Monday, May 19, 2014

Petrella v. Metro-Goldwyn-Mayer, Inc.

Copyright: statute of limitations: laches: the Copyright Act (Act) protects copyrighted works published before1978 for an initial period of 28 years, renewable for a period of up to 67 years. 17 U. S. C. §304(a). The author’s heirs inherit the renewal rights. See §304(a)(1)(C)(ii)–(iv). When an author who has assigned her rights away “dies before the renewal period, . . . the assignee may continue to use the original work only if the author’s successor trans­fers the renewal rights to the assignee,” Stewart v. Abend, 495 U. S. 207, 221. The Act provides both equitable and legal remedies for in­fringement: an injunction “on such terms as a court may deem rea­sonable to prevent or restrain infringement of a copyright,” §502(a); and, at the copyright owner’s election, either (1) the “owner’s actual damages and any additional profits of the infringer,” §504(a)(1), which petitioner seeks in this case, or (2) specified statutory damag­es, §504(c). The Act’s statute of limitations provides: “No civil action shall be maintained under the Act unless it is commenced within three years after the claim accrued.” §507(b). A claim ordinarily ac­crues when an infringing act occurs. Under the separate-accrual rule that attends the copyright statute of limitations, when a defendant has committed successive violations, each infringing act starts a new limitations period. However, under §507(b), each infringement is ac­tionable only within three years of its occurrence. Here, the allegedly infringing work is the motion picture Raging Bull, based on the life of boxing champion Jake LaMotta, who, with Frank Petrella, told his story in, inter alia, a screenplay copyrighted in 1963. In 1976, the pair assigned their rights and renewal rights, which were later acquired by respondent United Artists Corporation, a subsidiary of respondent Metro-Goldwyn-Mayer, Inc. (collectively, MGM). In 1980, MGM released, and registered a copyright in, the film Raging Bull, and it continues to market the film today. Frank Petrella died during the initial copyright term, so renewal rights re­verted to his heirs. Plaintiff below, petitioner here, Paula Petrella (Petrella), his daughter, renewed the 1963 copyright in 1991, becom­ing its sole owner. Seven years later, she advised MGM that its ex­ploitation of Raging Bull violated her copyright and threatened suit. Some nine years later, on January 6, 2009, she filed an infringement suit, seeking monetary and injunctive relief limited to acts of in­fringement occurring on or after January 6, 2006. Invoking the equi­table doctrine of laches, MGM moved for summary judgment. Pet­rella’s 18-year delay in filing suit, MGM argued, was unreasonable and prejudicial to MGM. The District Court granted MGM’s motion, holding that laches barred Petrella’s complaint. The Ninth Circuit affirmed.
1. Laches cannot be invoked as a bar to Petrella’s pursuit of a claim for damages brought within §507(b)’s three-year window.
By permitting a successful plaintiff to gain retrospective relief only three years back from the time of suit, the copyright statute of limitations itself takes account of delay. Brought to bear here, §507(b) directs that Petrella cannot reach MGM’s returns on its in­vestment in Raging Bull in years before 2006. Moreover, if infringe­ment within the three-year window is shown, a defendant may offset against profits made in that period expenses incurred in generating those profits. See §504(b). In addition, a defendant may retain the return on investment shown to be attributable to its own enterprise, as distinct from the value created by the infringed work. See ibid. Both before and after the merger of law and equity in 1938, this Court has cautioned against invoking laches to bar legal relief. See, e.g., Holmberg v. Armbrecht, 327 U. S. 392, 395, 396;

MGM insists that the laches defense must be available to prevent a copyright owner from sitting still, doing nothing, waiting to see what the outcome of an alleged infringer’s investment will be. It is hardly incumbent on copyright owners, however, to challenge each and every actionable infringement. And there is nothing untoward about waiting to see whether an infringer’s exploitation undercuts the value of the copyrighted work, has no effect on that work, or even complements it. Section 507(b)’s limitations period, coupled to the separate-accrual rule, allows a copyright owner to defer suit until she can estimate whether litigation is worth the candle;

A copyright plaintiff bears the burden of proving infringement;

The need for extrinsic evidence is also re­duced by the registration mechanism, under which both the certifi­cate and the original work must be on file with the Copyright Office before a copyright owner can sue for infringement;

