Tuesday, May 26, 2015

Commil USA, LLC v. Cisco Systems, Inc., Docket 13-896

Patent: patent validity, patent infringement, patent: induced infringement, patent: contributory infringement: a patent holder, and the holder’s lawful licensees, can recover for monetary injury when their exclusive rights are violated by others’ wrongful conduct. One form of patent injury occurs if unauthorized persons or entities copy, use, or otherwise infringe upon the patented inven­tion. Another form of injury to the patent holder or his licensees can occur when the actor induces others to in­fringe the patent. In the instant case, both forms of in­jury—direct infringement and wrongful inducement of others to commit infringement—were alleged. Commil alleged that Cisco had infringed Commil’s patent by making and using networking equip­ment. In addition Commil alleged that Cisco had induced others to infringe the patent by selling the infringing equipment for them to use, in contravention of Commil’s exclusive patent rights.

A month before the second trial Cisco went to the United States Patent and Trademark Office and asked it to re- examine the validity of Commil’s patent. The Office granted the request; but, undoubtedly to Cisco’s disap­pointment, it confirmed the validity of Commil’s patent.

The jury returned a verdict for Commil on induced infringement and awarded $63.7 million in damages.

After the verdict, but before judgment, this Court issued its decision in Global-Tech Appliances, Inc. v. SEB S. A., 563 U. S. ___ (2011). That case held that, in an action for induced infringe­ment, it is necessary for the plaintiff to show that the alleged inducer knew of the patent in question and knew the induced acts were infringing. Id., at ___ (slip op., at 10).

What is at issue here is the second holding of the Court of Appeals, addressing Cisco’s contention that the trial court committed further error in excluding Cisco’s evidence that it had a good-faith belief that Commil’s patent was invalid.
Five Juges of the court of appeals would have granted rehearing en banc to consider the question whether a good-faith belief in invalidity is a defense to induced infringement.

This Court granted certiorari to decide that question.

Although the precise issue to be addressed concerns a claim of improper inducement to infringe, the discussion to follow refers as well to direct infringement and contrib­utory infringement, so it is instructive at the outset to set forth the statutory provisions pertaining to these three forms of liability. These three relevant provisions are found in §271 of the Patent Act. 35 U. S. C. §271. Subsection (a) governs direct infringement and provides: “Except as otherwise provided in this title, whoever without authority makes, uses, offers to sell, or sells any patented invention, within the United States or imports into the United States any patented invention during the term of the patent therefor, infringes the patent.” Under this form of liability, a defendant’s mental state is irrelevant. Direct infringement is a strict-liability offense. Global-Tech, 563 U. S., at ___ (slip op., at 5, n. 2). Subsection (b) governs induced infringement: “Whoever actively induces infringement of a patent shall be liable as an infringer.” In contrast to direct infringement, liability for inducing infringement attaches only if the defendant knew of the patent and that “the induced acts constitute patent in­fringement.” Id., at ___ (slip op., at 10). Subsection (c) deals with contributory infringement: “Whoever offers to sell or sells within the United States or imports into the United States a component of a patented machine, manufacture, combination or composition, or a material or apparatus for use in practicing a patented process, constituting a material part of the invention, knowing the same to be espe­cially made or especially adapted for use in an in­fringement of such patent, and not a staple article or commodity of commerce suitable for substantial non-infringing use, shall be liable as a contributory infringer.”
Like induced infringement, contributory infringement requires knowledge of the patent in suit and knowledge of patent infringement. Aro Mfg. Co. v. Convertible Top Replacement Co., 377 U. S. 476, 488 (1964) (Aro II).

This case asks a question of first impression: whether knowledge of, or belief in, a patent’s validity is required for induced infringement under §271(b).

The Global-Tech Court deemed that rules concerning contributory infringement were relevant to induced infringement, because the men­tal state imposed in each instance is similar. Before the Patent Act, inducing infringement was not a separate theory of indirect liability but was evidence of contributory infringement. 563 U. S., at ___ (slip op., at 5). Thus, in many respects, it is proper to find common ground in the two theories of liability.
The Global-Tech rationale is sound. Qualifying or limiting its holding, as the Government and Commil seek to do, would lead to the conclusion, both in inducement and contributory infringement cases, that a person, or entity, could be liable even though he did not know the acts were infringing. In other words, even if the defendant reads the patent’s claims differently from the plaintiff, and that reading is reasonable, he would still be liable because he knew the acts might infringe. Global-Tech requires more. It requires proof the defendant knew the acts were infringing. And the Court’s opinion was clear in rejecting any lesser mental state as the standard. Id., at ___ (slip op., at 13–14).

