Monday, June 1, 2015

Elonis v. United States, Docket 13-983

Threat: through the Web (Facebook): mental state (criminal): mens rea: scienter: federal law makes it a crime to transmit in interstate commerce “any communication containing any threat . . .to injure the person of another.” 18 U. S. C. §875(c). The statute reads: “transmits in interstate or foreign commerce any communication containing any threat to kidnap any person or any threat to injure the person of another” is guilty of a felony and faces up to five years’ imprisonment. 18 U. S. C. §875(c).

After his wife left him, petitioner E., under the pseudonym “Tone Dougie,” used the social networking Web site Facebook to post self-styled rap lyrics containing graphically violent language and imagery concerning his wife, co-workers, a kindergar­ten class, and state and federal law enforcement. These posts were often interspersed with disclaimers that the lyrics were “fictitious” and not intended to depict real persons, and with statements that E. was exercising his First Amendment rights. Many who knew him saw his posts as threatening, however, including his boss, who fired him for threatening co-workers, and his wife, who sought and was granted a state court protection-from-abuse order against him.

Petitioner was convicted of violating 18 U.S.C. §875(c) under instructions that required the jury to find that he commu­nicated what a reasonable person would regard as a threat. The question is whether the statute also requires that the defendant be aware of the threatening nature of the communication, and—if not—whether the First Amendment requires such a showing.

The fact that the statute does not specify any required mental state, however, does not mean that none exists. We have repeatedly held that “mere omission from a criminal enactment of any mention of criminal intent” should not be read “as dispensing with it.” Morissette v. United States, 342 U. S. 246, 250 (1952). This rule of construction reflects the basic principle that “wrongdoing must be conscious to be criminal.” Id., at 252. As Justice Jackson explained, this principle is “as universal and persistent in mature systems of law as belief in freedom of the human will and a consequent ability and duty of the normal individual to choose between good and evil.” Id., at 250. The “central thought” is that a defendant must be “blameworthy in mind” before he can be found guilty, a concept courts have expressed over time through various terms such as mens rea, scienter, malice aforethought, guilty knowledge, and the like. Id., at 252; 1 W. LaFave, Substantive Criminal Law §5.1, pp. 332–333 (2d ed. 2003). Although there are exceptions, the “general rule” is that a guilty mind is “a necessary element in the indictment and proof of every crime.” United States v. Balint, 258 U. S. 250, 251 (1922). We therefore generally “interpret crim­inal statutes to include broadly applicable scienter re­quirements, even where the statute by its terms does not contain them.” United States v. X-Citement Video, Inc., 513 U. S. 64, 70 (1994). This is not to say that a defendant must know that his conduct is illegal before he may be found guilty. The familiar maxim “ignorance of the law is no excuse” typically holds true. Instead, our cases have explained that a defendant generally must “know the facts that make his conduct fit the definition of the offense,” Staples v. United States, 511 U. S. 600, 608, n. 3 (1994), even if he does not know that those facts give rise to a crime.

When interpreting federal criminal statutes silent on the required mental state, we read into the stat­ute “only that mens rea which is necessary to separate wrongful conduct from ‘otherwise innocent conduct.’” Carter v. United States, 530 U. S. 255, 269 (2000) (quoting X-Citement Video, 513 U. S., at 72). In some cases, a general requirement that a defendant act knowingly is itself an adequate safeguard. For example, in Carter, we considered whether a conviction under 18 U. S. C. §2113(a), for taking “by force and violence” items of value belonging to or in the care of a bank, requires that a de­fendant have the intent to steal. 530 U. S., at 261. We held that once the Government proves the defendant forcibly took the money, “the concerns underlying the presumption in favor of scienter are fully satisfied, for a forceful taking—even by a defendant who takes under a good-faith claim of right—falls outside the realm of . . . ‘otherwise innocent’” conduct. Id., at 269–270. In other instances, however, requiring only that the defendant act knowingly “would fail to protect the innocent actor.” Id., at 269. A statute similar to Section 2113(a) that did not require a forcible taking or the intent to steal “would run the risk of punishing seemingly innocent conduct in the case of a defendant who peaceably takes money believing it to be his.” Ibid. In such a case, the Court explained, the statute “would need to be read to require . . . that the defendant take the money with ‘intent to steal or pur­loin.’” Ibid.

