Tuesday, April 21, 2015

Oneok, Inc. v. Learjet, Inc., Docket 13-271

Antitrust: natural gas: pre-emption: respondents, a group of manufacturers, hospitals, and other institu­tions that buy natural gas directly from interstate pipelines, sued pe­titioner interstate pipelines, claiming that the pipelines had engaged in behavior that violated state antitrust laws. In particular, re­spondents alleged that petitioners reported false information to the natural-gas indices on which respondents’ natural-gas contracts were based. The indices affected not only retail natural-gas prices, but al­so wholesale natural-gas prices.  After removing the cases to federal court, the petitioner pipelines sought summary judgment on the ground that the Natural Gas Act pre-empted respondents’ state-law claims. That Act gives the Feder­al Energy Regulatory Commission (FERC) the authority to determine whether rates charged by natural-gas companies or practices affect­ing such rates are unreasonable. 15 U. S. C. §717d(a). But it also limits FERC’s jurisdiction to the transportation of natural gas in in­terstate commerce, the sale in interstate commerce of natural gas for resale, and natural-gas companies engaged in such transportation or sale. §717(b). The Act leaves regulation of other portions of the in­dustry—such as retail sales—to the States. Ibid.

Held: Respondents’ state-law antitrust claims are not within the field of matters pre-empted by the Natural Gas Act.

The Act “was drawn with meticulous regard for the continued exercise of state power.” Panhandle Eastern Pipe Line Co. v. Public Serv. Comm’n of Ind., 332 U. S. 507, 517–518. Where, as here, a practice affects nonjurisdictional as well as jurisdictional sales, pre­emption can be found only where a detailed examination convincingly demonstrates that a matter falls within the pre-empted field as de­fined by this Court’s precedents. Those precedents emphasize the importance of considering the target at which the state-law claims aim. See, e.g., Northern Natural Gas Co. v. State Corporation Comm’n of Kan., 372 U. S. 84; Northwest Central Pipeline Corp. v. State Corporation Comm’n of Kan., 489 U. S. 493. Here, respondents’ claims are aimed at practices affecting retail prices, a matter “firmly on the States’ side of the dividing line.” Id., at 514.

Schneidewind v. ANR Pipeline Co., 485 U. S. 293, is not to the con­trary. That opinion explains that the Act does not pre-empt “tradi­tional” state regulation, such as blue sky laws. Id., at 308, n. 11. An­titrust laws, like blue sky laws, are not aimed at natural-gas companies in particular, but rather all businesses in the market­place. The broad applicability of state antitrust laws supports a find­ing of no pre-emption here.

So, too, does the fact that States have long provided “common-law and statutory remedies against monopolies and unfair business prac­tices,” California v. ARC America Corp., 490 U. S. 93, 101. As noted earlier, the Act circumscribes FERC’s powers and preserves tradi­tional areas of state authority. §717(b).

Because the parties have not argued conflict pre-emption, ques­tions involving conflicts between state antitrust proceedings and the federal rate-setting process are left for the lower courts to resolve in the first instance.

The Supremacy Clause provides that “the Laws of the United States” (as well as treaties and the Constitution itself) “shall be the supreme Law of the Land . . . any Thing in the Constitution or Laws of any state to the Contrary notwithstanding.” Art. VI, cl. 2. Congress may consequently pre-empt, i.e., invalidate, a state law through federal legislation. It may do so through express language in a statute. But even where, as here, a statute does not refer expressly to pre-emption, Congress may implicitly pre-empt a state law, rule, or other state action. See Sprietsma v. Mercury Marine, 537 U. S. 51, 64 (2002).