Finally, when a copyright owner engages in intentionally misleading representations concerning his abstention from suit, and the alleged infringer detrimentally relies on such deception, the doc­trine of estoppel may bar the copyright owner’s claims completely, eliminating all potential remedies. The gravamen of estoppel, a de­fense long recognized as available in actions at law, is wrongdoing, overt misleading, and consequent loss. Estoppel does not undermine the statute of limitations, for it rests on misleading, whether engaged in early on, or later in time;

While laches cannot be invoked to preclude adjudication of a claim for damages brought within the Act’s three-year window, in ex­traordinary circumstances, laches may, at the very outset of the liti­gation, curtail the relief equitably awarded. For example, where owners of a copyrighted architectural design, although aware of an allegedly infringing housing project, delayed suit until the project was substantially constructed and partially occupied, an order man­dating destruction of the project would not be tolerable. See Chirco v. Crosswinds Communities, Inc., 474 F. 3d 227, 236. Nor, in the face of an unexplained delay in commencing suit, would it be equitable to order “total destruction” of a book already printed, packed, and shipped. See New Era Publications Int’l v. Henry Holt & Co., 873 F. 2d 576, 584–585. No such extraordinary circumstance is present here. Petrella notified MGM of her copyright claims before MGM in­vested millions of dollars in creating a new edition of Raging Bull, and the equitable relief she seeks—e.g., disgorgement of unjust gains and an injunction against future infringement—would not result in anything like “total destruction” of the film. Allowing Petrella’s suit to go forward will put at risk only a fraction of the income MGM has earned during the more than three decades Raging Bull has been marketed and will work no unjust hardship on innocent third parties. Should Petrella ultimately prevail on the merits, the District Court, in determining appropriate injunctive relief and assessing profits, may take account of Petrella’s delay in commencing suit. In doing so, however, the court must closely examine MGM’s alleged reliance on Petrella’s delay, taking account of MGM’s early knowledge of her claims, the protection MGM might have achieved through a declara­tory judgment action, the extent to which MGM’s investment was protected by the separate-accrual rule, the court’s authority to order injunctive relief “on such terms as it may deem reasonable,” §502(a), and any other relevant considerations (U.S.S.Ct., 19.05.2014, Petrella v. Metro-Goldwyn-Mayer, Inc., Docket 12-1315, J. Ginsburg).

