Thursday, June 9, 2016

Williams v. Pennsylvania, Docket 15-5040

Ethics: recusal of a judge: Due Process Clause of the Fourteenth Amendment: Fourteenth Amendment: Bias: in this case, the Supreme Court of Pennsylvania vacated the decision of a postconviction court, which had granted relief to a prisoner convicted of first-degree murder and sentenced to death. One of the justices on the State Su­preme Court had been the district attorney who gave his official approval to seek the death penalty in the prisoner’s case. The justice in question denied the prisoner’s motion for recusal and participated in the decision to deny relief. The question presented is whether the justice’s denial of the recusal motion and his subsequent judicial participa­tion violated the Due Process Clause of the Fourteenth Amendment.

This Court’s precedents set forth an objective standard that requires recusal when the likelihood of bias on the part of the judge “‘is too high to be constitutionally tolera­ble.’” Caperton v. A. T. Massey Coal Co., 556 U. S. 868, 872 (2009) (quoting Withrow v. Larkin, 421 U. S. 35, 47 (1975)). Applying this standard, the Court concludes that due process compelled the justice’s recusal.

(…) During the trial, the prosecutor requested permission from her supervisors in the district attorney’s office to seek the death penalty against W. To support the request, she prepared a memorandum setting forth the details of the crime, information supporting two statutory aggravating factors, and facts in mitigation. After review­ing the memorandum, the then-district attorney of Phila­delphia, Ronald Castille, wrote this note at the bottom of the document: “Approved to proceed on the death penalty.”

(…) Over a period of 26 years, W.’s conviction and sentence were upheld on direct appeal, state postconviction review, and federal habeas review.

(…) The Philadelphia Court of Common Pleas, identified in the proceedings below as the PCRA court, held an eviden­tiary hearing on W.’s claims (…) These documents included the trial prosecutor’s sentencing memorandum, bearing then-District Attorney Castille’s authorization to pursue the death penalty. Based on the Commonwealth’s files and the evidentiary hearing, the PCRA court found that the trial prosecutor had suppressed material, excul­patory evidence in violation of Brady v. Maryland, 373 U. S. 83 (1963), and engaged in “prosecutorial gamesman­ship.” App. 168a. The court stayed W.’s execution and ordered a new sentencing hearing.

Seeking to vacate the stay of execution, the Common­wealth submitted an emergency application to the Penn­sylvania Supreme Court. By this time, almost three dec­ades had passed since W.’s prosecution. Castille had been elected to a seat on the State Supreme Court and was serving as its chief justice. W. filed a response to the Commonwealth’s application. The disclosure of the trial prosecutor’s sentencing memorandum in the PCRA proceedings had alerted W. to Chief Justice Cas­tille’s involvement in the decision to seek a death sentence in his case. For this reason, W. also filed a motion asking Chief Justice Castille to recuse himself or, if he declined to do so, to refer the recusal motion to the full court for decision. The Commonwealth opposed Williams’s recusal motion. Without explanation, Chief Justice Cas­tille denied the motion for recusal and the request for its referral. Two days later, the Pennsylvania Supreme Court denied the application to vacate the stay and ordered full briefing on the issues raised in the appeal. The State Supreme Court then vacated the PCRA court’s order granting penalty-phase relief and reinstated Williams’s death sentence. Chief Justice Castille and Justices Baer and Stevens joined the majority opinion written by Justice Eakin. Justices Saylor and Todd concurred in the result without issuing a separate opinion. See ___ Pa. ___, ___, 105 A. 3d 1234, 1245 (2014).

Two weeks after the Pennsylvania Supreme Court decided Williams’s case, Chief Justice Castille retired from the bench. This Court granted Williams’s petition for certiorari. 576 U. S. ___ (2015).

The Court now holds that under the Due Process Clause there is an impermissible risk of actual bias when a judge earlier had significant, personal involvement as a prosecutor in a critical decision regard­ing the defendant’s case.

Due process guarantees “an absence of actual bias” on the part of a judge. In re Murchison, 349 U. S. 133, 136 (1955). Bias is easy to attribute to others and difficult to discern in oneself. To establish an enforceable and workable framework, the Court’s precedents apply an objective standard that, in the usual case, avoids having to deter­mine whether actual bias is present. The Court asks not whether a judge harbors an actual, subjective bias, but instead whether, as an objective matter, “the average judge in his position is ‘likely’ to be neutral, or whether there is an unconstitutional ‘potential for bias.’” Caperton, 556 U. S., at 881. Of particular relevance to the in­stant case, the Court has determined that an unconstitu­tional potential for bias exists when the same person serves as both accuser and adjudicator in a case. See Murchison, 349 U. S., at 136–137. This objective risk of bias is reflected in the due process maxim that “no man can be a judge in his own case and no man is permitted to try cases where he has an interest in the outcome.” Id., at 136.

