Tuesday, March 24, 2015

B&B Hardware, Inc. v. Hargis Industries, Inc., Docket 13-352

Trademark: issue preclusion: registration and infringement: Lanham Act: an agency decision can ground issue preclusion. The Court’s cases establish that when Congress authorizes agencies to resolve disputes, “courts may take it as given that Congress has legislated with the expectation that issue preclusion will apply except when a statutory purpose to the contrary is evident.” Astoria Fed. Sav. & Loan Assn. v. Solimino, 501 U. S. 104, 108.

Neither the Lanham Act’s text nor its structure rebuts the “presumption” in favor of giving preclusive effect to TTAB (The Trademark Trial and Appeal Board)  decisions where the ordinary elements of issue preclusion are met. Astoria, 501 U. S., at 108. This case is unlike Astoria. There, where exhaust­ing the administrative process was a prerequisite to suit in court, giv­ing preclusive effect to the agency’s determination in that very ad­ministrative process could have rendered the judicial suit “strictly pro forma.” Id., at 111. By contrast, registration involves a separate proceeding to decide separate rights.

There is no categorical reason why registration decisions can never meet the ordinary elements of issue preclusion. That many registrations will not satisfy those ordinary elements does not mean that none will.

Contrary to the Eighth Circuit’s conclusion, the same likeli­hood-of-confusion standard applies to both registration and infringe­ment. The factors that the TTAB and the Eighth Circuit use to as­sess likelihood of confusion are not fundamentally different, and, more important, the operative language of each statute is essentially the same.
Hargis claims that the standards are different, noting that the reg­istration provision asks whether the marks “resemble” each other, 15 U. S. C. §1052(d), while the infringement provision is directed to­wards the “use in commerce” of the marks, §1114(1). That the TTAB and a district court do not always consider the same usages, however, does not mean that the TTAB applies a different standard to the us­ages it does consider. If a mark owner uses its mark in materially the same ways as the usages included in its registration application, then the TTAB is deciding the same likelihood-of-confusion issue as a district court in infringement litigation. For a similar reason, the Eighth Circuit erred in holding that issue preclusion could not apply because the TTAB relied too heavily on “appearance and sound.”

The fact that the TTAB and district courts use different pro­cedures suggests only that sometimes issue preclusion might be in­appropriate, not that it always is. Here, there is no categorical “rea­son to doubt the quality, extensiveness, or fairness,” Montana v. United States, 440 U. S. 147, 164, n. 11, of the agency’s procedures. In large part they are exactly the same as in federal court.

Trademark law has a long history, going back at least to Roman times. See Restatement (Third) of Unfair Compe­tition §9, Comment b (1993).
Though federal law does not create trademarks, see, e.g., Trade-Mark Cases, 100 U. S. 82, 92 (1879), Congress has long played a role in protecting them. In 1946, Con­gress enacted the Lanham Act, the current federal trade­mark scheme. As relevant here, the Lanham Act creates at least two adjudicative mechanisms to help protect marks. First, a trademark owner can register its mark with the PTO. Second, a mark owner can bring a suit for infringement in federal court.
Registration is significant. The Lanham Act confers “important legal rights and benefits” on trademark owners who register their marks. 3 McCarthy §19:3, at 19–21 see also id., §19:9, at 19–34 (listing seven of the “procedural and substantive legal advantages” of registration). Regis­tration, for instance, serves as “constructive notice of the registrant’s claim of ownership” of the mark. 15 U. S. C. §1072. It also is “prima facie evidence of the validity of the registered mark and of the registration of the mark, of the owner’s ownership of the mark, and of the owner’s exclusive right to use the registered mark in commerce on or in connection with the goods or services specified in the certificate.” §1057(b). And once a mark has been regis­tered for five years, it can become “incontestable.” §§1065, 1115(b).
If a trademark examiner believes that registration is warranted, the mark is published in the Official Gazette of the PTO. At that point, “any person who believes that he would be damaged by the registration” may “file an opposition.” Opposition proceedings occur before the TTAB (or panels thereof). The TTAB consists of administrative trademark judges and high-ranking PTO officials, including the Director of the PTO and the Commissioner of Trademarks. Opposition proceedings before the TTAB are in many ways “similar to a civil action in a federal district court.” TTAB Manual of Procedure §102.03 (2014) (hereinafter TTAB Manual), online at http://www.uspto.gov.
These proceedings, for instance, are largely governed by the Federal Rules of Civil Procedure and Evidence.
When a party opposes registration because it believes the mark proposed to be registered is too similar to its own, the TTAB evaluates likelihood of confusion by apply­ing some or all of the 13 factors set out in In re E. I. DuPont DeNemours & Co., 476 F. 2d 1357 (CCPA 1973). After the TTAB decides whether to register the mark, a party can seek review in the U. S. Court of Appeals for the Federal Circuit, or it can file a new action in district court. See 15 U. S. C. §1071. In district court, the parties can conduct additional discovery and the judge resolves regis­tration de novo.
The Lanham Act, of course, also creates a federal cause of action for trademark infringement. The owner of a mark, whether registered or not, can bring suit in federal court if another is using a mark that too closely resembles the plaintiff ’s. The court must decide whether the de­fendant’s use of a mark in commerce “is likely to cause confusion, or to cause mistake, or to deceive” with regards to the plaintiff ’s mark. See 15 U. S. C. §1114(1)(a) (regis­tered marks); §1125(a)(1)(A) (unregistered marks).

