Wednesday, January 20, 2016

Montanile v. Board of Trustees of Nat. Elevator Industry Health Benefit Plan, Docket 14-723

ERISA: lien: equity: remedies: swollen assets doctrine: constructive trust: restitution: commingling: when a third party injures a participant in an employee benefits plan under the Employee Retirement Income Security Act of 1974 (ERISA), 88 Stat. 829, as amended, 29 U. S. C. §1001 et seq., the plan frequently pays covered medical expenses. The terms of these plans often include a subrogation clause requiring a participant to reimburse the plan if the participant later recovers money from the third party for his injuries. And under ERISA §502(a)(3), 29 U. S. C. §1132(a)(3), plan fiduciaries can file civil suits “to obtain . . . appropriate equitable relief . . . to enforce . . . the terms of the plan.”

In this case, we consider what happens when a participant obtains a settlement fund from a third party, but spends the whole settlement on nontraceable items (for instance, on services or consumable items like food). We evaluate in particular whether a plan fiduciary can sue under §502(a)(3) to recover from the participant’s remaining assets the medical expenses it paid on the participant’s behalf. We hold that, when a participant dissipates the whole settlement on nontraceable items, the fiduciary cannot bring a suit to attach the participant’s general assets under §502(a)(3) because the suit is not one for “appropriate equitable relief.”

We granted certiorari to resolve a conflict among the Courts of Appeals over whether an ERISA fiduciary can enforce an equitable lien against a defendant’s general assets under these circumstances.

As previously stated, §502(a)(3) of ERISA authorizes plan fiduciaries like the Board of Trustees to bring civil suits “to obtain other appropriate equitable relief . . . to enforce . . . the terms of the plan.” 29 U. S. C. §1132(a)(3). Our cases explain that the term “equitable relief ” in §502(a)(3) is limited to “those categories of relief that were typically available in equity” during the days of the divided bench (meaning, the period before 1938 when courts of law and equity were separate). Mertens v. Hewitt Associ­ates, 508 U. S. 248, 256 (1993). Under this Court’s prece­dents, whether the remedy a plaintiff seeks “is legal or equitable depends on [(1)] the basis for [the plaintiff ’s]claim and [(2)] the nature of the underlying remedies sought.” Sereboff v. Mid Atlantic Medical Services, Inc., 547 U. S. 356, 363 (2006). Our precedents also prescribe a framework for re­solving this inquiry. To determine how to characterize the basis of a plaintiff ’s claim and the nature of the remedies sought, we turn to standard treatises on equity, which establish the “basic contours” of what equitable relief was typically available in premerger equity courts. Great-West Life & Annuity Ins. Co. v. Knudson, 534 U. S. 204, 217 (2002).

(…) restitution in equity typically involved enforcement of “a constructive trust or an equitable lien, where money or property identified as belonging in good conscience to the plaintiff could clearly be traced to particular funds or property in the defendant’s possession.” But the restitution sought in Great-West was legal—not equitable—because the specific funds to which the fiduciaries “claimed an entitlement . . . were not in the defendants’ possession.” Id., at 214.

Under these principles, the basis for the Board’s claim here is equitable: The Board had an equitable lien by agreement that attached to M.’s settlement fund when he obtained title to that fund. And the nature of the Board’s underlying remedy would have been equitable had it immediately sued to enforce the lien against the settlement fund then in M.’s possession. That does not resolve this case, however. Our prior cases do not address whether a plan is still seeking an equitable remedy when the defendant, who once possessed the settlement fund, has dissipated it all, and the plan then seeks to recover out of the defendant’s general assets.

To resolve this issue, we turn to standard equity trea­tises. As we explain below, those treatises make clear that a plaintiff could ordinarily enforce an equitable lien only against specifically identified funds that remain in the defendant’s possession or against traceable items that the defendant purchased with the funds (e.g., identifiable property like a car). A defendant’s expenditure of the entire identifiable fund on nontraceable items (like food or travel) destroys an equitable lien. The plaintiff then may have a personal claim against the defendant’s general assets—but recovering out of those assets is a legal remedy, not an equitable one.

