Monday, June 15, 2015

Baker Botts L.L.P. v. ASARCO LLC, Docket 14-103

Bankruptcy, Chapter 11, attorney’s fees: compensation of fee-defense litigation:  Section 327(a) of the Bankruptcy Code allows bank­ruptcy trustees to hire attorneys, accountants, and other professionals to assist them in carrying out their statutory duties. 11 U. S. C. §327(a). Another provision, §330(a)(1), states that a bankruptcy court “may award . . . reasonable compensation for actual, necessary services rendered by” those professionals. The question before us is whether §330(a)(1) permits a bankruptcy court to award attorney’s fees for work performed in defending a fee application in court. We hold that it does not and therefore affirm the judgment of the Court of Appeals.

In 2005, respondent ASARCO LLC, a copper mining, smelting, and refining company, found itself in financial trouble. Faced with falling copper prices, debt, cash flow deficiencies, environmental liabilities, and a striking workforce, ASARCO filed for Chapter 11 bankruptcy. As in many Chapter 11 bankruptcies, no trustee was appointed and ASARCO—the “‘debtor in possession’”—administered the bankruptcy estate as a fiduciary for the estate’s credi­tors. §§1101(1), 1107(a).
Relying on §327(a) of the Bankruptcy Code, which per­mits trustees to employ attorneys and other professionals to assist them in their duties, ASARCO obtained the Bankruptcy Court’s permission to hire two law firms, petitioners Baker Botts L.L.P. and Jordan, Hyden, Wom­ble, Culbreth & Holzer, P.C., to provide legal representa­tion during the bankruptcy.  Among other services, the firms prosecuted fraudulent-transfer claims against ASARCO’s parent company and ultimately obtained a judgment against it worth between $7 and $10 billion. This judgment contributed to a successful reorganization in which all of ASARCO’s creditors were paid in full. After over four years in bankruptcy, ASARCO emerged in 2009 with $1.4 billion in cash, little debt, and resolution of its environmental liabilities.

Although §327(a) directly applies only to trustees, §1107(a) gives Chapter 11 debtors in possession the same authority as trustees to retain §327(a) professionals. For the sake of simplicity, we refer to §327(a) alone throughout this opinion.

The law firms sought compensation under §330(a)(1), which provides that a bankruptcy court “may award . . .reasonable compensation for actual, necessary services rendered by” professionals hired under §327(a). As re­quired by the bankruptcy rules, the two firms filed fee applications. Fed. Rule Bkrtcy. Proc. 2016(a). ASARCO, controlled once again by its parent company, challenged the compensation requested in the applications. After extensive discovery and a 6-day trial on fees, the Bank­ruptcy Court rejected ASARCO’s objections and awarded the firms approximately $120 million for their work in the bankruptcy proceeding plus a $4.1 million enhancement for exceptional performance. The court also awarded the firms over $5 million for time spent litigating in defense of their fee applications.

Held: Section §330(a)(1) does not permit bankruptcy courts to award fees to §327(a) professionals for defending fee applications.

“Our basic point of reference when considering the award of attorney’s fees is the bedrock principle known as the American Rule: each litigant pays his own attorney’s fees, win or lose, unless a statute or contract provides otherwise.” Hardt v. Reliance Standard Life Ins. Co., 560 U. S. 242, 252–253 (2010). The American Rule has roots in our common law reaching back to at least the 18th century, see Arcambel v. Wiseman, 3 Dall. 306 (1796), and “statutes which invade the common law are to be read with a presumption favor­ing the retention of long-established and familiar legal principles,” Fogerty v. Fantasy, Inc., 510 U. S. 517, 534 (1994). We consequently will not deviate from the American Rule “‘absent explicit statutory authority.’” Buckhannon Board & Care Home, Inc. v. West Virginia Dept. of Health and Human Resources, 532 U. S. 598, 602 (2001) (quoting Key Tronic Corp. v. United States, 511 U. S. 809, 814 (1994)).
We have recognized departures from the American Rule only in “specific and explicit provisions for the allowance of attorneys’ fees under selected statutes.” Alyeska Pipeline Service Co. v. Wilderness Society, 421 U. S. 240, 260 (1975). Although these “statutory changes to the Amer­ican Rule take various forms,” Hardt, supra, at 253, they tend to authorize the award of “a reasonable attorney’s fee,” “fees,” or “litigation costs,” and usually refer to a “prevailing party” in the context of an adversarial “action,” see, e.g., 28 U. S. C. §2412(d)(1)(A); 42 U. S. C. §§1988(b), 2000e–5(k); see generally Hardt, supra, at 253, and nn. 3– 7 (collecting examples).