The due process guarantee that “no man can be a judge in his own case” would have little substance if it did not disqualify a former prosecutor from sitting in judgment of a prosecution in which he or she had made a critical deci­sion. (…) the judge’s “own personal knowledge and impression” of the case, acquired through his or her role in the prosecution, may carry far more weight with the judge than the parties’ arguments to the court. (…) a judge who had an earlier involvement in a prosecution might have been just one of several prosecutors working on the case at each stage of the proceedings; the prosecu­tor’s immediate role might have been limited to a particu­lar aspect of the prosecution; and decades might have passed before the former prosecutor, now a judge, is called upon to adjudicate a claim in the case. These factual differences notwithstanding, the constitu­tional principles explained in Murchison are fully applica­ble where a judge had a direct, personal role in the de­fendant’s prosecution. The involvement of other actors and the passage of time are consequences of a complex criminal justice system, in which a single case may be litigated through multiple proceedings taking place over a period of years. This context only heightens the need for objective rules preventing the operation of bias that oth­erwise might be obscured.

This leads to the question whether Chief Justice Cas­tille’s authorization to seek the death penalty against W. amounts to significant, personal involvement in a critical trial decision. The Court now concludes that it was a significant, personal involvement; and, as a result, Chief Justice Castille’s failure to recuse from Williams’s case presented an unconstitutional risk of bias. As an initial matter, there can be no doubt that the decision to pursue the death penalty is a critical choice in the adversary process. Indeed, after a defendant is charged with a death-eligible crime, whether to ask a jury to end the defendant’s life is one of the most serious dis­cretionary decisions a prosecutor can be called upon to make. Nor is there any doubt that Chief Justice Castille had a significant role in this decision. Without his express authorization, the Commonwealth would not have been able to pursue a death sentence against W.

The potential conflict of interest posed by the PCRA court’s findings illustrates the utility of statutes and professional codes of conduct that “provide more protection than due process requires.” Caperton, 556 U. S., at 890.

Most ques­tions of recusal are addressed by more stringent and detailed ethical rules, which in many jurisdictions already require disqualification under the circumstances of this case. See Brief for American Bar Association as Amicus Curiae 5, 11–14; see also ABA Model Code of Judicial Conduct Rules 2.11(A)(1), (A)(6)(b) (2011) (no judge may participate “in any proceeding in which the judge’s impar­tiality might reasonably be questioned,” including where the judge “served in governmental employment, and in such capacity participated personally and substantially as a lawyer or public official concerning the proceeding”); ABA Center for Professional Responsibility Policy Imple­mentation Comm., Comparison of ABA Model Judicial Code and State Variations (Dec. 14, 2015), available at (as last visited June 7, 2016) (28 States have adopted language similar to ABA Model Judicial Code Rule 2.11); 28 U. S. C. §455(b)(3) (recusal required where judge “has served in governmental employment and in such capacity partici­pated as counsel, adviser or material witness concerning the proceeding”).

Both the appearance and reality of impartial justice are necessary to the public legitimacy of judicial pronouncements and thus to the rule of law itself. When the objective risk of actual bias on the part of a judge rises to an unconstitutional level, the fail­ure to recuse cannot be deemed harmless.

(U.S.S.C., June 9, 2016, Williams v. Pennsylvania, Docket 15-5040, J. Kennedy, opinion in which J.J. Ginsburg, Breyer, Sotomayor, and Kagan, joined. C.J. Roberts and JJ. Alito and Thomas dissenting).

Règles d’éthique, récusation d’un juge dans une affaire où il avait antérieurement officié comme procureur. En l’espèce, la cour suprême de l’état de Pennsylvanie annula une décision rendue par une cour inférieure, laquelle avait statué en faveur d’un prisonnier condamné à mort (dite condamnation résultant d’un Jugement rendu 26 ans plus tôt par une cour de l’état). L’un des Juges de la cour suprême de l’état était l’un des Procureurs qui avait officiellement autorisé son adjoint en charge du dossier de requérir la peine capitale dans la procédure conduite 26 ans plus tôt. Ce Juge rejeta la requête de récusation déposée par le prisonnier, et participa à la décision au fond rendue par la cour suprême. La question juridique consiste à déterminer si le refus de récusation et la participation ultérieure au procès en tant que Juge portait ou non atteinte à la Clause du droit à un procès équitable au sens du Quatorzième Amendement de la Constitution fédérale.