The question the Court confronts today concerns whether a defendant’s belief regarding patent validity is a defense to a claim of induced infringement. It is not.

The scienter element for induced infringement concerns infringement; that is a different issue than validity. Section 271(b) requires that the defendant “actively induced infringe­ment.” That language requires intent to “bring about the desired result,” which is infringement. Id., at ___ (slip op., at 4). And because infringement and validity are separate issues under the Act, belief regarding validity cannot negate the scienter required under §271(b).

When infringement is the issue, the validity of the patent is not the question to be confronted. In Cardinal Chemical Co. v. Morton Int’l, Inc., 508 U. S. 83 (1993), the Court explained, “A party seeking a declaratory judgment of invalidity presents a claim independent of the patent­ee’s charge of infringement.” Id., at 96. It further held noninfringement and invalidity were “alternative grounds” for dismissing the suit. Id., at 98. And in Deposit Guaranty Nat. Bank v. Roper, 445 U. S. 326 (1980), the Court explained that an accused infringer “may prevail either by successfully attacking the validity of the patent or by successfully defending the charge of infringement.” Id., at 334. These explanations are in accord with the long-accepted truth—perhaps the axiom—that infringement and invalidity are separate matters under patent law. See Pandrol USA, LP v. Airboss R. Prods., Inc., 320 F. 3d 1354, 1365 (CA Fed. 2003).

Allowing this new defense would also undermine a presumption that is a “common core of thought and truth” reflected in this Court’s precedents for a century. Radio Corp. of America v. Radio Engineering Laboratories, Inc., 293 U. S. 1, 8 (1934). Under the Patent Act, and the case law before its passage, a patent is “presumed valid.” §282(a); id., at 8. That presumption takes away any need for a plaintiff to prove his patent is valid to bring a claim. But if belief in invalidity were a defense to induced in­fringement, the force of that presumption would be less­ened to a drastic degree, for a defendant could prevail if he proved he reasonably believed the patent was invalid. That would circumvent the high bar Congress is presumed to have chosen: the clear and convincing standard. See Microsoft Corp. v. i4i Ltd. Partnership, 564 U. S. ___, ___– ___ (2011) (slip op., at 8–10). Defendants must meet that standard to rebut the presumption of validity. Ibid.

To say that an invalid patent cannot be infringed, or that someone cannot be induced to infringe an invalid patent, is in one sense a simple truth, both as a matter of logic and semantics. See M. Swift & Sons, Inc. v. W. H. Coe Mfg. Co., 102 F. 2d 391, 396 (CA1 1939). But the questions courts must address when interpreting and implementing the statutory framework require a determi­nation of the procedures and sequences that the parties must follow to prove the act of wrongful inducement and any related issues of patent validity. “Validity and in­fringement are distinct issues, bearing different burdens, different presumptions, and different evidence.” 720 F. 3d, at 1374 (opinion of Newman, J.). To be sure, if at the end of the day, an act that would have been an in­fringement or an inducement to infringe pertains to a patent that is shown to be invalid, there is no patent to be infringed. But the allocation of the burden to persuade on these questions, and the timing for the presentations of the relevant arguments, are concerns of central relevance to the orderly administration of the patent system.

Invalidity is an affirmative defense that “can preclude enforcement of a patent against otherwise infringing conduct.” 6A Chisum on Patents §19.01, p. 19–5 (2015). An accused infringer can, of course, attempt to prove that the patent in suit is invalid; if the patent is indeed invalid, and shown to be so under proper procedures, there is no liability. See i4i, supra, at ___–___ (slip op., at 11–12). That is because invalidity is not a defense to infringement, it is a defense to liability. And because of that fact, a belief as to invalidity cannot negate the scienter required for induced infringement.

