Thursday, June 18, 2015

Ohio v. Clark, Docket 13-1352

Con­frontation Clause, Sixth Amendment’s Con­frontation Clause, Child’s statement at trial, testimonial statement: teachers discovered red marks on the 3-year-old child, and the boy identified C. as his abuser. The question in this case is whether the Sixth Amendment’s Confrontation Clause prohibited prosecutors from introducing those statements when the child was not available to be cross-examined. Because neither the child nor his teachers had the primary purpose of assisting in C.’s prosecution, the child’s statements do not implicate the Confrontation Clause and therefore were admissible at trial.

At trial, the State introduced the child’s statements to his teach­ers as evidence of C.’s guilt, but the child did not testify. Under Ohio law, children younger than 10 years old are incompetent to testify if they “appear incapable of receiv­ing just impressions of the facts and transactions respect­ing which they are examined, or of relating them truly.” Ohio Rule Evid. 601(A) (Lexis 2010). After conducting a hearing, the trial court concluded that the child was not com­petent to testify. But under Ohio Rule of Evidence 807, which allows the admission of reliable hearsay by child abuse victims, the court ruled that the child’s statements to his teachers bore sufficient guarantees of trustworthiness to be admitted as evidence.

The Sixth Amendment’s Confrontation Clause, which is binding on the States through the Fourteenth Amend­ment, provides: “In all criminal prosecutions, the accused shall enjoy the right . . . to be confronted with the wit­nesses against him.” In Ohio v. Roberts, 448 U. S. 56, 66 (1980), we interpreted the Clause to permit the admission of out-of-court statements by an unavailable witness, so long as the statements bore “adequate ‘indicia of reliabil­ity.’” Such indicia are present, we held, if “the evidence falls within a firmly rooted hearsay exception” or bears “particularized guarantees of trustworthiness.” Ibid.

In Crawford v. Washington, 541 U. S. 36 (2004), we adopted a different approach. We explained that “wit­nesses,” under the Confrontation Clause, are those “who bear testimony,” and we defined “testimony” as “a solemn declaration or affirmation made for the purpose of estab­lishing or proving some fact.” Id., at 51. The Sixth Amend­ment, we concluded, prohibits the introduction of testimonial statements by a nontestifying witness, unless the witness is “unavailable to testify, and the defendant had had a prior opportunity for cross-examination.” Id., at 54. Applying that definition to the facts in Crawford, we held that statements by a witness during police question­ing at the station house were testimonial and thus could not be admitted. But our decision in Crawford did not offer an exhaustive definition of “testimonial” statements. Instead, Crawford stated that the label “applies at a min­imum to prior testimony at a preliminary hearing, before a grand jury, or at a former trial; and to police interroga­tions.” Id., at 68.

Our more recent cases have labored to flesh out what it means for a statement to be “testimonial.” In Davis v. Washington and Hammon v. Indiana, 547 U. S. 813 (2006), which we decided together, we dealt with state­ments given to law enforcement officers by the victims of domestic abuse. The victim in Davis made statements to a 911 emergency operator during and shortly after her boyfriend’s violent attack. In Hammon, the victim, after being isolated from her abusive husband, made state­ments to police that were memorialized in a “‘battery affidavit.’” Id., at 820. We held that the statements in Hammon were testimo­nial, while the statements in Davis were not. Announcing what has come to be known as the “primary purpose” test, we explained: “Statements are nontestimonial when made in the course of police interrogation under circumstances objectively indicating that the primary purpose of the interrogation is to enable police assistance to meet an ongoing emergency. They are testimonial when the cir­cumstances objectively indicate that there is no such ongoing emergency, and that the primary purpose of the interrogation is to establish or prove past events poten­tially relevant to later criminal prosecution.” Id., at 822. Because the cases involved statements to law enforcement officers, we reserved the question whether similar state­ments to individuals other than law enforcement officers would raise similar issues under the Confrontation Clause. See id., at 823, n. 2.

