Thursday, January 14, 2016

P. v. Arroyo, S219178

Grand Jury indictment or preliminary hearing, minors: Welfare and Institutions Code section 707, subdivision (d), adopted as part of Proposition 21, the “Gang Violence and Juvenile Crime Prevention Act of 1998,” allows prosecutors the option of filing charges against certain juveniles accused of specified offenses, directly in criminal court.  Here we determine whether this provision allows prosecutors to charge such juveniles in criminal court by grand jury indictment.  We conclude it does, and thus affirm the Court of Appeal.

The district attorney presented the case to the Orange County grand jury.  The grand jury returned an indictment against defendant Arroyo and six codefendants on charges of conspiracy to commit murder (Pen. Code, §§ 182, subd. (a)(1), 187, subd. (a)) (count 1) and active participation in a criminal street gang (id., § 186.22, subd. (a)) (count 2), with an allegation that defendant engaged in the conspiracy for the benefit of, at the direction of, and in association with a criminal street gang, L. C., with the intent to promote, further, and assist in criminal conduct by members of that gang.  The grand jury specifically found reasonable cause to believe defendant came within the provisions of Welfare and Institutions Code section 707, subdivision (d)(4) (hereafter section 707(d)(4)).

Defendant was arraigned and initially pleaded not guilty.  He later demurred to the indictment on the ground that Welfare and Institutions Code section 707(d)(4) requires the prosecution to proceed by way of a preliminary hearing and information when filing criminal charges against a minor in adult court, and because he was a juvenile at the time of the alleged commission of the offenses the grand jury had no legal authority to inquire into the offenses charged.  (Pen. Code, § 1004, subd. 1 [demurrer challenging grand jury’s authority].)  The trial court allowed defendant to withdraw his plea; sustained his demurrer, agreeing with him that Welfare and Institutions Code section 707(d)(4) “requires a magistrate’s determination that a juvenile” qualifies for prosecution in adult court; and dismissed him from the indictment.
The prosecution appealed, and the Court of Appeal reversed. 

“ ‘In interpreting a voter initiative’ ” such as Proposition 21, “ ‘we apply the same principles that govern statutory construction. Thus, [1] “we turn first to the language of the statute, giving the words their ordinary meaning.”  [2]  The statutory language must also be construed in the context of the statute as a whole and the overall statutory scheme [in light of the electorate’s intent].  [3]  When the language is ambiguous, “we refer to other indicia of the voters’ intent, particularly the analyses and arguments contained in the official ballot pamphlet.” ’ ”  (Robert L. v. Superior Court (2003) 30 Cal.4th 894, 900–901.)  “In other words, our ‘task is simply to interpret and apply the initiative’s language so as to effectuate the electorate’s intent.’ ”  (Id. at p. 901.)

As amended by Proposition 21, section 707 gives prosecutors discretionary authority to file charges against minors directly in criminal court for specified offenses and under specified circumstances.  The provisions of subdivision (d)(1) through (3) set out those offenses and circumstances.  (§ 707, subd. (d).)  Section 707, subdivision (d)(4) provides:  “In any case in which the district attorney or other appropriate prosecuting officer has filed an accusatory pleading against a minor in a court of criminal jurisdiction pursuant to this subdivision, the case shall then proceed according to the laws applicable to a criminal case.  In conjunction with the preliminary hearing as provided in Section 738 of the Penal Code, the magistrate shall make a finding that reasonable cause exists to believe that the minor comes within this subdivision.  If reasonable cause is not established, the criminal court shall transfer the case to the juvenile court having jurisdiction over the matter.”  

Penal Code section 738 provides that “before an information is filed there must be a preliminary examination of the case against the defendant and an order holding him to answer made under Section 872.  The proceeding for a preliminary examination must be commenced by written complaint, as provided elsewhere in this code.”  In turn, Penal Code section 872, among other things, specifies that when it appears from the examination that a public offense has been committed and there is sufficient cause to believe the defendant is guilty, the magistrate must hold the defendant to answer.  Sections 738 and 872, which apply to all prosecutions initiated by information, read together articulate the applicable requirements for proceeding against a defendant by way of information; they do not limit the prosecutor’s options for commencing a prosecution.