Droit d’auteur, délai pour agir, doctrine nommée « laches », selon laquelle même respectant un délai, une action doit être rejetée pour tardiveté, sur la base de raisons d’équité : la loi fédérale sur le droit d’auteur protège les œuvres au bénéfice du droit d’auteur publiées avant 1978 pendant une période initiale de 28 ans, renouvelable pendant une période n’excédant pas 67 ans. Ce droit de renouvellement passe aux héritiers de l’auteur. Au décès, avant la période de renouvellement, d’un auteur qui a assigné ses droits, l’assignataire ne peut continuer de faire usage de l’œuvre que si les successeurs de l’auteur transfèrent le droit de renouvellement à dit assignataire. La loi prévoit des moyens légaux et équitable en cas de violation du droit d’auteur : un ordre du juge formulé en des termes que le Tribunal estime raisonnables pour prévenir ou empêcher une violation du droit d’auteur, et aussi, au choix du titulaire du droit d’auteur : (1) soit le dommage établi du titulaire du droit d’auteur et tous les profits additionnels obtenus par le défendeur, ou (2) soit les dommages spécifiquement prévus par la loi.
Le délai pour agir est de trois ans dès la commission de l’acte portant atteinte au droit d’auteur. En droit d’auteur, chaque violation fait partir un nouveau délai de trois ans, mais ce nouveau délai ne permettra au titulaire des droits de ne se plaindre que de ce qui n’est pas déjà prescrit. La présente affaire porte sur les droits d’auteur relatifs à un film relativement ancien et célèbre. L’un des deux auteurs décéda pendant la durée de protection initiale, de sorte que ses droits de renouvellement passèrent à ses héritiers, et non pas à la compagnie cinématographique qui avait acquis les droits sur le film. L’héritière de l’auteur décédé (sa sœur), renouvela valablement son droit d’auteur. 7 ans plus tard, elle avisa la compagnie cinématographique de ses droits d’héritière. Elle allégua qu’ils étaient violés par la compagnie cinématographique, et elle menaça d’ouvrir action. Environ 9 ans plus tard, le 6 janvier 2009, elle ouvrit action en violation du droit d’auteur, concluant à ce qu’il soit mis fin à la violation alléguée de ses droits, et concluant à l’octroi d’une indemnité relativement aux actes postérieurs au 5 janvier 2006. Comme moyen de défense, la compagnie cinématographique invoqua la doctrine équitable dite « laches » et requit une jugement selon la procédure sommaire.
Aussi bien la cour de district fédérale que le Neuvième circuit jugèrent en faveur de la compagnie cinématographique, sur la base de la théorie dite « laches ».
A tort juge la Cour Suprême fédérale. En effet, la loi elle-même règlemente les cas d’actions tardives, en prévoyant un délai de prescription de 3 ans. Les actions tardives sont ainsi admises par le droit fédéral, qui limite leurs effets dans le cadre de ces 3 ans. Par ailleurs, s’il est jugé qu’une violation du droit d’auteur s’est produite durant ces 3 ans, le défendeur peut soustraire de ses profits les frais qu’il a encouru pour les générer. Aussi bien avant qu’après la fusion du droit matériel avec le droit de l’ »equity » en 1938, la Cour s’est montrée restrictive quant à l’acceptation de la théorie dite « laches ».
Le fait d’attendre avant de déposer une action en violation du droit d’auteur n’est pas critiquable. Attendre permet de déterminer si l’exploitation illicite de l’œuvre porte ou non préjudice. Le délai avant ouverture d’action permet au lésé de décider si un procès vaut la peine d’être introduit.
Le lésé qui ouvre action pour violation du droit d’auteur supporte le fardeau de la preuve.
Le besoin de preuves extrinsèques est réduit par le biais du mécanisme d’enregistrement, selon lequel le certificat et l’œuvre originale doivent être enregistrés avant qu’un titulaire ne puisse agir en violation de son droit d’auteur.
Il convient aussi de considérer que lorsqu’un titulaire d’un droit d’auteur, s’agissant de son inaction,  procède à des représentations intentionnellement trompeuses envers celui qui porte atteinte au droit d’auteur, et que ce dernier se fie à son détriment à ces représentations, le titulaire du droit d’auteur peut être complètement déchu de tout droit envers la personne trompée, selon la théorie de l’estoppel.
Dans des circonstances extraordinaires, la doctrine « laches » peut être invoquée avec succès, par exemple pour éviter que le Tribunal n’ordonne la destruction d’un bâtiment si le titulaire d’un droit sur le design architectural du bâtiment a tardé à agir et que le bâtiment est construit lorsque le titulaire se manifeste. Il en va de même si le titulaire des droits, informés de la rédaction d’un ouvrage qui porte atteinte à ses droits, attend de manière inexplicable que l’ouvrage soit publié pour ouvrir action. Le Tribunal n’ordonnera pas la destruction totale des ouvrages.
En l’espèce, rien n’empêche la titulaire des droits de demander au Tribunal la cessation pour l’avenir de la violation de ses droits d’auteur et le versement des profits nets tirés de la violation pendant les 3 années précédentes. La cause est donc renvoyée à l’autorité de première instance pour nouveau jugement. Si la recourante parvient à faire reconnaître l’existence d’une violation de ses droits, le Tribunal, en se prononçant sur la question de l’ordonnance de cessation de la violation et sur la question des dommages-intérêts, pourra tenir compte du délai avant ouverture d’action, pourra déterminer dans quelle mesure la compagnie cinématographique s’est fondée sur l’absence d’action pour poursuivre l’exploitation de l’œuvre, mais devra aussi considérer que dite compagnie connaissait la revendication extrajudiciaire de la recourante, de sorte qu’elle aurait pu agir en constatation de droit. L’autorité pourra aussi tenir compte des profits réalisés qui découlent non de l’œuvre mais de la notoriété de la compagnie cinématographique. Enfin, l’autorité pourra tenir compte de toutes autres considérations relevantes.

No comments:

Post a Comment