Monday, May 16, 2016

Merrill Lynch, Pierce, Fenner & Smith Inc. v. Manning, Docket 14-1132

Jurisdiction (federal court v. state court): Federal question statute (28 U.S.C. §1331), Securities: Equity: Short sales: Naked short sales: New Deal, Removal to federal court: Section 27 of the Securities Exchange Act of 1934 (Exchange Act), 48 Stat. 992, as amended, 15 U. S. C. §78a, et seq., grants federal district courts exclusive jurisdiction “of all suits in equity and actions at law brought to enforce any liability or duty created by the Exchange Act or the rules or regulations thereunder.” §78aa(a). We hold today that the jurisdictional test established by that provision is the same as the one used to decide if a case “arises under” a federal law. See 28 U. S. C. §1331.

Respondent Manning held more than two million shares of stock in Escala Group, Inc., a company traded on the NASDAQ. Between 2006 and 2007, Escala’s share price plummeted and Manning lost most of his investment. Manning blames petitioners, Merrill Lynch and several other financial institutions (collectively, Merrill Lynch), for devaluing Escala during that period through “naked short sales” of its stock.

A typical short sale of a security is one made by a borrower, rather than an owner, of stock. In such a transaction, a person borrows stock from a broker, sells it to a buyer on the open market, and later purchases the same number of shares to return to the broker. The short seller’s hope is that the stock price will decline between the time he sells the borrowed shares and the time he buys replacements to pay back his loan. If that happens, the seller gets to pocket the difference (minus associated transaction costs).

In a “naked” short sale, by contrast, the seller has not borrowed (or otherwise obtained) the stock he puts on the market, and so never delivers the promised shares to the buyer. See “Naked” Short Selling Antifraud Rule, Securities Exchange Commission (SEC) Release No. 34–58774, 73 Fed. Reg. 61667 (2008). That practice (beyond its effect on individual purchasers) can serve “as a tool to drive down a company’s stock price”—which, of course, injures shareholders like Manning. Id., at 61670. The SEC regulates such short sales at the federal level: The Commission’s Regulation SHO, issued under the Exchange Act, prohibits short sellers from intentionally failing to deliver securities and thereby curbs market manipulation. See 17 CFR §§242.203–242.204 (2015).

In this lawsuit, Manning (joined by six other former Escala shareholders) alleges that Merrill Lynch facilitated and engaged in naked short sales of Escala stock, in violation of New Jersey law. (…) That conduct, Manning charges, contravened provisions of the New Jersey Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act (RICO), New Jersey Criminal Code, and New Jersey Uniform Securities Law; it also, he adds, ran afoul of the New Jersey common law of negligence, unjust enrichment, and interference with contractual relations.

Manning chose not to bring any claims under federal securities laws or rules. His complaint, however, referred explicitly to Regulation SHO, both describing the purposes of that rule and cataloguing past accusations against Merrill Lynch for flouting its requirements. And the complaint couched its description of the short selling at issue here in terms suggesting that Merrill Lynch had again violated that regulation, in addition to infringing New Jersey law.

Manning brought his complaint in New Jersey state court, but Merrill Lynch removed the case to Federal District Court. See 28 U. S. C. §1441 (allowing removal of any civil action of which federal district courts have original jurisdiction).

Manning moved to remand the case to state court.

The District Court denied his motion. See No. 12–4466 (D NJ, Mar. 18, 2013).

The Court of Appeals for the Third Circuit reversed, ordering a remand of the case to state court. See 772 F. 3d 158 (2014).

The U.S. Supreme Court affirmed.

Like the Third Circuit, we read §27 as conferring exclusive federal jurisdiction of the same suits as “arise under” the Exchange Act pursuant to the general federal question statute. See 28 U. S. C. §1331. (…) The construction fits with our practice of reading jurisdictional laws, so long as consistent with their language, to respect the traditional role of state courts in our federal system and to establish clear and administrable rules.