Books: 2 J. McCarthy, Trademarks and Unfair Competition (4th ed. 2014) ; 1 A. LaLonde, Gilson on Trademarks (2014) ; Restatement (Second) of Judgments for a statement of the ordinary elements of issue preclu­sion ; 18 C. Wright, A. Miller, & E. Cooper, Federal Practice & Proce­dure (2d ed. 2002)

(U.S.S.Ct., March 24, 2015, B&B Hardware, Inc. v. Hargis Industries, Inc., Docket 13-352, J. Alito).

Une décision administrative peut revêtir force de chose jugée. Selon la jurisprudence de la Cour Suprême fédérale, lorsque le Congrès attribue à l’administration la compétence de décider un litige, les Tribunaux peuvent considérer comme établi que le Congrès a légiféré dans l’idée de conférer force de chose jugée, sauf si le but de l’une des dispositions légales emporte de manière évidente une conclusion différente.
Ni le texte du Lanham Act ni sa structure ne renversent la présomption en faveur de l’attribution de la force de chose jugée aux décisions du Trademark Trial and Appeal Board (TTAB) lorsque les éléments ordinaires du principe de la force de chose jugée sont établis. La jurisprudence Astoria est à distinguer de la présente affaire. Astoria a jugé que lorsque l’épuisement des voies de recours administratives constitue un préalable à la saisine des Tribunaux, conférer force de chose jugée à la décision administrative ultime rendrait sans objet tout recours à un Tribunal. Par contraste, l’enregistrement d’une marque commerciale implique une procédure séparée portant sur des droits séparés.
Il n’existe pas de raison catégorique qui imposerait de nier dans chaque cas la réalisation des éléments ordinaires de la force de chose jugée s’agissant de décisions portant sur l’enregistrement d’une marque. Le fait que dans de nombreux cas d’enregistrement ces éléments ne se retrouvent pas est insuffisant pour permettre de les nier dans chaque affaire.
Contrairement au jugement rendu par le Huitième Circuit fédéral en l’espèce, le même standard de « confusion vraisemblable » s’applique à la fois à la procédure administrative d’enregistrement et à la fois à la procédure judiciaire en violation du droit à la marque. Les facteurs que le TTAB et que le Huitième Circuit appliquent pour décider respectivement juger de la vraisemblance d’une confusion ne sont pas fondamentalement différents et, plus important, le langage opératif de chaque disposition légale (celle s’appliquant à l’enregistrement et celle s’appliquant à la procédure judiciaire) est essentiellement le même.
Il n’importe ainsi pas, à ce niveau, que la disposition légale applicable à la procédure d’enregistrement demande si les marques en conflit se ressemblent, tandis que la disposition légale applicable à la procédure judiciaire pour violation du droit à la marque s’attache à l’examen de l’ »usage dans le commerce » de la marque. Que le TTAB et une cour de district fédérale ne considèrent pas toujours les mêmes usages ne signifie pas que le TTAB applique un standard différent aux usages qu’il considère. Si un détenteur d’une marque utilise sa marque matériellement de la même manière que ce que disent les usages inclus dans sa requête d’enregistrement, alors le TTAB se prononce sur le même problème de vraisemblance de confusion qu’une cour de district fédérale dans le cadre d’une procédure en violation du droit à la marque. Pour la même raison, le Huitième Circuit s’est trompé en soutenant que la force de chose jugée ne pouvait pas s’appliquer parce que le TTAB avait donné trop d’importance à l’ »apparence et à la sonorité » de la marque.
