Tuesday, December 1, 2015

OBB Personenverkehr AG v. Sachs, Docket 13-1067

Immunity: Foreign Sovereign Immunities Act: jurisdiction (foreign): commercial activity exception: The Foreign Sovereign Immunities Act shields foreign states and their agencies from suit in United States courts unless the suit falls within one of the Act’s specifically enumerated exceptions. This case concerns the scope of the commercial activity exception, which withdraws sover­eign immunity in any case “in which the action is based upon a commercial activity carried on in the United States by a foreign state.” 28 U. S. C. §1605(a)(2) (Section 1605(a)(2) contains three separate clauses. In full, the sec­tion provides: “A foreign state shall not be immune from the jurisdiction of courts of the United States or of the States in any case . . . in which the action is based upon a commercial activity carried on in the United States by the foreign state; or upon an act performed in the United States in connec­tion with a commercial activity of the foreign state elsewhere; or upon an act outside the territory of the United States in connection with a commercial activity of the foreign state elsewhere and that act causes a direct effect in the United States.” As S. relies only on the first clause to establish jurisdiction over her suit, we limit our inquiry to that clause.)

Respondent S. is a resident of California who purchased in the United States a Eurail pass for rail travel in Europe. She suffered traumatic personal in­juries when she fell onto the tracks at the Innsbruck, Austria, train station while attempting to board a train operated by the Austrian state-owned railway. She sued the railway in Federal District Court, arguing that her suit was not barred by sovereign immunity because it is “based upon” the railway’s sale of the pass to her in the United States. We disagree and conclude that her action is instead “based upon” the railway’s conduct in Inns­bruck. We therefore hold that her suit falls outside the commercial activity exception and is barred by sovereign immunity.

Petitioner OBB Personenverkehr AG (OBB) operates a railway that carries nearly 235 million passengers each year on routes within Austria and to and from points beyond Austria’s frontiers. OBB is wholly owned by OBB Holding Group, a joint-stock company created by the Republic of Austria. OBB Holding Group in turn is wholly owned by the Austrian Federal Ministry of Transport, Innovation, and Technology. Sachs v. Republic of Austria, 737 F. 3d 584, 587 (CA9 2013).

Sachs sued OBB in the United States District Court for the Northern District of California, asserting five causes of action: (1) negligence; (2) strict liability for design defects in the train and platform; (3) strict liability for failure to warn of those design defects; (4) breach of an implied warranty of merchantability for providing a train and platform unsafe for their intended uses; and (5) breach of an implied warranty of fitness for providing a train and platform unfit for their intended uses. App. 14–18. OBB claimed sovereign immunity and moved to dismiss the suit for lack of subject matter jurisdiction. 737 F. 3d, at 588.

The Foreign Sovereign Immunities Act “provides the sole basis for obtaining jurisdiction over a foreign state in the courts of this country.” Argentine Republic v. Amerada Hess Shipping Corp., 488 U. S. 428, 443 (1989). The Act defines “foreign state” to include a state “agency or instrumentality,” 28 U. S. C. §1603(a), and both parties agree that OBB qualifies as a “foreign state” for purposes of the Act.

According to the Federal Court of Appeals below:

The en banc majority first observed that, “based on the agreement of the parties,” “the only relevant commercial activity within the United States was S’s March 2007 purchase of a Eurail pass from the Rail Pass Ex­perts,” a Massachusetts company. The court concluded that The Rail Pass Experts had acted as OBB’s agent and, using common law principles of agency, attributed that Eurail pass sale to OBB. The court next asked whether S’s claims were “based upon” the sale of the Eurail pass within the mean­ing of §1605(a)(2). The “based upon” determination, the court explained, requires that the commercial activity within the United States be “connected with the conduct that gives rise to the plaintiff’s cause of action.”  But, the court continued, “it is not necessary that the entire claim be based upon the commercial activity of OBB.” Rather, in the court’s view, S. would satisfy the “based upon” requirement for a particu­lar claim “if an element of that claim consists in conduct that occurred in commercial activity carried on in the United States.” Applying California law, the court analyzed S’s causes of action individually and con­cluded that the sale of the Eurail pass established a neces­sary element of each of her claims. Turning first to the negligence claim, the court found that S. was required to show that OBB owed her a duty of care as a passenger as one element of that claim. The court concluded that such a duty arose from the sale of the Eurail pass. Turning next to the other claims, the court determined that the existence of a “transaction between a seller and a consumer” was a necessary element of S’s strict liability and breach of implied warranty claims. The sale of the Eurail pass, the court noted, pro­vided proof of such a transaction. Having found that “the sale of the Eurail pass in the United States forms an essential element of each of S’s claims,” the court concluded that each claim was “based upon a commercial activity carried on in the United States” by OBB.