Equitable remedies “are, as a general rule, directed against some specific thing; they give or enforce a right to or over some particular thing . . . rather than a right to recover a sum of money generally out of the defendant’s assets.” S. Symons, Pomeroy’s Equity Jurisprudence §1234, p. 694 (5th ed. 1941) (Pomeroy). Equitable liens thus are ordinarily enforceable only against a specifically identified fund because an equitable lien “is simply a right of a special nature over the thing . . . so that the very thing itself may be proceeded against in an equitable action.” Id., §1233, at 692; see also Restatement of Restitution §215, Comment a, p. 866 (1936) (Restatement) (enforce­ment of equitable lien requires showing that the defendant “still holds the property or property which is in whole or in part its product”); 1 D. Dobbs, Law of Remedies §1.4, p. 19 (2d ed. 1993) (Dobbs) (similar). This general rule’s appli­cation to equitable liens includes equitable liens by agreement, which depend on “the notion . . . that the contract creates some right or interest in or over specific property,” and are enforceable only if “the decree of the court can lay hold of ” that specific property. 4 Pomeroy §1234, at 694–695.

If, instead of preserving the specific fund subject to the lien, the defendant dissipated the entire fund on nontrace­able items, that complete dissipation eliminated the lien. Even though the defendant’s conduct was wrongful, the plaintiff could not attach the defendant’s general assets instead. (…) The plaintiff had “merely a personal claim against the wrongdoer”—a quintessential action at law.

We have long rejected the argument that “equitable relief ” under §502(a)(3) means “whatever relief a court of equity is empowered to provide in the particular case at issue,” including ancillary legal remedies. Mertens, 508 U. S., at 256. In “many situations . . . an equity court could establish purely legal rights and grant legal reme­dies which would otherwise be beyond the scope of its authority.” Ibid. But these legal remedies were not relief “typically available in equity,” and interpreting them as such would eliminate any limit on the meaning of “equitable relief ” and would “render the modifier superfluous.” Id., at 256, 258; see also Great-West, supra, at 210. (…) While equity courts sometimes awarded money decrees as a substitute for the value of the equitable lien, they were still legal remedies, because they were “wholly pecuniary and personal.” 4 Pomeroy §1234, at 694. The same is true with respect to deficiency judgments. Equity courts could award both of these remedies as part of their ancillary jurisdiction to award complete relief. But the treatises make clear that when equity courts did so, “the rights of the parties are strictly legal, and the final remedy granted is of the kind which might be conferred by a court of law.” 1 id., §231, at 410; see also 1 Dobbs §2.7, at 180–181, and §4.3(3), at 602 (similar); New Federal Equity Rules 10 (rev. 5th ed. 1925) (authorizing equity courts to award such relief). But legal remedies—even legal reme­dies that a court of equity could sometimes award—are not “equitable relief ” under §502(a)(3). See Mertens, supra, at 256–258.

The Board contends that there is an exception if the defendant wrongfully dissipates the equi­table lien to thwart its enforcement. But none of the Board’s examples show that such relief was “typically available” in equity.

CIGNA Corp. v. Amara, 563 U. S. 421 (2011): CIGNA reaffirmed that “traditionally speaking, relief that sought a lien or a constructive trust was legal relief, not equitable relief, unless the funds in question were ‘particular funds or property in the defendant’s possession.’ ” 563 U. S, at 439 (quoting Great-West, supra, at 213.

The swollen assets doctrine also does not establish that the relief the Board seeks is equitable. Under the Board’s view of this doctrine, even if a defendant spends all of a specifically identified fund, the mere fact that the defend­ant wrongfully had assets that belonged to another in­creased the defendant’s available assets, and justifies recovery from his general assets. But most equity courts and treatises rejected that theory. See Taft, Note, A Defense of a Limited Use of the Swollen Assets Theory Where Money Has Wrongfully Been Mingled With Other Money, 39 Colum. L. Rev. 172, 175 (1939) (describing the swollen assets doctrine as “often . . . rejected by the courts”); see also Oesterle, Deficiencies of the Restitution­ary Right to Trace Misappropriated Property in Equity and in UCC §9–306, 68 Cornell L. Rev. 172, 189, and n. 33 (1983) (similar). To the extent that courts endorsed any version of the swollen assets theory, they adopted a more limited rule: that commingling a specifically identified fund—to which a lien attached—with a different fund of the defendant’s did not destroy the lien. Instead, that commingling allowed the plaintiff to recover the amount of the lien from the entire pot of money. See Restatement §209, at 844; Scott, The Right To Follow Money Wrongfully Mingled With Other Money, 27 Harv. L. Rev. 125, 125–126 (1913). Thus, even under the version of the swollen assets doctrine adopted by some courts, recovery out of M.’s general assets—in the absence of commin­gling—would not have been “typically available” relief.

Because the lower courts erroneously held that the plan could recover out of M.’s general assets, they did not determine whether M. kept his settlement fund separate from his general assets or dissipated the entire fund on nontraceable assets. A remand is necessary so that the District Court can make that determination.