There are also practical reasons not to create a defense based on a good-faith belief in invalidity. First and fore­most, accused inducers who believe a patent is invalid have various proper ways to obtain a ruling to that effect. They can file a declaratory judgment action asking a federal court to declare the patent invalid. See MedIm­mune, Inc. v. Genentech, Inc., 549 U. S. 118, 137 (2007). They can seek inter partes review at the Patent Trial and Appeal Board and receive a decision as to validity within 12 to 18 months. See §316. Or they can, as Cisco did here, seek ex parte reexamination of the patent by the Patent and Trademark Office. §302. And, of course, any accused infringer who believes the patent in suit is invalid may raise the affirmative defense of invalidity. §282(b)(2). If the defendant is successful, he will be immune from liability.

Creating a defense of belief in invalidity, furthermore, would have negative consequences. It can render litiga­tion more burdensome for everyone involved. Every ac­cused inducer would have an incentive to put forth a theory of invalidity and could likely come up with myriad arguments. See Sloan, Think it is Invalid? A New Defense to Negate Intent for Induced Infringement, 23 Fed. Cir.
B. J. 613, 618 (2013). And since “it is often more difficult to determine whether a patent is valid than whether it has been infringed,” Cardinal, 508 U. S., at 99, accused induc­ers would likely find it easier to prevail on a defense re­garding the belief of invalidity than noninfringement. In addition the need to respond to the defense will increase discovery costs and multiply the issues the jury must resolve. Indeed, the jury would be put to the difficult task of separating the defendant’s belief regarding validity from the actual issue of validity.

As a final note, “our law is . . . no stranger to the possi­bility that an act may be ‘intentional’ for purposes of civil liability, even if the actor lacked actual knowledge that her conduct violated the law.” Jerman v. Carlisle, McNel­lie, Rini, Kramer & Ulrich, L. P. A., 559 U. S. 573, 582– 583 (2010). Tortious interference with a contract provides an apt example. While the invalidity of a contract is a defense to tortious interference, belief in validity is irrele­vant. Restatement (Second) of Torts §766, Comment i (1979). See also W. Keeton, D. Dobbs, R. Keeton, & D. Owen, Prosser and Keeton on Law of Torts 110 (5th ed.1984). In a similar way, a trespass “can be committed despite the actor’s mistaken belief that she has a legal right to enter the property.” Jerman, supra, at 583 (citing Restatement (Second) of Torts §164, and Comment e (1963–1964)). And of course, “the general rule that ignorance of the law or a mistake of law is no defense to criminal prosecution is deeply rooted in the American legal system.” Cheek v. United States, 498 U. S. 192, 199 (1991). In the usual case, “I thought it was legal” is no defense. That concept mirrors this Court’s holding that belief in invalidity will not negate the scienter required under §271(b).

The Court is well aware that an “industry has developed in which firms use patents not as a basis for producing and selling goods but, instead, primarily for obtaining licensing fees.” eBay Inc. v. MercExchange, L. L. C., 547 U. S. 388, 396 (2006) (KENNEDY, J., concurring). Some companies may use patents as a sword to go after defend­ants for money, even when their claims are frivolous. This tactic is often pursued through demand letters, which “may be sent very broadly and without prior investigation, may assert vague claims of infringement, and may be designed to obtain payments that are based more on the costs of defending litigation than on the merit of the pa­tent claims.” L. Greisman, Prepared Statement of the Federal Trade Commission on Discussion Draft of Patent Demand Letter Legislation before the Subcommittee on Commerce, Manufacturing, and Trade of the House Com­mittee on Energy and Commerce 2 (2014). This behavior can impose a “harmful tax on innovation.” Ibid.