OBB contends that the sale of the Eurail pass is not attributable to the railway, reasoning that the Foreign Sovereign Immunities Act does not allow attribution through principles found in the common law of agency. OBB also argues that even if such attribution were al­lowed under the Act, S’s suit is not “based upon” the sale of the Eurail pass for purposes of §1605(a)(2). We agree with OBB on the second point and therefore do not reach the first.

The Act itself does not elaborate on the phrase “based upon.” Our decision in Saudi Arabia v. Nelson, 507 U. S. 349, however, provides sufficient guidance to resolve this case. In Nelson, a husband and wife brought suit against Saudi Arabia and its state-owned hospital, seeking dam­ages for intentional and negligent torts stemming from the husband’s allegedly wrongful arrest, imprisonment, and torture by Saudi police while he was employed at a hospi­tal in Saudi Arabia. Id., at 351, 353–354. The Saudi defendants claimed sovereign immunity under the Act, arguing, inter alia, that §1605(a)(2) was inapplicable because the suit was “based upon” sovereign acts—the exercise of Saudi police authority—and not upon commer­cial activity. See Brief for Petitioners in Saudi Arabia v. Nelson, O. T. 1992, No. 91–552, pp. 12–14. The Nelsons countered that their suit was “based upon” the defendants’ commercial activities in “recruiting Scott Nelson for work at the hospital, signing an employment contract with him, and subsequently employing him.” 507 U. S., at 358. We rejected the Nelsons’ arguments. The Act’s “based upon” inquiry, we reasoned, first re­quires a court to “identify the particular conduct on which the plaintiff’s action is ‘based.’” Id., at 356. Con­sidering dictionary definitions and lower court decisions, we explained that a court should identify that “particular conduct” by looking to the “basis” or “foundation” for a claim, id., at 357 (citing dictionary definitions), “those elements . . . that, if proven, would entitle a plaintiff to relief,” ibid., and “the ‘gravamen of the complaint,’” ibid. (quoting Callejo v. Bancomer, S. A., 764 F. 2d 1101, 1109 (CA5 1985)). Under that analysis, we found that the commercial activities, while they “led to the conduct that eventually injured the Nelsons,” were not the particular conduct upon which their suit was based. The suit was instead based upon the Saudi sovereign acts that actually injured them. 507 U. S., at 358. The Nelsons’ suit there­fore did not fit within §1605(a)(2). Id., at 361–362.

The Ninth Circuit held that S’s claims were “based upon” the sale of the Eurail pass because the sale of the pass provided “an element” of each of her claims. 737 F. 3d, at 599. Under Nelson, however, the mere fact that the sale of the Eurail pass would establish a single ele­ment of a claim is insufficient to demonstrate that the claim is “based upon” that sale for purposes of §1605(a)(2).

Under this analysis, the conduct constituting the gra­vamen of S’s suit plainly occurred abroad. All of her claims turn on the same tragic episode in Austria, alleg­edly caused by wrongful conduct and dangerous conditions in Austria, which led to injuries suffered in Austria.

We therefore conclude that S. has failed to demon­strate that her suit falls within the commercial activity exception in §1605(a)(2). OBB has sovereign immunity under the Act, and accordingly the courts of the United States lack jurisdiction over the suit.

(U.S.S.Ct., December 1, 2015, OBB Personenverkehr AG v. Sachs, Docket 13-1067, C.J. Roberts, unanimous).

Immunité des entités souveraines étrangères, qui de manière générale ne peuvent pas être amenées à répondre devant une juridiction fédérale. Exception en cas d’activité commerciale sur sol U.S. : la loi fédérale sur l’immunité des entités souveraines étrangères protège les états étrangers et leurs administrations contre une action en justice devant une cour fédérale, à moins que l’action ne tombe dans l’une des exceptions expressément mentionnées par dite loi. La présente espèce concerne l’étendue de l’exception fondée sur une activité commerciale, laquelle retire l’immunité de souveraineté quand l’action est basée sur l’exercice par un état étranger d’une activité commerciale aux Etats-Unis (28 U. S. C. §1605(a)(2)). La Section 1605(a)(2) contient trois clauses séparées. Son texte complet dispose qu’un état étranger ne peut se prévaloir utilement de son immunité devant une cour fédérale ou d’un état lorsque l’action est basée 1) sur une activité commerciale exercée par l’état étranger aux Etats-Unis, 2) ou sur un acte exécuté aux Etats-Unis en relation avec l’activité commerciale exercée par l’état étranger hors des Etats-Unis, 3) ou sur un acte exécuté hors des Etats-Unis en relation avec une activité commerciale de l’état étranger, exercée elle aussi hors des Etats-Unis, quand dit acte cause un effet direct aux Etats-Unis. Comme la demanderesse à l’action n’invoque que la première des trois clauses pour établir la juridiction matérielle de la cour fédérale, la Cour Suprême se limite en l’espèce à l’analyse sous l’angle de cette première clause.