It may do so either through “field” pre-emption or “conflict” pre-emption. As to the former, Congress may have intended “to foreclose any state regulation in the area,” irrespective of whether state law is consistent or inconsistent with “federal standards.” Arizona v. United States, 567 U. S. ___, ___ (2012) (slip op., at 10). In such situations, Congress has forbidden the State to take action in the field that the federal statute pre-empts.
By contrast, conflict pre-emption exists where “compliance with both state and federal law is impossible,” or where “the state law ‘stands as an obstacle to the accomplishment and execution of the full purposes and objectives of Congress.’” California v. ARC America Corp., 490 U. S. 93, 100, 101 (1989). In either situation, federal law must prevail.

No one here claims that any relevant federal statute expressly pre-empts state antitrust lawsuits. Nor have the parties argued at any length that these state suits conflict with federal law. Rather, the interstate pipeline companies (petitioners here) argue that Congress implicitly “‘occupied the field of matters relating to wholesale sales and transportation of natural gas in interstate commerce.’” Brief for Petitioners 18 (quoting Schneidewind, supra, at 305). And they contend that the state antitrust claims advanced by their direct-sales customers (respondents here) fall within that field. The United States, supporting the pipelines, argues similarly. See Brief for United States as Amicus Curiae 15. Since the parties have argued this case almost exclusively in terms of field pre-emption, we consider only the field preemption question.

Federal regulation of the natural-gas industry began at a time when the industry was divided into three segments. See 1 Regulation of the Natural Gas Industry §1.01 (W. Mogel ed. 2008) (hereinafter Mogel); General Motors Corp.
v. Tracy, 519 U. S. 278, 283 (1997). First, natural-gas producers sunk wells in large oil and gas fields (such as the Permian Basin in Texas and New Mexico). They gathered the gas, brought it to transportation points, and left it to interstate gas pipelines to transport the gas to distant markets. Second, interstate pipelines shipped the gas from the field to cities and towns across the Nation. Third, local gas distributors bought the gas from the interstate pipelines and resold it to business and residential customers within their localities.
Originally, the States regulated all three segments of the industry. See 1 Mogel §1.03. But in the early 20th century, this Court held that the Commerce Clause forbids the States to regulate the second part of the business—i.e., the interstate shipment and sale of gas to local distributors for resale. See, e.g., Public Util. Comm’n of R. I. v. Attleboro Steam & Elec. Co., 273 U. S. 83, 89–90 (1927); Missouri ex rel. Barrett v. Kansas Natural Gas Co., 265 U. S. 298, 307–308 (1924). These holdings left a regulatory gap. Congress enacted the Natural Gas Act, 52 Stat.821, to fill it. See Phillips Petroleum Co. v. Wisconsin, 347 U. S. 672, 682–684, n. 13 (1954) (citing H. R. Rep. No. 709, 75th Cong., 1st Sess., 1–2 (1937); S. Rep. No. 1162, 75th Cong., 1st Sess., 1–2 (1937)).