La jurisprudence de la Cour Suprême fédérale a institué un standard objectif qui impose récusation dès que la vraisemblance d’impartialité du Juge est trop élevée pour être constitutionnellement tolérable. Appliquant ce standard, la Cour juge en l’espèce que la Clause « Due Process » impose la récusation du magistrat concerné.

La Cour rappelle les circonstances ayant mené au premier Jugement condamnatoire, 26 ans avant la décision de la cour suprême de Pennsylvanie : pendant la procédure pénale, le Procureur directement en charge de l’accusation demanda à son supérieur, le Procureur de district, l’autorisation de requérir la peine capitale. A l’appui de sa demande, elle avait préparé un mémorandum relatant les détails du crime, relevant deux facteurs aggravants résultant de la loi, et décrivant les circonstances atténuantes. Après lecture du mémorandum, le Procureur de district inscrivit la note suivante au pied du document : « la réquisition de la peine capitale est approuvée ». Dite peine fut prononcée. Pendant la période de 26 ans qui suivit, le Jugement condamnatoire et la peine furent confirmés par les instances de recours de l’état, ainsi qu’en procédure d’Habeas fédérale.

Dans le cadre de sa dernière tentative de révision de sa condamnation et de sa peine, W. saisit la Philadelphia Court of Common Pleas. Ce Tribunal a tenu une audience de preuve. Après nouvel examen du dossier, et suite à l’audience, le Tribunal jugea que le Procureur en charge du dossier lors de la première procédure condamnatoire avait éliminé des pièces et des preuves exculpatoires, en violation de la jurisprudence Brady (1963). Par conséquent, le Tribunal suspendit l’exécution de W. et ordonna une nouvelle audience de condamnation ou libération.

L’état de Pennsylvanie déposa alors une requête urgente devant la cour suprême de cet état, concluant à l’annulation de la décision de la Court of Common Pleas. Le Chief Justice de la cour suprême de l’état n’était autre que le Procureur ayant officié 26 ans auparavant comme Procureur de district, et ayant à ce titre approuvé la réquisition de la peine de mort en signant le mémorandum précité. W. déposa une réponse à la requête et demanda au Juge, ancien Procureur, de se récuser, ou, s’il n’entend pas se récuser, de soumettre la demande de récusation à la cour suprême de l’état, pour décision à ce sujet. Sans explications, le Juge concerné rejeta la requête de récusation ainsi que la requête de soumission au plenum. Deux jours plus tard, la cour suprême de Pennsylvanie rejeta la requête en annulation de la suspension de l’exécution de la peine, et ordonna aux parties la production d’argumentaires portant sur les questions soulevées dans le recours. Ultérieurement, dite cour suprême annula la décision rendue par la Court of Common Pleas en ce qu’elle faisait droit aux conclusions de W. sur la fixation de la peine, et réinstaura la condamnation de W. à la peine capitale. Le Juge concerné et deux de ses collègues rejoignirent l’opinion rendue par la majorité et rédigée par une quatrième collègue. Deux autres Juges se sont joint au dispositif, sans toutefois rédiger des considérants séparés.

Deux semaines après la décision rendue par la cour suprême de Pennsylvanie, le Juge concerné quitta ce Tribunal. Sur recours de W., la Cour Suprême fédérale accepta de se saisir de l’affaire.

En résumé, la Cour Suprême fédérale juge en l’espèce que selon la « Due Process Clause », il existe un risque inadmissible de partialité concrète lorsqu’un Juge, dans le passé, s’est personnellement et de manière significative impliqué, comme Procureur, dans la prise d’une décision essentielle s’agissant du dossier du prévenu ou condamné.

