Thursday, May 7, 2015

In re Cipro Cases I & II, S198616

Antitrust and Patent: relations between the two: to protect competition in the marketplace, antitrust law prohibits agreements that create or perpetuate monopolies.  Patent law, in contrast, grants temporary monopolies to inventors to encourage the development of useful innovations.  We consider here a crucial question at the intersection of these two bodies of law: what limits, if any, does antitrust law place on the ability of a patent holder to make agreements restricting competition during the life of its patent?  In particular, when another entity tries to invalidate a patent and enter the marketplace, can the patentee pay the would-be competitor to withdraw its challenge and refrain from competing until at or near the natural expiration of the potentially invalid patent’s life?
The answer to this is of special moment to the pharmaceutical industry, which has seen a raft of suits in which generic drug manufacturers (generics), seeking to introduce lower priced alternatives to patented brand-name drugs, raise patent invalidity as a defense to claims of infringement.  With increasing frequency these cases have settled, with the plaintiff brand-name drug manufacturer (brand) making a “reverse payment” to the defendant generic in exchange for the generic dropping its patent challenge and consenting to stay out of the market.  This case involves just such a settlement agreement.

Under federal antitrust law, these settlements are not immune from scrutiny, even if they limit competition no more than a valid patent would have.  (Federal Trade Commission v. Actavis, Inc. (2013) 570 U.S. ___, ___ [186 L.Ed.2d 343, 356, 133 S.Ct. 2223, 2230] (Actavis).)  We conclude the same is true under state antitrust law.  Some patents are valid; some are not.  Sometimes competition would infringe; sometimes it would not.  Parties illegally restrain trade when they privately agree to substitute consensual monopoly in place of potential competition that would have followed a finding of invalidity or noninfringement.  The Court of Appeal ruled to the contrary; we reverse.

(…) In return, Bayer agreed to make payments to Barr and to supply it with Cipro for licensed resale beginning six months before patent expiration.  (See In re Ciprofloxacin Hydrochloride Antitrust Lit., supra, 544 F.3d at pp. 13281329.)  This head start mirrored the 180-day duopoly the Hatch-Waxman Act would have provided Barr if it had succeeded in showing invalidity or noninfringement of Bayer’s patent.  (…) Pursuant to the settlement, between 1997 and 2003, Bayer paid Barr $398.1 million.  In that same period, Bayer’s profits from sales of Cipro exceeded $1 billion. 

The 1997 settlement between Bayer and Barr produced a wave of state and federal antitrust suits.  (Arkansas Carpenters Health and Welfare Fund v. Bayer AG, supra, 604 F.3d at p. 102.)  This case arises from nine such coordinated class action suits brought by indirect purchasers of Cipro in California against Bayer and Barr.  (See In re Cipro Cases I & II (2004) 121 Cal.App.4th 402, fn. *, 406407.)  The operative complaint in these coordinated proceedings alleges the Bayer-Barr reverse payment settlement violated the Cartwright Act (Bus. & Prof. Code, § 16700 et seq.), unfair competition law (id., § 17200 et seq.), and common law prohibition against monopolies.  The gravamen of the complaint is that the 1997 agreement preserved Bayer’s monopoly and ability to charge supracompetitive prices at the expense of consumers, and Bayer in turn split these monopoly profits with Barr. Class certification was granted and upheld on appeal.  (In re Cipro Cases I & II, at p. 418.)  Thereafter, the parties stayed this action pending resolution of consolidated federal challenges to the Bayer-Barr settlement.

We granted review to resolve important unsettled issues of state antitrust law.  While the case was pending before this court, we entered an order formalizing Bayer’s dismissal from the proceedings pursuant to an approved settlement.  Barr remains as respondent.

Two features of the Hatch-Waxman Act change the dynamic.  First, the 180-day exclusivity period created a bottleneck; no one else could receive FDA approval until after its expiration.  (21 U.S.C. § 355(j)(5)(B)(iv)(I); Hemphill, Paying for Delay: Pharmaceutical Patent Settlement as a Regulatory Design Problem, supra, 81 N.Y.U. L.Rev. at pp. 1560–1561, 1586–1587.)  Second, other generics tempted to challenge a patent in the wake of a settlement with the first-filing generic would have to wait out an automatic 30-month stay the brand could obtain just by opposing their requests for FDA approval.  (21 U.S.C. § 355(j)(5)(B)(iii); Actavis, at p. ___ [186 L.Ed.2d at pp. 361–362, 133 S.Ct. at p. 2235]; Bulow, The Gaming of Pharmaceutical Patents in 4 Innovation Policy and the Economy, supra, at p. 164.)  As a result, the brand could effectively pick off “ ‘the most motivated challenger, and the one closest to introducing competition’ ”  (Actavis, at p. ___ [186 L.Ed.2d at pp. 361–362, 133 S.Ct. at p. 2235], quoting Hemphill, Paying for Delay, at p. 1586), with all others stuck in line behind that generic (Cotter, Refining the “Presumptive Illegality” Approach to Settlements of Patent Disputes Involving Reverse Payments: A Commentary on Hovenkamp, Janis & Lemley (2003) 87 Minn. L.Rev. 1789, 1801).

This legal regime means that, regardless of the degree of likely validity of a patent, the brand and first-filing generic have an incentive to effectively establish a cartel through a reverse payment settlement. 

Rather than expend litigation costs on either side, the brand and generic can reach a settlement that reflects the likely validity or invalidity of the patent (stronger patent, smaller settlement; weaker patent, bigger settlement), grants the generic a share of monopoly profits, and leaves the brand the sole manufacturer of the product.  (Hovenkamp, Anticompetitive Patent Settlements, at pp. 1213).

It is likely for this reason that reverse payment settlements, practically unheard of before the Hatch-Waxman Act, have proliferated in the years since its enactment.  (Actavis, supra, 570 U.S. at p. ___ [186 L.Ed.2d at p. 362, 133 S.Ct. at p. 2235]; Hovenkamp, Anticompetitive Patent Settlements, supra, 15 Minn. J. L. Sci. & Tech. at pp. 1316; Hemphill, An Aggregate Approach to Antitrust:  Using New Data and Rulemaking to Preserve Drug Competition, supra, 109 Colum. L.Rev. at pp. 647–656.)  This is probably not what Congress intended.  (Actavis, at p. ___ [186 L.Ed.2d at p. 362, 133 S.Ct. at p. 2235] [the Hatch-Waxman Act’s provisions have “no doubt unintentionally . . . created special incentives for collusion”]); id. at p. ___ [186 L.Ed.2d at p. 360, 133 S.Ct. at p. 2234] [quoting remarks of Sen. Hatch and Rep. Waxman decrying as an unintended consequence of their legislation collusive agreements to delay competition].)  The issue for us is what, if anything, state antitrust law has to say about these problems.