(U.S.S.C., Jan. 20, 2016, Montanile v. Board of Trustees of Nat. Elevator Industry Health Benefit Plan, Docket 14-723, J. Thomas).

Books : S. Symons, Pomeroy’s Equity Jurisprudence §1234, p. 694 (5th ed. 1941); Restatement of Restitution §215, Comment a, p. 866 (1936); D. Dobbs, Law of Remedies §1.4, p. 19 (2d ed. 1993); New Federal Equity Rules 10 (rev. 5th ed. 1925); Taft, Note, A Defense of a Limited Use of the Swollen Assets Theory Where Money Has Wrongfully Been Mingled With Other Money, 39 Colum. L. Rev. 172, 175 (1939); Oesterle, Deficiencies of the Restitution­ary Right to Trace Misappropriated Property in Equity and in UCC §9–306, 68 Cornell L. Rev. 172, 189, and n. 33 (1983); Scott, The Right To Follow Money Wrongfully Mingled With Other Money, 27 Harv. L. Rev. 125, 125–126 (1913).

Intervention d’un fonds de pension (soumis à ERISA) en faveur de la victime d’un accident, impliquant responsabilité d’un tiers. Les actes du fonds contiennent une clause prévoyant que si la victime parvient à obtenir un dédommagement du responsable, ce dédommagement servira en priorité à rembourser le fonds. Quid si la victime a bien reçu une indemnité du tiers responsable, mais a déjà dépensé la somme reçue ? Le fonds peut-il agir en restitution contre la victime ? Si oui contre l’ensemble du patrimoine de la victime ou en visant seulement l’indemnité, ou les biens et valeurs acquis en remploi de l’indemnité ? Le fonds peut-il lier l’indemnité à une restriction du droit d’aliéner ?

La Cour Suprême juge en l’espèce que lorsque la victime a dépensé la somme reçue du tiers en acquérant des biens dépourvus de traçabilité (nourriture, services, etc.), le fonds de pension n’est pas en droit d’obtenir judiciairement la réalisation d’un gage grevant l’ensemble du patrimoine de la victime, parce qu’une telle action n’a pas nature de « remède approprié en équité » (cf. différence entre actions « at law » et « in equity »). Or la loi fédérale ERISA dans une affaire de ce type ne permet que le dépôt d’une action « appropriée en équité » pour tenter d’obtenir un tel droit de gage sur le patrimoine universel. Le droit de l’ « equity », historiquement, ne permet pas l’octroi judiciaire d’un tel droit de gage sur tout le patrimoine.

En effet, la jurisprudence de la Cour expose que la notion de « remède en équité » telle que prévue par ERISA à sa Section 502(a)(3) est limitée aux remèdes qui étaient typiquement disponibles en équité à l’époque où les cours statuant en droit et celles statuant en équité étaient séparées (soit avant 1938). Toujours selon la jurisprudence de la Cour, qualifier un remède de «légal » ou d’ «équitable » dépend (1) du fondement de la prétention du demandeur, et (2) de la nature de ses conclusions dans l’action. Pour procéder à cette qualification, il convient de se fonder sur la doctrine (les traités standard en matière d’ « equity »), qui établissent les contours de base des remèdes équitables typiquement disponibles devant les cours statuant en équité avant 1938.

A titre illustratif provenant d’une autre affaire, la Cour indique que le remède de « restitution », en équité, implique l’exécution d’un « constructive trust » (soit un trust qualifié de tel par la cour, sans formation préexistante) ou l’exécution d’un « gage équitable », situations dans lesquelles une somme d’argent ou une chose déterminée, identifiées comme appartenant de bonne foi au demandeur, peuvent clairement être tracées pour mener à des fonds ou des choses en possession du défendeur. Mais si une action en restitution vise des fonds qui ne sont pas en possession du défendeur, l’action sera légale et non équitable.

Selon ces principes, la base de l’action du fonds de pension est équitable : le fonds est titulaire d’un gage « en équité », conventionnel, qui porte sur les fonds reçus du tiers responsable par la victime. Et par ailleurs, le fonds aurait conclu à l’octroi par la cour d’un remède de nature équitable s’il avait immédiatement ouvert action en exécution du gage grevant l’indemnité reçue par la victime et en possession de celle-ci.