Les garanties découlant de la Clause de « Due Process » impliquent l’absence d’une partialité concrète de la part d’un Juge. La partialité est facile à attribuer à d’autres et difficile à discerner dans son propre cas. En vue d’établir un cadre utilisable, la jurisprudence de la Cour applique un standard objectif qui, dans la plupart des cas, permet d’éviter d’avoir à déterminer si une partialité concrète existe ou non. La Cour ne se demande pas si un Juge montre une partialité concrète et subjective, mais elle se demande, objectivement, si un Juge ordinaire, dans une position identique, serait vraisemblablement neutre, ou s’il existe un potentiel inconstitutionnel d’impartialité. S’agissant d’affaires analogues à la présente, la Cour a jugé qu’un potentiel inconstitutionnel de partialité existe quand la même personne officie à la fois comme procureur et comme juge. Ce risque objectif de partialité se reflète dans la maxime découlant de la Clause de « Due Process », selon laquelle personne ne peut être juge de sa propre affaire, et nul ne saurait juger des affaires dans lesquelles il dispose d’un intérêt quant au résultat.

La garantie du droit à un procès équitable stipulant que nul ne saurait être juge de sa propre affaire n’aurait que peu de substance si elle ne disqualifiait pas un ancien Procureur de siéger comme Juge dans une affaire où il était par le passé le Procureur, ayant rendu à ce titre une décision essentielle. (…) Les connaissances et impressions personnelles qu’à ce Juge de l’affaire, acquises de par son rôle dans l’accusation, peuvent peser bien davantage sur le Juge que les mémoires et plaidoiries des parties. Il est vrai qu’un Juge impliqué par la passé en tant que Procureur dans une affaire peut n’avoir été que l’un des divers Procureurs ayant travaillé le dossier durant les différentes phases de la procédure pénale. Le rôle immédiat du Procureur concerné peut avoir été limité à un aspect particulier de l’accusation. Et des dizaines d’années peuvent avoir passé avant qu’un ancien Procureur, maintenant Juge, ne soit appelé à juger une affaire. Malgré ces considérations, les principes constitutionnels déduits de la jurisprudence de la Cour sont pleinement applicables à un juge a exercé un rôle direct et personnel dans l’ancienne poursuite pénale de l’ancien prévenu. L’implication d’autres acteurs et le passage du temps sont les conséquences d’un système de justice pénale complexe, au sein duquel un cas peut faire l’objet de plusieurs procédures pendant plusieurs années. Ce contexte rend plus nécessaire encore le besoin de règles objectives, prévenant toutes inclusions de partialité, autrement difficiles à discerner.

Ces considérations conduisent à se demander si l’autorisation de requérir la peine capitale, que le Juge Castille avait donnée en tant que Procureur, équivaut à une implication significative et personnelle dans une phase critique de la procédure pénale. La Cour juge en l’espèce que tel était bien le cas. En conséquence, le refus du Juge de se récuser présentait un risque d’impartialité contraire à la Constitution fédérale. En effet, il est hors de doute que la décision de requérir la peine capitale constitue un choix critique dans une procédure contentieuse. Après qu’un prévenu ait été condamné pour des infractions susceptibles d’être sanctionnées par la peine capitale, décider ou non de requérir cette peine et demander au Jury de la prononcer est une des plus sérieuses décisions discrétionnaires qu’un Procureur soit susceptible de rendre. Et sans l’autorisation du Juge Castille de requérir dite peine, l’accusation était dépourvue d’un autre moyen de pouvoir la requérir.

Cette affaire illustre en outre l’utilité des règles de conduite et d’éthique légales ou professionnelles, lesquelles présentent normalement une protection plus étendue que la « Due Process Clause ». Ainsi l’ABA Model Code of Judicial Conduct Rules dispose qu’aucun juge ne peut participer dans une procédure, alors qu’il avait par le passé servi comme employé public dans la même procédure, et qu’en cette qualité il avait personnellement et substantiellement servi en tant qu’avocat ou en tant qu’autorité publique. 28 états ont adopté une règle d’éthique similaire. Par ailleurs, 28 U.S.C. §455(b)(3) impose récusation quand le Juge a servi en tant qu’employé public et qu’en cette capacité il a officié comme avocat, conseiller ou comme témoin matériel dans la procédure.

Le Juge dont la récusation est demandée peut essayer de l’éviter en soutenant que le résultat de la procédure aurait été le même, récusation ou non (harmless defense). Mais la Cour remarque que l’apparence et la réalité d’une justice impartiale sont nécessaires à la légitimité des jugements aux yeux du public, ainsi qu’à la légitimité de la règle de droit elle-même. Quand le risque objectif de partialité du juge s’élève à un niveau inconstitutionnel, manquer à se récuser ne saurait être qualifié de « harmless », soit d’omission n’emportant aucun dommage.

No comments:

Post a Comment