The Legislature enacted the state’s principal antitrust law, the Cartwright Act, to rein in the burgeoning power of monopolies and cartels.  (Clayworth v. Pfizer, Inc. (2010) 49 Cal.4th 758, 772.)  The act’s principal goal is the preservation of consumer welfare.  (Cianci v. Superior Court (1985) 40 Cal.3d 903, 918; Marin County Bd. of Realtors, Inc. v. Palsson (1976) 16 Cal.3d 920, 935.)  The act, like antitrust law in general, “rests ‘on the premise that the unrestrained interaction of competitive forces will yield the best allocation of our economic resources, the lowest prices, the highest quality and the greatest material progress, while at the same time providing an environment conducive to the preservation of our democratic political and social institutions.’ ”  (Marin County Bd., at p. 935; see National Soc. of Professional Engineers v. United States (1978) 435 U.S. 679, 695.)  At its heart is a prohibition against agreements that prevent the growth of healthy, competitive markets for goods and services and the establishment of prices through market forces.  (See Speegle v. Board of Fire Underwriters (1946) 29 Cal.2d 34, 44.)  “The act ‘generally outlaws any combinations or agreements which restrain trade or competition or which fix or control prices’, and declares that, with certain exceptions, ‘every trust is unlawful, against public policy and void.’ ”  (Pacific Gas & Electric Co. v. County of Stanislaus (1997) 16 Cal.4th 1143, 1147.)
The “trusts” the act prohibits include any “combination . . . by two or more persons” to “create or carry out restrictions in trade or commerce” (Bus. & Prof. Code, § 16720, subd. (a)) or to “prevent competition in manufacturing, making, transportation, sale or purchase of merchandise, produce or any commodity” (id., subd. (c)).  Also prohibited is any contract by which two or more entities “agree to pool, combine or directly or indirectly unite any interests that they may have connected with the sale . . . of any such article or commodity, that its price might in any manner be affected.”  (Id., subd. (e)(4).)  Agreements in violation of the act are “absolutely void and . . . not enforceable at law or in equity.”  (Id., § 16722; see id., § 16726.)
Though the Cartwright Act is written in absolute terms, in practice not every agreement within the four corners of its prohibitions has been deemed illegal.  (Morrison v. Viacom, Inc. (1998) 66 Cal.App.4th 534, 540.)  Business and Professions Code sections 16720, 16722, and 16726 draw upon the common law prohibition against restraints of trade.  (Corwin v. Los Angeles Newspaper Service Bureau, Inc. (1971) 4 Cal.3d 842, 852; People v. Building Maintenance etc. Assn. (1953) 41 Cal.2d 719, 727; Speegle v. Board of Fire Underwriters, supra, 29 Cal.2d at p. 44.)  The earliest common law decisions imposed an absolute rule, voiding “all contracts . . . which in any degree tended to the restraint of trade.”  (Wright v. Ryder (1868) 36 Cal. 342, 357.)  But the common law rule was soon modified and “as relaxed, tolerated such restraints of trade as were restricted in their operations within reasonable limits.”  (Ibid.; see Vulcan Powder Co. v. Hercules Powder Co. (1892) 96 Cal. 510, 512.)  The United States Supreme Court looked to the common law in embracing a rule of reason for determining which agreements violate federal antitrust law (see Standard Oil Co. v. United States (1911) 221 U.S. 1, 60), and this court thereafter followed suit:  It may be assumed that the broad prohibitions of the Cartwright Act are subject to an implied exception similar to the one that validates reasonable restraints of trade under the federal Sherman Antitrust Act.”  (Building Maintenance etc. Assn., at p. 727; see Marin County Bd. of Realtors, Inc. v. Palsson, supra, 16 Cal.3d at p. 930; Corwin, at p. 853.)  What was true under the common law, however, is true today:  the difficulty lies in determining what are reasonable and what unreasonable restrictions.”  (Wright, at p. 358.)

That difficulty is all the greater because antitrust law does not exist in a vacuum.  The patent laws “are in pari materia with the antitrust laws and modify them pro tanto [to that extent].”  (Simpson v. Union Oil Co. (1964) 377 U.S. 13, 24.)

The issuance of a federal patent creates “an exception to the general rule against monopolies and to the right of access to a free and open market.”  (Precision Co. v. Automotive Co. (1945) 324 U.S. 806, 816.)  While “the limited monopolies granted to patent owners do not exempt them from the prohibitions” of antitrust law (Standard Oil Co. v. United States (1931) 283 U.S. 163, 169; see United Shoe Mach. Co. v. United States (1922) 258 U.S. 451, 463–464 [“the rights secured by a patent do not protect the making of contracts in restraint of trade”]), in a given case possession of a patent may provide a defense to liability (United States v. Gen. Elec. Co. (1926) 272 U.S. 476, 488–490; Valley Drug Co. v. Geneva Pharmaceuticals (11th Cir. 2003) 344 F.3d 1294, 1307).  Courts thus must reconcile the two bodies of law, making “an adjustment between the lawful restraint on trade of the patent monopoly and the illegal restraint prohibited broadly by” antitrust law.   (United States v. Line Material Co. (1948) 333 U.S. 287, 310.)

The particular accommodation this case calls for arises from an issue of virtual first impression under the Cartwright Act:  how to apply the statutory bar against restraints of trade to patent settlement agreements that limit competition, but no more broadly than an injunction enforcing the patent would have, had one been obtained.  (Cf. In re Cardizem CD Antitrust Litigation (6th Cir. 2003) 332 F.3d 896, 904, fn. 8, 906–909.)

As commentators have noted, an excess of invalid patents is one of the principal problems in modern patent law.  (See Ford, Patent Invalidity Versus Noninfringement (2013) 99 Cornell L.Rev. 71, 74 & fn. 11 [discussing substantial scholarship on the point].)

“Interpretations of federal antitrust law are at most instructive, not conclusive, when construing the Cartwright Act, given that the Cartwright Act was modeled not on federal antitrust statutes but instead on statutes enacted by California’s sister states around the turn of the 20th century.”  (Aryeh v. Canon Business Solutions, Inc. (2013) 55 Cal.4th 1185, 1195; see State of California ex rel. Van de Kamp v. Texaco, Inc. (1988) 46 Cal.3d 1147, 1164.) 

Patent law is federal law.  (U.S. Const., art. I, § 8, cl. 8; see Bonito Boats, Inc. v. Thunder Craft Boats, Inc., supra, 489 U.S. at pp. 146–157.)  The United States Supreme Court is the final arbiter of questions of patent law and the extent to which interpretations of antitrust law—whether state or federal—must accommodate patent law’s requirements.
If the assertion of patent rights leads to a court injunction excluding a competitor from the marketplace, there is no antitrust problem.  If instead the assertion leads to a private settlement agreement, there is a potential antitrust problem.  With a settlement, any restraint arises directly from the private agreement and only indirectly from the patent, which remains in the background, motivating the parties’ actions according to their assessments of its strength.  That  a patent has not (yet) been invalidated may allow some confidence about its fundamental enforceability, but does not allow a court to skip entirely an antitrust analysis of competitive restraints within the patent’s scope on the assumption that its validity has been established.  The scope of the patent test is flawed precisely because it assumes away whatever level of uncertainty a given patent—the ’444 patent here, no less than the one at issue in Actavis—may be subject to.

