Thursday, June 23, 2016

Birchfield v. North Dakota, Docket 14-1468

Fourth Amendment (unreasonable search): Probable cause: Search incident to arrest doctrine: Drunk-driving: Warrant: Exigent circumstances exception: Blood and breath tests: Common law: The cases now before us involve laws that (…) make it a crime for a motorist to refuse to be tested after being lawfully arrested for driving while impaired. The question presented is whether such laws violate the Fourth Amendment’s prohibition against unreasonable searches.

(And in practice all breath testing machines used for evidentiary purposes must be approved by the National Highway Traffic Safety Administration. See 1 H. Cohen & J. Green, Apprehending and Prosecuting the Drunk Driver §7.04[7] (LexisNexis 2015)).

(Today, “all 50 States have adopted implied consent laws that require motorists, as a condition of operating a motor vehicle within the State, to consent to BAC (blood alcohol concentration) testing if they are arrested or otherwise detained on suspicion of a drunk-driving offense.” Missouri v. McNeely, 569 U. S. ___, ___ (2013) (plurality opinion) (slip op., at 18)).

We granted certiorari (…), in order to decide whether motorists lawfully arrested for drunk driving may be convicted of a crime or otherwise penalized for refusing to take a warrantless test measuring the alcohol in their bloodstream.

We (…) begin by considering whether the searches demanded in these cases were consistent with the Fourth Amendment.

The Amendment (…) prohibits “unreasonable searches,” and our cases establish that the taking of a blood sample or the administration of a breath test is a search. See Skinner v. Railway Labor Executives’ Assn., 489 U. S. 602, 616–617 (1989); Schmerber v. California, 384 U. S. 757, 767–768 (1966). The question, then, is whether the warrantless searches at issue here were reasonable. See Vernonia School Dist. 47J v. Acton, 515 U. S. 646, 652 (1995) (“As the text of the Fourth Amendment indicates, the ultimate measure of the constitutionality of a governmental search is ‘reasonableness’”).

The exigent circumstances exception allows a warrantless search when an emergency leaves police insufficient time to seek a warrant. Michigan v. Tyler, 436 U. S. 499, 509 (1978). It permits, for instance, the warrantless entry of private property when there is a need to provide urgent aid to those inside, when police are in hot pursuit of a fleeing suspect, and when police fear the imminent destruction of evidence. King, at 460.

In Schmerber v. California, we held that drunk driving may present such an exigency. There, an officer directed hospital personnel to take a blood sample from a driver who was receiving treatment for car crash injuries. 384 U. S., at 758. The Court concluded that the officer “might reasonably have believed that he was confronted with an emergency” that left no time to seek a warrant because “the percentage of alcohol in the blood begins to diminish shortly after drinking stops.” Id., at 770. On the specific facts of that case, where time had already been lost taking the driver to the hospital and investigating the accident, the Court found no Fourth Amendment violation even though the warrantless blood draw took place over the driver’s objection. Id., at 770–772. More recently, though, we have held that the natural dissipation of alcohol from the bloodstream does not al­ways constitute an exigency justifying the warrantless taking of a blood sample. That was the holding of Mis­souri v. McNeely, 569 U. S. ___, where the State of Missouri was seeking a per se rule that “whenever an officer has probable cause to believe an individual has been driving under the influence of alcohol, exigent circumstances will necessarily exist because BAC evidence is inherently evanescent.” Id., at ___ (opinion of the Court) (slip op., at 8). We disagreed, emphasizing that Schmerber had adopted a case-specific analysis depending on “all of the facts and circumstances of the particular case.” 569 U. S., at ___ (slip op., at 8). We refused to “depart from careful case-by-case assessment of exigency and adopt the categorical rule proposed by the State.” Id., at ___ (slip op., at 9).

We (…) consider how the search-incident-to-arrest doctrine applies to breath and blood tests incident to such arrests.