The attorney’s fees provision of the Equal Access to Justice Act offers a good example of the clarity we have required to deviate from the American Rule. See 28
U. S. C. §2412(d)(1)(A). That section provides that “a court shall award to a prevailing party other than the United States fees and other expenses . . . incurred by that party in any civil action (other than cases sounding in tort) . . . brought by or against the United States” under certain conditions. Ibid. As our decision in Commissioner  v. Jean, 496 U. S. 154 (1990), reveals, there could be little dispute that this provision—which mentions “fees,” a “prevailing party,” and a “civil action”—is a “fee-shifting statute” that trumps the American Rule, id., at 161.

Section 330(a)(1) in turn authorizes compensation for these professionals as follows:
“After notice to the parties in interest and the United States Trustee and a hearing, and subject to sections 326, 328, and 329, the court may award to a trustee, a consumer privacy ombudsman appointed under section 332, an examiner, an ombudsman ap­pointed under section 333, or a professional person employed under section 327 or 1103”, “(A) reasonable compensation for actual, necessary services rendered by the trustee, examiner, ombuds­man, professional person, or attorney and by any paraprofessional person employed by any such person”; and
“(B) reimbursement for actual, necessary expenses.”

This text cannot displace the American Rule with respect to fee-defense litigation. To be sure, the phrase “reason­able compensation for actual, necessary services rendered” permits courts to award fees to attorneys for work done to assist the administrator of the estate, as the Bankruptcy Court did here when it ordered ASARCO to pay roughly $120 million for the firms’ work in the bankruptcy pro­ceeding. No one disputes that §330(a)(1) authorizes an award of attorney’s fees for that kind of work. See Alyeska Pipeline, supra, at 260, and n. 33 (listing §330(a)(1)’s predecessor as an example of a provision authorizing attorney’s fees). But the phrase “reasonable compensation for actual, necessary services rendered” neither specifi­cally nor explicitly authorizes courts to shift the costs of adversarial litigation from one side to the other—in this case, from the attorneys seeking fees to the administrator of the estate—as most statutes that displace the American Rule do.

Instead, §330(a)(1) provides compensation for all §327(a) professionals—whether accountant, attorney, or auc­tioneer—for all manner of work done in service of the estate administrator. More specifically, §330(a)(1) allows “reasonable compensation” only for “actual, necessary services rendered.” That qualification is significant. The word “services” ordinarily refers to “labor performed for another.” Webster’s New Interna­tional Dictionary 2288 (def. 4) (2d ed. 1934); see also Black’s Law Dictionary 1607 (3d ed. 1933) (“duty or labor to be rendered by one person to another”); Oxford English Dictionary 517 (def. 19) (1933) (“action of serving, helping or benefiting; conduct tending to the welfare or advantage of another”).  Thus, in a case addressing §330(a)’s prede­cessor, this Court concluded that the phrase “‘reasonable compensation for services rendered’ necessarily implies loyal and disinterested service in the interest of ” a client. Woods v. City Nat. Bank & Trust Co. of Chicago, 312 U. S. 262, 268 (1941); accord, American United Mut. Life Ins. Co. v. Avon Park, 311 U. S. 138, 147 (1940). Time spent litigating a fee application against the administrator of a bankruptcy estate cannot be fairly described as “labor performed for”—let alone “disinterested service to”—that administrator. Congress added the phrase “reasonable compensation for the ser­vices rendered” to federal bankruptcy law in 1934. Act of June 7, 1934, §77B(c)(9), 48 Stat. 917. We look to the ordinary meaning of those words at that time.

The Government’s argument is also unpersuasive. Its theo­ry—that fees for fee-defense litigation must be understood as a com­ponent of the “reasonable compensation for the underlying services rendered” so that compensation for the “actual . . . services rendered” will not be diluted by unpaid time spent litigating fees—cannot be reconciled with the relevant text. Section 330(a)(1) does not author­ize courts to award “reasonable compensation,” but “reasonable com­pensation for actual, necessary services rendered,” and the Govern­ment properly concedes that litigation in defense of a fee application is not a “service.” And §330(a)(6), which presupposes compensation “for the preparation of a fee application,” does not suggest that time spent defending a fee application must also be compensable. Com­missioner v. Jean, 496 U. S. 154, distinguished. By way of analogy, it would be natural to describe a car mechanic’s preparation of an itemized bill as part of his “services” to the customer because it allows a customer to understand—and, if necessary, dispute—his expenses. But it would be less natural to describe a sub­sequent court battle over the bill as part of the “services rendered” to the customer.