The Cartwright Act and Sherman Act carry forward the common law understanding that “only unreasonable restraints of trade are prohibited.”  (Marin County Bd. of Realtors, Inc. v. Palsson, supra, 16 Cal.3d at p. 930.) Under the traditional rule of reason, “inquiry is limited to whether the challenged conduct promotes or suppresses competition.”  (Fisher v. City of Berkeley (1984) 37 Cal.3d 644, 672, affd. sub nom. Fisher v. Berkeley (1986) 475 U.S. 260.)  To determine whether an agreement harms competition more than it helps, a court may consider “the facts peculiar to the business in which the restraint is applied, the nature of the restraint and its effects, and the history of the restraint and the reasons for its adoption.”  (United States v. Topco Associates, Inc. (1972) 405 U.S. 596, 607; see Corwin v. Los Angeles Newspaper Service Bureau, Inc., supra, 4 Cal.3d at p. 854.)  In a typical case, this may entail expert testimony on such matters as the definition of the relevant market (Corwin, at p. 855) and the extent of a defendant’s market power (Fisherman’s Wharf Bay Cruise Corp. v. Superior Court (2003) 114 Cal.App.4th 309, 334–339; Roth v. Rhodes (1994) 25 Cal.App.4th 530, 542–543).
Rule of reason inquiry is not required in every case; we and the United States Supreme Court have partially simplified the analysis by identifying categories of agreements or practices that can be said to always lack redeeming value and thus qualify as per se illegal.  (See Northern Pac. R. Co. v. United States (1958) 356 U.S. 1, 5; Marin County Bd. of Realtors, Inc. v. Palsson, supra, 16 Cal.3d at pp. 930–931; Oakland-Alameda County Builders’ Exchange v. F. P. Lathrop Constr. Co. (1971) 4 Cal.3d 354, 360–362.)  “The per se rule reflects an irrebuttable presumption that, if the court were to subject the conduct in question to a full-blown inquiry, a violation would be found under the traditional rule of reason.”  (Fisher v. City of Berkeley, supra, 37 Cal.3d at p. 666.)
More recently, a third category, quick look rule of reason analysis, has emerged.  (California Dental Assn. v. FTC (1999) 526 U.S. 756, 769770; see FTC v. Indiana Federation of Dentists (1986) 476 U.S. 447, 459–460; NCAA v. Board of Regents of Univ. of Okla. (1984) 468 U.S. 85, 109–110.)  Under the quick look approach, applicable to cases where “an observer with even a rudimentary understanding of economics could conclude that the arrangements in question would have an anticompetitive effect on customers and markets,” a defendant may be asked to come forward with procompetitive justifications for a challenged restraint without the plaintiff having to introduce elaborate market analysis first.  (California Dental Assn., at p. 770.)
We begin with the proposition that agreements to establish or maintain a monopoly are restraints of trade made unlawful by the Cartwright Act.  (Lowell v. Mother’s Cake & Cookie Co. (1978) 79 Cal.App.3d 13, 23; Dimidowich v. Bell & Howell (9th Cir. 1986) 803 F.2d 1473, 1478.)  Under general antitrust principles, a business may permissibly develop monopoly power, i.e., “the power to control prices or exclude competition” (United States v. DuPont & Co. (1956) 351 U.S. 377, 391), through the superiority of its product or business acumen.  To acquire or maintain that power through agreement and combination with others, however, is quite a different matter.  (United States v. Grinnell Corp. (1966) 384 U.S. 563, 570–571.)
Pursuant to this rule, businesses may not engage in a horizontal allocation of markets, with would-be competitors dividing up territories or customers.  (United States v. Topco Associates, Inc., supra, 405 U.S. at pp. 608, 612; Vulcan Powder Co. v. Hercules Powder Co., supra, 96 Cal. at pp. 514–515; Guild Wineries & Distilleries v. J. Sosnick & Son (1980) 102 Cal.App.3d 627, 633–635.)  Such allocations afford each participant an “enclave . . . , free from the danger of outside incursions,” in which to exercise monopoly power and extract monopoly premiums.  (United States v. Sealy, Inc. (1967) 388 U.S. 350, 356.)
Similarly, a firm may not “pay its only potential competitor not to compete in return for a share of the profits that firm can obtain by being a monopolist.”  (Valley Drug Co. v. Geneva Pharmaceuticals, supra, 344 F.3d at p. 1304.)  In Palmer v. BRG of Ga., Inc. (1990) 498 U.S. 46, for example, two competing bar review course providers did just that.  One provider agreed to withdraw from a particular state market in exchange for the second provider paying the withdrawing provider a share of subsequent profits and agreeing in return not to compete outside that state market.  In a per curiam opinion, the United States Supreme Court summarily declared the agreement unlawful on its face.  (Id. at pp. 49–50; see Getz Bros. & Co. v. Federal Salt Co. (1905) 147 Cal. 115, 119 [payment for agreement not to compete and to discourage others from competing is illegal]; Wright v. Ryder, supra, 36 Cal. at p. 359 [agreement not to compete in California market violates common law prohibition on restraints of trade].)

Second, these principles extend into the patent arena to prohibit a patentee’s purchase of a potential competitor’s consent to stay out of the market.  Antitrust law condemns a patentee’s payment “to maintain supracompetitive prices to be shared among the patentee and the challenger rather than face what might have been a competitive market.”  (Actavis, supra, 570 U.S. at p. ___ [186 L.Ed.2d at p. 363, 133 S.Ct. at p. 2236].)  This is so even when the patent is likely valid: “The owner of a particularly valuable patent might contend, of course, that even a small risk of invalidity justifies a large payment.  But, be that as it may, the payment (if otherwise unexplained) likely seeks to prevent the risk of competition.  And, as we have said, that consequence constitutes the relevant anticompetitive harm.”  (Ibid.)
Actavis embraces the insights of Professor Carl Shapiro and others that the relevant benchmark in evaluating reverse payment patent settlements should be no different from the benchmark in evaluating any other challenged agreement:  What would the state of competition have been without the agreement?  In the case of a reverse payment settlement, the relevant comparison is with the average level of competition that would have obtained absent settlement, i.e., if the parties had litigated validity/invalidity and infringement/noninfringement to a judicial determination. 
Consider a patent with a 50 percent chance of being upheld.  After litigation, on average, consumers would be subject to a monopoly for half the remaining life of the patent.  A settlement that allowed a generic market entry at the midpoint of the time remaining until expiration would replicate the expected level of competition; the period of exclusion would reflect the patent’s strength.  But a settlement that delayed entry still longer would extend the elimination of competition beyond what the patent’s strength warranted; to the extent it did, the additional elimination of the possibility of competition would constitute cognizable anticompetitive harm.  (See Actavis, supra, 570 U.S. at p. ___ [186 L.Ed.2d at p. 363, 133 S.Ct. at p. 2236].)
Barr argues that the procompetitive or anticompetitive effects of a settlement must be measured by comparison to the entire remaining life of a patent.  We disagree.  Actavis makes clear that for antitrust purposes patents are no longer to be treated as presumptively ironclad.  This means the period of exclusion attributable to a patent is not its full life, but its expected life had enforcement been sought.  This expected life represents the baseline against which the competitive effects of any agreement must be measured. If an agreement only replicates the likely average result of litigation, any exclusion is a function of the underlying patent strength; if it extends exclusion beyond that point, this further exclusion from the marketplace—and the attendant anticompetitive effect—is attributable to the agreement.  Actavis thus represents an application of the settled principle that “the owner of a patent cannot extend his statutory grant by contract or agreement.  A patent affords no immunity for a monopoly not fairly or plainly within the grant.”  (U.S. v. Masonite Corp. (1942) 316 U.S. 265, 277.)  The measure of the statutory grant, and the limit on the monopoly that may be preserved by agreement, is the average expected duration that would have resulted from judicial testing.
Every case involves a comparison of a challenged agreement against a prediction about—a probabilistic assessment of—the expected competition that would have arisen in its absence.  (Shapiro, Antitrust Analysis of Patent Settlements Between Rivals, supra, 17 Antitrust at p. 70.) 
The antitrust laws foreclose agreements eliminating “the risk of competition”—the competitive market that “might have been.”  (Actavis, supra, 570 U.S. at p. ___ [186 L.Ed.2d at p. 363, 133 S.Ct. at p. 2236].)
An agreement to exchange consideration for elimination of any portion of the period of competition that would have been expected had a patent been litigated is a violation of the Cartwright Act.

