Monday, June 13, 2016

United States v. Bryant, Docket 15-420, Ginsburg, unanimous

Indian Tribes: Domestic assault: Sixth Amendment (right of counsel): Fifth Amendment (Due Process): Indian Civil Rights Act of 1968: Habeas corpus (for Tribal-court defendants): Circuit split: Comity: In response to the high incidence of domestic violence against Native American women, Congress, in 2005, en­acted 18 U. S. C. §117(a), which targets serial offenders. Section 117(a) makes it a federal crime for any person to “commit a domestic assault within . . . Indian country” if the person has at least two prior final convictions for domestic violence rendered “in Federal, State, or Indian tribal court proceedings.” See Violence Against Women and Department of Justice Reauthorization Act of 2005 (VAWA Reauthorization Act), Pub. L. 109–162, §§901, 909, 119 Stat. 3077, 3084.

(“Indian country” is defined in 18 U. S. C. §1151 to encompass all land within any Indian reservation under federal jurisdiction, all dependent Indian communities, and all Indian allotments, the Indian titles to which have not been extinguished).

Respondent Bryant has multiple tribal-court convictions for domestic assault. For most of those convictions, he was sentenced to terms of imprisonment, none of them exceeding one year’s dura­tion.

The Sixth Amendment guarantees indigent defendants, in state and federal criminal proceedings, appointed coun­sel in any case in which a term of imprisonment is im­posed. Scott v. Illinois, 440 U. S. 367, 373–374 (1979). But the Sixth Amendment does not apply to tribal-court proceedings. See Plains Commerce Bank v. Long Family Land & Cattle Co., 554 U. S. 316, 337 (2008). The Indian Civil Rights Act of 1968 (ICRA), Pub. L. 90–284, 82 Stat.77, 25 U. S. C. §1301 et seq., which governs criminal pro­ceedings in tribal courts, requires appointed counsel only when a sentence of more than one year’s imprisonment is imposed. §1302(c)(2). Bryant’s tribal-court convictions, it is undisputed, were valid when entered. This case pre­sents the question whether those convictions, though uncounseled, rank as predicate offenses within the com­pass of §117(a). Our answer is yes. Bryant’s tribal-court convictions did not violate the Sixth Amendment when obtained, and they retain their validity when invoked in a §117(a) prosecution. That proceeding generates no Sixth Amendment defect where none previously existed.

(Tribal governments generally lack criminal jurisdiction over non-Indians who commit crimes in Indian country. See Oliphant v. Suquamish Tribe, 435 U. S. 191, 195 (1978). In the Violence Against Women Reauthorization Act of 2013, Congress amended ICRA to author­ize tribal courts to “exercise special domestic violence criminal jurisdic­tion” over certain domestic violence offenses committed by a non-Indian against an Indian. Pub. L. 113–4, §904, 127 Stat. 120–122 (codified at 25
U. S. C. §1304). Tribal courts’ exercise of this jurisdiction requires procedural safeguards similar to those required for imposing on Indian defendants sentences in excess of one year, including the unqualified right of an indigent defendant to appointed counsel. See §1304(d). We express no view on the validity of those provisions).

Although federal law generally governs in Indian country, Congress has long excluded from federal-court jurisdiction crimes committed by an Indian against another Indian. 18 U. S. C. §1152; see Ex parte Crow Dog, 109 U. S. 556, 572 (1883) (requiring “a clear expression of the intention of Congress” to confer federal jurisdiction over crimes committed by an Indian against another Indian). In the Major Crimes Act, Congress authorized federal jurisdiction over enumerated grave criminal offenses when the perpetrator is an Indian and the victim is “another Indian or other person,” including murder, manslaughter, and felony assault. §1153. At the time of §117(a)’s enactment, felony assault subject to federal prosecution required “serious bodily injury,” §113(a)(6) (2006 ed.), meaning “a substantial risk of death,” “extreme physical pain,” “protracted and obvious disfigurement,” or “protracted loss or impairment of the function of a bodily member, organ, or mental faculty.” §1365(h)(3) (incorporated through §113(b)(2)). In short, when §117(a) was before Congress, Indian perpetrators of domestic violence “escaped felony charges until they seriously injured or killed someone.” 151 Cong. Rec. 9062 (2005) (remarks of Sen. McCain).

