanding of the jury selection process. Nothing in Uttecht limits the trial court to evaluating demeanor alone and not the substance of a juror’s response. And the im­plicit suggestion that a trial judge is entitled to less defer­ence for having deliberated after her initial ruling is wrong. In the ordinary case the conclusion should be quite the opposite. It is true that a trial court’s contemporane­ous assessment of a juror’s demeanor, and its bearing on how to interpret or understand the juror’s responses, are entitled to substantial deference; but a trial court ruling is likewise entitled to deference when made after a careful judge chooses to reflect and deliberate further, as this trial judge did after the proceedings recessed for the day, that is not to be faulted.

The Kentucky Supreme Court was not unreasonable in its application of clearly established federal law when it concluded that the exclusion of Juror 638 did not violate the Sixth Amendment.

Given this conclusion, there is no need to consider petitioner’s further contention that, if there were an error by the trial court in excluding the juror, it should be subject to harmless-error analysis.

(U.S.S.C., Dec. 14, 2015, White v. Wheeler, Docket 14-1372, Per Curiam).

Sélection des Jurés, conformité au Sixième Amendement, examen des Jurés potentiels pendant la procédure de « voir dire », dispense d’un Juré potentiel de son obligation de servir dans le Jury à constituer, application dans les procès pouvant déboucher sur une condamnation à la peine capitale. Prise en compte de la théorie de l’erreur sans effet sur le jugement ?

Pendant la procédure de sélection des Jurés, la cour de première instance de l’état dispensa un Juré potentiel après avoir conclu qu’il ne pouvait pas donner une assurance d’impartialité et de neutralité suffisante au moment où il aurait à considérer le prononcé – ou non – de la peine capitale. Puis la cour d’appel fédérale, malgré la déférence substantielle qu’elle doit accorder aux décisions des cours des états dans des procédures d’habeas fédérales, détermina qu’excuser un Juré potentiel dans les circonstances de cette affaire portait atteinte au Sixième et au Quatorzième Amendement. Dite détermination de la cour d’appel n’est pas conforme à la jurisprudence de la Cour Suprême fédérale. La détermination est dès lors renversée en l’espèce.

Pendant la procédure de « voir dire », le Juré 638 donna des réponses équivoques et inconsistantes à la question de savoir s’il pouvait concevoir voter pour condamner à la peine capitale. En réponse aux questions du Juge portant sur ses conceptions en la matière, le Juré s’exprima ainsi : je ne suis pas sûr avoir formé une opinion pour ou contre. Je crois qu’il existe des arguments soutenant chacun de ces points de vue.
Puis le Juré fut questionné par le Procureur, qui lui demanda s’il pouvait considérer toute la palette des peines à disposition. Le Juré observa qu’il n’avait jamais été confronté avec cette situation de manière concrète, de sorte qu’il lui était difficile d’apprécier comment il pourrait cas échéant agir. Le Procureur chercha ensuite à clarifier la réponse du Juré 638, en lui demandant s’il n’était pas absolument certain de pouvoir réalistement considérer la peine de mort. Le Juré répondit que la formulation-même de la question reflétait le plus précisément la réponse qu’il pouvait apporter. Cependant, plus tard, le Juré estima qu’il pouvait considérer l’ensemble des peines.

L’accusation déposa une requête en dispense du Juré, fondée sur ses réponses inconsistantes, illustrées par sa déclaration selon laquelle il n’était pas absolument certain de pouvoir considérer la peine de mort de manière réaliste. Le Juge écarta le Juré pour cette raison.

Le procès suivit son cours devant le Jury, et l’accusé fut reconnu coupable de deux meurtres, puis condamné à la peine de mort. Saisie, la Cour Suprême du Kentucky affirma et la culpabilité et la peine retenue. En réponse aux arguments du condamné contestant l’éviction de certains Jurés, la Cour Suprême du Kentucky jugea que le Tribunal pénal de première instance avait à juste titre écarté les Jurés qui ne pouvaient pas imposer la peine de mort. Le Tribunal n’avait ainsi pas commis d’erreur, et les droits du prévenu à un procès équitable par un Jury équitable et impartial, au sens des Constitution fédérale et de l’état, n’avaient nullement été violés.