A plaintiff must establish the amount of the payment, over and above the value of collateral products or services from the generic, also exceeds the brand’s anticipated future litigation costs. In some cases, a “reverse payment . . . may amount to no more than a rough approximation of the litigation expenses saved through the settlement. . . .  Where a reverse payment reflects traditional settlement considerations, such as avoided litigation costs or fair value for services, there is not the same concern that a patentee is using its monopoly profits to avoid the risk of patent invalidation or a finding of noninfringement.  In such cases, the parties may have provided for a reverse payment without having sought or brought about the anticompetitive consequences we mentioned above.”  (Actavis, supra, 570 U.S. at p. ___ [186 L.Ed.2d at p. 362, 133 S.Ct. at p. 2236].) 
Once payment to the generic exceeds what the brand is otherwise receiving from it in products and services or would have spent to litigate, a court may fairly presume the settling parties have engaged in such conduct and should be put to the burden of coming forward with a procompetitive justification for their settlement.  (Elhauge & Krueger, Solving the Patent Settlement Puzzle, supra, 91 Tex. L.Rev. at pp. 297304; see Edlin et al., Activating Actavis (2013) 28 Antitrust 16, 22, appen.; Lemley & Shapiro, Probabilistic Patents, supra, 19 J. Econ. Perspectives at p. 93; Shapiro, Antitrust Limits to Patent Settlements, supra, 34 RAND J. Econ. at p. 408.)
Indeed, insufficient scrutiny of such settlements has the potential to hamper innovation by allowing weak patents to offer the exact same exclusionary potential and monopoly possibilities as strong ones, thus steering innovator incentives away from more costly true innovation and toward cheaper, less socially valuable pseudoinnovation.  (See Mungan, Reverse Payments, Perverse Incentives, supra, 27 Harv. J. Law & Tech. at pp. 42–44; Elhauge & Krueger, Solving the Patent Settlement Puzzle, at pp. 294–295.)
Hemphill, An Aggregate Approach to Antitrust:  Using New Data and Rulemaking to Preserve Drug Competition, supra, 109 Colum. L.Rev. at page 638 (treating patents as conclusively valid until expiration “produces the absurd result that an ironclad patent and a trivial patent have the same exclusionary force”).

Proving that a restraint has anticompetitive effects often requires the plaintiff to “ ‘delineate a relevant market and show that the defendant plays enough of a role in that market to impair competition significantly,’ ” i.e., has market power.  (Roth v. Rhodes, supra, 25 Cal.App.4th at p. 542.)  Here, proof of a sufficiently large payment is a surrogate: “the ‘size of the payment from a branded drug manufacturer to a prospective generic is itself a strong indicator of power’—namely, the power to charge prices higher than the competitive level.”  (Actavis, supra, 570 U.S. at p. ___ [186 L.Ed.2d at p. 362, 133 S.Ct. at p. 2236].)  Logically, a patentee would not pay others to stay out of the market unless it had sufficient market power to recoup its payments through supracompetitive pricing.  (Ibid.)  Consequently, proof of a reverse payment in excess of litigation costs and collateral products and services raises a presumption that the settling patentee has market power sufficient for the settlement to generate significant anticompetitive effects.
Once a plaintiff has made out a prima facie case that a reverse payment patent settlement has anticompetitive effects, a court “must weigh these anticompetitive effects against the possible justifications” for the challenged restraint.  (Marin County Bd. of Realtors, Inc. v. Palsson, supra, 16 Cal.3d at p. 937.) 
Plaintiffs argue we should declare every reverse payment in excess of litigation costs and collateral products and services a per se violation of the Cartwright Act.  We are unwilling to declare every settlement payment of a certain size illegal.  Like the United States Supreme Court, we cannot say with reasonable certainty—yet—that we have posited every possible justification that might render a particular reverse payment settlement procompetitive.  (See Actavis, supra, 570 U.S. at p. ___ [186 L.Ed.2d at p. 362, 133 S.Ct. at p. 2236].) 
(…) This does not mean any justification will do.  An antitrust defendant cannot argue a settlement is procompetitive simply because it allows competition earlier than would have occurred if the brand had won the patent action; as Actavis and our previous discussion make clear, the relevant baseline is the average period of competition that would have obtained in the absence of settlement.  (See Actavis, supra, 570 U.S. at p. ___ [186 L.Ed.2d at p. 363, 133 S.Ct. at p. 2236].)
What matters is whether a settlement postpones market entry beyond the average point that would have been expected at the time in the absence of agreement.  (See In re Aggrenox Antitrust Lit. (D. Conn., Mar. 23, 2015, No. 3:14-md-2516 (SRU)) __ F.Supp.3d __ [2015 U.S.Dist. Lexis 35634, *38] [“The salient question is not whether the fully-litigated patent would ultimately be found valid or invalid—that may never be known—but whether the settlement included a large and unjustified reverse payment leading to the inference of profit-sharing to avoid the risk of competition.”].)
The prima facie case requires the plaintiff to eliminate the possibility that litigation costs or other products or services could explain the consideration paid the generic.  If a plaintiff does so and thereafter can dispel each additional justification the defendants put forward to explain the consideration, the conclusion follows that the settlement payment must include, in part, consideration for additional delay in entering the market.  That payment for delay is condemned by the Cartwright Act, as by federal antitrust law, and its purchase as part of a settlement agreement is an unlawful restraint of trade.

State antitrust law ordinarily is fully compatible with federal law.  States have regulated against monopolies and unfair competition for longer than the federal government, and federal law is intended only “to supplement, not displace, state antitrust remedies.”  (California v. ARC America Corp. (1989) 490 U.S. 93, 102; see id. at pp. 101–102 & fn. 4; Partee v. San Diego Chargers Football Co. (1983) 34 Cal.3d 378, 382.)  “The Cartwright Act is broader in range and deeper in reach than the Sherman Act” (Cianci v. Superior Court, supra, 40 Cal.3d at p. 920); this greater domain has never been thought to pose supremacy clause problems.  To the contrary, in light of the established state role, a presumption against preemption applies.  (ARC America Corp., at p. 101.) (Cal. S.Ct., May 7, 2015, In re Cipro Cases I & II, S198616).