No issue of frivolity has been raised by the parties in this case, nor does it arise on the facts presented to this Court. Nonetheless, it is still necessary and proper to stress that district courts have the authority and respon­sibility to ensure frivolous cases are dissuaded. If frivo­lous cases are filed in federal court, it is within the power of the court to sanction attorneys for bringing such suits. Fed. Rule Civ. Proc. 11. It is also within the district court’s discretion to award attorney’s fees to prevailing parties in “exceptional cases.” 35 U. S. C. §285; see also Octane Fitness, LLC v. ICON Health & Fitness, Inc., 572 U. S. ___, ___–___ (2014) (slip op., at 7–8). These safe­guards, combined with the avenues that accused inducers have to obtain rulings on the validity of patents, militate in favor of maintaining the separation expressed through­out the Patent Act between infringement and validity. This dichotomy means that belief in invalidity is no de­fense to a claim of induced infringement (U.S.S.Ct., May 26, 2015, Commil USA, LLC v. Cisco Systems, Inc., Docket 13-896, J. Kennedy).

Books: 6A Chisum on Patents (2015); Sloan, Think it is Invalid? A New Defense to Negate Intent for Induced Infringement, 23 Fed. Cir. B. J. 613, 618 (2013); W. Keeton, D. Dobbs, R. Keeton, & D. Owen, Prosser and Keeton on Law of Torts (5th ed.1984); L. Greisman, Prepared Statement of the Federal Trade Commission on Discussion Draft of Patent Demand Letter Legislation before the Subcommittee on Commerce, Manufacturing, and Trade of the House Com­mittee on Energy and Commerce 2 (2014).

Brevets : validité, violation, provocation d’une violation, participation à une violation : le titulaire d’un brevet, et les personnes auxquelles le titulaire a valablement octroyé une licence, peuvent agir en dommages-intérêts chaque fois que leurs droits exclusifs sont violés par la conduite illégale de tiers. Un type de dommage se produit si des personnes ou des entités copient, utilisent, ou portent atteinte d’une autre manière à l’invention brevetée. Un autre type de dommage au détriment du titulaire du brevet ou de son preneur de licence peut se produire lorsque l’auteur provoque une violation du brevet par un tiers. En l’espèce, les deux types de dommages sont allégués, soit la violation directe et la provocation à la violation. La société Commil soutient que la société Cisco aurait porté atteinte au brevet de Commil en produisant et en utilisant un équipement permettant le networking. En outre, Commil allègue que Cisco aurait provoqué une violation du brevet par des tiers en leur vendant illicitement l’équipement, permettant son usage par les tiers, contrevenant ainsi aux droits exclusifs sur le brevet détenu par Commil.
Un mois avant le second procès dans cette affaire, Cisco approcha le Bureau U.S. des brevets et des marques et lui demanda de procéder à un nouvel examen de la validité du brevet de Commil. Le Bureau accepta cette demande. Mais, au regret de Cisco, le Bureau confirma la validité du brevet de Commil.
Le jury rendit un verdict en faveur de Commil s’agissant de la question de la provocation à la violation du brevet, et lui alloua 63,7 millions de dommages-intérêts.
Après ce verdict, mais avant le jugement, la Cour Suprême fédérale rendit sa décision dans l’affaire Global-Tech. Cette dernière décision considère que, dans une action fondée sur la provocation d’une violation, le demandeur doit démontrer que le provocateur allégué connaissait l’existence du brevet en question, et savait que les actes provoqués constituaient une violation.
Dans la présente affaire devant la Cour Suprême fédérale, ce qui est en jeu est l’assertion de Cisco selon laquelle la cour de première instance aurait commis une erreur en excluant l’administration de la preuve proposée par Cisco, et portant sur le fait que Cisco croyait de bonne foi que le brevet détenu par Commil était invalide. Cinq Juges de la cour d’appel fédérale ont voté en faveur de la tenue d’une audience en présence de la cour in corpore pour considérer la question de savoir si croire de bonne foi en l’invalidité d’un brevet pouvait ou non constituer une défense valable contre une allégation de provocation à la violation d’un brevet. La Cour Suprême fédérale a précisément accepté ici de juger cette question.
Ainsi, bien que la question à juger porte sur l’allégation d’une provocation à la violation d’un brevet, la discussion qui suit porte également sur la question de la violation directe d’un brevet, et sur la participation à la violation d’un brevet. De la sorte, il est pédagogique de rappeler ici les dispositions légales se rapportant à ces trois formes de responsabilité. Les trois dispositions légales relevantes sont réunies dans la Section 271 de la loi fédérale sur les brevets d’invention (35 U.S.C. §271). La Sous-section (a) se rapporte à la violation directe et dispose que : « sous réserve d’une exception figurant dans ce Titre, celui qui, sans y être autorisé, fabrique, utilise, offre à la vente, ou vend toute invention brevetée, cela à l’intérieur du territoire des Etats-Unis, ou par une importation aux Etats-Unis, pendant la durée de validité du brevet, porte atteinte à celui-ci. Sous cette forme de responsabilité, l’état d’esprit du défendeur est dépourvu de relevance. La violation directe entraîne une responsabilité causale. La Sous-section (b) gouverne la violation provoquée : « Celui qui provoque activement une violation d’un brevet est responsable de ce fait ». En contraste avec la violation directe, la responsabilité pour violation provoquée n’est retenue que si le défendeur connaissait l’existence du brevet, et que si les actes provoqués constituent une violation des droits découlant du brevet. La Sous-section (c) réglemente la participation à une violation : « Est responsable d’une participation à une violation celui qui offre à la vente ou vend  aux Etats-Unis, ou importe aux Etats-Unis, un composant d’une machine brevetée, ou une fabrication, une combinaison ou une composition, un matériau ou un appareil, destinés à être utilisés dans un processus breveté, le tout constituant une part matérielle de l’invention, tout en sachant que ces composés ont été spécialement fabriqués ou spécialement adaptés pour être utilisés dans le cadre d’une violation de brevet. Ne sont pas concernés les articles de base ni les produits commerciaux adaptés à un usage qui ne constitue pas une violation substantielle.