Section 27, as noted earlier, provides federal district courts with exclusive jurisdiction “of all suits in equity and actions at law brought to enforce any liability or duty created by the Exchange Act or the rules and regulations thereunder.” 15 U. S. C. §78aa(a). Much the same wording appears in nine other federal jurisdictional provisions—mostly enacted, like §27, as part of New Deal-era regulatory statutes.

Natural reading of §27’s text: “Brought” in this context means “commenced,” Black’s Law Dictionary 254 (3d ed. 1933); to” is a word “expressing purpose or consequence,” The Concise Oxford Dictionary 1288 (1931); and “enforce” means “give force or effect to,” 1 Webster’s New International Dictionary of the English Language 725 (1927). So §27 confers federal jurisdiction when an action is commenced in order to give effect to an Exchange Act requirement. That language, in emphasizing what the suit is designed to accomplish, stops short of embracing any complaint that happens to mention a duty established by the Exchange Act. Consider, for example, a simple state-law action for breach of contract, in which the plaintiff alleges, for atmospheric reasons, that the defendant’s conduct also violated the Exchange Act—or still less, that the defendant is a bad actor who infringed that statute on another occasion. (…) But that hypothetical suit is “brought to enforce” state contract law, not the Exchange Act—because the plaintiff can get all the relief he seeks just by showing the breach of an agreement, without proving any violation of federal securities law. The suit, that is, can achieve all it is supposed to even if issues involving the Exchange Act never come up.

(…) There is no doubt, as Manning says, that a suit asserting an Exchange Act cause of action fits within §27’s scope: Bringing such a suit is the prototypical way of enforcing an Exchange Act duty. But it is not the only way. On rare occasions, as just suggested, a suit raising a state-law claim rises or falls on the plaintiff ’s ability to prove the violation of a federal duty. See, e.g., Grable & Sons Metal Products, Inc. v. Darue Engineering & Mfg., 545 U. S. 308, 314–315 (2005); Smith v. Kansas City Title & Trust Co., 255 U. S. 180, 201 (1921). If in that manner, a state-law action necessarily depends on a showing that the defendant breached the Exchange Act, then that suit could also fall within §27’s compass.

A plaintiff seeking relief under that state law must undertake to prove, as the cornerstone of his suit, that the defendant infringed a requirement of the federal statute. (Indeed, in this hypothetical, that is the plaintiff ’s only project.) Accordingly, his suit, even though asserting a state-created claim, is also “brought to enforce” a duty created by the Exchange Act.

An existing jurisdictional test well captures both classes of suits “brought to enforce” such a duty. As noted earlier, 28 U. S. C. §1331 provides federal jurisdiction of all civil actions “arising under” federal law. This Court has found that statutory term satisfied in either of two circumstances. Most directly, and most often, federal jurisdiction attaches when federal law creates the cause of action asserted.

As this Court has explained, a federal court has jurisdiction of a state-law claim if it “necessarily raises a stated federal issue, actually disputed and substantial, which a federal forum may entertain without disturbing any congressionally approved balance” of federal and state power. Grable, 545 U. S., at 314; see Gunn, 568 U. S., at ___ (slip op., at 6).

That description typically fits cases, like those described just above, in which a state-law cause of action is “brought to enforce” a duty created by the Exchange Act because the claim’s very success depends on giving effect to a federal requirement. Accordingly, we agree with the court below that §27’s jurisdictional test matches the one we have formulated for §1331, as applied to cases involving the Exchange Act. If (but only if) such a case meets the “arising under” standard, §27 commands that it go to federal court.

The concurrence adopts a slightly different approach, placing in federal court Exchange Act claims plus all state-law claims necessarily raising an Exchange Act issue. See post, at 2–3 (THOMAS, J., concurring in judgment). In other words, the concurrence would not ask, as the “arising under” test does, whether the federal issue embedded in such a state-law claim is also substantial, actually disputed, and capable of resolution in federal court without disrupting the congressionally approved federal-state balance.