The Act, in §5(a), gives rate-setting authority to the Federal Energy Regulatory Commission (FERC, formerly allows FERC to determine whether “any rate, charge, or classification . . . collected by any natural-gas company in connection with any transportation or sale of natural gas, subject to the jurisdiction of FERC,” or “any rule, regulation, practice, or contract affecting such rate, charge, or classification is unjust, unreasonable, unduly discriminatory, or preferential.” 15 U. S. C. §717d(a). As the italicized words make clear, §5(a) limits the scope of FERC’s authority to activities “in connection with any transportation or sale of natural gas, subject to the jurisdiction of the Commission.” Ibid. And the Act, in §1(b), limits FERC’s “jurisdiction” to (1) “the transportation of natural gas in interstate commerce,” (2) “the sale in interstate commerce of natural gas for resale,” and (3) “natural-gas companies engaged in such transportation or sale.” §717(b). The Act leaves regulation of other portions of the industry—such as production, local distribution facilities, and direct sales—to the States. See Northwest Central Pipeline Corp. v. State Corporation Comm’n of Kan., 489 U. S. 493, 507 (1989) (Section 1(b) of the Act “expressly” provides that “States retain jurisdiction over intrastate transportation, local distribution, and distribution facilities, and over ‘the production or gathering of natural gas’”).
FERC promulgated new regulations designed to further this process of deregulation. See, e.g., Regulation of Natural Gas Pipelines after Partial Wellhead Decontrol, 50 Fed. Reg. 42408 (1985) (allowing “open access” to pipelines so that consumers could pay to ship their own gas). Most important here, FERC adopted an approach that relied on the competitive marketplace, rather than classical regulatory rate-setting, as the main mechanism for keeping wholesale natural-gas rates at a reasonable level. Order No. 636, issued in 1992, allowed FERC to issue blanket certificates that permitted jurisdictional sellers (typically interstate pipelines) to charge market-based rates for gas, provided that FERC had first determined that the sellers lacked market power. See 57 Fed. Reg. 57957–57958 (1992); id., at 13270. After the issuance of this order, FERC’s oversight of the natural-gas market largely consisted of (1) ex ante examinations of jurisdictional sellers’ market power, and (2) the availability of a complaint process under §717d(a). See Brief for United States as Amicus Curiae 4. The new system also led many large gas consumers—such as industrial and commercial users—to buy their own gas directly from gas producers, and to arrange (and often pay separately) for transportation from the field to the place of consumption. See Tracy, 519 U. S., at 284. Insofar as interstate pipelines sold gas to such consumers, they sold it for direct consumption rather than resale.
The free-market system for setting interstate pipeline rates turned out to be less than perfect. Interstate pipelines, distributing companies, and many of the customers who bought directly from the pipelines found that they had to rely on privately published price indices to determine appropriate prices for their natural-gas contracts. These indices listed the prices at which natural gas was across the country. The information on which these indices were based was voluntarily reported by natural-gas traders.
In 2003, FERC found that the indices were inaccurate, in part because much of the information that natural-gas traders reported had been false. See FERC, Final Report on Price Manipulation in Western Markets (Mar. 2003), App. 88–89. FERC found that false reporting had involved “inflating the volume of trades, omitting trades, and adjusting the price of trades.” Id., at 88. That is, sometimes those who reported information simply fabricated it. Other times, the information reported reflected “wash trades,” i.e., prearranged pairs of trades of the same good between the same parties, involving no economic risk and no net change in beneficial ownership.” Id., at 215. FERC concluded that these “efforts to manipulate price indices compiled by trade publications” had helped raise “to extraordinary levels” the prices of both jurisdictional sales (that is, interstate pipeline sales for resale) and nonjurisdictional direct sales to ultimate consumers. Id., at 86, 85. After issuing its final report on price manipulation in western markets, FERC issued a Code of Conduct. That code amended all blanket certificates to prohibit jurisdictional sellers “from engaging in actions without a legitimate business purpose that manipulate or attempt to manipulate market conditions, including wash trades and collusion.” 68 Fed. Reg. 66324 (2003). The code also required jurisdictional companies, when they provided information to natural-gas index publishers, to “provide accurate and factual information, and not knowingly submit false or misleading information or omit material information to any such publisher.” Id., at 66337. At the same time, FERC issued a policy statement setting forth “minimum standards for creation and publication of any energy price index,” and “for reporting transaction data to index developers.” Price Discovery in Natural Gas and Elec. Markets, 104 FERC ¶61,121, pp. 61,407, 61,408 (2003). Finally, FERC, after finding that certain jurisdictional sellers had “engaged in wash trading . . . that resulted in the manipulation of natural-gas prices,” terminated those sellers’ blanket marketing certificates. Enron Power Marketing, Inc., 103 FERC ¶61,343, p. 62,303 (2003).
Congress also took steps to address these problems. In particular, it passed the Energy Policy Act of 2005, 119 Stat. 594, which gives FERC the authority to issue rules and regulations to prevent “any manipulative or deceptive device or contrivance” by “any entity . . . in connection with the purchase or sale of natural gas or the purchase or sale of transportation services subject to the jurisdiction of ” FERC, 15 U. S. C. §717c–1.