(…) A search may be made of the person of the arrestee by virtue of the lawful arrest. (…) A search may be made of the area within the control of the arrestee. 414 U. S., at 224. After a thorough review of the relevant common law history, we repudiated “case-by-case adjudication” of the question whether an arresting officer had the authority to carry out a search of the arrestee’s person. Id., at 235. The permissibility of such searches, we held, does not depend on whether a search of a particular arrestee is likely to protect officer safety or evidence: “The authority to search the person incident to a lawful custodial arrest, while based upon the need to disarm and to discover evidence, does not depend on what a court may later decide was the probability in a particular arrest situation that weapons or evidence would in fact be found upon the person of the suspect.” Ibid. Instead, the mere “fact of the lawful arrest” justifies “a full search of the person.” Ibid. In Robinson itself, that meant that police had acted permissibly in searching inside a package of cigarettes found on the man they arrested. Id., at 236. Our decision two Terms ago in Riley v. California, 573 U. S. ___ (2014), reaffirmed “Robinson’s categorical rule” and explained how the rule should be applied in situations that could not have been envisioned when the Fourth Amendment was adopted. Id., at ___ (slip op., at 9). Riley concerned a search of data contained in the memory of a modern cell phone. “Absent more precise guidance from the founding era,” the Court wrote, “we generally determine whether to exempt a given type of search from the warrant requirement ‘by assessing, on the one hand, the degree to which it intrudes upon an individual’s privacy and, on the other, the degree to which it is needed for the promotion of legitimate governmental interests.’” Ibid.

Blood and breath tests to measure blood alcohol concentration are not as new as searches of cell phones, but here, as in Riley, the founding era does not provide any definitive guidance as to whether they should be allowed incident to arrest. Lacking such guidance, we engage in the same mode of analysis as in Riley: we examine “the degree to which they intrude upon an individual’s privacy and . . . the degree to which they are needed for the promotion of legitimate governmental interests.’” Ibid.

Years ago we said that breath tests do not “implicate significant privacy concerns.” Skinner, 489 U. S., at 626. That remains so today. (…) Humans have never been known to assert a possessory interest in or any emotional attachment to any of the air in their lungs. The air that humans exhale is not part of their bodies. Exhalation is a natural process—indeed, one that is necessary for life. Humans cannot hold their breath for more than a few minutes, and all the air that is breathed into a breath analyzing machine, including deep lung air, sooner or later would be exhaled even without the test. See generally J. Hall, Guyton and Hall Textbook of Medical Physiology 519–520 (13th ed. 2016).

Blood tests are a different matter. They “require piercing the skin” and extract a part of the subject’s body. Skinner, supra, at 625; see also McNeely, 569 U. S., at ___ (opinion of the Court) (slip op., at 4) (blood draws are “a compelled physical intrusion beneath the defendant’s skin and into his veins”); id., at ___ (opinion of ROBERTS, C. J.) (slip op., at 9) (blood draws are “significant bodily intrusions”). And while humans exhale air from their lungs many times per minute, humans do not continually shed blood. In addition, a blood test, unlike a breath test, places in the hands of law enforcement authorities a sample that can be preserved and from which it is possible to extract information beyond a simple BAC reading. Even if the law enforcement agency is precluded from testing the blood for any purpose other than to measure BAC, the potential remains and may result in anxiety for the person tested.

Search warrants protect privacy in two main ways. First, they ensure that a search is not carried out unless a neutral magistrate makes an independent determination that there is probable cause to believe that evidence will be found. See, e.g., Riley, 573 U. S., at ___ (slip op., at 5). Second, if the magistrate finds probable cause, the warrant limits the intrusion on privacy by specifying the scope of the search—that is, the area that can be searched and the items that can be sought. United States v. Chadwick, 433 U. S. 1, 9 (1977), abrogated on other grounds, Acevedo, 500 U. S. 565.

Having assessed the effect of BAC tests on privacy interests and the need for such tests, we conclude that the Fourth Amendment permits warrantless breath tests incident to arrests for drunk driving. The impact of breath tests on privacy is slight, and the need for BAC testing is great.
We reach a different conclusion with respect to blood tests. Blood tests are significantly more intrusive, and their reasonableness must be judged in light of the availability of the less invasive alternative of a breath test. Respondents have offered no satisfactory justification for demanding the more intrusive alternative without a warrant.

Nothing prevents the police from seeking a warrant for a blood test when there is sufficient time to do so in the particular circumstances or from relying on the exigent circumstances exception to the warrant requirement when there is not. See McNeely, 569 U. S., at ___–___ (slip op., at 22–23).