As a result of the limitations on tribal, state, and federal jurisdiction in Indian country, serial domestic violence offenders, prior to the enactment of §117(a), faced at most a year’s imprisonment per offense—a sentence insufficient to deter repeated and escalating abuse. To ratchet up the punishment of serial offenders, Congress created the federal felony offense of domestic assault in Indian country by a habitual offender. §117(a) (2012 ed.); see No. 12– 30177 (CA9, July 6, 2015), App. to Pet. for Cert. 41a (Owens, J., dissenting from denial of rehearing en banc) (“Tailored to the unique problems . . . that American Indian and Alaska Native Tribes face, §117(a) provides felony- level punishment for serial domestic violence offenders, and it represents the first true effort to remove these recidivists from the communities that they repeatedly terrorize.”).

The section provides in pertinent part:

“Any person who commits a domestic assault within. . . Indian country and who has a final conviction on at least 2 separate prior occasions in Federal, State, or Indian tribal court proceedings for offenses that would be, if subject to Federal jurisdiction any assault, sexual abuse, or serious violent felony against a spouse or intimate partner . . . shall be fined . . . , imprisoned for a term of not more than 5 years, or both . . . .” §117(a)(1).

This case requires us to determine whether §117(a)’s inclusion of tribal-court convictions is compatible with the Sixth Amendment’s right to counsel. The Sixth Amend­ment to the U. S. Constitution guarantees a criminal defendant in state or federal court “the Assistance of Counsel for his defence.” See Gideon v. Wainwright, 372 U. S. 335, 339 (1963). This right, we have held, requires appointment of counsel for indigent defendants whenever a sentence of imprisonment is imposed. Argersinger v. Hamlin, 407 U. S. 25, 37 (1972). But an indigent defend­ant has no constitutional right to appointed counsel if his conviction results in a fine or other noncustodial punish­ment. Scott, 440 U. S., at 373–374.

“As separate sovereigns pre-existing the Constitution, tribes have historically been regarded as unconstrained by those constitutional provisions framed specifically as limitations on federal or state authority.” Santa Clara Pueblo v. Martinez, 436 U. S. 49, 56 (1978). The Bill of Rights, including the Sixth Amendment right to counsel, therefore, does not apply in tribal-court proceedings. See Plains Commerce Bank, 554 U. S., at 337.

In ICRA, however, Congress accorded a range of proce­dural safeguards to tribal-court defendants “similar, but not identical, to those contained in the Bill of Rights and the Fourteenth Amendment.” Martinez, 436 U. S., at 57; see id., at 62–63 (ICRA “modified the safeguards of the Bill of Rights to fit the unique political, cultural, and economic needs of tribal governments”). In addition to other enumerated protections, ICRA guarantees “due process of law,” 25 U. S. C. §1302(a)(8), and allows tribal-court defendants to seek habeas corpus review in federal court to test the legality of their imprisonment, §1303.

The right to counsel under ICRA is not coextensive with the Sixth Amendment right. If a tribal court imposes a sentence in excess of one year, ICRA requires the court to accord the defendant “the right to effective assistance of counsel at least equal to that guaranteed by the United States Constitution,” including appointment of counsel for an indigent defendant at the tribe’s expense. §1302(c)(1),(2). If the sentence imposed is no greater than one year, however, the tribal court must allow a defendant only the opportunity to obtain counsel “at his own expense.” §1302(a)(6). In tribal court, therefore, unlike in federal or state court, a sentence of imprisonment up to one year may be imposed without according indigent defendants the right to appointed counsel.

The question here presented: is it permissible to use uncounseled tribal-court convictions—obtained in full compliance with ICRA—to establish the prior-crimes predicate of §117(a)? It is undisputed that a conviction obtained in violation of a defendant’s Sixth Amendment right to counsel cannot be used in a subsequent proceeding “either to support guilt or enhance punishment for another offense.” Burgett v. Texas, 389 U. S. 109, 115 (1967).

“Consistent with the Sixth and Fourteenth Amendments of the Constitution,” we held, “an uncoun­seled misdemeanor conviction, valid under Scott because no prison term was imposed, is also valid when used to enhance punishment at a subsequent conviction.” Id., at 748–749.