The Natural Gas Act “was drawn with meticulous regard for the continued exercise of state power, not to handicap or dilute it in any way.” Panhandle Eastern Pipe Line Co. v. Public Serv. Comm’n of Ind., 332 U. S. 507, 517–518 (1947); see also Northwest Central, 489 U. S., at 511 (the “legislative history of the Act is replete with assurances that the Act ‘takes nothing from the State regulatory commissions’” (quoting 81 Cong. Rec. 6721 (1937))). Accordingly, where (as here) a state law can be applied to nonjurisdictional as well as jurisdictional sales, we must proceed cautiously, finding pre-emption only where detailed examination convinces us that a matter falls within the pre-empted field as defined by our precedents. See Panhandle Eastern, supra, at 516–518; Interstate Natural Gas Co. v. FPC, 331 U. S. 682, 689–693 (1947). Those precedents emphasize the importance of considering the target at which the state law aims in determining whether that law is pre-empted. For example, in Northern Natural Gas Co. v. State Corporation Comm’n of Kan., 372 U. S. 84 (1963), the Court said that it had “consistently recognized” that the “significant distinction” for purposes of pre-emption in the natural-gas context is the distinction between “measures aimed directly at interstate purchasers and wholesales for resale, and those aimed at” subjects left to the States to regulate. Id., at 94. And, in Northwest Central, the Court found that the Natural Gas Act did not pre-empt a state regulation concerning the timing of gas production from a gas field within the State, even though the regulation might have affected the costs of and the prices of interstate wholesale sales, i.e., jurisdictional sales. 489 U. S., at 514. In reaching this conclusion, the Court explained that the state regulation aimed primarily at “protecting producers’ . . . rights—a matter firmly on the States’ side of that dividing line.” Ibid. The Court contrasted this state regulation with the state orders at issue in Northern Natural, which “‘invalidly invaded the federal agency’s exclusive domain’ precisely because” they were “‘unmistakably and unambiguously directed at purchasers.’” Id., at 513 (quoting Northern Natural, supra, at 92). Here, too, the lawsuits are directed at practices affecting retail rates– which are “firmly on the States’ side of that dividing line.”
485 U. S., at 306–309: in that case, the Court found pre-empted a state law that required public utilities, such as interstate pipelines crossing the State, to obtain state approval before issuing long-term securities.  The Court there thought that the State’s securities wrote that the state law was designed to keep “a natural gas company from raising its equity levels above a certain point” in order to keep the company’s revenue requirement low, thereby ensuring lower wholesale rates. Id., at 307– 308. Indeed, the Court expressly said that the state law was pre-empted because it was “directed at . . . the control of rates and facilities of natural gas companies,” “precisely the things over which FERC has comprehensive authority.” Id., at 308.

States have a “long history of ” providing “common-law and statutory remedies against monopolies and unfair business practices.” ARC America, 490 U. S., at 101; see also Watson v. Buck, 313 U. S. 387, 404 (1941) (noting the States’ “long-recognized power to regulate combinations in restraint of trade”). Respondents’ state-law antitrust suits relied on this well established state power.

Petitioners have not pointed to a specific FERC determination that state antitrust claims fall within the field pre-empted by the Natural Gas Act.

(U.S.S.Ct., April 21, 2015, Oneok, Inc. v. Learjet, Inc., Docket 13-271, J. Breyer).

Books: 1 Regulation of the Natural Gas Industry  (W. Mogel ed. 2008); in the dissent: Legal Aspects of Buying and Selling (P. Zeidman ed. 2014–2015).