(…) to analyze the jurisdictional issue in the manner set out in our “arising under” precedents. Federal question jurisdiction lies, the Court wrote, only if “it appears from the face of the complaint that determination of the suit depends upon a question of federal law.” That inquiry focuses on “the particular claims a suitor makes” in his complaint—meaning, whether the plaintiff seeks relief under state or federal law. In addition, the Court suggested, a federal court could adjudicate a suit stating only a state-law claim if it included as “an element, and an essential one,” the violation of a federal right. Id., at 663 (quoting Gully v. First Nat. Bank in Meridian, 299 U. S. 109, 112 (1936)). With those principles of “arising under” jurisdiction laid out, the Court held that § x did not enable a federal court to resolve the buyer’s case, because he could prevail merely by proving breach of the contract. See 366 U. S., at 663–665. “Brought to enforce” has the same “limitations” (meaning, the same scope) as “arising under.” 366 U. S., at 665, n. 2.

Our reading, unlike Merrill Lynch’s, gives due deference to the important role of state courts in our federal system. And the standard we adopt is more straightforward and administrable than the alternative Merrill Lynch offers.

After all, Congress specifically affirmed the capacity of such courts to hear state-law securities actions, which predictably raise issues coinciding, overlapping, or intersecting with those under the Act itself. See 15 U. S. C. §78bb(a)(2); Matsushita, 516 U. S., at 383. So, for example, it is hardly surprising in a suit like this one, alleging short sales in violation of state securities law, that a plaintiff might say the defendant previously breached a federal prohibition of similar conduct. And it is less troubling for a state court to consider such an issue than to lose all ability to adjudicate a suit raising only state-law causes of action.

Our holding requires remanding Manning’s suit to state court. The Third Circuit found that the District Court did not have jurisdiction of Manning’s suit under §1331 because all his claims sought relief under state law and none necessarily raised a federal issue. (…) And that means, under our decision today, that the District Court also lacked jurisdiction under §27. Accordingly, we affirm the judgment below.

(U.S.S.C., May 16, 2016, Merrill Lynch, Pierce, Fenner & Smith Inc. v. Manning, Docket 14-1132, J. Kagan, in which Roberts, C.J., Kennedy, Ginsburg, Breyer, and Alito, JJ., joined. Thomas, J., filed an opinion concurring in the judgment, in which J.  Sotomayor joined).

Selon le standard habituel et fonctionnel « arises under » a federal law, une cour fédérale est compétente pour connaître d’une action fondée sur le droit fédéral. La question que pose la présente affaire est de savoir si la notion d’action « brought to » enforce a federal law est de signification équivalente à « arises under » s’agissant de fonder la compétence d’une cour fédérale. La réponse est affirmative. Cette question est d’importance car un certain nombre de lois fédérales utilisent les termes « brought to » et il s’agissait ici de déterminer si ces termes avaient une influence différente aux termes « arises under » sur la compétence des cours fédérales ou étatiques. Il n’en est rien.

En l’espèce c’est la Section 27 du Sec. Exch. Act de 1934 qui est en cause. Cette disposition attribue la compétence exclusive aux cours fédérales de connaître des actions (in equity ou at law) concluant à l’exécution de tous devoirs ou responsabilités créés par dite loi ou par ses dispositions d’application.

Le demandeur M. (intimé dans la présente procédure) détenait des actions d’une compagnie, pour plus de 2 millions. Sur une période de deux ans, le cours de ces actions s’est effondré et M. a perdu son investissement. M. reproche à diverses grandes institutions financières d’avoir dévalué la valeur des actions par le mécanisme des « naked short sales ».

Une « short sale » typique d’un papier-valeur est une vente faite par un emprunteur d’un titre plutôt que celle faite par son propriétaire. Par une telle transaction, une personne emprunte des titres à un courtier, les vends à un acheteur sur le marché libre, puis ultérieurement achète le même nombre de titres et les remets au courtier. Le vendeur à court terme espère que la valeur des titres va diminuer entre le moment de la vente des titres empruntés et le moment de l’achat des titres de remplacement. Si la diminution de valeur se produit, le vendeur conserve la différence (diminuée des frais de transactions).