In disallowing the use of an uncounseled tribal-court conviction to establish a prior domestic violence conviction within §117(a)’s compass, the Ninth Circuit created a Circuit split. The Eighth and Tenth Circuits have both held that tribal-court “convictions, valid at their inception, and not alleged to be otherwise unreliable, may be used to prove the elements of §117.” United States v. Cavanaugh, 643 F. 3d 592, 594 (CA8 2011); see United States v. Sha­vanaux, 647 F. 3d 993, 1000 (CA10 2011). To resolve this disagreement, we granted certiorari, 577 U. S. ___ (2016), and now reverse.

We held in Nichols (Nichols v. United States, 511 U. S. 738, 747 (1994)) that “an un­counseled misdemeanor conviction, valid under Scott because no prison term was imposed, is also valid when used to enhance punishment at a subsequent conviction.” 511 U. S., at 748–749. “Enhancement statutes,” we rea­soned, “do not change the penalty imposed for the earlier conviction”; rather, repeat-offender laws “penalize only the last offense committed by the defendant.” Id., at 747; see United States v. Rodriquez, 553 U. S. 377, 386 (2008) (“When a defendant is given a higher sentence under a recidivism statute . . . 100% of the punishment is for the offense of conviction. None is for the prior convictions or the defendant’s ‘status as a recidivist.’”). Nichols thus instructs that convictions valid when entered—that is, those that, when rendered, did not violate the Constitu­tion—retain that status when invoked in a subsequent proceeding.
Nichols’ reasoning steers the result here. Bryant’s 46 ­month sentence for violating §117(a) punishes his most recent acts of domestic assault, not his prior crimes prose­cuted in tribal court. Bryant was denied no right to coun­sel in tribal court, and his Sixth Amendment right was honored in federal court, when he was “adjudicated guilty of the felony offense for which he was imprisoned.” Ala­bama v. Shelton, 535 U. S. 654, 664 (2002). It would be “odd to say that a conviction untainted by a violation of the Sixth Amendment triggers a violation of that same amendment when it’s used in a subsequent case where the defendant’s right to appointed counsel is fully respected.” 769 F. 3d, at 679 (Watford, J., concurring).

Bryant acknowledges that had he been punished only by fines in his tribal-court proceedings, Nichols would have allowed reliance on his uncounseled convictions to satisfy §117(a)’s prior-crimes predicate. Brief for Respondent 50. We see no cause to distinguish for §117(a) purposes be­tween valid but uncounseled convictions resulting in a fine and valid but uncounseled convictions resulting in impris­onment not exceeding one year. “Both Nichols’s and Bry­ant’s uncounseled convictions ‘comport’ with the Sixth Amendment, and for the same reason: the Sixth Amend­ment right to appointed counsel did not apply to either conviction.” App. to Pet. for Cert. 50a (O’Scannlain, J., dissenting from denial of rehearing en banc).

Bryant also invokes the Due Process Clause of the Fifth Amendment in support of his assertion that tribal-court judgments should not be used as predicate offenses. But, as earlier observed, ICRA itself requires tribes to ensure “due process of law,” §1302(a)(8), and it accords defendants specific procedural safeguards resembling those contained in the Bill of Rights and the Fourteenth Amendment. Further, ICRA makes habeas review in federal court available to persons incar­cerated pursuant to a tribal-court judgment. §1303. By that means, a prisoner may challenge the fundamental fairness of the proceedings in tribal court. Proceedings in compliance with ICRA, Congress determined, and we agree, sufficiently ensure the reliability of tribal-court convictions. Therefore, the use of those convictions in a federal prosecution does not violate a defendant’s right to due process. See Shavanaux, 647 F. 3d, at 1000; cf. State v. Spotted Eagle, 316 Mont. 370, 378–379, 71 P. 3d 1239, 1245–1246 (2003) (principles of comity support recognizing uncounseled tribal-court convictions that complied with ICRA).

Because Bryant’s tribal-court convictions occurred in proceedings that complied with ICRA and were therefore valid when entered, use of those convictions as predicate offenses in a §117(a) prosecution does not violate the Constitution. We accordingly reverse the judgment of the Court of Appeals for the Ninth Circuit and remand the case for further proceedings consistent with this opinion.

Books: Jimenez & Song, Concurrent Tribal and State Jurisdiction Under Public Law 280, 47 Am. U. L. Rev. 1627, 1636–1637 (1998); Tribal Law and Policy Inst., S. Deer, C. Goldberg, H. Valdez Singleton, & M. White Eagle, Final Report: Focus Group on Public Law 280 and the Sexual Assault of Native Women 7–8 (2007), online at %20280%20FG%20Report.pdf.