Par ailleurs, en l’espèce, il n’existe pas de raison catégorique de douter de la qualité, du caractère extensif, ou du caractère équitable des procédures administratives utilisées avant la voie judiciaire. Cette qualité et ces caractères sont pour une large part exactement les mêmes que ceux applicables à la procédure judiciaire fédérale.
Le droit des marques a connu une longue histoire, remontant au moins à l’époque romaine.
Le Lanham Act, promulgué par le Congrès en 1946, constitue la loi fédérale de base s’agissant du droit des marques. Le Lanham Act établit au moins deux mécanismes adjudicatifs pour aider à la protection des marques. Tout d’abord, un détenteur de marque peut enregistrer sa marque auprès du PTO (U.S. Patent and Trademark Office). Ensuite, un détenteur de marque peut déposer une action en violation de son droit à la marque devant une cour fédérale. L’enregistrement est d’importance. Le Lanham Act attribue des droits et des prérogatives importants aux titulaires de marques qui ont procédé à un enregistrement. Par exemple, l’enregistrement implique notification erga omnes de la revendication par le titulaire de sa marque. Il implique aussi la preuve prima facie de la validité de la marque enregistrée et de l’enregistrement lui-même, de la titularité des droits sur la marque, et du droit exclusif du détenteur d’utiliser la marque dans le commerce ou en relation avec les biens ou services spécifiés dans le certificat d’enregistrement. Et dès que la marque a été enregistrée pendant cinq ans, elle devient « incontestable ». Si l’autorité d’enregistrement estime que l’enregistrement peut être accordé, la marque est publiée dans la Gazette officielle du PTO. A ce stade, toute personne estimant qu’elle subirait un dommage du fait de l’enregistrement peut déposer une opposition. La procédure d’opposition se déroule avant le TTAB. Le TTAB est constitué de Juges administratifs compétents en matière de marques et de responsables du PTO. La procédure d’opposition devant le TTAB est largement similaire à une procédure civile devant une cour fédérale. Cette procédure devant le TTAB est largement régie par le droit fédéral de procédure civile et par le droit fédéral en matière d’administration des preuves.
Lorsqu’une partie s’oppose à un enregistrement, invoquant qu’une marque soumise à enregistrement est par trop similaire à la sienne, le TTAB évalue la vraisemblance de confusion en appliquant certains des 13 critères, ou tous les 13 critères, décrits dans la jurisprudence In re E.I. DuPont DeNemours & Co. Suite à  la décision du TTAB, une partie peut recourir devant la Cour d’appel pour le Circuit fédéral, ou peut déposer une nouvelle action devant la cour de district fédérale. Devant la cour de district fédérale, les parties peuvent administrer d’autres moyens de preuve et le Juge revoit librement la question de l’enregistrement.
Bien entendu, le Lanham Act prévoit également un droit d’action fédéral en cas de violation du droit à la marque. Le détenteur d’une marque, qu’elle soit ou non enregistrée, peut ouvrir action devant une cour fédérale si un tiers fait usage d’une marque qui ressemble par trop à la sienne. La cour doit alors décider si l’usage dans le commerce de la marque du tiers est vraisemblablement susceptible de provoquer une confusion, une erreur, ou une tromperie, au regard de la marque du demandeur à l’action.

No comments:

Post a Comment