Section 875(c), as noted, requires proof that a communi­cation was transmitted and that it contained a threat. The “presumption in favor of a scienter requirement should apply to each of the statutory elements that crimi­nalize otherwise innocent conduct.” X-Citement Video, 513 U. S., at 72. The parties agree that a defendant under Section 875(c) must know that he is transmitting a communication. But communicating some­thing is not what makes the conduct “wrongful.” Here “the crucial element separating legal innocence from wrongful conduct” is the threatening nature of the com­munication. Id., at 73. The mental state requirement must therefore apply to the fact that the communication contains a threat. E. conviction, however, was premised solely on how his posts would be understood by a reasonable person. Such a “reasonable person” standard is a familiar feature of civil liability in tort law, but is inconsistent with “the conventional requirement for criminal conduct— awareness of some wrongdoing.” Staples, 511 U. S., at 606–607 (quoting United States v. Dotterweich, 320 U. S. 277, 281 (1943)). Having liability turn on whether a “reasonable person” regards the communication as a threat—regardless of what the defendant thinks—“reduces culpability on the all-important element of the crime to negligence,” Jeffries, 692 F. 3d, at 484 (Sutton, J., dubitante), and we “have long been reluctant to infer that a negligence standard was intended in criminal statutes,” Rogers v. United States, 422 U. S. 35, 47 (1975) (Marshall, J., concurring) (citing Morissette, 342 U. S. 246). See 1 C. Torcia, Wharton’s Criminal Law §27, pp. 171–172 (15thed. 1993); Cochran v. United States, 157 U. S. 286, 294 (1895) (defendant could face “liability in a civil action for negligence, but he could only be held criminally for an evil intent actually existing in his mind”). Under these princi­ples, “what E. thinks” does matter.

In light of the foregoing, E. conviction cannot stand. The jury was instructed that the Government need prove only that a reasonable person would regard E. communications as threats, and that was error. Federal criminal liability generally does not turn solely on the results of an act without considering the defendant’s mental state. That understanding “took deep and early root in American soil” and Congress left it intact here: under Section 875(c), “wrongdoing must be conscious to be criminal.” Morissette, 342 U. S., at 252. There is no dispute that the mental state requirement in Section 875(c) is satisfied if the defendant transmits a communication for the purpose of issuing a threat, or with knowledge that the communication will be viewed as a threat. See Tr. of Oral Arg. 25, 56. In response to a ques­tion at oral argument, E. stated that a finding of recklessness would not be sufficient. See id., at 8–9. Neither E. nor the Government has briefed or argued that point, and we accordingly decline to address it. See Department of Treasury, IRS v. FLRA, 494 U. S. 922, 933 (1990) (this Court is “poorly situated” to address an argu­ment the Court of Appeals did not consider, the parties did not brief, and counsel addressed in “only the most cursory fashion at oral argument”). Given our disposition, it is not necessary to consider any First Amendment issues.

There was and is no circuit conflict over the question JUSTICE ALITO and JUSTICE THOMAS would have us decide—whether reck­lessness suffices for liability under Section 875(c). No Court of Appeals has even addressed that question. We think that is more than sufficient “justification,” post, at 2 (opinion of ALITO, J.), for us to decline to be the first appel­late tribunal to do so.

Books: W. LaFave, Substantive Criminal Law (2d ed. 2003) ; C. Torcia, Wharton’s Criminal Law (15th ed. 1993)

(U.S.S.Ct., June 1, 2015, Elonis v. United States, Docket 13-983, C.J. Roberts).

Menaces, proférées par Internet, ici par Facebook : le droit fédéral qualifie de crime le fait de transmettre une communication entre états (ou entre pays), communication qui contient la menace de kidnapper une personne ou de causer un dommage à une personne. Le crime en question s’analyse en un « felony ». Il est susceptible de conduire à une peine privative de liberté jusqu’à cinq ans (18 U.S.C. §875(c)).

