Thursday, July 23, 2009

P. v. Anderson, S152695

Ne bis in idem: double jeopardy: because the sentencing allegations have the potential to increase punishment, the defendant has a Sixth Amendment right to have their truth decided by a jury.  (Apprendi v. New Jersey (2000) 530 U.S. 466, 490 (Apprendi).)  If the jury cannot agree whether the One Strike allegations have been proven, the conviction on the substantive offense stands and a mistrial of necessity is declared as to the factual sentencing allegations.  (See People v. Bright (1996) 12 Cal.4th 652, 661-662 (Bright).); it is well settled that when the jury convicts a defendant on some counts but hangs on others, resulting in a mistrial, the mistried counts may be tried to a new jury; Section 1160 provides, in relevant part:  “Where two or more offenses are charged in any accusatory pleading, if the jury cannot agree upon a verdict as to all of them, they may render a verdict as to the charge or charges upon which they do agree, and the charges on which they do not agree may be tried again.” The United States Supreme Court has held that an acquittal barring a second prosecution may be implied where a jury convicts on a lesser included offense after having “ ‘a full opportunity to return a verdict’ ” on the greater charge; however, when a trial produces neither an acquittal nor a conviction, retrial may be permitted if the trial ended “without finally resolving the merits of the charges against the accused.” In general, if a jury is discharged without returning a verdict, the double jeopardy bar applies unless manifest necessity required the discharge or the defendant consented to it.  (Green v. United States, supra, 355 U.S. at p. 188.).  From the time of the United States Supreme Court’s decision in United States v. Perez (1824) 22 U.S. (9 Wheat.) 579, it has been established that the failure of a jury to agree on a verdict is an instance of “manifest necessity” permitting retrial of the defendant because the ends of public justice would otherwise be defeated; we conclude a count alleging a crime plus sentencing factors is not a “greater offense” for double jeopardy purposes.  Thus, if a defendant is convicted of the substantive crime but the jury deadlocks on attached factual sentencing allegations, neither federal nor state double jeopardy principles bar a retrial of those sentencing allegations; a mistrial does not constitute a termination of jeopardy, and accordingly double jeopardy does not arise from the legal necessity of a mistrial; thus, like the premeditation allegation at issue in Bright and Seel, a One Strike allegation exposes a defendant to greater punishment than would be authorized by a verdict on the offense alone.
Accordingly, unless a defendant waives its protection, the Sixth Amendment requires that a One Strike allegation be tried to a jury and proven beyond a reasonable doubt.  (Apprendi, supra, 530 U.S. at p. 490.)  Our inquiry does not end here, however, because the factual sentencing allegation in this case did not result in an acquittal or its legal equivalent (see ibid.), but in a mistrial.  The next question is whether the double jeopardy clause permits retrial of such a factual sentencing allegation when the first trial did not result in an express or implied acquittal; unlike a penalty allegation that, if proven, invokes an alternate and harsher sentencing scheme, a sentencing enhancement merely adds an additional term of imprisonment to the base term imposed for an offense.  (Cal. Rules of Court, rule 4.405(3)); the same is true when the court enters a mistrial on a greater offense based on the “manifest necessity” of a juror deadlock.  Without exception, the courts have held that the trial judge may discharge a genuinely deadlocked jury and require the defendant to submit to a second trial; the high court has explained that “the protection of the Double Jeopardy Clause by its terms applies only if there has been some event, such as an acquittal, which terminates the original jeopardy,” and “the failure of the jury to reach a verdict is not an event which terminates jeopardy.” When a jury expressly deadlocks on a greater offense and, at the same time, convicts on a lesser included offense, we have interpreted the federal authorities to mean that “the conviction on the lesser offense does not operate as an implied acquittal of the greater.”  (Fields, supra, 13 Cal.4th at p. 302.)  The same principle applies under the California Constitution; the court reasoned that double jeopardy would have prohibited the state from retrying the greater offense, i.e., from seeking the death penalty, if but only if the first sentencing jury had unanimously concluded the state had failed to prove any aggravating circumstance, a conclusion that would have operated as an acquittal of the greater offense; “federal law sets the minimum standards of double jeopardy protection,” and, “under California law, in some instances, an accused may be entitled to greater double jeopardy protection than that afforded under the federal Constitution.”  (Fields, supra, 13 Cal.4th at p. 302.)  Accordingly, we consider whether defendant’s second trial on the One Strike allegation violated California’s statutory provision against double jeopardy (p. 24); we adhered to this interpretation in Fields, holding that section 1023 prohibits the retrial of a greater offense after a defendant’s conviction of a lesser included offense even when there has been no express or implied acquittal of the greater offense.  (Fields, at p. 307.) The problem in Fields arose because the defendant’s jury was not advised of its obligation to return a verdict on the greater offense first, before rendering a verdict on the lesser included offense.  We explained that a jury’s verdict on a lesser included offense only is “incomplete” and constitutes an “irregular verdict” that is “ ‘mistaken in the law.’ ”  (Fields, supra, 13 Cal.4th at pp. 310-311.)  If the jury renders only a verdict of guilty on the lesser offense, we stated that the trial court should decline to receive the verdict and should direct the jury to reconsider its lone verdict in light of the acquittal-first rule of People v. Kurtzman.  (Fields, at p. 310.)  If the court fails to do so, and instead records the partial verdict and discharges the jury, we held section 1023 requires the consequences of this “ ‘mistake in the law’ ” to be borne by the People, not the defendant, such that the conviction of the lesser offense will bar the People from retrying the greater, notwithstanding the jury’s deadlock on that charge.  (Fields, at p. 311.)  When the jury is instructed on the acquittal-first rule and hangs on the more serious offense, the prosecution is put to a choice:  it may either move for a mistrial and set the entire matter for a retrial (§§ 1140, 1141), or, if it wishes to accept a verdict on the lesser charge and forgo a chance to convict on the greater, the prosecution may ask the court to dismiss the greater charge in the interest of justice (§ 1385). (p. 26); the question now is whether Apprendi requires us to overrule this holding by treating penalty allegations as substantive elements of an offense for purposes of section 1023, the state statute governing retrial of included offenses.  We conclude it does not; as we made clear in Sengpadychith, the constitutional requirements of Apprendi apply only when a penalty or enhancement has the potential to increase a defendant’s punishment beyond the statutory maximum; under California law, the One Strike allegation on which defendant’s first jury deadlocked was not a greater offense that incorporated the underlying lewd act crime as a lesser included offense.  It was simply a penalty allegation.  While Fields does not apply, Bright does.  Bright holds that a conviction on an underlying substantive offense does not bar retrial of a penalty allegation on which the first jury deadlocked  (Bright, supra, 12 Cal.4th at p. 661.)  Under Apprendi, the One Strike allegation had to be tried to a jury, and under Seel an acquittal on the allegation would have barred retrial.  However, these federal constitutional requirements do not persuade us to impose even more sweeping double jeopardy protections under California statutory law.  Retrial of the One Strike allegation did not violate section 1023; a premeditation allegation is not an element of an offense, and therefore double jeopardy principles did not bar retrial of the allegation; retrial limited to the issue of venue is permissible after a jury has found the defendant guilty but deadlocked on venue, because venue is not an element of an offense (Cal. S. Ct., 23.07.09, P. v. Anderson, S152695).