Defendant contends section 707(d)(4) entitles him to a preliminary hearing.  He first focuses on the language of the statute, in particular the sentence italicized above. 

As the People soundly point out, Welfare and Institutions Code section 707(d)(4), provides that in any case in which the district attorney has exercised discretion to file against a juvenile in criminal court, “the case shall then proceed according to the laws applicable to a criminal case.”  The Penal Code defines the initial pleading in a felony case as “the indictment, information, or the complaint in any case certified to the superior court under Section 859a.”  (Pen. Code, § 949.)  Consequently, as the People contend, a prosecution that is commenced by indictment “proceeds according to the laws applicable to a criminal case.”  (Welf. & Inst. Code, § 707(d)(4).)

The People’s reading of Welfare and Institutions Code section 707(d)(4) better accounts for the statutory language as a whole.  Had the provision’s drafters intended that prosecutions under this statute be commenced only by way of information, they would have so specified instead of using the broad term “ ‘accusatory pleading,’ ” which includes an indictment.  (Pen. Code, §§ 691, subd. (c), 949.)  The indictment, although returned by the grand jury, becomes the accusatory pleading of the prosecutor once it is presented in superior court.  (Guillory v. Superior Court (2003) 31 Cal.4th 168, 173–175, 177 (Guillory).)  Since prosecutions initiated by information and those commenced by indictment both normally proceed “according to the laws applicable to a criminal case,” we see nothing in Welfare and Institutions Code section 707(d)(4) that precludes indictment as the mechanism for initiating the prosecution of a minor in a discretionary direct-file case.

Rather than creating a right to a preliminary hearing (and thus inferentially precluding prosecution by indictment in discretionary direct-file cases), Welfare and Institutions Code section 707(d)(4)’s reference to a preliminary hearing simply recognizes that in cases where the prosecution chooses to proceed against a minor in adult court by way of information, the preliminary hearing is where the existence of reasonable cause to believe the criteria of section 707(d) are met is litigated. 

The People acknowledge, and we agree, that in prosecutions initiated by indictment the grand jury must make the equivalent finding, i.e., that reasonable cause exists to believe the minor comes within the provisions of Welfare and Institutions Code section 707(d).  Such a finding may, but need not, be express.  A grand jury properly instructed to make the finding will be deemed to have done so by returning an indictment if the record contains sufficient supporting evidence.  (Cf. Pen. Code, § 939.8 [“The grand jury shall find an indictment when all the evidence before it, taken together, if unexplained or uncontradicted, would, in its judgment, warrant a conviction by a trial jury”].)

Further in support, the People observe that Welfare and Institutions Code section 707(d)(4) contains no explicit limitation on the grand jury’s historical power to “inquire into all public offenses committed or triable within the county and present them to the court by indictment” (Pen. Code, § 917).

Grand jury authority under Penal Code section 917, as we have seen, encompasses the power to inquire into all public offenses committed within the county and to present them to the court by indictment.  When the electorate broadened the categories of minors subject to prosecution in courts of criminal jurisdiction, it necessarily—absent an explicit limitation not found in Proposition 21—expanded the reach of the grand jury over minors who commit public offenses.  Viewed another way, had the electorate not intended to permit the initiation of prosecutions against minors in adult court to be by grand jury indictment, one would expect it to have made such an intention plain by explicitly limiting the grand jury’s statutory authority.  We will not read such a limitation into the relevant statutes, especially as Welfare and Institutions Code section 707(d)(4) specifically states that, in a direct-file situation, “the case shall . . . proceed according to the laws applicable to a criminal case.”

As we have observed, “the grand jury serves as the functional equivalent of a magistrate who presides over a preliminary examination on a felony complaint.”  (Guillory, supra, 31 Cal.4th at p. 174; see Stark v. Superior Court (2011) 52 Cal.4th 368, 406.) 

Defendant may move under Penal Code section 995 to set aside the indictment.

(Cal. S. Ct., Jan. 14, 2016, P. v. Arroyo, S219178).