One additional factor is “the informality of the situation and the interrogation.” Id., at 377. A “formal station-house interrogation,” like the questioning in Crawford, is more likely to provoke testimonial statements, while less formal questioning is less likely to reflect a primary pur­pose aimed at obtaining testimonial evidence against the accused. Id., at 366, 377. And in determining whether a statement is testimonial, “standard rules of hearsay, designed to identify some statements as reliable, will be relevant.” Id., at 358–359. In the end, the question is whether, in light of all the circumstances, viewed objec­tively, the “primary purpose” of the conversation was to “create an out-of-court substitute for trial testimony.” Id., at 358. Applying these principles in Bryant, we held that the statements made by a dying victim about his assailant were not testimonial because the circumstances objectively indicated that the conversation was primarily aimed at quelling an ongoing emergency, not establishing evidence for the prosecution. Because the relevant state­ments were made to law enforcement officers, we again declined to decide whether the same analysis applies to statements made to individuals other than the police. See id., at 357, n. 3.

Thus, under our precedents, a statement cannot fall within the Confrontation Clause unless its primary pur­pose was testimonial. “Where no such primary purpose exists, the admissibility of a statement is the concern of state and federal rules of evidence, not the Confrontation Clause.” Id., at 359. But that does not mean that the Confrontation Clause bars every statement that satisfies the “primary purpose” test.

In this case, we consider statements made to preschool teachers, not the police. We are therefore presented with the question we have repeatedly reserved: whether state­ments to persons other than law enforcement officers are subject to the Confrontation Clause. Because at least some statements to individuals who are not law enforce­ment officers could conceivably raise confrontation con­cerns, we decline to adopt a categorical rule excluding them from the Sixth Amendment’s reach. Nevertheless, such statements are much less likely to be testimonial than statements to law enforcement officers. And consid­ering all the relevant circumstances here, the child’s state­ments clearly were not made with the primary purpose of creating evidence for C.’s prosecution. Thus, their introduction at trial did not violate the Confrontation Clause.

The child’s statements occurred in the context of an ongoing emergency involving suspected child abuse. When the child’s teachers noticed his injuries, they rightly became worried that the 3-year-old was the victim of serious violence. Because the teachers needed to know whether it was safe to release the child to his guardian at the end of the day, they needed to determine who might be abusing the child.  Thus, the immediate concern was to protect a vulnerable child who needed help. Our holding in Bryant is instruc­tive. As in Bryant, the emergency in this case was ongo­ing, and the circumstances were not entirely clear. The child’s teachers were not sure who had abused him or how best to secure his safety. Nor were they sure whether any other children might be at risk. As a result, their questions and the child‘s answers were primarily aimed at identifying and ending the threat. Though not as harried, the conversa­tion here was also similar to the 911 call in Davis. The teachers’ questions were meant to identify the abuser in order to protect the victim from future attacks. Whether the teachers thought that this would be done by appre­hending the abuser or by some other means is irrelevant. And the circumstances in this case were unlike the inter­rogation in Hammon, where the police knew the identity of the assailant and questioned the victim after shielding her from potential harm.

There is no indication that the primary purpose of the conversation was to gather evidence for C.’s prosecu­tion. On the contrary, it is clear that the first objective was to protect the child. At no point did the teachers inform the child that his answers would be used to arrest or punish his abuser. The child never hinted that he intended his state­ments to be used by the police or prosecutors. And the conversation between the child and his teachers was informal and spontaneous. The teachers asked the child about his injuries immediately upon discovering them, in the infor­mal setting of a preschool lunchroom and classroom, and they did so precisely as any concerned citizen would talk to a child who might be the victim of abuse. This was nothing like the formalized station-house questioning in Crawford or the police interrogation and battery affidavit in Hammon.

The child’s age fortifies our conclusion that the statements in question were not testimonial. Statements by very young children will rarely, if ever, implicate the Confrontation Clause. Few preschool students understand the details of our criminal justice system. Rather, “research on chil­dren’s understanding of the legal system finds that” young children “have little understanding of prosecution.” Brief for American Professional Society on the Abuse of Chil­dren as Amicus Curiae 7, and n. 5 (collecting sources). And C. does not dispute those findings. Thus, it is extremely unlikely that a 3-year-old child in the child’s posi­tion would intend his statements to be a substitute for trial testimony. On the contrary, a young child in these circumstances would simply want the abuse to end, would want to protect other victims, or would have no discernible purpose at all.