En résumé, la demanderesse S., intimée dans la présente procédure, est une résidente de Californie qui a acheté un Eurail pass aux Etats-Unis pour voyager en Europe au moyen des chemins de fer. Elle s’est grièvement blessée lors d’une chute sur les rails en gare d’Innsbruck, alors qu’elle s’apprêtait à monter dans un train propriétaire de la compagnie nationale autrichienne. Elle actionna la compagnie de chemin de fer devant la cour de district fédérale, soutenant que le principe d’immunité de juridiction n’empêchait pas la recevabilité de sa demande, considérant qu’elle était basée sur la vente aux Etats-Unis de l’Euro pass, vente effectuée par la compagnie de chemin de fer. La Cour Suprême ne peut se rallier à cette interprétation, et juge que l’action est fondée sur la conduite de l’entreprise de chemin de fer à Innsbruck. Par conséquent, l’action n’est pas comprise dans le cadre de l’exception liée à l’exercice d’une activité commerciale. Elle est dès lors barrée par le principe d’immunité de souveraineté.

Faits et procédure :

La compagnie recourante exploite une entreprise de chemin de fer qui transporte environ 235 millions de passagers chaque année, en Autriche et en provenance ou en direction de l’étranger. Elle est propriété de l’état autrichien. S. actionna dite compagnie devant la cour de district fédérale pour le district nord de Californie, en soulevant cinq moyens : (1) la négligence, 2) la responsabilité objective pour des défauts de design du train et du quai, 3) la responsabilité objective pour avoir manqué d’avertir de l’existence de ces défauts, 4) la violation de la garantie implicite liée à un produit mis en circulation, en mettant à disposition un train et un quai qui ne présentaient pas les garanties de sûreté liées à leur usage, 5) la violation de la garantie implicite que le produit correspond à l’usage auquel son détenteur le prévoit.
Pour sa part, la compagnie de chemin de fer, défenderesse et recourante, invoque son immunité et requiert une décision d’irrecevabilité pour défaut de juridiction matérielle.

La loi fédérale sur l’immunité des entités souveraines étrangères constitue l’unique base fondant la juridiction matérielle d’une cour fédérale ou d’un état quand le défendeur est un état étranger. La loi définit la notion d’état étranger comme incluant une administration ou une entité publique, et en l’espèce, les deux parties s’accordent à dire que la compagnie de chemin de fer autrichienne consiste en un « état étranger » au sens de la loi.

Raisonnement de la cour d’appel fédérale, autorité inférieure : une majorité de la cour, siégeant en banc, observe, sur la base de l’accord entre parties, que la seule activité commerciale relevante aux Etats-Unis était l’achat par S., en mars 2007, d’un Eurail pass auprès d’une entreprise du Massachusetts. La cour en déduit que dite entreprise a agi comme agent de l’entreprise de chemin de fer, de sorte qu’elle avait attribué à cette compagnie la vente de l’Eurail pass, en application des principes du droit de l’agence, tel que prévu par la Common law. La cour se demande ensuite si les prétentions de S. étaient « basées sur » la vente de l’Eurail pass au sens de la Section 1605 (a)(2). Répondre par l’affirmative implique l’existence d’une relation entre l’activité commerciale aux Etats-Unis avec la conduite qui a donné naissance aux prétentions de la demanderesse. La cour poursuit en affirmant que les éléments à la base de l’action ne doivent pas tous être basés sur l’activité commerciale de la compagnie de chemin de fer. La condition  « basé sur » sera réalisée si un seul des éléments de l’action consiste en une conduite qui s’est déroulée dans le cadre de l’activité commerciale menée aux Etats-Unis. Appliquant le droit californien, la cour d’appel analyse individuellement les conclusions de S., et juge que la vente de l’Eurail pass consiste en un élément nécessaire à la réalisation des conditions posées par chacune des conclusions de la demande en paiement. S’agissant de la conclusion fondée sur la notion de « négligence », la cour d’appel observe que S. devait démontrer que la compagnie de chemin de fer lui devait un devoir de diligence, dû à tout passager. Selon la cour, un tel devoir prend naissance de la vente de l’Eurail pass. S’agissant des autres conclusions, la cour d’appel juge que l’existence d’une transaction entre un vendeur et un consommateur était un élément nécessaire aussi bien des prétentions basées sur une responsabilité causale que de celles basées sur la violation d’une garantie implicite.