Comme dans le cas d’une provocation à la violation, la participation à une violation implique la connaissance de l’existence du brevet et la connaissance de la violation des droits découlant du brevet. La présente affaire pose une question nouvelle : le fait de connaître la validité d’un brevet, ou le fait de croire en la validité du brevet, constitue-t-il une condition permettant de retenir une provocation à la violation au sens de la Section 271(b) ?

La jurisprudence Global-Tech considère que les règles relatives à la participation à une violation s’appliquent à la question de la provocation à une violation, du fait que l’état mental requis dans ces deux situations est semblable. Avant la loi fédérale sur les brevets, la provocation à une violation ne constituait pas une théorie séparée de responsabilité indirecte, mais constituait une preuve d’une participation à une violation. Ainsi, à plusieurs égards est-il opportun de retenir des conditions communes à la réalisation des deux théories de responsabilité.
Le raisonnement tenu par la jurisprudence Global-Tech doit être approuvé. Qualifiant ou limitant ses considérants comme le proposent le Gouvernement et Commil reviendrait à la conclusion qu’aussi bien en cas de provocation à la violation que de participation à la violation, une personne ou une entité pourrait être reconnue comme responsable même si elle ne savait pas que ses actes constituaient une violation. En d’autres mots, même si le défendeur lit les revendications du brevet différemment du demandeur, alors que sa lecture est raisonnable, le défendeur pourrait être néanmoins responsable parce qu’il n’ignorait pas que ses actes pourraient constituer une violation. Global-Tech requiert davantage. Cette jurisprudence requiert la preuve que le défendeur savait que ses actes constituaient une violation.

La question à laquelle la Cour doit répondre en l’espèce consiste à déterminer si la croyance du défendeur s’agissant de la validité du brevet constitue une défense à l’encontre d’une prétention fondée sur une provocation à la violation. La Cour répond par la négative. La condition subjective pour retenir la provocation d’une violation porte sur l’acte illicite que constitue la violation. Il s’agit d’une question différente de celle de la validité. La Section 271(b) requiert que le défendeur provoque activement la violation. Cette formulation implique l’intention d’obtenir le résultat désiré, ce résultat étant la violation. Et du fait que la question de la violation et la question de la validité sont des questions différentes sous l’angle de la loi fédérale sur les brevets d’invention, l’idée qu’un défendeur se fait de la validité d’un brevet ne saurait effacer l’état mental requis par la section 271(b).