Prohibition d’une “Double Jeopardy”, soit une seconde mise en accusation pour des faits déjà jugés : parce que les alléguées portant sur les faits relevant pour la fixation de la peine ont le potentiel d’augmenter dite peine, le prévenu est titulaire du droit à ce que la véracité de ces faits soient décidés par un jury, droit déduit du Sixième Amendement de la Constitution fédérale. Si le jury ne peut s’accorder sur la question de savoir si les allégués relatifs au « One Strike » ont été prouvés, la condamnation pour la commission de l’offense de base est maintenue et un abandon de procès par nécessité est déclaré s’agissant des allégués portant sur la fixation de la peine (la législation dite « Three Strikes », en droit californien, signifie en résumé qu’à la troisième condamnation pour crime, le condamné se verra imposer la réclusion à vie). Il est bien établi par la jurisprudence qui condamne un prévenu pour la commission de certaines infractions mais ne parvient pas à s’accorder s’agissant d’autres infractions, résultant en un abandon de procès, que les infractions sur lesquelles le jury n’a pas pu s’accorder peuvent être jugées par un nouveau jury. La Cour Suprême fédérale a jugé qu’un acquittement prohibant une seconde poursuite pénale peut être implicite lorsqu’un jury condamne sur la base d’une infraction moindre incluse dans l’infraction de base après avoir eu pleine opportunité de rendre un jugement portant sur l’infraction plus grave. Cependant, lorsqu’un jugement pénal ne produit ni acquittement ni condamnation, un nouveau procès pénal peut être autorisé si le précédent procès s’est terminé sans se prononcer quant au fond sur les accusations. En général, si un jury est libéré de sa tâche sans avoir rendu de décision, « Double Jeopardy » s’applique à moins que la libération du jury n’ait été provoquée par une nécessité manifeste ou à moins que le prévenu ait consentit à la libération du jury. Depuis une décision de la Cour Suprême fédérale datant de 1824, il est établit que l’échec du jury de s’accorder sur une décision constitue un cas de nécessité manifeste, permettant la tenue d’un nouveau procès contre le prévenu parce que s’il en allait différemment, les fins de la justice publique ne seraient pas atteints. En outre, un point de l’acte d’accusation portant sur un crime et sur des facteurs déterminants pour la fixation de la peine ne remplit pas les conditions permettant de retenir une infraction plus importante au sens de la « Double Jeopardy ». De la sorte, si un prévenu est condamné pour la commission de son crime mais que le jury ne peut se prononcer s’agissant des allégués de fait portant sur la peine attachée au crime, les principes de « Double Jeopardy » découlant du droit fédéral ou du droit californien n’empêchent un nouveau procès portant sur les allégués liés à la peine. En outre, un abandon de procès ne constitue pas la fin de la mise en accusation (Jeopardy), de sorte que le principe de « Double Jeopardy » ne s’applique pas en cas de nécessité légale d’un abandon de procès.
Il découle de tout ce qui précède que dans le cadre du schéma des « Three Strikes » en droit californien, des allégués de fait visant à faire reconnaître une situation permettant de retenir un cas de « One Strike » exposent un prévenu à la possibilité du prononcé d’une peine plus importante que celle qui serait autorisée par un jugement ne portant que sur l’infraction de base. Dès lors, à moins que le prévenu ne renonce à la protection conférée par le Sixième Amendement de la Constitution fédérale, cet Amendement impose que les allégués portant sur la réalisation ou non des conditions permettant d’appliquer « One Strike » soient décidés par un jury et prouvés au-delà d’un doute raisonnable.
Lorsqu’un jury ne peut expressément s’accorder sur les conditions de réalisation d’une infraction plus importante, mais qu’il s’accorde pour condamner une infraction moindre incluse dans la plus grave, la Cour Suprême de Californie a jugé que cette situation n’impliquait pas un acquittement implicite portant sur l’infraction la plus grave. Le droit fédéral prescrit les standards minima s’agissant de la protection conférée par le principe « Double Jeopardy ». Mais selon le droit californien, dans certaines circonstances, un prévenu peut être au bénéfice d’une plus grande protection sous l’angle de la prohibition d’une « Double Jeopardy » au sens de la jurisprudence californienne.