(it is possible to extract a blood sample from a subject who forcibly resists, but many States reasonably prefer not to take this step. See, e.g., Neville, 459 U. S., at 559–560. North Dakota, for example, tells us that it generally opposes this practice because of the risk of dangerous altercations between police officers and arrestees in rural areas where the arresting officer may not have backup. Brief for Respondent in No. 14–1468, p. 29. Under current North Dakota law, only in cases involving an accident that results in death or serious injury may blood be taken from arrestees who resist. Compare N. D. Cent. Code Ann.§§39–20–04(1), 39–20–01, with §39–20–01.1.).

(A breath test may also be ineffective if an arrestee deliberately attempts to prevent an accurate reading by failing to blow into the tube for the requisite length of time or with the necessary force. But courts have held that such conduct qualifies as a refusal to undergo testing, e.g., Andrews v. Turner, 52 Ohio St. 2d 31, 36–37, 368 N. E. 2d 1253, 1256–1257 (1977); In re Kunneman, 501 P. 2d 910, 910–911 (Okla. Civ. App. 1972); see generally 1 Erwin §4.08[2] (collecting cases), and it may be prosecuted as such. And again, a warrant for a blood test may be sought).

Because breath tests are significantly less intrusive than blood tests and in most cases amply serve law enforcement interests, we conclude that a breath test, but not a blood test, may be administered as a search incident to a lawful arrest for drunk driving. As in all cases involving reasonable searches incident to arrest, a warrant is not needed in this situation.

Secondary sources: R. Erwin, Defense of Drunk Driving Cases §§17.03–17.04 (3d ed. 2015) (Erwin); H. Cohen & J. Green, Apprehending and Prosecuting the Drunk Driver §7.04[7] (LexisNexis 2015); W. Cuddihy, The Fourth Amendment: Origins and Original Meaning: 602–1791, p. 420 (2009).

(U.S.S.C., June 23, 2016, Birchfield v. North Dakota, Docket 14-1468, J. Alito).

Quatrième Amendement (unreasonable search) : en relation avec les tests d’haleine et de sang effectués par la Police après avoir arrêté un conducteur de véhicule automobile qui présente des signes d’ébriété :

La présente espèce pose la question de savoir ce qu’il en est de la constitutionnalité (sous l’angle du Quatrième Amendement) d’une loi qui qualifie de crime le refus d’un conducteur de refuser l’un de ces tests après avoir été arrêté – conformément au droit – pour avoir conduit sous influence.

(Aujourd’hui, les 50 états ont adopté des lois de consentement implicite qui imposent aux conducteurs, comme condition permettant de conduire un véhicule à moteur à l’intérieur des frontières de l’état, de consentir à un test mesurant le taux d’alcool dans le sang en cas d’arrestation pour suspicion de conduite en état d’ébriété).

La Cour doit donc décider en l’espèce si une personne arrêtée conformément au droit pour avoir conduit en état d’ébriété peut être pénalement condamnée ou autrement pénalisée pour avoir refusé de se soumettre à un test mesurant la concentration d’alcool dans le sang, test ordonné sans Warrant.

La première question à se poser consiste à se demander si les « searches » sollicités en l’espèce sont de celles contemplées par le Quatrième Amendement.

Cet Amendement prohibe les « searches » qui ne sont pas raisonnables, et la Cour a déjà jugé qu’une prise de sang ou l’administration d’un test d’haleine constitue une « search ». Ainsi la question déterminante revient à se demander si les « searches » sans Warrants conduits en l’espèce étaient ou non raisonnables. En effet, comme l’indique le texte du Quatrième Amendement, la mesure ultime de la constitutionnalité d’une « search » d’un officier public est son caractère raisonnable ou non.

L’exception des circonstances exigeantes permet une « search » sans Warrant quand une urgence ne laisse pas à la Police un temps suffisant pour requérir un Warrant. L’exception permet par exemple à la Police d’entrer sans Warrant dans une propriété privée en cas de besoin d’apporter une aide urgente à ceux restés à l’intérieur. Elle permet aussi à la Police d’intervenir en cas de poursuite d’un suspect en fuite (« hot pursuit »), ou encore quand la Police craint la destruction imminente de moyens de preuves.