Après avoir épuisé les voies de recours étatiques, le condamné déposa une requête d’habeas corpus (28 U.S.C. §2254) devant la cour de district fédérale pour le district ouest du Kentucky. Il soutint notamment que la cour pénale de première instance avait commis une erreur de droit pendant la procédure de « voir dire », en écartant le Juré 638 au motif qu’il ne pouvait donner l’assurance de considérer la peine de mort comme une peine possible. La cour de district fédérale rejeta la requête. Mais la cour d’appel fédérale pour le Sixième Circuit renversa cette dernière décision, octroyant le remède de l’habeas s’agissant de la peine retenue. La cour d’appel a reconnu qu’elle était tenue d’appliquer un standard de déférence en revoyant en procédure fédérale d’habeas une condamnation pénale prononcée par la cour d’un état. Mais elle jugea que l’éviction du Juré 638 constituait une application erronée de la jurisprudence de la Cour Suprême fédérale.

Au sens de l’AEDPA de 1996, le remède de l’habeas peut être accordé si la décision de la cour de l’état était contraire au droit fédéral clairement établi, tel que déterminé par la Cour Suprême fédérale, ou impliquait une application de ce droit qui n’était pas raisonnable (28 U.S.C. §2254(d)(1)). La jurisprudence constante de dite Cour a répété que l’AEDPA, en définissant les conditions permettant de renverser un Jugement d’une cour d’un état, érige un barrage considérable à l’admission du remède de l’habeas en faveur de prisonniers condamnés par une cour d’un état. Il incombe au prisonnier de démontrer que la décision de l’état est à ce point dépourvue de justification qu’elle est entachée d’une erreur de droit bien comprise, erreur située au-delà de toute possibilité raisonnable de discussion.

Dans sa décision Witherspoon (1968), la Cour a déterminé les conditions permettant d’exclure un Juré dans les cas impliquant la peine capitale : la garantie d’un Jury impartial découlant du Sixième Amendement de la Constitution fédérale confère à un prévenu, susceptible d’être condamné à dite peine, le droit à un Jury dépourvu d’une volonté hors de l’ordinaire de condamner à mort. Tout aussi clairement, la Cour a reconnu l’intérêt, qualifié de fort, de l’état de disposer de Jurés capable d’appliquer la peine de mort dans les conditions prescrites par la loi de l’état. Pour assurer un équilibre adéquat entre ces deux intérêts, seul peut être exclu un Juré substantiellement limité dans sa capacité d’imposer la peine capitale dans le cadre fixé par la loi de l’état. Ou autrement dit, un Juré peut être exclu lorsque le Juge de première instance est laissé avec la nette impression que cette personne ne sera pas capable d’appliquer la loi de manière loyale et impartiale.

En l’espèce la cour d’appel n’a pas correctement appliqué le standard de déférence qu’elle était supposée accorder à la décision de la cour d’un état. Un juriste réfléchissant de manière équitable pourrait tout à fait conclure que les échanges entre le Juge de première instance et le Juré 638 reflétaient une procédure de « voir dire » diligente et mûrement réfléchie, que le Juge avait considéré la déposition du témoin avec attention, et que le Juge avait été équitable dans l’exercice de son large pouvoir de discrétion au moment où il s’était prononcé sur la question de savoir si le Juré était ou non apte à servir dans un cas susceptible de conduite à l’application de la peine capitale. En effet, les réponses du Juré 638 pendant la procédure de « voir dire » étaient pour le moins ambigües s’agissant de savoir s’il serait capable de considérer de manière appropriée l’application de la peine capitale. Et comme l’a jugé la Cour dans sa décision Uttecht (2007), quand existe une ambigüité dans les déclarations du Juré potentiel, la cour pénale de première instance peut la résoudre en faveur de l’accusation.

La déclaration du Juré selon laquelle il n’était pas absolument certain de pouvoir, en situation réelle, considérer la peine de mort, constituait une base raisonnable permettant au Juge de première instance de conclure que ce Juré n’était pas apte à retenir cette peine si elle devait l’être au sens du droit de l’état. Ainsi, la décision du Juge d’exclure le Juré 638, le jugeant dépourvu des qualités pour servir en tant que membre du Jury siégeant dans le cadre d’une affaire relative à la peine capitale, ne violait pas le droit fédéral clairement établi. Et la décision de la Cour Suprême du Kentucky, jugeant que la décision précédente n’était pas entachée d’erreur, n’est pas une décision qui se situe au-delà de toute possibilité d’honnête désaccord. Ces deux décisions sont conformes au Sixième Amendement.

La Cour observe enfin que sa jurisprudence n’empêche pas le Juge de se déterminer sur la base du seul comportement du Juré, sans considérer la substance de la réponse de ce Juré. Il est par ailleurs erroné de regarder avec moins de déférence la décision du Juge prise après délibération, cela par rapport à une décision prise juste après la déposition du Juré. Les deux types de décision méritent une déférence semblable.

No comments:

Post a Comment