To the extent the United States harbors any concern about the pos­sibility of frivolous objections to fee applications, we note that “Federal Rule of Bankruptcy Procedure 9011—bankruptcy’s analogue to Civil Rule 11—authorizes the court to impose sanctions for bad-faith litiga­tion conduct, which may include ‘an order directing payment . . . of some or all of the reasonable attorneys’ fees and other expenses in­curred as a direct result of the violation.’ ” Law v. Siegel, 571 U. S. ___, ___ (2014) (slip op., at 12).

More importantly, we would lack the authority to re­write the statute even if we believed that uncompensated fee litigation would fall particularly hard on the bank­ruptcy bar. “Our unwillingness to soften the import of Con­gress’ chosen words even if we believe the words lead to a harsh outcome is longstanding,” and that is no less true in bankruptcy than it is elsewhere. Lamie v. United States Trustee, 540 U. S. 526, 538 (2004). Whether or not the Government’s theory is desirable as a matter of policy, Congress has not granted us “roving authority . . . to allow counsel fees . . . whenever we might deem them warranted.” Alyeska Pipeline, supra, at 260. Our job is to follow the text even if doing so will supposedly “undercut a basic objective of the statute,” post, at 3. Section 330(a)(1) itself does not authorize the award of fees for defending a fee application, and that is the end of the matter.

Books: Webster’s New Interna­tional Dictionary 2288 (def. 4) (2d ed. 1934); also Black’s Law Dictionary 1607 (3d ed. 1933); Oxford English Dictionary 517 (def. 19) (1933)

(U.S.S.C., June 15, 2015, Baker Botts L.L.P. v. ASARCO LLC, Docket 14-103,  J. Thomas. J. Breyer, filed a dissenting opinion, in which J. Ginsburg and J. Kagan joined).

Faillites selon Chapitre 11, indemnité en faveur de l’avocat qui a assisté le trustee appointé : indemnité pour compenser le travail de l’avocat dans la procédure en reconnaissance du montant de ses honoraires ? La réponse donnée in casu est négative. (Le mémoire de recours de l’étude Baker Botts L.L.P. est donné comme exemple dans la partie lien de ce blog).

La Section 327(a) du Code des faillites permet au trustee de la masse de mandater des avocats, comptables et autres professionnels pour l’assister dans l’exécution de ses tâches légales (11 U.S.C. §327(a)). Une autre disposition, la Section 330(a)(1) dispose que le Tribunal des faillites peut allouer une indemnité raisonnable pour les services effectifs et nécessaires rendus par ces professionnels. La question que pose la présente affaire est de savoir si la Section 330(a)(1) autorise un Tribunal des faillites à accorder une indemnisation pour rémunérer le Travail effectué par l’avocat dans le cadre de la procédure de contestation de ses honoraires (si contestation il y a). La Cour Suprême juge que tel n’est pas le cas.

En 2005, l’intimée ASARCO LLC, une entreprise minière dans le domaine du cuivre, comprenant une fonderie et un département de raffinage, fit face à des difficultés financières. Confrontée à la baisse des prix du cuivre, à des dettes, à une insuffisance de cash-flow, à des procédures environnementales, et à des grèves internes, ASARCO déposa une requête de faillite selon le Chapitre 11. Comme dans de nombreuses faillites selon la procédure du Chapitre 11, aucun trustee ne fut nommé et ASARCO, restée « débitrice en possession », administra la masse en faillite en tant que fiduciaire en faveur des créanciers de la masse. Sur la base de la Section 327(a) du Code des faillites, qui permet au trustee de mandater des avocats et d’autres professionnels pour l’assister dans l’exécution de ses devoirs, ASARCO obtint la permission du Tribunal des faillites de mandater deux études d’avocats, dont la recourante Baker Botts L.L.P., dans le cadre de la liquidation de la faillite.