As a historical matter, moreover, there is strong evi­dence that statements made in circumstances similar to those facing the child and his teachers were admissible at common law. See Lyon & LaMagna, The History of Chil­dren’s Hearsay: From Old Bailey to Post-Davis, 82 Ind. L. J. 1029, 1030 (2007); see also id., at 1041–1044 (exam­ining child rape cases from 1687 to 1788); J. Langbein, The Origins of Adversary Criminal Trial 239 (2003) (“The Old Bailey” court in 18th-century London “tolerated fla­grant hearsay in rape prosecutions involving a child victim who was not competent to testify because she was too young to appreciate the significance of her oath”). And when 18th-century courts excluded statements of this sort, see, e.g., King v. Brasier, 1 Leach 199, 168 Eng. Rep. 202 (K. B. 1779), they appeared to do so because the child should have been ruled competent to testify, not because the statements were otherwise inadmissible. See Lyon & LaMagna, supra, at 1053–1054. It is thus highly doubtful that statements like the child’s ever would have been under­stood to raise Confrontation Clause concerns. Neither Crawford nor any of the cases that it has produced has mounted evidence that the adoption of the Confrontation Clause was understood to require the exclusion of evidence that was regularly admitted in criminal cases at the time of the founding.

Finally, although we decline to adopt a rule that state­ments to individuals who are not law enforcement officers are categorically outside the Sixth Amendment, the fact that the child was speaking to his teachers remains highly relevant. Courts must evaluate challenged statements in context, and part of that context is the questioner’s identity. Statements made to someone who is not principally charged with uncovering and prosecuting criminal behavior are significantly less likely to be testi­monial than statements given to law enforcement officers. See, e.g., Giles, 554 U. S., at 376. It is common sense that the relationship between a student and his teacher is very different from that between a citizen and the police. We do not ignore that reality. In light of these circumstances, the Sixth Amendment did not prohibit the State from introducing the child’s statements at trial.

Books: Lyon & LaMagna, The History of Chil­dren’s Hearsay: From Old Bailey to Post-Davis, 82 Ind. L. J. 1029, 1030 (2007); J. Langbein, The Origins of Adversary Criminal Trial 239 (2003)

(U.S.S.C., June 18, 2015, Ohio v. Clark, Docket 13-1352, J. Alito).

Clause du droit à confronter un témoin, déduite du Sixième Amendement de la Constitution fédérale, sort de la déclaration d’un mineur déposée comme moyen de preuve dans la procédure, déclaration de nature « testimoniale » (ce terme revêt un sens technique très particulier dans le droit fédéral des preuves) : en l’espèce, des enseignants découvrirent à l’école des traces rouges sur un élève de trois ans, et, questionné par les enseignants, l’enfant identifia l’adulte C., ami de sa mère, à cette époque absente du domicile, comme l’auteur des marques rouges. La question que pose cette affaire revient à déterminer si la Clause de confrontation empêche l’accusation d’introduire dans la procédure les déclarations hors audience faites par l’enfant à ses enseignants. Il est encore à noter que le droit de l’état du for (l’Ohio) ne permet pas systématiquement à un mineur de déposer en audience. Et en l’espèce, l’enfant n’a pu être amené à déposer en audience, ne pouvant ainsi pas être interrogé par la défense. La Cour Suprême juge que comme ni l’enfant ni ses enseignants n’avaient comme but premier d’assister l’accusation de C., les déclarations hors procédure de l’enfant n’impliquaient nullement la Clause de confrontation, de sorte que ces déclarations pouvaient être admises dans la procédure.

