Tuesday, January 12, 2016

Hurst v. Florida, Docket No. 14-7505

Death penalty: Sixth Amendment: Jury:

A Florida jury convicted H. of murder­ing his co-worker, C. H. A penalty-phase jury recommended that H.’s judge impose a death sentence. Notwithstanding this recommendation, Florida law re­quired the judge to hold a separate hearing and determine whether sufficient aggravating circumstances existed to justify imposing the death penalty. The judge so found and sentenced H. to death.

We hold this sentencing scheme unconstitutional. The Sixth Amendment requires a jury, not a judge, to find each fact necessary to impose a sentence of death. A jury’s mere recommendation is not enough.

First-degree murder is a capital felony in Florida. See Fla. Stat. §782.04(1)(a) (2010). Under state law, the max­imum sentence a capital felon may receive on the basis of the conviction alone is life imprisonment. §775.082(1). “A person who has been convicted of a capital felony shall be punished by death” only if an additional sentencing pro­ceeding “results in findings by the court that such person shall be punished by death.” Ibid. “Otherwise such person shall be punished by life imprisonment and shall be ineligible for parole.” Ibid.

The additional sentencing proceeding Florida employs is a “hybrid” proceeding “in which a jury renders an advisory verdict but the judge makes the ultimate sentencing determinations.” Ring v. Arizona, 536 U. S. 584, 608, n. 6 (2002). First, the sentencing judge conducts an eviden­tiary hearing before a jury. Fla. Stat. §921.141(1) (2010). Next, the jury renders an “advisory sentence” of life or death without specifying the factual basis of its recom­mendation. §921.141(2). “Notwithstanding the recom­mendation of a majority of the jury, the court, after weigh­ing the aggravating and mitigating circumstances, shall enter a sentence of life imprisonment or death.” §921.141(3). If the court imposes death, it must “set forth in writing its findings upon which the sentence of death is based.” Ibid. Although the judge must give the jury recommendation “great weight,” Tedder v. State, 322 So. 2d 908, 910 (Fla. 1975) (per curiam), the sentencing order must “reflect the trial judge’s independent judgment about the existence of aggravating and mitigating factors,” Blackwelder v. State, 851 So. 2d 650, 653 (Fla. 2003) (per curiam).

Here the jury recommended death by a vote of 7 to 5.

The sentencing judge then sentenced H. to death. In her written order, the judge based the sentence in part on her independent determination that both the heinous-murder and robbery aggravators existed.

We granted certiorari to resolve whether Florida’s capi­tal sentencing scheme violates the Sixth Amendment in light of Ring. 575 U. S. ___ (2015). We hold that it does, and reverse.

The Sixth Amendment provides: “In all criminal prose­cutions, the accused shall enjoy the right to a speedy and public trial, by an impartial jury. . . .” This right, in con­junction with the Due Process Clause, requires that each element of a crime be proved to a jury beyond a reasonable doubt. Alleyne v. United States, 570 U. S. ___, ___ (2013) (slip op., at 3). In Apprendi v. New Jersey, 530 U. S. 466, 494 (2000), this Court held that any fact that “exposes the defendant to a greater punishment than that author­ized by the jury’s guilty verdict” is an “element” that must be submitted to a jury.

In Ring, 536 U. S. 584, we concluded that Arizona’s capital sentencing scheme violated Apprendi’s rule because the State allowed a judge to find the facts necessary to sentence a defendant to death. An Arizona jury had convicted R. of felony murder. 536 U. S., at 591. Under state law, “Ring could not be sentenced to death, the statutory maximum penalty for first-degree murder, unless further findings were made.” Id., at 592. Specifically, a judge could sen­tence R. to death only after independently finding at least one aggravating circumstance. Id., at 592–593. R.’s judge followed this procedure, found an aggravating circumstance, and sentenced R. to death. The Court had little difficulty concluding that “‘the required finding of an aggravated circumstance exposed Ring to a greater punishment than that authorized by the jury’s guilty verdict.’” Id., at 604 (quoting Apprendi, 530 U. S., at 494). Had R.’s judge not engaged in any factfinding, R. would have received a life sentence. Ring, 536 U. S., at 597. R.’s death sen­tence therefore violated his right to have a jury find the facts behind his punishment.