Par contraste, dans le cadre d’une « naked short sale », le vendeur n’a pas emprunté ni autrement obtenu les titres qu’il place sur le marché, de sorte qu’il ne remet jamais les titres promis à l’acheteur. Au-delà de ses effets sur un acheteur individuel, cette pratique peut servir d’outil pour réduire la valeur du titre d’une compagnie, causant un dommage aux actionnaires, tel M. en l’espèce. Au niveau fédéral, la SEC règlemente de telles pratiques en interdisant aux vendeurs à court terme de manquer intentionnellement à délivrer les titres. Cette règlementation sert à restreindre les manipulations du marché (cf. 17 CFR §§242.203–242.204 (2015)).

En l’espèce, M., en tant qu’actionnaire de la compagnie E., reproche aux institutions financières qu’il a actionnées devant une cour étatique du New Jersey, de s’être compromises dans des « naked short sales » de titres de E., en violation du droit du New Jersey. Selon M. la conduite de ses parties adverses constituerait violations de la loi RICO (celle de l’état du New Jersey, M. ne mentionnant pas son équivalent fédéral), du code pénal du New Jersey, de la loi du New Jersey sur les Securities, de la Common law du New Jersey en matière de « negligence », des règles sur l’enrichissement illégitime, et des règles sur les interférences avec des relations contractuelles.

M. a choisi de ne pas invoquer le droit fédéral des Securities. Sa demande, cependant, se réfère explicitement à 17 CFR §§242.203–242.204 (2015) en décrivant le but de cette réglementation fédérale publiée au CFR, et en détaillant des accusations passées dirigées contre ces institutions financières, leur reprochant d’avoir ignoré les exigences que pose cette réglementation fédérale.

Et la demande en justice décrit les comportements dont elle se plaint en des termes suggérant que les institutions financières ont à nouveau porté atteinte à la réglementation fédérale précitée, en sus des violations invoquées du droit de l’état du New Jersey.

M. avait déposé sa demande devant la cour de l’état du New Jersey, mais les institutions financières défenderesses ont fait transférer le dossier à la cour de district fédérale, au sens de 28 U. S. C. §1441, disposition permettant le transfert de toutes les affaires civiles dans lesquelles les cours de district fédérales disposent d’une compétence originelle.

M. demanda le renvoi de la cause devant la cour de l’état du New Jersey.

La cour de district fédérale a rejeté sa requête.

Saisie à son tour, la cour d’appel fédérale pour le 3è Circuit annule la décision précitée de la cour de district, et ordonna le renvoi du dossier à la cour de l’état du New Jersey. Décision confirmée in casu par la Cour Suprême fédérale.

La Cour Suprême fédérale précise ici qu’elle lit la Section 27 de la même manière que le 3è Circuit, dite Section conférant juridiction fédérale exclusive si l’action est fondée sur la loi fédérale de 1934, tout cela conformément à la disposition légale (28 U.S.C. §1331) attribuant dite juridiction dans les cas où une question fédérale se pose comme fondement de l’action. Dans les autres cas, la compétence des cours des états est respectée, leur place étant bien établie dans un système fédéraliste. La règle attributive de juridiction soit au système fédéral soit au système étatique est ainsi claire et aisément gérable.

La Section 27 est ainsi attributive de juridiction exclusive aux cours de district fédérales dans le cadre de toutes actions en équité (in equity) et dans le cadre de toutes actions légales (at law) fondées sur la loi fédérale de 1934 ou sur ses dispositions d’application. Le même type de formulation (« brought to enforce »)  apparaît dans neuf autres dispositions légales attributives de juridiction fédérale, la plupart, comme la Section 27, passées dans le cadre du programme législatif de l’époque du New Deal.