Dans sa décision Schmerber v. California,( 384 U. S., at 758) la Cour jugea que conduire en état d’ébriété pouvait impliquer l’exception de circonstances exigeantes. Dans cette affaire, un officier de Police avait requis le personnel de l’Hôpital de prélever du sang d’un automobiliste en traitement suite à un accident de circulation. La Cour observa que l’Officier pouvait raisonnablement avoir cru qu’il était confronté à une urgence qui ne laissait pas le temps de solliciter un Warrant parce que le pourcentage d’alcool dans le sang commence à diminuer peu après la fin de la consommation d’alcool. Considérant les faits spécifiques de l’affaire, quand du temps à déjà été perdu pour conduire le conducteur à l’Hôpital et pour procéder à des investigations sur le lieu de l’accident, la Cour ne trouva nulle violation du Quatrième Amendement même si la prise de sang sans Warrant avait été faite malgré l’opposition du conducteur.

Plus récemment, cependant, la Cour a jugé que la dissipation naturelle de l’alcool dans le sang ne constituait pas dans tous les cas une situation qui justifiait une prise de sang sans Warrant. Ainsi, dans la décision Missouri v. McNeely, l’état du Missouri a conclu à l’adoption d’une « per se rule » selon laquelle chaque fois qu’un officier de Police disposait d’une cause suffisante (« probable cause ») de croire qu’une personne conduisait sous l’influence de l’alcool, le principe des circonstances exigeantes existera nécessairement du fait que la preuve du taux d’alcool dans le sang est de manière inhérente évanescente. La Cour refusa de faire siennes les conclusions de l’état du Missouri à cet égard, remarquant que la décision Schmerber avait adopté une analyse au cas par cas qui dépendait de tous les faits et circonstances de l’espèce. La Cour refuse donc ici de se départir du principe d’une analyse soigneuse au cas par cas dans le cadre de l’exception des circonstances exigeantes, et refuse ainsi d’adopter la règle catégorique proposée par l’état du Missouri.

La Cour considère ensuite comment la doctrine de la « search » incidente à une arrestation s’applique aux tests d’haleine et de sang incidents à de telles arrestations.

Une « search » de la personne arrêtée peut être effectuée suite à une arrestation conforme au droit. Par ailleurs, une « search » peut être effectuée aux alentours, dans la zone de contrôle de la personne arrêtée. Après un examen complet de l’analyse de ces questions par la Common law, la Cour dans un premier temps répudie un examen au cas par cas de la question de savoir si un officier de Police qui procède à une arrestation dispose de l’autorité de procéder à une « search » de la personne arrêtée.

La légalité de telles « searches » ne dépend pas de savoir si la « fouille » de la personne arrêtée est vraisemblablement de nature à protéger la sécurité de l’officier de police ou la découverte de preuves. La Cour veut ainsi éviter que la légalité de telles « searches » ne dépende de l’appréciation ultérieure d’un Tribunal quant à la probabilité de trouver dans un cas particulier soit des armes soit des moyens de preuves. Par conséquent, le seul fait d’une arrestation justifiée autorise une fouille complète de la personne. Par exemple, la Police peut regarder ce que contient un paquet de cigarettes. La décision Riley v. California, 573 U. S. ___ (2014) concernait une “search” de données contenues dans la mémoire d’un téléphone portable moderne. La Cour a jugé qu’en l’absence d’une guidance plus précise de l’époque de la rédaction de la Constitution, il convenait généralement de dispenser de Warrant une « search » particulière en déterminant, d’une part, le degré avec lequel l’intimité de la personne est touchée, et d’autre part le degré de nécessité de la « search » à la lumière de la promotion des intérêts gouvernementaux légitimes.

Les tests de sang et d’haleine pour mesurer la concentration d’alcool dans le sang ne sont pas aussi récents que les recherches de données dans des téléphones mobiles, mais en l’espèce, comme dans la décision Riley, l’époque de l’établissement de la Constitution n’apporte pas de guidance déterminante quant à savoir si ces tests peuvent être admis de manière incidente à une arrestation. Dès lors, la Cour procède à la même analyse que dans la décision Riley (intérêts privés / intérêts gouvernementaux).