Droit des cartels : gaz naturel : les défendeurs, un groupe de producteurs du secteur secondaire, des hôpitaux, et d’autres institutions, qui tous achètent du gaz naturel directement de Pipelines qui traversent différents états du pays, ont actionné le recourant « Pipelines interétatiques », alléguant que Pipelines s’était engagé dans un comportement qui violait le droit des cartels étatique. En particulier, les défendeurs soutiennent que Pipelines a reporté des informations erronées portant sur les indices liés au gaz naturel, informations sur lesquelles les contrats des défendeurs portant sur la livraisons de gaz naturel étaient basées. Les indices ont affecté non seulement les prix de détail du gaz naturel, mais également les prix des livraisons en gros de ce gaz. Après avoir été admis à renvoyer le dossier devant le système de cours fédérales, le recourant Pipelines conclut au prononcé d’un jugement sommaire, arguant que la loi fédérale sur le gaz naturel préemptait les prétentions des défendeurs fondées sur le droit étatique. Cette loi attribue à la Commission fédérale de régulation de l’énergie (FERC) la compétence de déterminer si les taux facturés par les compagnies de gaz naturel ou si les pratiques affectant ces taux sortent des limites de la notion de raisonnable. Mais la loi limite aussi la compétence de la FERC au transport de gaz naturel dans le cadre du commerce entre états, à la vente du gaz naturel dans le cadre du commerce entre états, dite vente étant effectuée dans un but de revente, et la loi s’applique aussi aux compagnies qui procèdent à ces types de transports et de ventes. La loi laisse aux états la réglementation des autres segments de ce type d’industrie, tel par exemple les ventes de détail.

En l’espèce, la Cour Suprême fédérale juge que les prétentions des défendeurs basées sur le droit des cartels étatique ne sont pas comprises dans les matières préemptées par la loi fédérale sur le gaz naturel.

Cette loi fédérale a été promulguée avec un regard méticuleux porté sur la possibilité laissée aux états de poursuivre l’exercice de leurs compétences étatiques. Lorsque, comme ici, une pratique affecte aussi bien les ventes non juridictionnelles que les ventes juridictionnelles, la préemption ne peut être retenue que si un examen détaillé démontre de manière convaincante que dite pratique  tombe dans le domaine de préemption tel que défini par la jurisprudence de la présente Cour. Dite jurisprudence souligne l’importance de la prise en compte de la cible visée par les demandes en justice fondées sur le droit étatique. En l’espèce, les prétentions des défendeurs sont dirigées contre des pratiques qui affectent les prix de détail, une matière située fermement du côté de la compétence des états.

La jurisprudence Schneidewind n’a pas jugé autrement. Cette décision considère que la loi fédérale ne préempte pas la réglementation traditionnelle des états, telle par exemple les « lois ciel bleu » (ces lois sont des lois des états qui réglementent l’offre et la demande des papiers-valeurs (securities) pour protéger le public de fraudes possibles). Le droit cartellaire, comme les blue sky laws, ne vise pas particulièrement les compagnies de gaz naturel, mais vise tous types d’affaires conduites sur le marché. L’application large du droit cartellaire étatique supporte une considération de non-préemption en l’espèce.
Il en va de même de la constatation que les états ont depuis longtemps mis à disposition des remèdes déduits de la Common law et de la loi contre les monopoles et les pratiques commerciales déloyales. Comme indiqué précédemment, la loi fédérale circonscrit les compétences de la FERC et préserve les domaines de compétence traditionnels des états.

En l’espèce, les parties n’ont pas plaidé la question des conflits entre les procédures cartellaires étatiques et la procédure fédérale fixant les taux, de sorte que ces questions sont laissées à la compétence de la cour fédérale de première instance, chargée de juger ces questions en premier lieu.

Il est rappelé que la Clause de la Constitution fédérale (Art. VI, Cl. 2) prévoit que le droit fédéral des Etats-Unis, comprenant les Traités internationaux et la Constitution fédérale elle-même, déroge au droit étatique, constitutionnel ou légal (Supremacy Clause). Le Congrès fédéral dispose ainsi de la compétence de préempter, c’est-à-dire d’invalider, une loi d’un état par la promulgation d’une loi fédérale. Il peut le faire explicitement par la loi. Mais même lorsque, comme en l’espèce, une loi fédérale ne se réfère pas explicitement à la notion de préemption, le Congrès fédéral peut implicitement préempter la loi d’un état ou l’action d’un état.

