Wednesday, January 20, 2016

Kansas v. Carr, Docket 14-449, Justice Scalia's last opinion

Jury: Eighth Amendment: death case: does the Eighth Amendment require capital-sentencing courts to instruct a jury that mitigating circumstances need not be proved beyond a reasonable doubt? No. And does the Constitution require severance of the defendants’ joint sentencing proceedings? Here: no.

The defendants focus upon the following instruction: “The State has the burden to prove beyond a reasonable doubt that there are one or more aggravating circumstances and that they are not outweighed by any mitigating circumstances found to exist.” App. to Pet. for Cert. in No. 14–452, p. 133 (Instr. 8). The juxtaposition of aggravating and mitigating circumstances, so goes the argument, caused the jury to speculate that mitigating circumstances must also be proved beyond a reasonable doubt. 299 Kan., at 1197, 329 P. 3d, at 1148. It seems to us quite the opposite. The instruction makes clear that both the existence of aggravating circumstances and the conclusion that they outweigh mitigating circumstances must be proved beyond a reasonable doubt; mitigating circumstances themselves, on the other hand, must merely be “found to exist.”

Here the instructions make clear that both the existence of aggravating circumstances and the conclusion that they outweigh mitigating circumstances must be proved beyond a reasonable doubt but that mitigating circumstances must merely be “found to exist”, which does not suggest proof beyond a reasonable doubt. No juror would have reasonably speculated that “beyond a reasonable doubt” was the correct burden for mitigating circumstances.

The State relied on the guilt-phase evidence, including H.’s two days of testimony, as evidence of four aggravating circumstances: that the defendants knowingly or purposely killed or created a great risk of death to more than one person; that they committed the crimes for the purpose of receiving money or items of monetary value; that they committed the crimes to prevent arrest or pro­secution; and that they committed the crimes in an espe­cially heinous, atrocious, or cruel manner.

After hearing each brother’s case for mitigation, the jury issued separate verdicts of death for R. and J. It found unanimously that the State proved the existence of the four aggravating circum­stances beyond a reasonable doubt and that those aggra­vating circumstances outweighed the mitigating circum­stances, justifying four separate verdicts of death for each brother for the murders of J., B., A., and H.

(…) Rejected the contention that it was constitutionally deficient to instruct jurors to “‘consider a mitigating circumstance if you find there is evidence to support it,’” without additional guidance Weeks v. Angelone, 528 U. S. 225, 232-233 (2000).

Equally unavailing is the contention that even if an instruction that mitigating evidence need not be “proven beyond a reasonable doubt” is not always required, it was constitutionally necessary in these cases to avoid confu­sion. Ambiguity in capital-sentencing instructions gives rise to constitutional error only if “there is a reasonable likelihood that the jury has applied the challenged in­struction in a way that prevents the consideration of constitutionally relevant evidence.” Boyde v. California, 494 U. S. 370, 380 (1990). The alleged confusion stemming from the jury instructions used at the defendants’ sentencings does not clear that bar. A meager “possibility” of confusion is not enough. Ibid.

The Eighth Amendment is inapposite when a defendant’s claim is, at bottom, that evidence was improperly ad­mitted at a capital-sentencing proceeding. The question is whether the allegedly improper evidence “so infected the sentencing proceed­ing with unfairness as to render the jury’s imposition of the death penalty a denial of due process.” Romano v. Oklahoma, 512 U. S. 1, 12. Joint proceedings are permissible and often preferable when the joined defendants’ criminal conduct arises out of a single chain of events. Buchanan v. Kentucky, 483 U. S. 402, 418.

To begin with, the court instructed the jury that it “must give separate consideration to each defendant,” that each was “entitled to have his sentence decided on the evidence and law which is applicable to him,” and that any evidence in the penalty phase “limited to only one defendant should not be considered by you as to the other defendant.” App. to Pet.for Cert. in No. 14–450, at 501 (Instr. 3). The court gave defendant-specific instructions for aggravating and miti­gating circumstances. Id., at 502–508 (Instrs. 5, 6, 7, and 8). And the court instructed the jury to consider the “indi­vidual” or “particular defendant” by using four separate verdict forms for each defendant, one for each murdered occupant of the Birchwood house. Id., at 509 (Instr. 10); App. in No. 14–449 etc., at 461–492. We presume the jury followed these instructions and considered each defendant separately when deciding to impose a sentence of death for each of the brutal murders.