Pendant le procès pénal au fond, l’accusation introduisit donc les déclarations hors procès de l’enfant à ses enseignants comme preuve de la culpabilité de C., mais l’enfant n’a pas témoigné en audience. Comme indiqué précédemment, selon le droit de l’état de l’Ohio, les enfants de moins de dix ans ne disposent pas de la compétence de témoigner s’ils apparaissent incapables de recevoir de justes impressions des faits et de leurs transcriptions, faits sur lesquels ils sont interrogés, ou encore s’ils sont incapables de relater ces faits avec exactitude. Après avoir appointé une audience, la cour de première instance a conclu que l’enfant ne disposait pas de la capacité de témoigner. Mais selon la Règle de preuve 807 du droit de procédure de l’état de l’Ohio, les déclarations hors audience (qui portent sur un fait matériel et qui ne permettent pas de contre-interrogatoire, appelées « hearsay »), qui sont dignes de confiance et qui proviennent d’enfants victimes de maltraitances, sont admissibles. Et en l’espèce, la cour décida que les déclarations de l’enfant à ses enseignants étaient suffisamment crédibles pour être admises comme moyen de preuve dans la procédure. 

La Clause de confrontation du Sixième Amendement de la Constitution fédérale, qui lie les états par le mécanisme du Quatorzième Amendement, dispose que dans toutes les procédures pénales, le prévenu est en droit d’être confronté aux témoins qui déposent contre lui. Dans la jurisprudence Ohio v. Roberts, la Cour jugea que la Clause permettait l’admission de déclarations hors audience de la part de témoins qui n’étaient pas disponibles pour comparaître, aussi longtemps que les déclarations présentaient des indices de fiabilité adéquats. De tels indices existent, jugea la Cour, si la preuve tombe dans le cadre d’une exception bien établie à l’inadmissibilité des dépositions sur des faits que le témoin n’a pas directement constatés, ou si la preuve offre des garanties de confiance particulières.

Mais dans sa jurisprudence Crawford v. Washington (2004), la Cour adopta une approche différente : les témoins, au sens de la Clause de confrontation, sont ceux qui apportent un « témoignage », et la notion de « témoignage » a été définie comme une déclaration solennelle ou une affirmation exprimée dans le but d’établir ou de prouver un fait déterminé. Le Sixième Amendement, a conclu la Cour, prohibe l’introduction de déclarations ayant ainsi valeur de témoignage par un témoin qui n’a pas déposé à l’audience, à moins que le témoin ne soit pas disponible pour témoigner, pour autant que le prévenu ait eu une opportunité antérieure de le questionner. Appliquant cette définition aux faits de la décision Crawford, la Cour jugea que les déclarations d’un témoin pendant un interrogatoire au poste de police sont de nature testimoniale, de sorte que ces déclarations ne sauraient être admises. Mais la décision Crawford n’offre pas une définition exhaustive de la déclaration « testimoniale ». Crawford s’est limitée à indiquer que la nature « testimoniale » s’appliquait au moins à des dépositions antérieures pendant une audience préliminaire,  devant un grand jury, pendant une audience antérieure, ou pendant un interrogatoire de police.

S’agissant des déclarations données à la police par des victimes de violences domestiques, deux décisions de la Cour sont d’importance, soit Davis v. Washington et Hammon v. Indiana, toutes deux de 2006. Dans l’affaire Davis, la victime fit ses déclarations à un opérateur du service d’urgences 911 pendant et juste après la violente attaque qu’elle subissait de la part de son ami. Dans l’affaire Hammon, la victime, après avoir été isolée de son mari abusif, fit ses déclarations à la police, déclarations ensuite reportées dans un « rapport de maltraitance ». La Cour Suprême jugea que les déclarations dans l’affaire Hammon étaient de nature testimoniale, tandis que les déclarations dans l’affaire Davis ne l’étaient pas. En énonçant ce qui était appelé à devenir le « test du but principal », la Cour exposa : des déclarations seront qualifiées de non-testimoniales quand elles sont exprimées en cours d’interrogatoires de police dans des circonstances indiquant objectivement que le but principal de l’interrogatoire est de permettre l’intervention de la police dans le cadre d’une urgence en cours. Elles seront qualifiées de testimoniales quand les circonstances indiquent objectivement qu’aucune intervention urgente n’est en cours, et que le but principal de l’interrogatoire est d’établir ou de prouver des événements passés potentiellement d’importance dans le cadre d’une poursuite pénale ultérieure. Dans les deux affaires précitées, étaient concernées des déclarations aux forces de police. La Cour a dès lors réservé la question de savoir si des déclarations semblables faites à des personnes autres que des policiers pouvaient soulever la même problématique sous l’angle de la Clause de confrontation.