Il s’agit maintenant de déterminer si le second procès du condamné, qui porte uniquement sur la question de la réalisation ou non des conditions permettant d’appliquer la peine « One Strike », porte atteinte au droit californien réglementant le principe « Double Jeopardy ». La jurisprudence Fields dispose que la Section 1023 du Code pénal interdit la tenue d’un second procès portant sur une infraction plus importante après condamnation, à l’issue du premier procès, pour infraction à l’infraction moindre incluse dans la plus grave, cela même en l’absence d’acquittement express ou tacite portant sur l’infraction la plus sérieuse. La problématique dans la décision Fields provenait de ce que le jury n’avait pas été instruit de son obligation de se prononcer d’abord sur l’infraction la plus sérieuse, avant de rendre son verdict s’agissant de l’infraction incluse moins grave. Le verdict d’un jury portant sur l’infraction moindre uniquement est incomplet et constitue un verdict irrégulier, constitutif d’une erreur de droit. Si le jury se limite à rendre un verdict de culpabilité portant sur l’infraction moindre, la cour doit refuser de recevoir ce verdict et doit instruire le jury de reconsidérer son verdict à la lumière de la règle « l’acquittement en premier ». Si la cour n’agit pas ainsi, en prenant en compte le verdict partiel avant de libérer le jury, la Section 1023 implique que les conséquences de cette erreur de droit seront supportées par l’accusation. De la sorte, la condamnation portant sur l’infraction moindre empêche l’accusation d’initier un second procès portant sur l’infraction plus grave, même en cas de blocage du premier jury sur cette dernière. Mais si le jury est dûment instruit au sujet de la règle « acquittement en premier » et qu’il ne parvient pas à s’accorder s’agissant de l’infraction la plus grave, l’accusation est placée devant un choix : elle peut soit déposer une requête en abandon du procès puis procéder à nouveau, soit accepter le verdict portant sur l’infraction moindre et ainsi renoncer à toute possibilité d’obtenir une condamnation sur l’infraction la plus importante. Dans ce dernier cas, l’accusation demandera à la cour, dans l’intérêt de l’administration de la justice, d’annuler la poursuite portant sur l’infraction plus grave. La question qui se pose à ce stade du raisonnement est de savoir si la jurisprudence Apprendi impose à la Cour de renverser ce qui précède, en considérant les allégués portant sur la peine comme des éléments constitutifs de l’infraction dans le cadre de la Section 1023, disposition qui régit un second procès portant sur des infractions incluses. Tel n’est pas le cas, Apprendi n’impose aucun renversement de jurisprudence. Apprendi ne s’applique que si une peine ou une augmentation de peine peut potentiellement aboutir à une condamnation à une peine finale d’une gravité qui dépasse le maximum prévu par la loi (au sens formel). Selon le droit californien, les allégués portant sur les conditions de « One Strike », sur lesquelles le jury n’est pas parvenu à s’accorder, ne se rapportent pas à une infraction plus importante. Ces allégués s’analysent simplement en des allégués se rapportant à la peine. Ce n’est donc pas la jurisprudence Fields qui s’applique, mais la jurisprudence Bright. La jurisprudence Bright dispose qu’une condamnation pour une infraction sous-jacente n’empêche pas un second procès pénal portant sur les conditions de réalisations des éléments de la peine, au sujet desquelles le jury n’était pas parvenu à s’accorder. Selon la jurisprudence Apprendi, les allégués portant sur la réalisation ou non de « One Strike » doivent être portés devant le jury, et selon la jurisprudence Seel, un acquittement portant sur ces allégués prohibe un second procès pénal à leur sujet. Ces deux conclusions découlent du droit constitutionnel fédéral. En droit californien, la Section 1023 n’impose pas d’accorder une protection plus étendue sous l’angle du principe prohibant une « Double Jeopardy ». Enfin et par ailleurs, il est rappelé ici que des allégués portant sur la question de la préméditation ou sur la question de la cour compétente de l’état de Californie pour juger d’une affaire pénale ne s’analysent nullement en des éléments constitutifs d’une infraction, de sorte que ces deux questions peuvent être l’objet d’un second procès.

No comments:

Post a Comment