Mise en accusation des mineurs, pour certaines infractions, par décision du Grand Jury californien, au lieu de par le biais de la procédure d’audience préliminaire et d’instruction :

La Section 707 (d) du Code Welfare and Institutions, adoptée comme partie de la proposition 21 soumise au vote des Californiens (la loi de 1998 de prévention de la violence des gangs et de prévention des infractions commises par des mineurs), attribue aux Procureurs la compétence de poursuivre certains mineurs, pour certaines infractions, directement devant les juridictions criminelles (pour adultes). Dans la présente affaire, la Cour Suprême de Californie juge que la Section 707 (d) précitée autorise les Procureurs à mettre ces mineurs en accusation devant dites juridictions criminelles par le biais d’une décision du Grand Jury.

Le Procureur de district a soumis le dossier devant le Grand Jury du Comté d’Orange. Le Grand Jury a rendu une décision de mise en accusation contre A. notamment, les préventions retenues étant la conspiration en vue de commettre un meurtre (count 1) et la participation active à un gang de rue criminel (count 2). Il a en outre été retenu contre A. qu’il s’était engagé dans la conspiration pour le bénéfice du gang, qu’il s’était soumis aux directives de ce gang, avec l’intention de promouvoir – et de participer à -  la conduite criminelle des membres de ce gang. Par ailleurs, le Grand Jury a retenu une « cause raisonnable » lui permettant d’estimer que A. remplissait les conditions d’application de la Section 707(d)(4) précitée.

Présenté devant la cour pénale de première instance, A. plaida non coupable. Il requit ensuite l’abandon de l’accusation, considérant que la Section 707(d)(4) imposait au Procureur de suivre la procédure de l’audience préliminaire et instruction (« preliminary hearing and information ») quand il entendait mettre un mineur en prévention devant une cour pour adultes. Selon A., du fait qu’il était un mineur au moment de la commission alléguée des infractions, le Grand Jury était dépourvu de l’autorité légale d’investiguer les préventions retenues.

La cour pénale de première instance autorisa l’accusé à retirer un accord de condamnation auquel il avait consenti, et annula sa mise en accusation, observant que la Section 707 (d)(4) requerrait la détermination par un magistrat qu’un mineur remplissait les conditions d’une poursuite devant une cour pour adultes. Le Procureur a déposé recours, et la cour d’appel a renversé la décision.

En interprétant une initiative soumise au vote des Californiens, telle que la Proposition 21, la Cour applique les principes qui régissent l’interprétation des lois au sens formel. Tout d’abord, le texte est examiné sous l’angle de l’interprétation littérale, les mots étant lus selon leur sens ordinaire. La disposition à interpréter doit aussi être examinée dans son contexte légal, à la lumière de l’intention des votants. En cas d’ambigüité du texte, la Cour se réfère à d’autres indices de l’intention des votants, en particulier les analyses et les arguments contenus dans la documentation officielle distribuée à la population avant le vote.

Tel qu’amendée par la Proposition 21, la Section 707 attribue aux Procureurs la compétence discrétionnaire de poursuivre pénalement un mineur directement devant le Tribunal pénal (pour adultes), cela dans le cadre d’infractions spécifiques et de circonstances spécifiques. Les subdivisions (d)(1) à (3) décrivent ces infractions et ces circonstances. La Section 707 (d)(4) dispose que dans les cas où le Procureur de district ou une autre autorité de poursuite a déposé une demande de mise en accusation d’un mineur devant une cour pénale, demande fondée sur la présente subdivision, la procédure est régie par le droit applicable à une affaire pénale identique mais concernant un majeur. En conjonction avec l’audience préliminaire telle que prévue par la Section 738 du Code pénal, le magistrat doit rendre un considérant exposant la « cause raisonnable » lui permettant de croire que le mineur peut être attrait devant la juridiction pour adultes. Si aucune « cause raisonnable » ne peut être trouvée, le Tribunal pénal doit transmettre le dossier au Tribunal des mineurs compétent.

La Section 738 du Code pénal prévoit qu’avant la mise en accusation, un examen préliminaire des charges contre l’intéressé doit avoir lieu, et une ordonnance le désignant comme prévenu doit être rendue au sens de la Section 872. Selon la  Section 872, quand il apparaît de l’examen préliminaire qu’une infraction pénale a été commise et qu’il existe des motifs suffisant pour penser que l’intéressé est coupable, le magistrat doit poursuivre la procédure. Les Sections 738 et 872 s’appliquent à toutes les poursuites pénales initiées par une instruction préliminaire (« information ») et ne limitent pas les options qui permettent au Procureur d’initier la poursuite pénale.