That the codefendants might have “antagonistic” theories of mitigation, Zafiro v. United States, 506 U. S. 534, 538 (1993), does not suffice to over­come Kansas’s “interest in promoting the reliability and consistency of its judicial process,” Buchanan, supra, at 418. Limiting instructions, like those used in the Carrs’ sentencing proceeding, “often will suffice to cure any risk of prejudice.” Zafiro, supra, at 539 (citing Richardson, supra, at 211). To forbid joinder in capital-sentencing proceedings would, perversely, increase the odds of “wan­ton and freakish” imposition of death sentences. Gregg v. Georgia, 428 U. S. 153, 206–207 (1976) (joint opinion of Stewart, Powell, and Stevens, JJ.). Better that two defendants who have together committed the same crimes be placed side-by-side to have their fates determined by a single jury.

(U.S.S.C., Jan. 20, 2016, Kansas v. Carr, Docket 14-449, J. Scalia, (J. Sotomayor dissenting)).

Dans les procédures pénales pouvant donner lieu au prononcé de la peine capitale, le Huitième Amendement impose-t-il au Tribunal dudit prononcé de la peine d’instruire le Jury en lui précisant que les circonstance atténuantes n’ont pas besoin d’être prouvées au-delà d’un doute raisonnable ? La réponse est négative. Et la Constitution fédérale impose-t-elle de disjoindre les procédures jointes de prononcé de la peine (à distinguer de la première partie du procès portant sur le principe de la culpabilité) ? En l’espèce, la réponse est négative.

In casu, le condamné porte l’attention sur l’instruction suivante : «L’accusation supporte le fardeau de prouver au-delà d’un doute raisonnable l’existence d’une ou de plusieurs circonstances aggravantes, et aussi que ces circonstances aggravantes ne sont pas de moindre importance en regard des circonstances atténuantes. Le condamné en déduit que la juxtaposition des circonstances aggravantes et atténuantes a conduit le Jury à concevoir que les circonstances atténuantes étaient probablement aussi à prouver au-delà d’un doute raisonnable. La Cour Suprême n’est pas de cet avis, bien au contraire. Les instructions au Jury expriment clairement qu’aussi bien les circonstances aggravantes que la conclusion qu’elles l’emportent sur les circonstances atténuantes doivent être prouvées au-delà d’un doute raisonnable. Quant à elles, les circonstances atténuantes doivent seulement être trouvées comme existantes.

Encore une fois, ici, les instructions au Jury indiquent clairement qu’aussi bien l’existence des circonstances aggravantes que la conclusion qu’elles l’emportent sur les circonstances atténuantes doivent être prouvées au-delà d’un doute raisonnable, tandis que, toujours selon les instructions données au Jury, les circonstances atténuantes doivent seulement être trouvées comme existantes. Cette dernière instruction ne suggère en rien que la preuve au-delà d’un doute raisonnable serait le critère à retenir. Et aucun Juré n’aurait raisonnablement pu penser que le critère « au-delà d’un doute raisonnable » était à appliquer dans l’analyse des circonstances atténuantes.

In casu l’accusation s’est basée sur les preuves administrées dans la première partie de la procédure, celle conduisant à la reconnaissance de culpabilité. Ces preuves consistaient en le témoignage (pendant deux jours) de la seule survivante du massacre, et en quatre circonstances aggravantes : les condamnés, en conscience ou avec volonté, ont tué ou ont créé le risque de tuer plus d’une personne, ont commis leurs crimes dans le but de s’enrichir économiquement, ont commis leurs crimes pour prévenir leur arrestation ou leur poursuite judiciaire, et ont commis leurs crimes d’une manière spécialement haineuse, atroce ou cruelle.