Parmi d’autres services juridiques, les deux études ont actionné la société-mère d’ASARCO, contestant des transferts frauduleux. A été obtenu un jugement condamnant la société-mère à verser une somme comprise entre 7 et 10 milliards de dollars. Ce jugement contribua à la réussite de la réorganisation d’ASARCO. Tous ses créanciers ont été désintéressés pour l’intégralité de leurs créances. Après une procédure de faillite de plus de quatre ans, ASARCO émergea en 2009 avec dans ses comptes un montant de 1,4 milliard en cash, guère de dettes, et ses responsabilités environnementales furent résolues.

Bien que la Section 327(a) ne s’applique directement qu’aux trustees, la Section 1107(a) attribue aux « débiteurs en possession » dans une faillite Chapitre 11 la même compétence que celle attribuée aux trustees de mandater les professionnels précités.

Les deux études d’avocats demandèrent que leurs diligences soient honorées selon la Section 330(a)(1), disposant qu’un Tribunal des faillites peut allouer une indemnisation raisonnable pour les services effectifs et nécessaires rendus par les professionnels mandatés selon la Section 327(a). Comme requis par les règles de procédure en matière de faillite, les deux études d’avocats ont déposé leurs listes de frais et honoraires (Règle 2016(a) de la loi fédérale de procédure en matière de faillite). ASARCO, une fois de plus contrôlée par sa société-mère, contesta ces listes de frais et honoraires. Après une procédure probatoire extensive et des audiences pendant six jours, la Cour des faillites rejeta les objections d’ASARCO et octroya aux deux études approximativement 120 millions de dollars pour leur travail dans la procédure de faillite, somme à laquelle s’est ajouté un montant additionnel de 4,1 million pour une performance jugée exceptionnelle. Le Tribunal alloua aussi aux études plus de 5 millions de dollars pour le temps passé en procédure de contestation des honoraires.

La Cour Suprême fédérale juge que la Section 330(a)(1) n’autorise pas le Tribunal des faillites à allouer une indemnisation aux professionnels selon la Section 327(a) dans le cadre de la procédure en contestation des honoraires et frais.

En considérant la question de l’allocation des honoraires d’avocat, le point de référence de base est le principe fermement établi connu sous le nom d’ »American Rule » : chaque partie est débitrice de ses propres frais d’avocat, qu’elle ait été ou non victorieuse dans la procédure, à moins qu’une loi au sens formel ou qu’un contrat n’en dispose autrement. L’ »American Rule plonge ses racines dans la Common law et son origine remonte au 18è siècle, éventuellement plus tôt encore. Les lois en contradiction avec la Common law doivent être interprétées selon une présomption qui favorise le maintien de principes juridiques familiers, établis depuis longtemps. La Cour n’entend par conséquent pas dévier de l’ »American Rule » sans en avoir la compétence, attribuée par une disposition légale expresse. Ces modifications légales apportées à l’ »American Rule » prennent des formes diverses, mais de manière générale elles sont reconnaissables en ce qu’elles autorisent l’allocation d’ »honoraires d’avocats pour un montant raisonnable », de « frais et honoraires », ou de « frais de procédure », et en ce qu’elles se réfèrent à une « partie qui l’emporte » dans le contexte d’une « procédure litigieuse ».

La disposition légale sur l’allocation des frais d’avocat contenue dans la loi fédérale sur un égal accès à la justice offre un bon exemple du degré de clarté exigé par la Cour Suprême pour permettre d’éviter l’application de l’ »American Rule ». Cette disposition légale prévoit qu’un Tribunal ne peut accorder à la partie qui l’emporte (…) ses honoraires d’avocat et ses autres dépenses découlant d’une procédure civile (autre qu’une procédure civile en responsabilité délictuelle) initiée par le gouvernement fédéral ou à l’encontre de celui-ci (…). Comme l’indique la jurisprudence Commissioner v. Jean (1990), il ne fait guère de doute que cette disposition légale, qui mentionne les « honoraires », une « partie qui l’emporte », et une « action civile », constitue valablement une disposition qui réglemente l’allocation des frais et honoraires de procédure d’une manière différente de l’ »American Rule ».

Précisément, la Section 330(a)(1) autorise l’indemnisation des professionnels précités, dont en l’espèce les deux études d’avocats recourantes, dans la mesure où les honoraires sont raisonnables et se rapportent à des services nécessaires, effectivement rendus. L’indemnisation comprend en outre les dépenses effectives et nécessaires.
Une telle formulation ne saurait modifier l’ »American Rule » s’agissant de l’indemnisation du travail fourni dans le cadre de la procédure en contestation des honoraires.