Un facteur additionnel à considérer dans la présente discussion est l’informalité de la situation et de l’interrogatoire. Un interrogatoire formel au poste de police provoquera plus vraisemblablement des déclarations testimoniales, tandis qu’un interrogatoire moins formel reflètera avec moins de vraisemblance le « but principal » d’obtenir des preuves testimoniales contre le prévenu. Et pour déterminer si une déclaration est testimoniale, seront relevantes les règles habituelles relatives aux déclarations entendues hors audience (hearsay), visant à fixer le degré de fiabilité desdites déclarations.

Finalement, la question déterminante consiste à savoir si, toutes circonstances objectives considérées, le but premier de la conversation était de créer un substitut hors audience au procès ordinaire. Appliquant ces principes dans une jurisprudence Bryant, la Cour jugea que les déclarations d’une victime mourante relatives à son agresseur n’étaient pas de nature testimoniale  parce que la conversation visait avant tout à mettre fin à l’urgence en cours, et non pas à établir des preuves pour l’accusation. Comme les déclarations relevantes avaient été faites à des policiers, la Cour renonça à nouveau à décider si la même analyse s’appliquait à des déclarations faites à des personnes autres que des policiers.

Ainsi, au sens de la jurisprudence, une déclaration ne relève pas de la Clause de confrontation à moins que son but premier soit de nature testimoniale. Quand aucun « but premier » de cette sorte n’existe, l’admissibilité d’une déclaration relève des règles de preuve étatiques et fédérales, et ne relève pas de la Clause de confrontation. Mais ce qui précède ne signifie pas encore que la Clause de confrontation écarte toutes les déclarations qui relèvent du « test du but principal ».

Dans la présente affaire, la Cour se penche sur le sort à réserver à des déclarations exprimées à des enseignants du préscolaire, et non à la police. Se présente par conséquent ici la question que la jurisprudence à ce jour a réservée, soit savoir si des déclarations émises à des personnes autres que les représentants des forces de l’ordre sont ou non sujettes à la Clause de confrontation. Parce qu’au moins certaines déclarations à des personnes hors le cercle des forces de police peuvent potentiellement soulever des problèmes de confrontation, la Cour renonce à adopter une règle catégorique qui exclurait ces déclarations du cadre du Sixième Amendement. Cependant, de telles déclarations seront bien moins vraisemblablement qualifiées de testimoniales que les déclarations aux forces de police.

Considérant en l’espèce toutes les circonstances relevantes, les déclarations de l’enfant n’étaient clairement pas destinées en premier lieu à apporter des preuves en faveur de l’accusation de C. Ainsi l’introduction de ces déclarations au procès ne violait pas la Clause de confrontation.

