Monday, June 22, 2015

Kimble v. Marvel Entertainment, LLC, Docket 13-720

Patent: expiration: purchase of the patent against royalties: royalties after expiration ?: The answer is no.  In Brulotte v. Thys Co., 379 U. S. 29 (1964), this Court held that a patent holder cannot charge royalties for the use of his invention after its patent term has expired. The sole question presented here is whether we should over­rule Brulotte. Adhering to principles of stare decisis, we decline to do so. Critics of the Brulotte rule must seek relief not from this Court but from Congress.

Partie’s agreement provided that Marvel would purchase Kimble’s patent in exchange for a lump sum (of about a half-million dollars) and a 3% royalty on Marvel’s future sales of the “Web Blaster” and similar prod­ucts. The parties set no end date for royalties.

In Brulotte, the patent holder retained ownership of the patent while licensing customers to use the patented article in exchange for royalty payments. See 379 U. S., at 29–30. By contrast, Kimble sold his whole patent to obtain royalties.

Patents endow their holders with certain superpowers, but only for a limited time. In crafting the patent laws, Congress struck a balance between fostering innovation and ensuring public access to discoveries. While a patent lasts, the patentee possesses exclusive rights to the pa­tented article—rights he may sell or license for royalty payments if he so chooses. See 35 U. S. C. §154(a)(1). But a patent typically expires 20 years from the day the appli­cation for it was filed. See §154(a)(2). And when the patent expires, the patentee’s prerogatives expire too, and the right to make or use the article, free from all re­striction, passes to the public. See Sears, Roebuck & Co. v. Stiffel Co., 376 U. S. 225, 230 (1964).

In Scott Paper Co. v. Marcalus Mfg. Co., 326 U. S. 249 (1945), for example, we determined that a manufacturer could not agree to refrain from chal­lenging a patent’s validity. Allowing even a single company to restrict its use of an expired or invalid patent, we explained, “would deprive . . . the consuming public of the advantage to be derived” from free exploitation of the discovery. Id., at 256. And to permit such a result, whether or not authorized “by express contract,” would impermissibly undermine the patent laws. Id., at 255– 256; see also, e.g., Edward Katzinger Co. v. Chicago Metal­lic Mfg. Co., 329 U. S. 394, 400–401 (1947) (ruling that Scott Paper applies to licensees); Lear, Inc. v. Adkins, 395 U. S. 653, 668–675 (1969) (refusing to enforce a contract requiring a licensee to pay royalties while contesting a patent’s validity).

In Brulotte, The Court (by an 8-1 vote) held the agreement unenforceable—“unlawful per se”—to the extent it provided for the pay­ment of royalties “accruing after the last of the patents incorporated into the machines had expired.” 379 U. S., at 30, 32.

Yet parties can often find ways around Brulotte, ena­bling them to achieve those same ends. To start, Brulotte allows a licensee to defer payments for pre-expiration use of a patent into the post-expiration period; all the decision bars are royalties for using an invention after it has moved into the public domain. See 379 U. S., at 31; Zenith Radio Corp. v. Hazeltine Research, Inc., 395 U. S. 100, 136 (1969). A licensee could agree, for example, to pay the licensor a sum equal to 10% of sales during the 20-yearpatent term, but to amortize that amount over 40 years.

Too, post-expiration royalties are allowable so long as tied to a non-patent right—even when closely related to a patent. See, e.g., 3 Milgrim on Licensing §18.07, at 18–16 to 18–17. That means, for example, that a license involving both a patent and a trade secret can set a 5% royalty during the patent period (as compensation for the two combined) and a 4% royalty afterward (as pay­ment for the trade secret alone). Finally and most broadly, Brulotte poses no bar to business arrangements other than royalties—all kinds of joint ventures, for example—that enable parties to share the risks and rewards of commer­cializing an invention.

The subject matter of Brulotte adds to the case for adhering to precedent. Brulotte lies at the intersection of two areas of law: property (patents) and contracts (licensing agreements). And we have often recognized that in just those contexts—“cases involving property and contract rights”—considerations favoring stare decisis are “at their acme.” E.g., Payne, 501 U. S., at 828; Khan, 522 U. S., at 20. That is because parties are especially likely to rely on such precedents when ordering their affairs.

It is not “necessary to specify the term . . . of the license” when a decision like Brulotte limits it “by law”.