Après que sa femme l’eut quitté, E., sous un pseudonyme, fit usage du réseau social Facebook et publia sur son mur des paroles de son propre cru censées selon lui se rapporter à la culture rap. Ses publications contenaient un langage graphique ainsi que des images violents, liés à son épouse, à ses collègues de travail, à un jardin d’enfant, et aux forces de l’ordre étatique et fédérale. Ces posts étaient souvent parsemés de déclinatoires de responsabilité, précisant que le contenu écrit était « fictif » et n’était pas destiné à représenter des personnes existantes, et précisant que E. exerçait ainsi ses droits découlant du Premier Amendement de la Constitution fédérale. De nombreuses personnes qui connaissaient E., cependant, ont ressenti ces posts comme menaçants. Tel était le cas de son chef, qui l’a licencié pour avoir menacé ses collègues de travail. Tel était également le cas de son épouse, qui a obtenu d’une cour de l’état une ordonnance la protégeant de tout abus de E.

E. a été condamné pour avoir porté atteinte à 18 U.S.C. §875(c), après que le jury, instruit dans ce sens, eu constaté qu’une personne raisonnable aurait ressenti les communications de E. comme menaçantes. Les questions qui se posent sont celles de savoir si la disposition légale précitée requiert également que E. fut conscient de la nature menaçante de ses communications, et dans la négative, si le premier Amendement impose ou non une telle condition subjective.

Le fait que la loi elle-même ne spécifie pas de condition subjective à la réalisation de l’infraction ne signifie pas l’absence d’une telle condition. La jurisprudence de la Cour Suprême a jugé à réitérées reprises que l’omission dans une loi pénale de toute référence à l’intention criminelle ne doit pas être comprise comme permettant condamnation sans preuve d’une forme d’intention, qui peut varier selon les diverses dispositions pénales. Cette règle reflète le principe de base selon lequel une infraction doit être consciente pour être criminelle. Comme l’a expliqué à l’époque le Juge Jackson, ce principe est aussi universel et permanent dans les systèmes juridiques parvenus à maturité que le principe de libre arbitre de la volonté humaine, permettant à une personne de choisir entre le bien et le mal. L’élément clé est que le prévenu doit être subjectivement critiquable avant de pouvoir être jugé coupable, une conception que les Tribunaux ont exprimé à travers le temps par différents termes et expressions, tels que « mens rea », « scienter », « malice aforethought », « guilty knowledge », et autres équivalents. Ce qui précède n’implique nullement qu’un prévenu doit savoir que sa conduite est illégale avant de pouvoir être jugé coupable. La maxime familière selon laquelle nul n’est censé ignorer la loi reste applicable. Mais la jurisprudence de la Cour a généralement considéré qu’un prévenu doit avoir conscience des faits qui constituent les éléments objectifs et subjectifs de l’infraction avant de pouvoir être jugé coupable.

Ainsi, en interprétant une loi pénale silencieuse s’agissant des conditions subjectives, la Cour ne retient comme condition subjective nécessaire à la condamnation que l’état d’esprit nécessaire pour séparer l’acte illicite du comportement innocent. Dans certains cas, une exigence générale que le prévenu ait agi avec conscience est en soi suffisante. Par exemple, dans la jurisprudence Carter v. United States (2000), la Cour s’est demandé si une condamnation pour violation de 18 U.S.C. §2113(a) (s’emparer par force et violence de valeurs appartenant à la banque ou gardées par la banque) impliquait de prouver la condition subjective de l’intention de voler. A cet égard, la Cour a jugé qu’une fois que l’accusation a prouvé que le prévenu s’était emparé des valeurs en usant de la force, les soucis qui sont à la base de la nécessité de la preuve de la réalisation  d’une condition subjective disparaissent. En effet, s’emparer d’une chose par l’usage de la force, même par un prévenu qui estime agir dans son bon droit, tombe hors du champ de la conduite innocente.