Les déclarations de l’enfant avaient été émises dans le contexte d’une urgence en cours impliquant un comportement abusif à l’encontre de l’enfant. Quand les enseignants de l’enfant ont remarqué ses blessures, ils se sont à juste titre inquiété et ont imaginé que l’enfant, âgé de trois ans, pouvait avoir été victime de violences sérieuses. Les enseignants avaient ainsi besoin de savoir s’ils pouvaient en toute sécurité remettre l’enfant au titulaire du droit de sa grade à la fin de la journée. Ils devaient ainsi déterminer qui pouvait bien avoir abusé de l’enfant. Le souci immédiat consistait à protéger un enfant vulnérable qui avait besoin d’aide. Il est aussi important de noter que les circonstances n’étaient pas complètement claires. Les instituteurs de l’enfant ne savaient pas qui au juste avait abusé de l’enfant, et ne savaient pas non plus comment assurer au mieux sa sécurité. Ils ne pouvaient dire si d’autres enfants étaient ou non menacés. Dès lors, les questions des enseignants et les réponses de l’enfant visaient en premier lieu à identifier la menace et à y mettre fin. Le contexte ne baignait pas autant dans l’urgence que celui entourant certains appels au 911, mais la conversation dans cette affaire était semblable à l’appel au 911 dans la jurisprudence Davis. Il est irrelevant que les enseignants aient ou non pensé que la meilleure manière de protéger l’enfant était de faire appréhender son agresseur. Et les circonstances de la présente affaire sont différentes de l’interrogatoire dans la décision Hammon, où la police connaissait l’identité de l’agresseur et questionnait la victime après l’avoir protégée d’un dommage potentiel.

On ne trouve aucune indication en l’espèce que le but premier de la conversation était de réunir des preuves en faveur de l’accusation de C. Au contraire, il apparaît clairement que l’objectif premier consistait à protéger l’enfant. Les enseignants n’ont jamais dit à l’enfant que ses réponses seraient utilisées pour arrêter ou punir son agresseur. L’enfant n’a jamais fait d’allusion tendant à penser qu’il entendait que ses déclarations soient utilisées par la police ou par l’accusation. Et la discussion entre l’enfant et ses enseignants était informelle et spontanée.

Les membres du corps enseignant ont questionné l’enfant au sujet de ses blessures immédiatement après les avoir constatées, dans le cadre informel d’une cantine et d’une salle de classe enfantine, tout comme n’importe quel citoyen concerné aurait agi s’il avait suspecté l’enfant d’être victime d’abus. Une telle situation n’a rien à voir avec un interrogatoire formel au poste de police, et n’a rien à voir non plus avec une déclaration formulée dans un acte de police officiel rapportant une agression.

L’âge de l’enfant dans cette affaire renforce la conclusion de la Cour que les déclarations n’avaient nullement nature testimoniale. Les déclarations provenant de très jeunes enfants impliquent rarement la Clause de confrontation. Peu d’enfants en pré-scolarité comprennent les détails du système de justice pénale. Ainsi, il est très improbable qu’un enfant de trois ans, dans une situation comme celle de la présente espèce, ait l’intention que ses déclarations soient comprises comme un substitut au témoignage en audience.  Tout au contraire, un jeune enfant placé dans ces circonstances veut que les abus contre lui cessent, veut protéger d’autres victimes, ou alors ne poursuit pas d’objectif particulier.

D’un point de vue historique, de solides preuves démontrent que des déclarations dans des circonstances semblables à celles de la présente espèce étaient admissibles dans le système de la Common law. Et lorsque les cours du 18è siècle ont exclu des déclarations de cette sorte, c’était plutôt parce que l’enfant était jugé compétent pour déposer, et non parce que les déclarations auraient été inadmissibles  pour d’autres raisons.

Enfin, bien que la Cour n’entende ici pas adopter de règle selon laquelle les déclarations à des personnes qui ne sont pas membres des forces de police seraient catégoriquement hors du cadre du Sixième Amendement, le fait que l’enfant parlait à ses instituteurs demeure hautement relevant. Les Tribunaux ont l’obligation d’évaluer des déclarations contentieuses dans leur contexte, et l’identité de la personne qui interroge est partie prenante de ce contexte. Des déclarations à quelqu’un dont la mission principale n’est pas de découvrir et de poursuivre des comportements criminels ont significativement moins de chances d’être de nature testimoniale que des déclarations faites aux forces de police. Conformément au bon sens commun, la relation entre un écolier et son enseignant est très différente de celle entre un citoyen et un policier. Cette réalité ne sera pas ici ignorée. A la lumière des circonstances précitées, le Sixième Amendement de la Constitution fédérale n’interdit pas à l’état d’introduire les déclarations de l’enfant au procès.

No comments:

Post a Comment