La Cour a déjà jugé, et juge en l’espèce, que les tests d’haleine n’impliquent guère d’intérêts privés significatifs. Les êtres humains ne sont pas connus pour avoir revendiqué un intérêt possessoire sur, ou pour être émotionnellement attachés à, l’air contenu dans leurs poumons. L’air expiré par les êtres humains ne fait pas partie de leur corps. L’expiration est un processus naturel, nécessaire pour vivre. Les êtres humains ne peuvent pas retenir leur respiration pendant plus de quelques minutes, et la totalité de l’air qui est expiré dans une machine, y compris l’air contenu dans les profondeurs des poumons, sera tôt ou tard expiré.

Le test de la prise de sang est une autre affaire. Il exige de percer la peau et d’extraire une partie du corps humain du sujet. Il s’agit d’une intrusion significative dans le corps humain. En outre, un échantillon de sang peut être préservé et des informations autres que le taux d’alcool peuvent être obtenues. Et même s’il est interdit à l’administration d’extraire d’autres informations de l’échantillon de sang, un potentiel d’abus demeure, pouvant générer de l’anxiété chez la personne testée.

Les Warrants protègent la sphère privée de deux manières principales : tout d’abord, ils permettent de s’assurer qu’une fouille ne sera pas conduite à moins qu’un magistrat neutre ne détermine de manière indépendante qu’il existe une « cause probable » de croire qu’un moyen de preuve sera trouvé. Ensuite, si le magistrat reconnaît l’existence d’une « cause probable », le Warrant restreint l’intrusion dans la sphère privée en spécifiant les limites de la fouille, soit en délimitant le territoire qui peut être fouillé et les objets qui peuvent être recherchés.

Après avoir analysé les effets des tests précités sur les intérêts privés, à la lumière de l’intérêt public, la Cour conclut que le Quatrième Amendement permet les tests d’haleine sans Warrant accessoires à une arrestation pour conduite en état d’ébriété. L’impact des test d’haleine sur la sphère privée est faible, et le besoin de ces tests est important.

La Cour conclut différemment s’agissant des tests de sang. Ces tests sont significativement plus intrusifs, et leur caractère raisonnable doit être examiné à la lumière de la disponibilité de l’alternative moins invasive du test d’haleine.

Rien n’empêche la Police de requérir un Warrant portant sur un test sanguin quand le temps le permet, ou de se fonder sur l’exception des circonstances exigeantes permettant de se dispenser d’un Warrant quand le temps manque.

(Il est possible de prélever un échantillon sanguin d’un sujet qui oppose résistance, mais de nombreux états préfèrent raisonnablement ne pas s’engager dans cette voie. North Dakota, par exemple, fait savoir qu’il s’oppose généralement à cette pratique en raison du risque de provoquer de dangereuses altercations entre la Police et la personne arrêtée en région rurale, où l’officier de Police obtiendra difficilement du renfort. Selon le droit du North Dakota, le sang peut être prélevé d’une personne en état d’arrestation qui résiste qu’en cas d’accident mortel ou impliquant des lésions corporelles graves).

(Un test d’haleine peut aussi être dépourvu d’effet utile si la personne arrêtée tente délibérément d’empêcher une lecture correcte du résultat en ne soufflant pas dans le tube suffisamment longtemps ou avec la force nécessaire. Mais les Tribunaux ont jugé qu’une telle conduite équivaut à un refus de se soumettre au test, refus qui peut faire l’objet d’une poursuite pénale distincte. Et, encore une fois, un Warrant portant sur un test sanguin peut être sollicité).

En conclusion, les tests d’haleine sont significativement moins intrusifs que les tests de sang et dans la plupart des cas sont largement suffisants pour être utiles aux forces de Police et à la procédure pénale, de sorte que les tests d’haleine, mais pas les tests de sang, peuvent être administrés en tant que « search » accessoire à une arrestation conforme au droit pour conduite en état d’ébriété. Comme dans tous les cas impliquant une « search » raisonnable incidente à une arrestation, un Warrant n’est pas exigé.

No comments:

Post a Comment