The analysis the Ring Court applied to Arizona’s sen­tencing scheme applies equally to Florida’s. Like Arizona at the time of Ring, Florida does not require the jury to make the critical findings necessary to impose the death penalty. Rather, Florida requires a judge to find these facts. Fla. Stat. §921.141(3). Although Florida incorpo­rates an advisory jury verdict that Arizona lacked, we have previously made clear that this distinction is imma­terial: “It is true that in Florida the jury recommends a sentence, but it does not make specific factual findings with regard to the existence of mitigating or aggravating circumstances and its recommendation is not binding on the trial judge. A Florida trial court no more has the assistance of a jury’s findings of fact with respect to sen­tencing issues than does a trial judge in Arizona.” Walton v. Arizona, 497 U. S. 639, 648 (1990); accord, State v. Steele, 921 So. 2d 538, 546 (Fla. 2005) (“The trial court alone must make detailed findings about the existence and weight of aggravating circumstances; it has no jury find­ings on which to rely”).

As with R., the maximum punishment H. could have received without any judge-made findings was life in prison without parole. As with R., a judge increased H.’s authorized punishment based on her own factfinding. In light of Ring, we hold that H.’s sentence violates the Sixth Amendment.

The Sixth Amendment protects a defendant’s right to an impartial jury. This right required Florida to base H.’s death sentence on a jury’s verdict, not a judge’s factfinding. Florida’s sentencing scheme, which required the judge alone to find the existence of an aggra­vating circumstance, is therefore unconstitutional. The judgment of the Florida Supreme Court is reversed, and the case is remanded for further proceedings not inconsistent with this opinion.

JUSTICE BREYER, concurring in the judgment: The danger of un­warranted imposition of the death penalty cannot be avoided unless the decision to impose the death penalty is made by a jury rather than by a single government offi­cial; No one argues that Florida’s juries actually sen­tence capital defendants to death—that job is left to Flor­ida’s judges. See Fla. Stat. §921.141(3) (2010). Like the majority, therefore, I would reverse the judgment of the Florida Supreme Court.

(U.S.S.C., Jan. 12, 2016, Hurst v. Florida, Docket No. 14-7505, J. Sotomayor)

Sixième Amendement, peine capitale, droit à un Jury impartial :

Dans cette affaire, le Jury d’une cour de Floride a reconnu H. coupable d’homicide. Le Jury siégeant en procédure de fixation de la peine recommanda au Juge de prononcer la peine capitale. Nonobstant cette recommandation, la loi de l’état de Floride impose au Juge de tenir une audience séparée et de déterminer si des circonstances aggravantes permettent de justifier l’imposition de la peine de mort. Je Juge estima que tel était le cas et prononça dite peine.

La présente Cour juge que cette procédure de fixation de la peine est inconstitutionnelle. Le Sixième Amendement exige que la détermination de chaque fait nécessaire à l’imposition de la peine de mort soit effectuée par un Jury, et non par un Juge. La simple recommandation d’un Jury n’est pas suffisante.

En Floride, un meurtre au premier degré est un crime susceptible de la peine de mort. Selon le droit de cet état, la peine maximale à laquelle un tel criminel peut être condamné – du seul fait du meurtre au premier degré – est l’emprisonnement à vie. Une personne condamnée pour un crime susceptible de la peine de mort ne sera effectivement condamnée à mort que si une procédure additionnelle de fixation de la peine, devant le Juge et non devant le Jury, apporte des éléments permettant la fixation de dite peine. A défaut de ces éléments, une telle personne sera punie de l’emprisonnement à vie, sans possibilité de libération.

La procédure additionnelle à laquelle recourt l’état de Floride est une procédure hybride : un Jury rend un verdict sous forme de recommandation. Les ultimes constatations relatives à la fixation de la peine sont de la compétence du Juge. La procédure additionnelle consiste en ceci : tout d’abord, le Juge conduit une audience de preuves devant le Jury. Ensuite, le Jury délivre une proposition de fixation de peine, qui s’analyse en une simple recommandation au Juge. Le Jury propose ainsi soit la réclusion sans possibilité de libération, soit la peine de mort. Il n’indique pas quels sont les faits à la base de sa recommandation. Enfin, nonobstant la recommandation de la majorité du Jury, la Cour apprécie les circonstances aggravantes et atténuantes, puis prononce la peine, soit la réclusion à vie sans possibilité de libération, soit la peine de mort. Si le Juge retient la peine capitale, il doit exposer par écrit les fondements de sa décision. Bien que le Juge soit tenu d’accorder beaucoup d’importance à la recommandation du Jury, la peine qu’il prononce doit refléter son jugement indépendant portant sur l’existence des circonstances aggravantes et atténuantes.

En l’espèce, le Jury recommanda la peine de mort par un vote de 7 contre 5.

Le Juge condamna ensuite H. à mort. Dans les considérants de sa décision, elle motiva notamment la peine sur sa conviction que les circonstances aggravantes de meurtre haineux et de vol étaient réunies.