Lorsque la violation des droits découlant du brevet constitue la question à résoudre, la question de la validité du brevet ne se pose pas. Dans la jurisprudence Cardinal Chemical Co., la Cour a considéré qu’une partie qui sollicite un jugement déclaratoire d’invalidité présente une prétention indépendante de l’allégation d’une violation de ses droits par le titulaire du brevet. La Cour précisa encore que l’absence d’une violation et l’invalidité d’un brevet constituaient des théories alternatives pour rejeter les prétentions du demandeur. Et dans la jurisprudence Deposit Guaranty Nat. Bank, la Cour exposa que celui accusé d’une violation peut l’emporter soit en attaquant avec succès la validité du brevet, ou en se défendant avec succès contre la prétention de violation. Ces conceptions sont en accord avec la vérité bien établie – peut-être de nature axiomatique – que violation et invalidité sont des conceptions distinctes au sens du droit des brevets d’invention.

Permettre l’introduction de ce nouveau moyen de défense serait de nature à porter atteinte à un principe cardinal reflété dans la jurisprudence de la Cour depuis un siècle : selon la loi fédérale sur les brevets, et selon la jurisprudence avant son entrée en vigueur, un brevet est présumé valide. Cette présomption implique que le demandeur n’a nul besoin de prouver la validité de son brevet quand il ouvre action. Mais si croire en l’invalidité du brevet constituait une défense valable contre une allégation de provocation à la violation, la force de la présomption de validité serait drastiquement réduite, du fait qu’un défendeur pourrait l’emporter s’il parvenait à démontrer qu’il croyait raisonnablement en l’invalidité du brevet. Un tel schéma contournerait la barre élevée que le Congrès est présumé avoir choisi, soit le standard de la preuve claire et convaincante. Le défendeur doit satisfaire ce standard pour contrer la présomption de validité.

Dire qu’un brevet invalide ne peut pas être violé, ou qu’une personne ne peut pas être incitée à porter atteinte à un brevet invalide, constitue une simple vérité, logiquement et sémantiquement. Mais les questions que les Tribunaux doivent résoudre en interprétant et en appliquant le cadre légal requièrent la détermination des procédures et des séquences que les parties doivent suivre pour prouver un acte de provocation illicite et toutes questions reliées à cet acte et portant sur la validité du brevet. La validité et la violation sont des questions distinctes, impliquant différentes obligations, différentes présomptions, et différentes preuves. Ainsi, si à la fin de l’analyse, un acte qui aurait constitué une violation ou une provocation à une violation se rapporte à un brevet dont l’invalidité est démontrée, il n’existe aucun brevet susceptible d’être violé. Mais l’allocation du fardeau de la preuve relativement à ces questions, et les contraintes temporelles pour la présentation des arguments relevants, constituent des préoccupations centrales pour ce qui est de l’administration ordonnée du système des brevets.

L’invalidité constitue une défense affirmative qui peut prévenir les effets d’un brevet contre une conduite qui autrement porterait atteinte au brevet. Celui qui est accusé d’avoir porté atteinte aux droits découlant du brevet peut bien entendu tenter de prouver que le brevet était invalide. Si le brevet est en effet invalide, l’invalidité étant démontrée selon les voies prévues à ce niveau, aucune violation des droits découlant du brevet ne sera retenue. La raison en est que l’invalidité n’est pas une défense contre une violation, mais une défense prévenant la responsabilité. C’est pourquoi croire en l’invalidité ne saurait nier l’état mental subjectif requis pour retenir une provocation à la violation.

Il existe également des raisons pratiques de ne pas créer une défense basée sur une croyance de bonne foi en l’invalidité. Tout d’abord, celui qui est accusé d’avoir provoqué une violation et qui croit en l’invalidité du brevet dispose de diverses voies adéquates permettant d’obtenir une décision à ce niveau. Il peut déposer une action en constatation concluant à ce qu’une cour fédérale déclare un brevet invalide. Il peut solliciter une nouvelle évaluation, toutes parties collaborantes, lors du « Patent Trial » et devant l’ »Appeal Board » et se voir ainsi notifier une décision portant sur la validité dans un délai de 12 à 18 mois. Ou alors il peut, comme Cisco l’a fait en l’espèce, solliciter unilatéralement un réexamen du brevet par le Bureau des brevets et des marques. Et bien entendu, à nouveau, celui qui est accusé d’une violation et qui estime le brevet invalide, peut se prévaloir de la défense affirmative de l’invalidité. Si le défendeur l’emporte, sa responsabilité ne sera pas engagée.