Il n’est pas douteux que la phrase « indemnisation raisonnable pour les services nécessaires et effectifs rendus » autorise les Tribunaux à allouer aux avocats le montant de  leurs frais et honoraires pour le travail effectué dans le cadre de l’assistance apportée à l’administrateur de la faillite, ainsi que l’a fait en l’espèce le Tribunal des faillites en ordonnant à ASARCO de payer quelque 120 millions de dollars pour le travail des deux études dans la procédure de faillite. Nul ne conteste que la Section 330(a)(1) autorise l’allocation des frais d’avocat pour ce type de travail. Mais la phrase « indemnisation raisonnable pour les services nécessaires et effectifs rendus » n’autorise ni spécifiquement ni explicitement les Tribunaux à transférer les coûts d’une procédure contentieuse d’une partie (en l’espèce les deux études d’avocats) à l’autre (en l’espèce l’administrateur de la faillite), une telle autorisation étant prévue par la plupart des dispositions légales qui départent de l’ »American Rule ».

Il est déterminant de noter que la Section 330(a)(1) autorise la rémunération des professionnels tels les deux études d’avocats pour l’ensemble de leur travail effectué au service de l’administrateur de la faillite. Plus spécifiquement, dite Section ne permet une rémunération raisonnable que pour les services effectifs et nécessaires rendus. Le mot « services » se réfère ordinairement au travail effectué pour quelqu’un d’autre. Il se réfère ainsi à des services loyaux dans l’intérêt d’un client. Le temps passé en procédure de contestation des honoraires – la procédure opposant l’avocat à l’administrateur de la masse en faillite – ne saurait équitablement être décrit comme du temps consacré à des services en faveur de dit administrateur.

L’argumentation du Gouvernement fédéral n’est pas convaincante. Sa théorie selon laquelle les coûts de la procédure en contestation des honoraires doivent être compris comme une partie de l’indemnisation raisonnable pour les services rendus, de telle sorte que l’indemnisation pour ces services ne soit pas diluée par du temps non rémunéré passé dans la procédure en contestation, est une théorie incompatible avec le texte statutaire. La Section 330(a)(1) ne permet pas aux Tribunaux d’allouer une « indemnisation raisonnable » de manière générale, mais une indemnisation raisonnable pour les services effectifs et raisonnables rendus, et le Gouvernement fédéral concède à juste titre que la procédure en défense de la note d’honoraires ne se rapporte nullement à un service rendu au client. Par ailleurs, la section 330(a)(6), qui autorise l’indemnisation pour la préparation d’une requête en paiement des honoraires, ne suggère nullement que le temps passé à défendre ses honoraires dans le cadre d’une procédure en contestation serait également compensable.

Par analogie, il est naturel de considérer que la préparation d’une facture par un garagiste fait partie du travail effectué pour son client. La facture permet en effet au client de comprendre l’activité du garagiste, et cas échéant de contester le prix de son travail. Mais il est moins naturel de décrire une contestation de la facture comme constituant une part des services rendus au client.

Pour soutenir sa position, le Gouvernement fédéral expose encore que nier le droit aux honoraires pour le travail effectué dans le cadre de la procédure en contestation de la facturation des services rendus serait inéquitable en regard des contestations téméraires des honoraires. Mais la Cour Suprême observe que la Règle 9011 des Règles de procédure fédérale en matière de faillite, de manière similaire à la Règle de procédure civile 11, autorise le Tribunal à imposer des sanctions pour conduite de mauvaise foi dans la procédure, lesquelles peuvent comprendre une ordonnance en paiement de tout ou partie des honoraires d’avocat et d’autres frais résultant de la conduite de mauvaise foi.

Plus important encore, la Cour ne dispose pas de la compétence de réécrire la loi, même si elle estimait que le principe des honoraires non dus dans le cadre de la procédure en contestation est particulièrement pénible pour les avocats spécialisés en droit de la faillite. Cette absence de compétence vaut pour tous les domaines du droit, et non seulement pour celui de la faillite. La Cour doit se conformer au texte de la loi, même si, en agissant de la sorte, elle ignore un objectif de base de dite loi.

No comments:

Post a Comment