(U.S.S.C., June 13, 2016, United States v. Bryant, Docket 15-420, Ginsburg, unanimous).

Tribus indiennes : maltraitance domestique : droit à un avocat déduit du Sixième Amendement : droit à un procès équitable déduit du Cinquième Amendement : respect des actes et décisions des autres entités politiques ou juridictionnelles (« Comity » - cf. à ce sujet Art. IV, §2, Clause 2 de la Constitution fédérale (Privileges and Immunities Clause)). En réponse à l’importance dramatique des actes de violences domestiques dirigées contre les femmes américaines natives (soit celles ressortissantes des Tribus indiennes), le Congrès fédéral, en 2005, a promulgué la loi fédérale 18 U.S.C. §117(a), dirigée contre des délinquants récidivistes. (Remarque : cette loi a ultérieurement été encore modifiée pour inclure les enfants dans son champ de protection). La Section 117(a) qualifie de crime fédéral la commission de certaines maltraitances domestiques commises par toutes personnes à l’intérieur d’un territoire indien, pour autant que l’auteur de l’infraction soit chargé d’au moins deux condamnations finales antérieures pour violences domestiques, jugements antérieurs rendus soit pas des cours fédérales, étatiques ou tribales (cf. Violence Against Women and Department of Justice Reauthorization Act of 2005 (VAWA Reauthorization Act), Pub. L. 109–162, §§901, 909, 119 Stat. 3077, 3084).

(La notion de « territoires indiens » est définie par la loi fédérale : cf. 18 U.S.C. §1151).

Le prévenu Bryan a déjà été condamné à de multiples reprises pour maltraitances domestiques diverses et sérieuses par les tribunaux des Tribus indiennes. La plupart des jugements ont retenu une peine d’emprisonnement de moins d’une année.

Le Sixième Amendement de la Constitution fédérale garantit à un prévenu sans ressources suffisantes, aussi bien dans les procédures pénales étatiques que fédérales, la désignation d’un avocat d’office dans tous les cas où une peine d’emprisonnement est imposée. Mais le Sixième Amendement ne s’applique pas aux procédures pénales devant les cours des Tribus indiennes. La loi fédérale de 1968 sur les droits civils des populations indiennes (Indian Civil Rights Act of 1968 (ICRA), 25 U.S.C. §1301ss.), qui s’applique aux procédures pénales devant les Tribus indiennes, n’impose la désignation d’un avocat que si une peine d’emprisonnement de plus d’un an est retenue (§1302(c)(2)). En l’espèce, personne ne conteste que les condamnations de Bryant rendues par les cours pénales des Tribus indiennes étaient conformes au droit lorsque prononcées. La présente espèce pose la question de savoir si ces condamnations incontestées, nonobstant l’absence d’un avocat (d’office), ont valeur de condamnations antérieures au sens de la Section 177(a) précitée. Le Cour Suprême répond ici par l’affirmative. Les condamnations antérieures de Bryant devant les cours tribales ne violaient pas le Sixième Amendement au jour des prononcés des jugements, et elles conservent leur validité lorsqu’elles sont invoquées dans une procédure pénale ultérieure fondée sur la section 117(a). Dite procédure pénale ultérieure ne génère aucune irrégularité quand aucune irrégularité n’existait antérieurement à ce niveau.

(De manière générale, les autorités des Tribus indiennes ne sont pas pénalement compétentes s’agissant de personnes qui ne sont pas indiennes et qui commettent des infractions en terres indiennes. Cependant dans une loi fédérale de 2013 (Violence Against Women Reauthorization Act), le Congrès a amendé l’ICRA, attribuant aux cours tribales la compétence de connaître et juger des affaires pénales impliquant certains actes de violence domestique commis contre une personne indienne, alors que l’auteur n’est pas ressortissant de la communauté indienne (25 U. S. C. §1304). L’exercice par les cours tribales de cette compétence juridictionnelle impose des contraintes procédurales similaires à celles en faveur des prévenus indiens risquant une condamnation à une peine d’emprisonnement de plus d’un an. L’octroi d’un avocat commis d’office en faveur du prévenu indigent constitue l’une de ces contraintes. Mais la Cour Suprême n’exprime ici aucune opinion quant à la validité de ces nouvelles dispositions).