La préemption est de deux sortes. On parle de « field » préemption lorsque l’intention du Congrès est d’interdire toute réglementation étatique dans le champ concerné, sans considérer si la loi étatique est consistante ou non avec le droit fédéral. Par contraste, « conflict » préemption est à retenir quand il n’est pas possible de se conformer à la fois au droit étatique et à la fois au droit fédéral, ou quand le droit étatique constitue un obstacle à l’accomplissement et à l’exécution des buts et des objectifs du Congrès. Dans chacune de ces situations, le droit fédéral l’emporte.

Dans la présente affaire, aucune des parties ne soutient qu’une loi fédérale préempte expressément une action fondée sur le droit des cartels étatique. Les parties n’ont pas davantage plaidé que ce type d’action étatique serait préempté par le droit fédéral. Bien plutôt, Pipelines (recourant in casu) soutient que le Congrès a implicitement « occupé le terrain » s’agissant des questions liées aux ventes en gros et liées au transport du gaz naturel dans le commerce entre les états. Et Pipelines est d’avis que les procédures fondées sur le droit des cartels de l’état, déposées par leurs clients (défendeurs in casu) et portant sur des ventes directes, relèvent du domaine préempté. Ainsi, comme les parties n’ont plaidé que la théorie du « field preemption », seule cette théorie sera analysée ci-après.

La réglementation fédérale de l’industrie du gaz naturel a débuté à une époque où cette industrie était divisée en trois segments. Tout d’abord, les producteurs de gaz naturel ont creusé des puits dans d’importants champs pétrolifères et gaziers (tel par exemple le bassin permien dans les états du Texas et de New Mexico). Ils stockaient ainsi le gaz en surface, puis le canalisaient aux points de transport, et enfin laissaient aux compagnies interétatiques de Pipelines le soin de transporter le gaz à destination de marchés éloignés. Deuxièmement, ces sociétés de Pipelines interétatiques transportaient le gaz depuis les champs gaziers à destination des localités du pays. Troisièmement, les distributeurs locaux de gaz achetaient le gaz des compagnies de Pipelines et le revendaient à des entreprises ou à des particuliers locaux. A l’origine, les états réglementaient les trois segments de cette industrie. Mais au début du vingtième siècle, la présente Cour jugea que la Commerce Clause de la Constitution fédérale interdisait aux états de réguler la deuxième partie de cette activité commerciale, soit le transport entre les états et la vente de gaz à des distributeurs locaux à des fins de revente. La jurisprudence de la Cour laissa ainsi une lacune réglementaire. De la sorte, le Congrès promulgua la loi fédérale sur le gaz naturel pour combler cette lacune.

La Section 5(a) de cette loi fédérale attribua la compétence à la Commission fédérale chargée de la réglementation de l’énergie (FERC) de fixer les taux prélevés par les entreprises de gaz naturel.

Dite §5(a) limite la compétence de la FERC aux activités en relation avec tous transports et toutes ventes de gaz naturel dans le cadre de la compétence juridictionnelle de la Commission. Et la loi, en sa §1(b), limite la juridiction de la FERC au transport de gaz naturel dans le cadre du commerce entre les états, à la vente dans le commerce entre les états de gaz naturel à des fins de revente, aux compagnies de gaz naturel engagées dans de tels transports et de telles ventes. La loi laisse aux états la réglementation des autres domaines de l’industrie gazière, tels la production, les points de distribution régionaux et les ventes directes.