La cour d’appel continue en affirmant que la vente de l’Eurail pass apportait la preuve d’une telle transaction. Et considérant que la vente de l’Eurail pass aux Etats-Unis formait un élément essentiel de chacune des conclusions de la demande, la cour d’appel juge que chacune de ces conclusions était basée sur une activité commerciale exercée aux Etats-Unis par la compagnie de chemin de fer.

La compagnie de chemin de fer avance deux moyens de défense : tout d’abord, elle soutient que la vente de l’Eurail pass ne peut lui être attribuée, dans la mesure où la loi fédérale sur l’immunité des entités souveraines ne permet pas une telle attribution par les principes de la Common law régissant le droit de l’agence. Ensuite, elle soutient que même si une telle attribution était permise par dite loi, la demande ne serait pas basée sur la vente de l’Eurail pass au sens de la Section 1605(a)(2). La Cour Suprême fédérale donne raison à la compagnie de chemin de fer pour ce qui est du second moyen de défense. Elle ne se prononce pas sur le premier de ces moyens.

En droit :

La loi fédérale précitée ne détaille pas la notion de « basé sur ». La décision de la présente Cour dans l’affaire Saudi Arabia v. Nelson, 507 U.S. 349, apporte la lumière nécessaire à la résolution du cas d’espèce. Dans l’affaire Nelson, un mari et son épouse actionnèrent l’Arabie Saoudite et son hôpital étatique, réclamant des dommages-intérêts sur la base d’une responsabilité civile intentionnelle et par négligence, découlant d’une allégation d’arrestation illégale, d’emprisonnement et de torture du mari par la police de l’état, alors que le mari était employé de l’hôpital. Les défendeurs saoudiens invoquèrent leur immunité au sens de la loi, soutenant en particulier que la §1605(a)(2) n’était pas applicable, la demande étant basée sur des actes souverains, soit l’exercice de l’autorité policière par un état, et non sur une activité commerciale. Les époux Nelson alléguèrent que leur action était basée sur l’activité commerciale des défendeurs, en ce qu’ils avaient engagé le mari et lui avaient offert un travail à l’hôpital, signant un contrat de travail avec lui, et acceptant ensuite son travail. La Cour a rejeté les arguments des Nelson. La notion de « fondé sur » impose tout d’abord au Tribunal d’identifier la conduite particulière sur laquelle se fonde l’action du demandeur. Considérant les définitions du dictionnaire et les décisions des cours inférieures, la Cour a exposé qu’il incombait au Tribunal saisi d’identifier la conduite particulière relevante en recherchant la base, ou le fondement, de l’action, soit les éléments qui, si prouvés, feront droit aux conclusions du demandeur en dommages-intérêts. Selon cette analyse, la Cour a jugé que les activités commerciales avaient mené à la conduite qui aurait finalement porté préjudice aux Nelson. Mais ces activités ne constituaient nullement la conduite particulière sur laquelle l’action en justice était basée. Dite action était basée sur les actes d’un état souverain qui prétendument étaient à l’origine du préjudice. L’action des Nelson dès lors n’entrait pas dans le cadre de la §1605(a)(2).

Dans la présente affaire, la cour fédérale a jugé que les conclusions de S. étaient basées sur la vente de l’Eurail pass parce que dite vente constituait un élément de chacun des moyens invoqués. Cependant, selon la décision Nelson, le simple fait que la vente de ce pass établisse l’un de ces éléments est insuffisant en vue de démontrer qu’une prétention « est basée » sur la vente au sens de la Section 1605(a)(2).

La conduite constituant la base de l’action de S. s’est entièrement produite à l’étranger. Toutes ses conclusions sont liées au même épisode tragique en Autriche, causé, est-il allégué, par des actes illicites et des conditions dangereuses en Autriche, lesquels sont à la base du préjudice subi en Autriche.

Par conséquent, S. n’est pas parvenue à démontrer que son action relève de l’exception liée à une activité économique prévue par la Section 1605(a)(2). La compagnie de chemin de fer bénéficie de l’immunité selon la loi fédérale précitée, de sorte que les cours américaines ne sont pas compétentes en l’espèce. 

No comments:

Post a Comment