The only legal erosion to which Kimble gestures is a change in the treatment of patent tying agreements—i.e., contracts conditioning a licensee’s right to use a patent on the purchase of an unpatented product. See Brief for Petitioners 43. When Brulotte was decided, those agreements counted as per se antitrust violations and patent misuse; now, they are unlawful only if the patent holder wields power in the relevant market. See Act of Nov. 19, 1988, §201, 102 Stat. 4676 (adding the market power requirement in the patent misuse context); Illinois Tool Works Inc. v. Independent Ink, Inc., 547 U. S. 28, 41–43 (2006) (relying on that legislative change to overrule antitrust decisions about tying and to adopt the same standard). But it is far from clear that the old rule of tying was among Brulotte’s legal underpinnings. Brulotte briefly analogized post-expiration royalty agreements to tying arrangements, but only after relating the statutory and caselaw basis for its holding and “concluding” that post-patent royalties are “unlaw­ful per se.” 379 U. S., at 32. And even if that analogy played some real role in Brulotte, the development of tying law would not undercut the decision—rather the opposite. Congress took the lead in changing the treatment of tying agreements and, in doing so, conspicuously left Brulotte in place. Indeed, Congress declined to enact bills that would have modified not only tying doctrine but also Brulotte. See supra, at 9 (citing S. 1200, 100th Cong., 1st Sess. (1987), and S. 438, 100th Cong., 2d Sess. (1988)). That choice suggests congressional acquiescence in Brulotte, and so further supports adhering to stare decisis.

And in any event, Brulotte did not hinge on the mistake Kimble identifies. Although some of its language invoked economic concepts, the Court did not rely on the notion that post-patent royalties harm competition. Nor is that surprising. The patent laws—unlike the Sherman Act—do not aim to maximize competition (to a large extent, the opposite). And the patent term—unlike the “restraint of trade” standard—provides an all-encompassing bright-line rule, rather than calling for practice-specific analysis. So in deciding whether post-expiration royalties comport with patent law, Brulotte did not undertake to assess that practice’s likely competitive effects. Instead, it applied a categorical principle that all patents, and all benefits from them, must end when their terms expire. See Brulotte, 379 U. S., at 30–32. Patent (not antitrust) policy gave rise to the Court’s conclusion that post-patent royalty contracts are unenforceable—utterly “regardless of a demonstrable effect on competition.” 1 Hovenkamp §3.2d, at 3–10.

Books: Ayres & Klemperer, Limiting Patentees’ Market Power Without Reducing Innovation Incentives: The Perverse Benefits of Uncertainty and Non-Injunctive Remedies, 97 Mich. L. Rev. 985, 1027 (1999); R. Milgrim & E. Bensen, Milgrim on Licensing §18.05, p. 18–9 (2013); H. Hovenkamp, M. Janis, M. Lemley, & C. Leslie, IP and Antitrust §3.2e, p. 3–12.1 (2d ed., Supp. 2014) (Hovenkamp); D. Epstein, Eckstrom’s Licensing in Foreign and Domestic Operations §3.13, p. 3–13, and n. 2 (2014).

(U.S.S.C., June 22, 2015, Kimble v. Marvel Entertainment, LLC, Docket 13-720, J. Kagan).

Brevets d’invention : expiration : attribution du brevet contre paiement de royalties : des royalties sont-elles dues après expiration du brevet ? La réponse est négative. Dans sa jurisprudence Brulotte (1964), la Cour a jugé que le détenteur d’un brevet ne pouvait plus facturer de royalties pour l’usage de son invention après l’expiration de son brevet. La seule question posée par la présente affaire consiste à savoir si la Cour devrait renverser sa décision Brulotte. Elle n’entend pas le faire, considérant le principe « stare decisis ». Ceux qui désirent un changement de jurisprudence à ce niveau doivent saisir le Congrès et non la Cour.

En l’espèce, l’accord des parties prévoyait que l’entreprise Marvel se portait acquéreuse du brevet de K. en échange d’une somme d’argent et de royalties calculées à 3% des ventes futures, par Marvel, du produit breveté. Les parties n’ont pas soumis le paiement des royalties à un terme.

Dans la jurisprudence Brulotte, le titulaire du brevet en a conservé la propriété, tout en accordant une licence à ses partenaires, licence permettant l’usage du produit breveté, cela contre paiement de royalties. Par contraste, en l’espèce, K. a vendu son brevet pour obtenir des royalties.

Le brevet confère à son titulaire des pouvoirs particuliers, mais pour une durée limitée. En rédigeant la législation sur les brevets d’invention, le Congrès fédéral a trouvé un équilibre entre la promotion de l’innovation et l’accès du public aux inventions. Pendant la durée effective du brevet, son titulaire détient un droit exclusif sur l’article breveté, droit qu’il peut vendre ou concéder sous le régime d’une licence contre paiement de royalties s’il le souhaite. Mais typiquement un brevet expire 20 ans depuis le jour où la demande de brevet a été déposée. Et quand le brevet expire, les prérogatives de son titulaire expirent également, et le droit de fabriquer et d’utiliser l’article, librement, passe au public.