Le prévenu soutient que la Section 707(d)(4) lui confère le droit à une audience préliminaire. Il se base en premier lieu sur le texte de la disposition (« (…) en conjonction avec l’audience préliminaire telle que prévue par la Section 738 du Code pénal, le magistrat doit déterminer s’il existe une « cause raisonnable » (…) »).

Comme l’invoque à juste titre le Procureur, la Section 707(d)(4) dispose que dans tous les cas où le Procureur de district a exercé sa discrétion en renvoyant un mineur devant le Tribunal pénal pour adultes, l’affaire doit ensuite se poursuivre selon le droit applicable aux procédures pénales (pour adultes). Le Code pénal retient comme acte introductif initial dans une affaire impliquant un crime (et non un délit) : la mise en accusation (« indictment ») par le Grand Jury, la procédure d’information, ou la plainte selon la procédure devant les diverses « superior court » (cf. Section 859a). Par conséquent, comme le soutient en l’espèce l’accusation, une poursuite pénale qui commence par un « indictment » procède conformément au droit applicable à une procédure pénale devant le Tribunal pénal pour adultes.

Si les rédacteurs de la Section 707(d)(4) avaient voulu prévoir que la mise en accusation d’un mineur selon cette disposition ne peut se faire que par « information » et non par « indictment, ils l’auraient spécifié, au lieu d’utiliser la formulation générale d’acte introductif initial. Dès qu’il est prononcé par le Grand Jury, l’ »indictment » devient l’acte introductif initial du Procureur devant la « superior court ». Et comme les poursuites pénales initiées par « information » et celles initiées par « indictment » se continuent toutes les deux conformément au droit applicable à la poursuite pénale (pour majeurs), rien dans la Section 707(d)(4) n’empêche l’ »indictment » d’être le mécanisme initiant la poursuite d’un mineur dans un cas de poursuite discrétionnaire.

La Section 707(d)(4) ne crée pas un droit à une audience préliminaire, lequel par inférence prohiberait la poursuite pénale par « indictment » dans ces procédures pénales discrétionnaires dirigées contre des mineurs. Bien plutôt, dite Section se réfère à une audience préliminaire simplement pour reconnaître que dans les cas où le Procureur choisit de procéder contre le mineur devant une cour pour adultes par la voie de l’ »information », l’audience préliminaire est le lieu où se discute l’existence d’une « cause raisonnable » permettant de croire que les critères de la Section 707(d) sont remplis.

Ainsi, dans les poursuites pénales initiées par « indictment », le Grand Jury doit se prononcer de la même manière, soit déterminer s’il existe une « cause raisonnable » permettant de croire que le mineur entre dans les conditions de la Section 707(d). Une telle détermination peut, mais ne doit pas, être expresse. Un Grand Jury correctement instruit sera considéré comme ayant trouvé ces « causes raisonnables » s’il décide d’un « indictment » et si le dossier contient des preuves suffisantes qui l’appuient. A cet égard, la Section 939.8 du Code pénal précise bien que le Grand Jury doit prononcer un « indictment » quand toutes les preuves devant lui, sans discussion ni contradiction, impliqueraient une condamnation par la cour pénale.

La Cour observe encore que la Section 707(d)(4) ne contient aucune limitation explicite du pouvoir historique du Grand Jury d’investiguer toutes les infractions publiques commises dans le Comté, ou susceptibles d’y être jugées, et de porter ces infractions devant la cour pénale par « indictment ».

Quand le corps électoral élargit les catégories de mineurs sujets à la poursuite pénale devant les cours pour adultes, il étend nécessairement, en l’absence d’une limitation explicite qui ne se trouve pas dans la Proposition 21, la compétence du Grand Jury de connaître des affaires impliquant des mineurs ayant commis des infractions pénales. Le Grand Jury est l’équivalent fonctionnel du magistrat qui préside une audience préliminaire portant sur une accusation de commission d’un crime.

Enfin, il est important de relever que la procédure de l’ »indictment », plutôt que celle de l’information avec une audience préliminaire,  ne porte pas préjudice à la personne poursuivie : elle peut toujours invoquer la Section 995 du Code pénal et requérir l’abandon des poursuites.

No comments:

Post a Comment