Books: Carrier, Unsettling Drug Patent Settlements: A Framework for Presumptive Illegality (2009) 108 Mich. L.Rev. 37, 47; Bulow, The Gaming of Pharmaceutical Patents in 4 Innovation Policy and the Economy (Jaffe et al. edits., 2004) 145, 163; Hemphill, An Aggregate Approach to Antitrust:  Using New Data and Rulemaking to Preserve Drug Competition (2009) 109 Colum. L.Rev. 629, 651; Lemley & Shapiro, Probabilistic Patents (2005) 19 J. Econ. Perspectives 75, 88; Cotter, Refining the “Presumptive Illegality” Approach to Settlements of Patent Disputes Involving Reverse Payments: A Commentary on Hovenkamp, Janis & Lemley (2003) 87 Minn. L.Rev. 1789, 1801; Hovenkamp, Anticompetitive Patent Settlements and the Supreme Court’s Actavis Decision (2014) 15 Minn. J. L. Sci. & Tech. 3, 8–13; 12 Areeda & Hovenkamp, Antitrust Law, supra, ¶ 2046, pp. 341–345; Ford, Patent Invalidity Versus Noninfringement (2013) 99 Cornell L.Rev. 71, 74 & fn. 11;  Lemley, Rational Ignorance at the Patent Office (2001) 95 Nw.U. L.Rev. 1495, 1499–1500; Shapiro, Antitrust Analysis of Patent Settlements Between Rivals (Summer 2003) 17 Antitrust 70; Leffler & Leffler, The Probabilistic Nature of Patent Rights (Summer 2003) 17 Antitrust 77; Shapiro, Antitrust Limits to Patent Settlements (2003) 34 RAND J. Econ. 391, 395; Addanki & Butler, Activating Actavis: Economic Issues in Applying the Rule of Reason to Reverse Payment Settlements (2014) 15 Minn. J. L. Sci. & Tech. 77; Willig & Bigelow, Antitrust Policy Toward Agreements that Settle Patent Litigation (2004) 49 Antitrust Bull. 655; Mungan, Reverse Payments, Perverse Incentives (2013) 27 Harv. J. Law & Tech. 1; Elhauge & Krueger, Solving the Patent Settlement Puzzle (2012) 91 Tex. L.Rev. 283; Kades, Whistling Past the Graveyard: The Problem with the Per Se Legality Treatment of Pay-for-Delay Settlements (2009) 5 Competition Policy Internat. 143.

Relations entre le droit des cartels et le droit des brevets d’invention : pour sauvegarder la concurrence sur les marchés, le droit des cartels interdit les accords qui créent un monopole ou qui perpétue l’existence d’un tel monopole. Le droit des brevets d’invention, par contraste, accorde des monopoles temporaires aux inventeurs, pour encourager le développement d’inventions utiles. La présente affaire considère une question clé à l’intersection de ces deux domaines du droit : le droit des cartels place-t-il une limite, et si oui laquelle, à l’admissibilité pour le détenteur d’un brevet de conclure des accords qui restreignent la concurrence pendant la durée de vie du brevet ? En particulier, lorsqu’une entité tierce tente d’invalider un brevet et d’entrer sur le marché, le détenteur du brevet peut-il payer ce tiers contre un retrait par celui-ci de son action en invalidation et contre une abstention d’acte concurrentiel jusqu’à l’expiration naturelle du brevet potentiellement invalide, ou jusqu’à une date proche de dite expiration ?
La réponse à ce type de questions est d’une importance particulière pour l’industrie pharmaceutique, confrontée à une série de procès par lesquels les fabricants de médicaments génériques, cherchant à introduire sur le marché des alternatives plus économiques aux médicaments brevetés, ont soulevé la défense d’invalidité des brevets dans le cadre d’actions en violation déposées par les titulaires desdits brevets. Avec une fréquence de plus en plus grande, ces affaires ont été transigées, le demandeur, détenteur du brevet, consentant à payer son adverse partie en échange d’un abandon de la procédure en invalidation du brevet et en échange d’un consentement par le producteur du générique à rester hors du marché. Cette affaire porte sur une transaction de ce genre.

Selon le droit fédéral des cartels, ces transactions judiciaires ne sauraient échapper à l’examen de leur validité sous l’angle du droit des cartels et de la concurrence, cela même s’ils ne limitent la concurrence pas davantage qu’un brevet valide ne l’aurait limitée. Référence est ici faite à la décision Actavis rendue en 2013 par la Cour Suprême fédérale et souvent citée en l’espèce. La Cour Suprême de Californie conclut que le droit des cartels californien est semblable au droit fédéral s’agissant de cette question. Certains brevets sont valides, d’autres ne le sont pas. Parfois un acte de concurrence porte atteinte à un brevet, parfois non. Les parties à une procédure restreignent illégalement l’activité commerciale lorsqu’elles s’entendent entre elles pour substituer un monopole consensuel à une potentielle concurrence, qui aurait fait suite à une constatation judiciaire d’invalidité ou à une constatation judiciaire d’absence de violation.

Pour illustrer ce type de situation, dans une autre affaire, antérieure à la présente, l’entreprise Bayer avait accepté de procéder à un paiement en faveur de l’entreprise Barr, et de lui fournir le produit pharmaceutique Cipro aux fins de vente sous licence par Barr, la vente pouvant débuter six mois avant l’expiration du brevet détenu par Bayer. Ce début de vente anticipé constituait le reflet de ce que permet la loi fédérale Hatch-Waxman, soit un duopole de 180 jours qui aurait été accordé par dite loi si Barr avait réussi à démontrer l’invalidité du brevet de Bayer  ou l’absence de violation de celui-ci. Conformément à la transaction intervenue, entre 1997 et 2003, Bayer a payé à Barr la somme de 398.1 millions de dollars. Pendant cette même période, les profits de Bayer dérivant de la vente du produit Cipro ont dépassé le milliard de dollars.

Cet accord de 1997 entre Bayer et Barr a entraîné une vague de procédures de droit des cartels, aussi bien étatiques que fédérales. La présente affaire découle de neuf actions de classe coordonnées, ouvertes par des acheteurs indirects de Cipro en Californie, actions dirigées contre Bayer et Barr. Dans ces procédures coordonnées, les demandeurs soutiennent que l’arrangement financier entre Bayer et Barr viole la loi californienne Cartwright Act, la loi sur la concurrence déloyale, et l’interdiction des monopoles découlant de la Common law. Les demandeurs allèguent à titre principal que l’accord de 1997 préserve le monopole de Bayer et préserve la possibilité pour Bayer de pratiquer des prix supra concurrentiels au détriment des consommateurs, Bayer partageant corollairement ces profits dérivés du monopole avec Barr.

La Cour Suprême californienne a admis d’entrer en matière en l’espèce pour se prononcer sur d’importantes questions de droit des cartels californien, non résolues à cette époque. Après accord conforme au droit, Barr est restée seule défenderesse et Bayer s’est retirée de la procédure.

Il est ensuite rappelé que selon le droit fédéral, en particulier selon la loi fédérale Hatch-Waxman, le marché des produits pharmaceutiques est soumis à quelques spécificités. La période de 180 jours précitée crée une exclusivité en ce sens qu’aucun tiers, notamment aucun producteur de générique, ne peut obtenir une approbation de la Food and Drug Administration avant l’expiration de cette période de 180 jours. En outre, d’autres entreprises produisant des produits génériques et tentées de contester la validité d’un brevet ensuite d’un accord intervenu entre l’entreprise de génériques qui a agi en premier lieu, seront tenues d’attendre pendant 30 mois, soit pendant un délai que la marque peut obtenir juste en s’opposant à la requête d’approbation déposée devant la Food and Drug Administration. Cette situation permet à la marque de choisir l’opposant le plus motivé, et celui qui est le plus près d’entrer sur le marché, tandis que les autres compétiteurs potentiels demeurent en quelque sorte coincés dans la file d’attente.