Bien que le droit fédéral s’applique de manière générale en terres indiennes, le Congrès a de longue date exclu la compétence des cours fédérales en cas d’infraction commise par un Indien contre un autre Indien (18 U. S. C. §1152). Dans le « Major Crimes Act », le Congrès a conféré juridiction fédérale s’agissant de certaines infractions graves, exhaustivement énumérées, quand l’auteur est un Indien et la victime un autre Indien ou une autre personne n’appartenant pas à une Tribu indienne (cf. 18 U.S.C. §1153).

Avant l’entrée en vigueur de la §117(a), les auteurs de violences domestiques en série commises en terres indiennes risquaient au plus une peine d’emprisonnement d’un an par infraction. Cette peine était insuffisante pour prévenir la répétition ou l’escalade de comportements abusifs. C’est ainsi pour augmenter la peine des abuseurs en série que la Section 117(a) a été promulguée, qui permet d’élever la qualification des abus en série, en les classant parmi les « felonies », soit les crimes les plus graves.

En l’espèce, la Cour doit juger si l’inclusion dans la Section 117(a) des infractions antérieures jugées par les cours tribales est ou non compatible avec le droit à un avocat d’office déduit du Sixième Amendement de la Constitution fédérale. Selon la bien connue jurisprudence Gideon v. Wainwright de 1963, un prévenu indigent, dans une procédure étatique ou fédérale, a droit à un avocat d’office au sens du Sixième Amendement seulement s’il fait face à une peine d’emprisonnement.

En tant qu’entités souveraines séparées établies avant la Constitution fédérale, les Tribus indiennes ont été historiquement considérées comme n’étant pas sujettes aux contraintes prévues par les dispositions limitant l’étendue de l’autorité fédérale ou des états. Le « Bill of Rights », y compris le droit à un avocat prévu par le Sixième Amendement, ne s’appliquent ainsi pas aux procédures devant les Tribus indiennes.

Dans la loi fédérale de 1968 sur les droits civils des ressortissants des Tribus indiennes (ICRA), cependant, le Congrès a accordé toute une série de sauvegardes procédurales aux défendeurs attraits devant les juridictions indiennes, sauvegardes similaires mais pas identiques à celles contenues dans le « Bill of Rights » et dans le Quatorzième Amendement. En plus d’autres protections énumérées, ICRA accorde la garantie du droit à un procès équitable («due process of law ») (25 U.S.C. §1302(a)(8)), et accorde à ces défendeurs le bénéfice de l’Habeas corpus devant les cours fédérales, permettant ainsi la révision de la légalité de leur emprisonnement (§1303).

Le droit à un avocat selon ICRA n’a pas la même portée que ce même droit prévu par le Sixième Amendement. Si la cour d’une Tribu impose une peine d’emprisonnement de plus d’un an, ICRA contraint la cour à accorder au condamné le droit à l’assistance effective d’un avocat d’une portée au moins équivalente à ce même droit prévu par la Constitution fédérale, y compris la nomination d’un avocat en faveur de l’indigent, aux frais de la Tribu. (§1302(c)(1),(2)). Si la peine imposée ne dépasse pas un an, le cour tribale n’est tenue d’accorder au prévenu que l’opportunité de constituer son avocat à ses propres frais (§1302(a)(6)). Ainsi, dans les procédures pénales devant les cours tribales, au contraire des procédures devant les cours fédérales ou étatiques, une peine d’emprisonnement jusqu’à une année peut être imposée sans accorder au prévenu indigent le droit à la désignation d’un avocat aux frais de la Tribu.

D’où maintenant la question que pose la présente affaire : est-il admissible d’utiliser une condamnation pénale prononcée par une cour tribale alors que le condamné n’était pas assisté d’un avocat, condamnation obtenue en pleine conformité avec ICRA, aux fins d’établir l’existence de condamnations antérieures au sens de la Section 117(a) ? Dans des procédures pénales autres que tribales, il est constant qu’une condamnation obtenue en violation du droit à un avocat prévu par le Sixième Amendement ne peut pas être utilisée dans une procédure subséquente, que ce soit comme support à un verdict de culpabilité, ou que ce soit pour augmenter la peine liée à la condamnation subséquente.