Par exemple dans la jurisprudence Scott Paper Co. (1945), la Cour a jugé qu’un fabriquant ne pouvait pas s’engager à ne pas contester la validité d’un brevet. Permettre même à une seule entreprise de restreindre son droit d’usage d’un brevet expiré ou invalide, jugea la Cour, prive les consommateurs de l’avantage déduit d’un libre usage de l’invention. Et permettre un tel résultat, qu’il soit ou non contractuellement autorisé, porterait atteinte au droit des brevets d’invention. La Cour a de plus jugé dans une décision de 1947 que la jurisprudence Scott Paper s’appliquait aux preneurs de licences. Une décision de 1969 a en outre refusé d’ordonner l’exécution d’une clause contractuelle obligeant un preneur de licence à payer des royalties pendant un litige portant sur la validité du brevet.

Dans sa décision Brulotte, la Cour (à une majorité de 8-1) a refusé l’exécution d’une convention (la qualifiant de « per se » contraire au droit) dans la mesure où elle prévoyait le paiement de royalties venant à échéance après l’expiration du brevet.

Cependant les parties peuvent souvent trouver un moyen conforme au droit de contourner les effets de Brulotte. Tout d’abord, Brulotte permet à un preneur de licence d’effectuer après expiration du brevet ses paiements de royalties dues pendant la période avant expiration. La décision Brulotte n’interdit que de prévoir des royalties pour l’usage d’une invention après que celle-ci soit tombée dans le domaine public. 

Par exemple, un preneur de licence peut accepter de verser au donneur de licence une somme équivalente à 10% des ventes durant les 20 ans de la durée de vie du brevet, tout en amortissant ce montant sur 40 ans.

Dans le même ordre d’idée, des royalties dues après expiration du brevet sont admissibles aussi longtemps qu’elles sont liées à un droit qui ne découle pas du brevet. Ainsi, par exemple, une licence qui implique à la fois un brevet et un secret commercial peut prévoir des royalties à 5% pendant la durée du brevet (comme compensation pour la combinaison des deux éléments), et à 4% après l’expiration (comme compensation pour le partage du secret commercial). Finalement et de manière plus générale, Brulotte ne place aucune interdiction face à des arrangements commerciaux autres que des royautés (on peut penser ici aux divers types de joint ventures) qui permettent aux parties de partager les risques et les profits découlant de la commercialisation d’une invention.

La matière juridique traitée par la décision Brulotte renforce l’adhésion au principe de « stare decisis ». Brulotte se trouve à l’intersection de deux domaines du droit : le droit de propriété (brevets) et le droit des contrats (contrats de licence). Et la Cour a souvent jugé que précisément dans ces deux domaines, les éléments qui favorisent le respect du précédent méritent une considération toute particulière. Cela du fait que les parties se fondront très vraisemblablement sur ces précédents en organisant leurs affaires.

Remarque : il n’est pas nécessaire de prévoir un terme contractuel au contrat de licence lorsqu’une décision telle que Brulotte fixe une limite légale à la durée dudit contrat.

La seule érosion de la construction juridique précitée à laquelle K. se réfère est le changement du traitement juridique des « patent tying agreements », soit des contrats qui conditionnent le droit d’un preneur de licence d’utiliser un brevet à l’achat d’un article non breveté. A l’époque de la décision Brulotte, ces arrangements s’analysaient en violations « per se » du droit des cartels et en violation du droit des brevets. Aujourd’hui, ces arrangements ne sont illégaux que si le titulaire du brevet exerce son pouvoir sur la marché relevant. Mais il est loin d’être clair que l’ancienne règle relative aux « tying agreements » constituait l’un des fondements de la décision Brulotte. Et cette décision n’en a pas moins conclue que les royalties postérieures à l’expiration du brevet étaient « per se » illégales. En outre, c’est le Congrès fédéral qui a dirigé les modifications légales portant sur le régime des « tying agreements », tout en laissant la décision Brulotte en place, ce qui entraine une adhérence encore plus ferme au principe « stare decisis ».

Pour décider Brulotte, la Cour ne s’est pas référée à la théorie économique selon laquelle des royalties dues après l’expiration du brevet seraient de nature à porter atteinte à la concurrence, ce qui ne saurait surprendre. Le droit des brevets, au contraire du Sherman Act, n’a pas pour but de maximiser la concurrence (ce serait même plutôt le contraire). Et la théorie du jour de l’expiration du brevet, au contraire du standard des « restrictions au commerce », met à disposition une réglementation claire et précise, plutôt que d’impliquer une analyse au cas par cas. Ainsi en décidant si des royalties subséquentes à l’expiration satisfont aux exigences du droit des brevets, Brulotte s’est abstenue d’évaluer les probables effets de cette pratique sur la concurrence. Brulotte a appliqué un principe catégorique selon lequel tous les brevets, et tous les profits qui en découlent, doivent se terminer à l’expiration du brevet.

No comments:

Post a Comment