Le régime légal tel qu’en vigueur implique l’existence d’une grande motivation, chez le titulaire du brevet et chez le fabricant du médicament générique, à établir un cartel par le biais d’une transaction prévoyant un paiement en faveur de l’entreprise générique, et cela quel que soit le degré de validité vraisemblable du brevet.

Plutôt que de supporter des frais de procédures, le titulaire du brevet et l’entreprise générique peuvent ainsi trouver un accord qui reflète la validité ou l’invalidité vraisemblable du brevet (validité présumée forte, paiement moindre ; validité présumée faible, paiement important), qui attribue à la marque générique une part des bénéfices du monopole, et qui laisse le titulaire du brevet seul fabricant du produit.

Vraisemblablement est-ce pour cette raison que ce type de paiements, pratiquement inexistants avant l’entrée en vigueur de la loi fédérale Hatch-Waxman, ont depuis proliféré. Tel n’était probablement pas l’intention du Congrès. La question que pose la présente espèce consiste à déterminer si le droit des cartels californien se prononce à ce niveau, et si oui comment.

Le Législateur a promulgué le Cartwright Act, qui représente la principale législation de l’état portant sur les cartels. L’intention du Législateur était de réglementer le pouvoir bourgeonnant des monopoles et cartels. Le but principal de la loi est de préserver les intérêts des consommateurs. La loi, tout comme le droit des cartels et de la concurrence en général, est fondée sur l’idée que la libre interaction des forces de la concurrence est de nature à produire la meilleure allocation de nos ressources économiques, les prix les plus bas, la plus haute qualité et le plus grand progrès matériel, le tout dans un environnement permettant la préservation de nos institutions démocratiques politiques et sociales. Au cœur de cette législation se trouve l’interdiction des accords qui empêchent la croissance de marchés sains et compétitifs portant sur les biens et les services et qui empêchent la formation des prix par les forces du marché.

Le Cartwright Act, de par ses termes, interdit les cartels, compris comme toutes combinaisons, par deux ou plusieurs personnes, tendant à créer ou poursuivre des restrictions aux échanges ou au commerce, ou tendant à empêcher la concurrence dans les processus de fabrication, de transport, vente, achat, de marchandises, de produits ou de biens.

Sont également prohibés les accords par lesquels deux ou plusieurs entités s’accordent pour mettre ensemble, combiner, directement ou indirectement unifier, un intérêt qu’elles pourraient avoir lié à une vente d’un article ou d’un produit, de tel sorte que son prix pourrait en être affecté d’une quelconque manière. Les accords passés en violation du Cartwright Act sont absolument nuls et insusceptibles d’exécution forcée, at law ou in equity.

Bien que le Cartwright Act soit rédigé en termes absolus, en pratique, les accords inclus dans le cadre de ses interdictions n’ont pas été systématiquement jugés contraire au droit. Les Sections 16720, 16722, et 16726 du Business and Professions Code californien font usage de la notion d’interdiction des limitations apportées au commerce telle que découlant de la Common law. Les décisions les plus anciennes rendues sous les auspices de la Common law imposaient une règle absolue, déclarant nuls tous les contrats qui, d’une manière ou d’une autre, visaient à limiter le commerce. Mais la règle de la Common law fut rapidement modifiée et ainsi assouplie, toléra les restrictions au commerce quand les effets des restrictions restaient dans des limites raisonnables. La Cour Suprême fédérale s’inspira de la Common law pour formuler la règle de raison, qui constitue le test permettant de déterminer quels accords portent atteinte au droit des cartels fédéral, et par la suite, la Cour Suprême de Californie se référa au même test. Cette dernière Cour a considéré qu’il pouvait être admis que les interdictions à large sceptre prévues par le Cartwright Act étaient soumises à une exception implicite semblable à celle qui déclare conforme au droit les limitations au commerce raisonnables au sens du droit des cartels fédéral (Sherman Antitrust Act). Ce qui était vrai sous la Common law, cependant, reste vrai aujourd’hui : la difficulté consiste à différencier une restriction raisonnable d’une restriction déraisonnable.

Cette difficulté est renforcée du fait que le droit des cartels n’existe pas dans le vide. Le droit des brevets d’invention est en relation proche avec le droit des cartels et peut modifier ce droit.

La délivrance d’un brevet d’invention, fédéral, établit une exception à la règle générale contre les monopoles, et par là une exception au droit d’accès à un marché libre et ouvert. Le monopole limité attribué au détenteur d’un brevet ne l’exempte pas des interdictions de la loi sur les cartels. Les droits garantis par un brevet n’immunisent pas la conclusion de contrats contre l’illicéité de certaines limitations apportées ainsi au commerce. Dans un cas particulier, être titulaire d’un brevet peut procurer un moyen de défense permettant d’éviter une responsabilité. Les Tribunaux doivent ainsi veiller à la compatibilité de ces deux types de règles de droit, procédant à un ajustement entre une limitation légale au commerce découlant du monopole conféré par le brevet et une limitation illégale, largement interdite par le droit des cartels.

La mise en œuvre de cette compatibilité, en l’espèce, porte sur une question qui n’a à ce jour jamais été tranchée sous l’angle du Cartwright Act : comment appliquer l’interdiction légale contre les limitations au commerce, aux accords en matière de brevet qui limitent la concurrence, l’intervention judiciaire ne devant pas avoir comme résultat de limiter de tels accords plus largement que ne le ferait une injonction judiciaire se prononçant sur la validité et l’étendue dudit brevet.

Comme l’ont remarqué les commentateurs, un grand nombre de brevets invalides constitue l’un des principaux problèmes du droit des brevets de notre époque.

Dans le cadre de l’interprétation du Cartwright Act californien, les règles d’interprétation du droit des cartels fédéral sont au mieux instructives, et non pas définitives, considérant que le Cartwright Act a été façonné non pas à partir du droit fédéral régissant les cartels, mais à partir des lois promulguées par les états voisins de la Californie au tournant du 20è siècle.

Le droit des brevets est fédéral (cf. Art. I, § 8, cl. 8 de la Constitution fédérale). C’est la Cour Suprême fédérale qui est l’arbitre ultime en la matière, ainsi que pour la question de savoir dans quelle mesure le droit des brevets influence le droit des cartels, fédéral ou étatique.
Si l’invocation d’un droit découlant d’un brevet conduit un Tribunal à rendre une injonction excluant un concurrent du marché, il n’existe aucun problème de droit des cartels. Mais si l’invocation d’un droit découlant d’un brevet conduit à la conclusion d’un accord entre parties, il existe un problème potentiel de droit des cartels. Dans le cadre d’un accord entre parties, la restriction à la concurrence provient directement de l’accord lui-même, et seulement indirectement du brevet, lequel reste en arrière-plan, constituant la base de l’action des parties, après que celles-ci ait évalué sa force, soit la probabilité de sa validité respectivement de son invalidité. Qu’un brevet n’ait pas (encore) été invalidé permet de supposer sa validité, mais ne permet pas à un Tribunal d’éviter une analyse, sous l’angle du droit des cartels, d’éventuels effets anticoncurrentiels survenant dans le champ du brevet. Le Tribunal ne saurait en effet considérer le brevet comme automatiquement valide.