La FERC a promulgué de nouvelles réglementations visant à poursuivre le processus de déréglementation. Elle a par exemple permis un accès ouvert aux Pipelines de sorte que les consommateurs peuvent payer eux-mêmes le transport de leur propre gaz. Il est important de remarquer ici que la FERC a adopté une approche fondée sur un marché compétitif, au lieu d’une approche classique fondée sur une réglementation des taux, comme mécanisme principal pour maintenir les indices de prix de la vente en gros de gaz naturel à un niveau raisonnable. Ainsi, l’Ordonnance no 636, édictée en 1992, permet à la FERC de délivrer des certificats qui permettent aux vendeurs « juridictionnels » (typiquement les vendeurs interétatique) de fixer des indices de vente de gaz fondés sur les contingences du marché, à la condition toutefois que la FERC ait préalablement déterminé que les vendeurs ne disposaient pas d’une prédominance sur le marché (lacked market power). Après la mise en vigueur de dite Ordonnance, la surveillance par la FERC du marché du gaz naturel a largement consisté à (1) l’examen préalable de la question de la prédominance sur le marché des vendeurs « juridictionnels », et (2) surveiller le maintien d’un processus de plainte en cette matière. Le nouveau système a en outre conduit de nombreux  consommateurs importants  de gaz, tels ceux qui recourent au gaz industriellement et commercialement, à acheter leur propre gaz directement aux producteurs, et les a conduit à organiser eux-mêmes le transport et le paiement séparés depuis le champ gazier jusqu’au lieu de consommation. Dans la mesure ou des Pipelines interétatiques ont vendu du gaz à de tels consommateurs, la vente l’a été pour consommation directe plutôt que pour revente.
Le système de libre-marché aux fins de fixer les indices appliqués par les Pipelines interétatiques s’est avéré moins que parfait. Ces Pipelines, les compagnies de distribution, et de nombreux clients qui achetaient directement aux Pipelines ont noté qu’ils avaient à se fier à des indices de prix publiés de manière privée pour déterminer un prix approprié à retenir dans leurs contrats portant sur du gaz naturel. Ces indices listaient les prix du gaz naturel pratiqués dans tout le pays. Les informations sur lesquelles ces indices étaient fondés ont été volontairement rapportées par les traders de gaz naturel.
En 2003, la FERC découvrit que les indices n’étaient pas exacts, en partie du fait que de nombreuses informations que les traders en gaz naturel avaient fournies étaient fausses. La FERC détermina que les fausses informations portaient sur l’augmentation artificielle des volumes échangés, sur l’omission de certaines transactions, et sur l’ajustement des prix des transactions. Dans les faits, ceux chargés de rapporter l’information se contentaient parfois de la fabriquer de toute pièce. D’autres fois, l’information rapportée s’analysait en « wash trades », soit des couples de transactions préalablement arrangées, portant sur le même bien et les mêmes parties, n’impliquant aucun risque économique ni aucun changement net du poste bénéfice. La FERC en a conclu que ces efforts visant à manipuler les indices de prix rapportés par les publications commerciales avaient contribué à augmenter de manière extraordinaire les prix aussi bien des ventes « juridictionnelles » (soit les ventes des Pipelines interétatiques en vue de revente) que des ventes directes « non juridictionnelles » aux consommateurs finaux. Après avoir publié son rapport final sur la manipulation des prix dans les marchés occidentaux, la FERC publia un Code de conduite. Ce Code a amendé tous les certificats de cautionnement, interdisant aux vendeurs « juridictionnels » de s’engager dans des actions, sans but commercial légitime», qui manipulent ou tentent de manipuler les conditions du marché, comprenant les « wash trades » et la collusion. Le Code exigea aussi des compagnies « juridictionnelles », quand elles fournissent des informations aux publications qui rapportent les indices liés au gaz naturel, de soumettre des informations exactes et factuelles, ainsi que de ne pas omettre des informations matérielles. A la même époque, la FERC publia une déclaration établissant des standards minima pour la création et la publication de tout index en rapport avec le prix de l’énergie et pour la divulgation, aux institutions qui fournissent des index et des données portant sur les transactions. Enfin, après avoir constaté que certains vendeurs « juridictionnels » s’étaient engagés dans des opérations de « wash trading », avec comme conséquence la manipulation des prix du gaz naturel, la FERC mis fin aux autorisations de cautionnement de ces vendeurs.
Le Congrès se saisit également de ces difficultés. En particulier, il promulgua la loi fédérale de 2005 portant sur la politique énergétique, qui attribua à la FERC la compétence d’établir une réglementation visant à prévenir tout moyen de manipulation ou de tromperie par quelque entité que ce soit, en rapport avec l’achat ou la vente de gaz naturel ou l’achat ou la vente de services de transport soumis à la juridiction de la FERC.
La loi fédérale sur le gaz naturel a été écrite en prenant en compte de manière méticuleuse l’exercice continu de la compétence des états, sans porter atteinte à cette compétence, et sans la diluer de quelque façon que ce soit.