Dans d’autres situations, cependant, exiger comme seule condition subjective que le prévenu ait agi avec conscience manquera à protéger un auteur innocent. Une loi similaire à la Section 2113(a) qui n’exige pas une appropriation par la force ou qui n’exige pas l’intention de voler impliquerait le risque de punir une conduite apparemment innocente s’agissant d’un prévenu qui s’empare paisiblement d’une somme d’argent en croyant qu’elle lui appartient. Dans une situation de cette sorte, a jugé la Cour, la loi doit être lue comme requérant la preuve que le prévenu s’est emparé de la somme d’argent avec l’intention de voler ou de dérober.

La Section 875(c), comme indiqué précédemment, demande la preuve qu’une communication ait été transmise et que la communication contenait une menace. La présomption en faveur d’une condition subjective doit s’appliquer à chaque élément de la loi qui pénalise une conduite qui serait autrement innocente. Il n’est pas contesté qu’un prévenu qui se voit reproché une violation de 875(c) doit être conscient qu’il a transmis une communication. Mais communiquer quelque chose n’est pas le fait qui rend la conduite illégale. Ici, l’élément clé qui sépare l’innocence juridique de l’acte relevant du droit pénal est la nature menaçante de la communication. Les conditions quant à l’état mental doivent dès lors s’appliquer au fait que la communication contenait une menace. Et en l’espèce, la condamnation de E. n’était à cet égard fondée que sur le fait de savoir comment ses communications seraient comprises par une personne raisonnable. Un tel standard de « personne raisonnable » constitue une notion familière dans le droit de la responsabilité civile, mais ce standard n’est pas adéquat dans le cadre des conditions à réaliser pour qualifier une certaine conduite de pénale. Ces conditions demandent la conscience d’avoir d’une manière ou d’une autre mal agi. Par conséquent, ce que E. avait en tête est d’importance.

A la lumière de ce qui précède, la condamnation pénale de E. ne saurait être maintenue. Les instructions au Jury indiquaient à tort qu’il suffisait à l’accusation de prouver qu’une personne raisonnable aurait considéré les communications de E. comme des menaces. La culpabilité au sens du droit pénal fédéral ne se juge généralement pas seulement à la lumière du résultat d’un acte sans considérer l’état d’esprit du prévenu. Cette conception s’est développée tôt dans l’histoire juridique des Etats-Unis et les racines de dite conception sont profondes. Le Congrès ne l’a pas modifiée ici. Selon la Section 875(c), l’infraction doit être consciente pour être criminelle.

Il n’est pas contesté que la condition de l’état d’esprit suffisant pour condamner, au sens de la Section 875(c), est satisfaite lorsque le prévenu transmet une communication dans le but d’émettre une menace, ou sachant que la communication sera ressentie comme une menace. En réponse à une question posée pendant l’audience d’argumentation orale, E. a soutenu que la condition de transmettre une communication sans égard au fait de savoir si elle sera ou non ressentie comme une menace n’est pas une condition suffisante. Cependant, en l’espèce, ni E. ni l’accusation n’ont déposé d’observations écrites à ce sujet. Et aucune de ces parties n’a plaidé suffisamment cette question en audience, de sorte que la Cour n’entend pas trancher à ce niveau. En effet, la Cour Suprême ne saurait trancher une question litigieuse que la cour d’appel fédérale n’a pas considérée, que les parties ont ignorée dans leurs mémoires écrits, et que les avocats ont à peine mentionnée dans leur plaidoirie. Considérant ce qui précède ainsi que l’état d’instruction du dossier, la question de l’application du Premier Amendement de la Constitution fédérale ne se pose pas.

Enfin, il n’existe au niveau des cours d’appel fédérales aucun conflit d’opinion s’agissant de la question que les Juges Alito et Thomas souhaiteraient voir décidée en l’espèce, soit la question consistant à déterminer si est suffisante pour condamner une détermination que l’auteur savait que la communication pourrait être ressentie comme une menace, sans que dit auteur ne s’en soucie (recklessness). Aucune cour d’appel ne s’est jamais prononcée à ce niveau. La Cour Suprême n’entend pas être le premier Tribunal d’appel à se prononcer à ce sujet.

No comments:

Post a Comment