La présente Cour doit en l’espèce définir si la procédure de fixation de la peine prévue par le droit de l’état de Floride porte atteinte au Sixième Amendement, tel qu’appliqué dans la jurisprudence Ring (2015). La Cour juge qu’il en est ainsi, de sorte que la décision de l’instance précédente est annulée.

Le Sixième Amendement stipule que dans toutes les procédures pénales, le prévenu est au bénéfice du droit à un procès rapide et public, mené par un Jury impartial. Ce droit, combiné à la Clause du droit à un procès équitable (Due Process Clause), exige que chaque élément constitutif d’un crime soit établi par le Jury, au-delà de tout doute raisonnable. Dans sa jurisprudence Apprendi, la Cour a jugé que tous les faits qui exposent le prévenu à une peine plus sévère que celle autorisée par le verdict de culpabilité rendu par le Jury doivent être soumis audit Jury.

Dans sa décision Ring (536 U.S. 584), la Cour a conclu que la procédure pénale en place dans l’état de l’Arizona pour les cas impliquant la peine capitale n’était pas conforme à la jurisprudence Apprendi, en ce que l’état attribuait à un Juge, et non au Jury, la compétence de se prononcer sur les faits nécessaires à une condamnation à la peine capitale. Dans l’affaire Ring, un Jury de l’Arizona avait reconnu le prévenu coupable de meurtre, un crime (felony).

Selon le droit de l’état de l’Arizona, donc, R. ne pouvait être condamné à mort, soit à la peine légale maximale pour meurtre au premier degré, que si des faits additionnels étaient établis. Plus spécifiquement, un Juge ne pouvait condamner R. à mort qu’après avoir, de manière indépendante, établi au moins un fait constitutif d’une circonstance aggravante. Et le Juge de R. a suivi cette procédure, en retenant tout d’abord l’existence d’une circonstance aggravante, puis en prononçant une condamnation à mort. Le Juge a ainsi pu conclure que l’élément de fait additionnel permettant de retenir une circonstance aggravante était établi, et il permettait de condamner R. à une peine plus sévère que celle autorisée par le prononcé de culpabilité rendu par le Jury. Si le Juge n’avait pas entrepris ce travail d’établissement de fait, R. aurait été condamné à la prison à vie. Le prononcé de la peine capitale violait par conséquent le droit de R. à ce que le Jury procède à la détermination des faits à la base de la sentence rendue contre lui.

L’analyse de la procédure de l’Arizona effectuée par le Juge de R. s’applique également à notre affaire jugée en Floride. Tout comme en Arizona à l’époque du procès de R., le droit de Floride n’impose pas que le Jury procède à l’établissement des faits nécessaires au prononcé de la peine de mort. Bien plutôt, le droit de l’état de Floride impose au Juge de déterminer l’existence de ces faits. Même si le droit de l’état de Floride incorpore la décision du Jury sous la forme d’une recommandation – ce que ne contenait pas le droit de l’Arizona – la Cour a déjà jugé cette distinction immatérielle : même s’il est vrai qu’en Floride le Jury recommande une peine, il ne procède pourtant pas à la détermination d’éléments de faits portant sur les circonstances atténuantes ou aggravantes, et au surplus, sa recommandation ne lie pas le Juge. En Floride, le Tribunal pénal de première instance ne bénéficie pas davantage que celui de l’Arizona de l’assistance du Jury s’agissant de la détermination des faits à la base de la peine retenue.

Comme R. dans l’affaire jugée en Arizona, H., dans la présente affaire jugée en Floride, pouvait être condamné – comme peine la plus sévère et sans établissement des faits par le Juge - à la réclusion à vie sans possibilité de libération anticipée. Et comme dans l’affaire R., un Juge a aggravé la peine de H. sur la base de sa propre détermination des faits de la cause. Par conséquent, à la lumière de la jurisprudence R., la Cour juge en l’espèce que la peine prononcée contre H. viole le Sixième Amendement.

Le Sixième Amendement protège le droit du prévenu à un Jury impartial. Ce droit imposait à l’état de Floride de fonder le prononcé de la peine de mort sur la décision d’un Jury, et non sur des faits établis par le Juge. La procédure conduisant au prononcé de la peine capitale telle que prévue par l’état de Floride, qui impose au Juge seul de se prononcer sur l’existence d’une circonstance aggravante, est dès lors contraire à la Constitution fédérale.

Dans son opinion concurrente, le Juge Breyer observe que le danger d’imposer à tort la peine de mort ne peut être évité si elle est décidée par un seul représentant du Gouvernement. D’où la nécessité que la décision émane du jury.

No comments:

Post a Comment