Le Cartwright Act californien et le Sherman Act fédéral reprennent la notion de la Common law selon laquelle seules des limitations déraisonnables au commerce sont interdites. Selon la traditionnelle « règle de raison », les investigations se limitent à déterminer si la conduite litigieuse promeut ou parasite la concurrence. Pour déterminer si un accord entre parties porte atteinte à la concurrence davantage qu’il ne la sauvegarde, un Tribunal peut considérer les faits particuliers au type d’activité économique à laquelle la restriction de concurrence est appliquée, la nature de la restriction et ses effets, l’historique de la restriction, et les raisons à la base de son adoption. Dans un cas typique, ces investigations peuvent impliquer la déposition d’un expert au sujet de la détermination du marché relevant, et au sujet de l’étendue du pouvoir du/des défendeur/s sur ce marché. Une investigation selon la règle de raison n’est pas systématiquement nécessaire. La Cour Suprême de Californie et la Cour Suprême fédérale ont partiellement simplifié l’analyse en identifiant des catégories d’accords ou de pratiques pouvant être considérées comme manquant toujours de valeur au niveau du marché. Ces catégories sont en elles-mêmes illicites (per se illegal). La règle de l’illégalité « per se » reflète la présomption irréfragable que si un Tribunal devait procéder à une instruction complète de la conduite litigieuse, une violation serait immanquablement constatée sous l’angle de la traditionnelle règle de raison.

Plus récemment, une troisième catégorie a été développée, du nom de la « règle de l’examen rapide du caractère raisonnable » (quick look rule of reason). Cette nouvelle catégorie est applicable aux cas dans lesquels un observateur, même pourvu que d’une compréhension rudimentaire des mécanismes économiques, pourrait conclure que l’accord litigieux serait susceptible de déployer des effets anticoncurrentiels sur les consommateurs et sur les marchés. Elle implique qu’il peut être demandé à un défendeur d’apporter des justifications démontrant que l’accord sauvegarde la concurrence, sans pour autant que le demandeur soit tenu d’apporter en premier lieu une analyse de marché élaborée.

On commence ici avec l’hypothèse que les accords visant à établir ou à maintenir un monopole constituent des limitations au commerce contraires au Cartwright Act. Selon les principes généraux du droit des cartels, une entreprise peut développer un monopole conforme au droit, la notion de monopole étant comprise comme le pouvoir de contrôler les prix ou d’exclure la concurrence, par la supériorité des produits ou par le sens des affaires. Acquérir ou maintenir ce pouvoir par des accords et des arrangements avec des tiers est cependant complètement différent. Dès lors, des entreprises ne sauraient s’engager dans une attribution de marchés horizontale, avec les concurrents en présence qui se partagent territoires et clients. Une telle attribution confère en effet à chaque participant une enclave, libre du danger de toute incursion externe, dans laquelle il peut exercer son pouvoir monopolistique et soutirer des primes découlant du monopole.
De manière similaire, une entreprise ne saurait verser une somme d’argent à son seul concurrent potentiel contre la promesse de ce concurrent de ne pas faire concurrence, partageant ainsi avec lui une partie des profits que dite entreprise peut tirer de sa situation monopolistique. Dans la décision Palmer v. BRG of Ga., Inc. (1990), rendue par la Cour Suprême fédérale, deux compagnies qui offraient des cours préparant à l’examen du barreau ont conclu un arrangement de ce type. L’une des compagnies a accepté de se retirer du marché d’un état. En contrepartie, la seconde compagnie lui a versé une part de ses profits ultérieurs, tout en acceptant de ne pas faire concurrence hors du marché de l’état dans lequel elle agissant seule. La Cour Suprême fédérale, dans une décision rendue « Per Curiam », jugea un tel accord contraire au droit.

Ces principes s’étendent au domaine du droit des brevets et interdisent au titulaire d’un brevet d’acheter le consentement d’un concurrent potentiel à rester hors du marché.

Le droit des cartels n’autorise pas un versement du titulaire du brevet aux fins du maintien de prix supérieurs à ceux résultant d’un marché compétitif et aux fins du partage du profit ainsi réalisé avec le tiers qui conteste la validité du brevet, cela au lieu de faire face à ce qui aurait été autrement un marché compétitif (cf. décision Actavis rendue par la Cour Suprême fédérale). Il en est ainsi même lorsque le brevet est vraisemblablement valide : le titulaire d’un brevet à haute valeur peut bien entendu prétendre que même un faible risque d’invalidité justifie un paiement important. Mais dans ce cas le paiement recherche vraisemblablement à prévenir le risque de concurrence. Et c’est bien cette conséquence qui constitue le dommage anticoncurrentiel. La jurisprudence Actavis adopte les vues du Professeur Carl Shapiro : le critère relevant dans l’évaluation de ces accords « somme d’argent contre abandon de la contestation de la validité du brevet » ne saurait être différent du critère relevant dans l’évaluation d’autres accords litigieux : quelle serait la situation concurrentielle en l’absence de l’accord examiné ? Dans le cas de l’un de ces accords « paiement/validité », la comparaison doit se faire avec le niveau moyen de concurrence qui aurait été obtenu sans accord, soit qui aurait été obtenu si les parties n’avaient pas transigé et avaient laissé le Tribunal se prononcer sur la question de la validité du brevet et sur la question de la violation ou non de dit brevet.

Soit un brevet dont les chances que sa validité soit confirmée par le Tribunal s’élèvent à 50%. A l’issue de la procédure, en moyenne, les consommateurs devront supporter un monopole pendant la moitié de la durée de vie restante du brevet. Un accord qui permet à un médicament générique d’entrer sur le marché au milieu du temps de validité restant du brevet réplique le niveau de concurrence attendu. Dans cette hypothèse la période d’exclusion reflète la force du brevet. Mais un accord qui diffère l’entrée sur le marché au-delà de cette durée intermédiaire reviendrait à étendre l’élimination de concurrence au-delà de ce que mérite la force du brevet. Cette extension de temps implique une élimination additionnelle de la possibilité de concurrence, constituant le dommage anticoncurrentiel. Ainsi, il est inexact de soutenir que les effets favorables ou défavorables à la concurrence d’un accord doivent être mesurés en comparaison avec toute la durée de vie restante du brevet.