Ces considérations n’apportent pas encore la solution à la question que pose la présente affaire. La jurisprudence rendue à ce jour par la Cour ne tranche pas la question de savoir si le fonds conclut encore à l’octroi par le Tribunal d’un remède équitable dans la situation où la victime, qui a été en possession de la somme reçue en indemnisation, l’a depuis lors entièrement dépensée, de sorte que le fonds recherche à recouvrer la somme par lui versée en s’en prenant à l’ensemble du patrimoine de la victime.

Pour résoudre la question posée en l’espèce, la Cour se réfère à la doctrine établie en matière d’ « equity ». Les traités consacrés à cette matière indiquent clairement qu’un demandeur ne peut ordinairement procéder à l’exécution forcée de son droit de gage équitable que contre des fonds spécifiquement identifiés, restés en possession du défendeur, ou contre des biens, traçables, que le défendeur a acquis grâce à ces fonds spécifiques. Si le défendeur s’est défait desdits biens identifiables en faveur de biens impossible à tracer, le droit de gage équitable est détruit. Le demandeur aura peut-être à sa disposition un droit d’action personnel contre l’ensemble des biens du défendeur, mais ce droit est d’essence légale, et non équitable. La Cour se réfère à ce niveau au Traité Pomeroy (1941) et à la Section 215 du Restatement of Restitution (1936). Ces règles générales s’appliquent également aux droits de gage équitables créés contractuellement.

La Cour rejette donc ici à nouveau l’argument selon lequel un « remède équitable » au sens de la Section 502(a)(3) signifie n’importe quel remède à disposition d’une cour statuant en équité, y compris les remèdes d’essence légale. Cela même s’il est vrai que dans de nombreuses situations, une cour statuant en équité dispose de la compétence d’allouer des conclusions «légales ». Mais ces remèdes d’essence légale ne constituaient nullement des remèdes typiquement disponibles dans le régime équitable. De la sorte, admettre sans autre un remède légal dans le régime équitable éliminerait tout sens à la notion de « remède équitable ».

Même s’il est exact que les cours statuant en équité condamnaient parfois au versement d’une somme d’argent en lieu et place d’une exécution du gage équitable, ces condamnations pécuniaires s’analysaient en des remèdes de nature légale, parce qu’elles étaient intégralement pécuniaire et personnelle. Un raisonnement équivalent s’applique si la réalisation du gage équitable ne produit pas suffisamment pour désintéresser complètement le créancier. La somme qui reste alors due peut faire l’objet d’un jugement portant à la condamnation d’une somme d’argent (correspondante au montant non couvert par la réalisation du gage). Ce jugement était rendu par une cour statuant en équité, en vertu de leurs compétences accessoires leur permettant d’allouer au créancier l’intégralité du montant qui lui était dû. Mais les traités en matière d’équité indiquent clairement que lorsque une cour jugeant en équité disposait ainsi, les droits des parties s’agissant du faisceau accessoire de la procédure, étaient strictement de nature légale, relevant de la compétence originaire des cours « at law ». Il n’en demeure pas moins que ces remèdes d’essence légale, même octroyés par une cour statuant en équité, ne constituent nullement des remèdes équitables au sens de la section 502(a)(3).

Certes en toute logique le fonds soutient qu’une exception à ces principes existe si le défendeur dissipe le lien équitable de manière contraire au droit pour échapper à une exécution forcée. Mais aucun des exemples donnés par le fonds ne montre qu’un tel remède exceptionnel serait typiquement disponible en équité.
Ainsi une jurisprudence de la Cour de 2011 (CIGNA) a réaffirmé que des conclusions portant sur un gage (et non un gage équitable) ou portant sur un « constructive trust » (soit un trust établi par la cour elle-même à des fins de résolution du litige) s’analysaient en des remèdes légaux, et non équitables, à moins que les fonds recherchés ne constituaient des fonds ou une chose en possession du défendeur.

La théorie de l’accroissement du patrimoine, invoquée par le fonds, ne lui est d’aucun secours, car rejetée par la plupart des cours statuant en équité, ainsi que par les traités. Et dans la mesure où certaines cours adoptèrent cette théorie, elles n’en ont retenu qu’une définition allégée : selon la définition retenue, si le défendeur a mélangé une somme spécifique, objet du gage, avec d’autres biens en sa possession, alors le demandeur peut s’en prendre à ce pot commun. Le gage n’est en effet pas détruit par le mélange des biens. Ainsi, même en se référant à ce type de théorie, le fonds ne saurait en l’espèce récupérer ce qui lui est dû par la victime : aucun mélange de biens créant un pot commun disponible n’existe en l’occurrence.

No comments:

Post a Comment