Après avoir écouté les défenseurs respectifs des deux frères condamnés plaider les circonstances atténuantes, le Jury a prononcé la peine de mort, dans deux décisions séparées. Les Jurés ont retenu à l’unanimité que l’accusation avait prouvé l’existence des quatre circonstances aggravantes au-delà d’un doute raisonnable, et ont appliqué ce critère également pour retenir que ces circonstances aggravantes l’emportaient sur les circonstances atténuantes. Ces constatations leur ont permis de rendre quatre verdicts retenant la peine de mort pour chaque condamné, coupables d’avoir exécuté quatre personnes.

Il est ici rappelé que dans une autre affaire rendue en l’an 2000, la Cour avait jugé constitutionnelle l’instruction au Jury, sans autre guidance, de « retenir une circonstance atténuante si vous trouvez une preuve qui la supporte ».

La Cour indique aussi qu’il est inexact de soutenir que même si n’est pas toujours requise l’instruction qu’une circonstance atténuante n’a pas à être prouvée au-delà d’un doute raisonnable, une telle instruction, ici, aurait été constitutionnellement nécessaire pour éviter une confusion.

Dans des affaires impliquant le prononcé de la peine capitale, l’ambigüité dans les instructions peut donner lieu à un vice constitutionnel seulement en cas de vraisemblance raisonnable que le Jury a appliqué ces instructions d’une manière qui empêche la prise en compte de moyens de preuve constitutionnellement relevants. Tel n’est pas le cas en l’espèce. Une maigre possibilité de confusion ne suffit pas.

Quant à lui, le Huitième Amendement n’est pas applicable quand le condamné se plaint fondamentalement d’un moyen de preuve admis de manière erronée dans la procédure de fixation de la peine capitale. La question à se poser est de savoir si le moyen de preuve prétendument irrégulièrement admis a à ce point infecté la procédure de fixation de la peine que l’imposition de la peine de mort s’analyse en une violation du droit à un procès équitable (unfairness, Due Process). Les deux condamnés contestaient la jonction de leurs causes au pénal, invoquant que les moyens qu’ils avaient soulevés l’un contre l’autre commandaient deux procès séparés. La Cour leur donne tort, remarquant qu’une jonction de causes est permise et souvent même préférable quand la conduite criminelle des prévenus prend naissance d’une même chaîne d’événements.

A ce sujet, la cour pénale de première instance a bien instruit le Jury quant à son obligation de considérer pour elle-même la cause de chacun des deux prévenus. Elle indiqua aussi au Jury que la peine de chaque prévenu devait être décidée sur la base des preuves et du droit applicable individuellement à chacun d’eux, et que toute preuve se rapportant à l’un des condamnés, dans la phase de fixation de la peine, ne devait pas être considérée en fixant la peine de l’autre condamné. Par ailleurs, la cour de première instance a donné au Jury des instructions spécifiques à chaque condamné s’agissant des circonstances aggravantes et atténuantes. La Cour Suprême peut ainsi présumer que les Jurés ont suivi ces instructions et ont analysé individuellement la cause de chacun des condamnés en décidant de retenir la peine capitale pour chacun d’entre eux.

S’agissant enfin de la question de la disjonction des causes, la possibilité que les deux prévenus puissent avancer des circonstances atténuantes antagonistes ne suffit pas pour l’emporter sur l’intérêt prépondérant du Kansas à la promotion de la fiabilité et de la constance de ses procédures judiciaires. Des instructions spécifiques aux personnes dont les causes ont été jointes, comme pratiqué en l’espèce, suffiront souvent à prévenir tout risque de préjudice. Prohiber la jonction des causes dans les procédures pénales en fixation de la peine serait plutôt de nature à permettre des prononcés de peine capitale inadéquats : il est préférable que deux condamnés qui ont commis ensemble les mêmes crimes soient placés côte-à-côte, permettant à un même Jury de se prononcer sur leurs destins.

No comments:

Post a Comment