La jurisprudence Actavis indique clairement que dans le cadre du droit des cartels, les brevets ne peuvent plus être présumés inattaquables. Cela signifie que la période d’exclusivité liée à un brevet ne se prolonge pas pendant la durée de vie du brevet, mais pendant sa durée de vie vraisemblable si sa validité avait été en jeu dans le cadre d’une procédure judiciaire. Cette durée de vie ainsi retenue représente la règle qui va servir à mesurer les effets concurrentiels d’un accord. Si un accord se limite à reprendre le résultat moyen vraisemblable de la procédure, l’exclusivité représente un attribut de la force du brevet. Si l’accord étend l’exclusivité au-delà, cette exclusivité additionnelle, et ses effets anticoncurrentiels, découlent non plus de la force du brevet mais de l’accord litigieux. La jurisprudence Actavis représente ainsi une application du principe établi selon lequel le titulaire d’un brevet ne peut pas étendre l’exclusivité que lui attribue la loi par un contrat ou par un autre accord. Chaque cas implique comparaison de l’accord litigieux avec une évaluation - résultant des probabilités – de la concurrence attendue en l’absence de l’accord. Dans cette mesure, le droit des cartels interdit les accords qui éliminent le risque de concurrence, qui éliminent le marché concurrentiel qui aurait pu prendre naissance.

Ainsi, un accord par lequel une prestation de valeur est échangée pour éliminer toute portion de la concurrence qui aurait vraisemblablement  prévalu si l’accord avait fait l’objet d’une décision de justice constitue une violation du Cartwright Act.

Celui qui conteste l’accord doit établir que le montant versé par le titulaire du brevet au tiers qui entend entrer sur le marché (ici l’entreprise qui produit le médicament générique) excède à la fois la valeur des produits et des services collatéraux fournis par l’entreprise générique, et à la fois les frais de procédure qu’aurait dû supporter le titulaire du brevet en cas de procès conduit à son terme. Lorsqu’un tel montant versé par le titulaire du brevet reflète les considérations traditionnelles qui prévalent dans le domaine des transactions mettant fin à un litige, telles que l’évitation des frais de procédure ou la valeur équitable de services rendus, le risque est moindre d’observer que le titulaire du brevet utilise les gains tirés de son monopole pour éviter la possibilité d’une invalidation de son brevet ou pour éviter un jugement constatant l’absence de toute violation du brevet. Une fois constaté que les attributions en faveur de l’entreprise générique excèdent ce que le titulaire du brevet reçoit de dite entreprise en produits et services ou excèdent ce que le titulaire du brevet aurait dû investir en frais de procès, un Tribunal peut équitablement présumer que les parties à l’accord se sont engagées dans une conduite anticoncurrentielle et doivent supporter le fardeau de la production d’une justification favorable à la concurrence motivant leur accord. 

De fait, un examen insuffisant de tels accords dispose du potentiel de restreindre l’innovation en permettant à des brevets faibles d’offrir exactement le même potentiel d’exclusivité et les mêmes opportunités monopolistiques que les brevets forts. De la sorte, les incitations à l’innovation sont éloignées de la véritable innovation, qui est coûteuse, tout en étant rapprochées d’une prétendue innovation, bon marché et de valeur sociale moindre. Dans une contribution doctrinale, Hemphill remarque que traiter les brevets comme automatiquement valables jusqu’à leur expiration produit un résultat absurde : un brevet incontestable et un brevet sans valeur seraient armés de la même force exclusive.

Réussir à prouver qu’une entente implique des effets anticoncurrentiels exige souvent du demandeur de cerner un marché relevant et de démontrer que le défendeur joue un rôle suffisant sur ce marché pour entraver la concurrence de manière significative, soit qu’il dispose du pouvoir de marché (market power). En l’espèce, à ce critère se substitue la preuve d’un paiement suffisamment important : l’importance du payement effectué par le titulaire du brevet à l’intention d’un fabricant de médicament générique qui entend entrer sur le marché est en soi un fort indicateur de pouvoir sur le marché, consistant à détenir le pouvoir de facturer des prix plus élevés que ceux du marché. Logiquement, le titulaire d’un brevet ne versera rien à des tiers pour que ceux-ci restent hors du marché, à moins que dit titulaire ne dispose d’un pouvoir de marché suffisant pour récupérer la valeur de son paiement par le biais de prix plus élevés que ceux qui résulteraient d’un marché concurrentiel. Par conséquent, la preuve d’un tel paiement, qui excède les frais de procédure et les coûts de produits et services collatéraux implique une présomption que le titulaire du brevet partie à l’accord litigieux dispose d’un pouvoir de marché suffisant permettant à dit accord litigieux de déployer des effets anticoncurrentiels significatifs.

Dès que le demandeur a réussi à établir « prima facie » qu’un paiement résultant d’un tel accord litigieux entraîne des effets anticoncurrentiels, le Tribunal compétent doit comparer ces effets avec les justifications possibles à l’appui de la validité de l’accord litigieux.

La Cour n’entend pas juger que chaque paiement qui excède par son montant les frais de procédure et les frais d’acquisition de produits et services collatéraux constitue une violation « per se » du Cartwright Act. En effet, tout comme la Cour Suprême fédérale, la Cour de céans ne saurait dire avec une raisonnable certitude qu’elle est en mesure de déterminer chaque justification possible susceptible de rendre un tel paiement conforme au principe de concurrence.

Ce qui précède ne signifie nullement que n’importe quelle justification suffit à valider de tels accords litigieux. Un défendeur dans une action en droit des cartels ne saurait soutenir qu’un accord est conforme au principe de concurrence simplement du fait qu’il permet la concurrence plus tôt que si le titulaire du brevet avait gagné le procès. Comme l’indique la jurisprudence Actavis et la discussion précitée, la base relevante à considérer est la période moyenne de concurrence qui aurait pu être obtenue en l’absence de l’accord litigieux.

Ce qui importe, donc, est de savoir si un accord diffère les possibilités d’entrée sur le marché au-delà de la date moyenne attendue en l’absence de l’accord. La question relevante n’est pas de savoir si la procédure portant sur la validité d’un brevet, procédure menée à son terme, conduira à un jugement reconnaissant ou non la validité dudit brevet – cette question pouvant ne jamais être résolue – mais elle est de savoir si l’accord comprend un rétro-paiement important et injustifié, menant à une inférence de partage des profits pour éviter le risque de concurrence.

Un cas « prima facie » exige du demandeur d’éliminer la possibilité que les frais de procédure ou les frais d’autres produits ou services peuvent expliquer le montant payé à l’entreprise productrice du médicament générique. Si le demandeur y parvient et réussit ensuite à contester valablement chaque justification additionnelle que les défendeurs avancent pour expliquer le paiement, s’ensuit alors la conclusion que le paiement versé conformément à l’accord doit en partie inclure une contre-prestation pour le délai supplémentaire avant une possible entrée sur le marché. Le paiement effectué pour différer une entrée sur le marché est prohibé par le Cartwright Act, ainsi que par le droit fédéral des cartels, et le prix payé, dans le cadre d’un accord pour obtenir ce délai, constitue une restriction illicite apportée au commerce. 

De manière ordinaire, le droit des cartels étatique est complètement compatible avec le droit fédéral. Les états ont adopté leur réglementation contre les monopoles et contre la concurrence déloyale avant le Gouvernement fédéral, et le droit fédéral est compris comme complétant, et non modifiant, le droit des cartels étatique. En Californie, le Cartwright Act est d’application plus large que son équivalent fédéral, le Sherman Act. Cette constatation n’a jamais mené à des problèmes sous l’angle de la Supremacy Clause de la Constitution fédérale. Au contraire, à la lumière du rôle bien établi de l’état, s’applique une présomption contre la préemption du droit fédéral sur le droit d’un état.

No comments:

Post a Comment