A titre préliminaire, la Cour rappelle qu’elle a jugé dans une autre affaire qu’en accord avec le Sixième et le Quatorzième Amendement, une condamnation pour un délit, sans imposition d’une peine d’emprisonnement, alors que le condamné n’était pas représenté par un avocat, pouvait être utilisée pour augmenter la peine dans le cadre d’une condamnation ultérieure.

Dans une jurisprudence Nichols rendue en 1994, la Cour a jugé qu’une condamnation pour commission d’un délit, alors que le prévenu n’était pas assisté d’un avocat, était conforme au droit, considérant qu’aucune peine d’emprisonnement n’avait été prononcée ; de la sorte, dite condamnation pouvait valablement permettre une augmentation de peine dans le cadre d’une condamnation pénale ultérieure. Les lois permettant des augmentations de peine, précisa la Cour, ne modifient nullement la peine imposée à l’issue de la procédure antérieure. Nichols enseigne ainsi que les condamnations valides lors de leur prononcé, soit celles conformes à la Constitution fédérale, conservent leur validité lorsqu’invoquées dans une procédure ultérieure.

Le raisonnement de la jurisprudence Nichols s’applique dans la présente affaire. La peine de 46 mois de réclusion prononcée contre B. pour violation de la Section 117(a) punit les actes de violences domestiques les plus récents, et non pas les précédentes infractions commises par B. et jugées par les cours tribales. Ces cours tribales n’avaient pas dénié à B. le droit à un avocat considérant que ce droit n’existait pas. Par ailleurs, son droit déduit du Sixième Amendement a été respecté en procédure fédérale, lorsqu’il a été reconnu coupable des crimes pour lesquels il était incarcéré. Il serait absurde de prétendre qu’une condamnation non tachée par une violation du Sixième Amendement implique une violation de cet Amendement lorsque dite condamnation est utilisée dans une affaire subséquente, où le droit du prévenu à un avocat d’office est respecté.

Bryant reconnaît toutefois que s’il avait été condamné seulement à des amendes par les cours tribales, la jurisprudence Nichols aurait permis de prendre en compte, dans la procédure ultérieure fondée sur la Section 117(a), ces condamnations prononcées alors que B. n’était pas représenté par un avocat dans la procédure. Dans le cadre de la prise en compte de condamnations antérieures au sens de la Section 117(a), la Cour n’entrevoit aucune raison de distinguer entre des condamnations valides à une amende alors que le prévenu n’était pas représenté, et des condamnations valides à une peine d’emprisonnement n’excédant pas une année alors que le prévenu n’était pas non plus représenté. Aussi bien les condamnations sans avocat de Nichols que celles de Bryant satisfont aux exigences du Sixième Amendement, et pour la même raison : le droit à un avocat commis par l’autorité ne s’attache à aucune de ces condamnations.

Dans une autre ligne de défense, Bryant invoque la « Due Process Clause » du Cinquième Amendement à l’appui de son allégation selon laquelle les décisions des cours tribales ne pourraient pas être utilisées comme antécédents. Mais ICRA impose aux cours tribales de garantir le droit à un procès équitable (« due process of law », §1302(a)(8)), et en outre ICRA accorde aux prévenus des droits de procédure spécifiques qui ressemblent à ceux contenus dans le « Bill of Rights » et dans le Quatorzième Amendement. Par ailleurs, ICRA permet aux personnes incarcérées suite à un jugement d’une cour tribale de recourir à la procédure d’Habeas fédérale (§1303). Ainsi, un prisonnier peut contester le caractère équitable de la procédure devant une cour tribale. Selon le Congrès et selon la Cour, les procédures pénales devant les cours tribales qui satisfont aux exigences de ICRA, garantissent suffisamment la fiabilité des condamnations prononcées par lesdites cours tribales. Par conséquent, l’usage de ces condamnations tribales dans une procédure pénale fédérale ne viole pas le droit du prévenu à un procès équitable. Et plus généralement, le principe de « Comity » implique la reconnaissance de condamnations par les cours tribales qui satisfont aux critères de ICRA quand le prévenu n’était pas assisté par un avocat.

En conclusion, les condamnations de Bryant par les cours tribales résultent de procédures conformes à ICRA, de sorte que ces condamnations étaient conformes au droit au moment de leur prononcé. De la sorte, l’usage de ces condamnations dans des procédures ultérieures basées sur la Section 117(a) ne porte nullement atteinte à la Constitution fédérale.

No comments:

Post a Comment