Selon une interprétation littérale du texte de la Section 27, « Brought » ici signifie « commencée », « to » est un mot qui exprime un but ou une conséquence, et « enforce » signifie « donner force ou effet à ». La Cour se réfère à des dictionnaires de l’époque de l’entrée en vigueur de la loi de 1934. Par conséquent la Section 27 attribue compétence juridictionnelle fédérale quand une action en justice débute en vue de donner effet à une exigence posée par la loi de 1934. Cette interprétation n’inclut pas les actions qui mentionnent certes un devoir prévu par loi sur les Securities, mais qui sont basées sur le droit étatique. Ne relèvera par exemple pas de la juridiction fédérale une action déposée devant une cour étatique et invoquant une violation contractuelle, dans laquelle, par surabondance, le demandeur soutient que la partie défenderesse aurait porté en outre atteinte à la loi fédérale de 1934, ou que la partie défenderesse aurait violé cette loi fédérale par le passé. Une telle action ne vise qu’à faire respecter le droit de l’état, parce que le demandeur peut obtenir réparation uniquement en démontrant une violation du droit contractuel de l’état, sans avoir à prouver de violation du droit fédéral des Securities.

Il est hors de doute, ainsi que le soutient M., qu’une action fondée sur la loi de 1934 se comprend dans le cadre de la Section 27. Le dépôt d’une telle action constitue la voie royale en vue de faire exécuter un devoir découlant de dite loi de 1934. Mais ce n’est pas la seule voie. En de rares occasions, le sort d’une action déposée devant la cour d’un état et invoquant la violation du droit de cet état peut dépendre de la capacité du demandeur à prouver la violation d’un devoir stipulé par du droit fédéral. Si de cette manière le sort d’une action étatique dépend nécessairement de la démonstration que le défendeur a violé la loi fédérale de 1934, alors l’action étatique tombe également dans le cadre de la Section 27. Une telle action est ainsi également déposée en vue de « brought to enforce » une obligation créé par la loi fédérale de 1934.

Comme la Cour l’a expliqué, une cour fédérale est compétente pour connaître d’une action fondée sur le droit d’un état si cette action nécessairement soulève une question de droit fédéral, en dispute dans l’affaire, de nature substantielle, qu’une cour fédérale peut connaître sans porter atteinte à l’équilibre des pouvoirs fédéraux et étatiques tels que voulus par le Congrès fédéral.

Selon la Cour, une question implique la compétence des cours fédérales seulement s’il apparaît à la lecture de la demande que la résolution du litige dépend d’une question de droit fédéral. Plus particulièrement, il s’agit tout d’abord de déterminer si les conclusions du demandeur se fondent sur le droit étatique ou fédéral. La cour fédérale sera également compétente si la résolution d’une question de droit étatique implique résolution préalable d’une question, essentielle, de droit fédéral. Par exemple, si un demandeur dans une action contractuelle peut l’emporter uniquement par la démonstration d’une violation contractuelle (selon le droit de l’état), la compétence d’une cour fédérale n’est pas donnée.

La Cour rappelle encore que le Congrès fédéral a admis la capacité des cours des états de connaître des actions fondées sur le droit étatique des Securities, lesquelles actions sont susceptibles de poser des questions qui coïncident avec des questions similaires relevant du droit fédéral. De la sorte, par exemple, il n’est guère surprenant, dans une action telle la présente, qui allègue l’existence de « short sales » en violation du droit étatique des Securities, de voir un demandeur soutenir que le défendeur aurait par le passé violé une prohibition fédérale dans le cadre d’une conduite similaire. Et il est moins troublant de laisser une cour étatique considérer une question fédérale de cette sorte plutôt que de la priver de la capacité de juger d’une action qui ne se fonde que sur le droit étatique pour former ses conclusions.

Conséquemment, la Cour affirme la décision du 3è Circuit fédéral et retourne le dossier directement à la cour de l’état, dont la compétence est confirmée.

No comments:

Post a Comment