Dès lors, lorsque comme ici la loi d’un état peut être appliquée aux ventes non juridictionnelles comme aux ventes juridictionnelles, la présente Cour doit procéder avec précaution, ne retenant la préemption que dans les cas où un examen détaillé est de nature à convaincre que la matière sous revue tombe dans le domaine préempté, tel que défini par la jurisprudence de la Cour. La jurisprudence met en évidence l’importance de considérer la cible visée par le droit de l’état en déterminant si la loi de l’état est préemptée. Par exemple, dans sa décision Northern Natural Gas Co., rendue en 1963, la Cour a jugé qu’elle avait reconnu avec consistance que la distinction significative, dans le contexte de la préemption dans le domaine du gaz naturel, consistait en la distinction entre les mesures dirigées directement vers des ventes entre états et des ventes en gros en vue d’une distribution sur le marché local du détail, et les mesures dirigées en direction de matières laissées à la réglementation des états. Et, dans sa décision Northwest central, la Cour a jugé que la loi fédérale sur le gaz naturel ne préemptait pas une régulation étatique portant sur l’organisation temporelle de la production de gaz provenant d’un champ gazier sis dans les limites de l’état, même si la réglementation était susceptible d’affecter les coûts et les prix des ventes en gros entre les états, soit les ventes juridictionnelles. En jugeant de la sorte, la Cour a considéré que la réglementation de l’état visait en priorité à protéger les droits des producteurs, matière relevant de la compétence des états. En l’espèce, également, les action en justice sont dirigées contre des pratiques qui affectent les prix de détail, lesquelles relèvent clairement de la compétence des états.
Dans une autre affaire (485 U.S., at 306-309), la Cour jugea qu’était préemptée la loi d’un état qui exigeait d’une compagnie de service d’utilité publique, telle qu’une société de Pipelines interétatique traversant l’état en question, l’obtention d’une  approbation de l’état avant de pouvoir émettre des papiers-valeurs à long terme. La Cour considéra dans cette dernière affaire que le droit des securities de l’état prévoyait que la loi étatique visait à contraindre une compagnie de gaz naturel à ne pas augmenter son capital social au-delà d’un certain plafond, dans le but de maintenir les exigences de rendements de la compagnie relativement bas, assurant de la sorte des taux de vente en gros plus bas. La Cour exposa expressément que la loi de l’état était préemptée parce qu’elle était dirigée contre le contrôle des taux et des prestations des compagnies de gaz naturel, domaines de la compétence de la FERC.

Les états mettent depuis longtemps à disposition des remèdes de la Common law et des remèdes légaux contre les monopoles et contre les pratiques commerciales déloyales. En l’espèce, les actions fondées sur le droit des cartels de l’état intentées par les défendeurs se fondent sur cette compétence étatique bien établie. Par ailleurs, les recourants n’ont pu se prévaloir d’aucune détermination spécifique de la FERC selon laquelle les actions fondées sur le droit contre les cartels de l’état relèveraient du domaine préempté par la loi fédérale sur le gaz naturel. 

No comments:

Post a Comment