Mettre en place une défense de croyance en l’invalidité du brevet entraînerait en outre des conséquences négatives. Une telle défense pourrait compliquer la procédure pour chaque partie. Chaque partie accusée d’avoir provoqué une violation serait motivée à invoquer une théorie d’invalidité et serait susceptible de se prévaloir du moult allégations à ce niveau. Et comme il est souvent plus difficile de déterminer si un brevet est ou non valide que si les droits qui en découlent ont été violés, ceux à qui il est reproché d’avoir provoqué une violation considéreraient vraisemblablement plus aisé de l’emporter en se prévalant d’une défense fondée sur la croyance d’une invalidité qu’en se prévalant d’une défense fondée sur l’absence d’une violation des droits découlant du brevet. Par ailleurs, la nécessité de répondre au moyen de défense augmentera les coûts de la procédure probatoire (discovery) et multipliera les questions que le jury devra résoudre. De fait, le jury supportera la difficile tâche de séparer la croyance du défendeur s’agissant de la validité du brevet de la question de la validité elle-même.

Finalement, il est à considérer que le droit U.S. permet de concevoir la possibilité qu’un acte puisse être intentionnel s’agissant de la responsabilité civile, même si celui qui agit n’avait pas conscience que sa conduite portait atteinte à la loi. L’interférence illicite dans une relation contractuelle constitue un exemple : tandis que l’invalidité d’un contrat constitue une défense contre une allégation d’interférence illicite, la croyance en sa validité est irrelevante. De manière similaire, une violation des limites d’une propriété foncière peut être commise nonobstant la croyance erronée de l’acteur qui estimait être en droit de pénétrer sur la propriété. Et bien entendu, la règle générale selon laquelle l’ignorance de la loi ou l’erreur quant à son contenu ne saurait constituer une défense à l’encontre d’une poursuite pénale est profondément enracinée dans le système légal américain. Usuellement, affirmer « je croyais que c’était légal » ne qualifie pas comme défense valable. Cette conception reflète le considérant de la présente Cour selon lequel la croyance en l’invalidité d’un brevet ne permet pas de nier la condition subjective contenue dans la section 271(b).

La Cour est bien consciente qu’une industrie s’est développée en ce que des firmes utilisent le système des brevets non pas comme base pour produire et vendre des biens, mais prioritairement pour obtenir des royautés découlant de licences. Certaines compagnies peuvent utiliser le système des brevets comme un sabre contre des entités tierces en vue d’obtenir un paiement, même si leurs prétentions sont frivoles. Cette tactique est souvent poursuivie par le biais de « demand letters », qui peuvent faire l’objet d’un envoi très large, sans investigation préalable, et qui peuvent alléguer de vagues prétentions de violation, en vue d’obtenir des paiements davantage fondés sur le coût qu’impliquerait une défense en justice que sur le bien-fondé de prétentions découlant d’un brevet. Ce comportement peut imposer une taxe dommageable sur l’innovation.

Aucune question de frivolité n’est soulevée par les parties dans la présente affaire, et aucune question de cette sorte ne ressort des faits présentés à la Cour. Il est néanmoins nécessaire et approprié de relever que les cours de district fédérales disposent de la compétence et de la responsabilité de dissuader la présentation d’affaires frivoles. Si de telles affaires sont déposées devant une cour fédérale, celle-ci dispose de la compétence de sanctionner l’avocat qui a procédé au dépôt. La cour dispose en outre de la compétence discrétionnaire d’allouer des dépens à la partie qui l’emporte, cela toutefois dans des situations exceptionnelles. Ces instruments de sauvegarde, combinés avec les voies à disposition de ceux auxquels il est reproché d’avoir provoqué une violation, voies permettant d’obtenir une décision portant sur la validité du brevet, militent en faveur du maintien de la séparation, exprimée dans la loi fédérale sur les brevets d’invention, entre violation et validité. Cette dichotomie signifie que croire en l’invalidité ne constitue pas une défense opposable à une allégation de provocation d’une violation.

No comments:

Post a Comment