Monday, June 18, 2012

Williams v. Illinois

Evidence: confrontation clause: out of court statements: expert witness: at petitioner’s bench trial for rape, Sandra Lambatos, a forensic specialist at the Illinois State Police lab, testified that she matched a DNA profile produced by an outside laboratory, Cellmark, to a profile the state lab produced using a sample of petitioner’s blood. She testified that Cellmark was an accredited laboratory and that business records showed that vaginal swabs taken from the victim, L. J., were sent to Cellmark and returned. She offered no other statement for the purpose of identifying the sample used for Cellmark’s profile or establishing how Cellmark handled or tested the sample. Nor did she vouch for the accuracy of Cellmark’s profile;
(a) Before Crawford v. Washington, 541 U. S. 36, this Court took the view that the Confrontation Clause did not bar the admission of out-of-court statements that fell within a firmly rooted exception to the hearsay rule. In Crawford, the Court held that such statements could be “admitted only where the declarant is unavailable, and only where the defendant has had a prior opportunity to cross-examine.” Id., at 59. In both Melendez-Diaz v. Massachusetts, 557 U. S. 305, and Bullcoming v. New Mexico, 564 U. S. ___, two of the many cases that have arisen from Crawford, this court ruled that scientific reports could not be used as substantive evidence against a defendant unless the analyst who prepared and certified the report was subject to confrontation. In each case, the report at issue "contained a testimonial certification, made in order to prove a fact at a criminal trial.” 564 U. S., at ___–___. Here, in contrast, the question is the constitutionality of allowing an expert witness to discuss others’ testimonial statements if those statements are not themselves admitted as evidence;
(b) An expert witness may voice an opinion based on facts concerning the events at issue even if the expert lacks first-hand knowledge of those facts. A long tradition in American courts permits an expert to testify in the form of a “hypothetical question,” where the expert assumes the truth of factual predicates and then offers testimony based on those assumptions. See Forsyth v. Doolittle, 120 U. S. 73, 77. Modern evidence rules dispense with the need for hypothetical questions and permit an expert to base an opinion on facts “made known to the expert at or before the hearing,” though such reliance does not constitute admissible evidence of the underlying information. Ill. Rule Evid. 703; Fed. Rule Evid. 703; nor did the substance of Cellmark's report need to be introduced in order to show that Cellmark's profile was based on the semen in L. J.’s swabs or that its procedures were reliable. The issue here is whether petitioner’s confrontation right was violated, not whether the State offered sufficient foundational evidence to support the admission of Lambatos’ opinion. If there were no proof that Cellmark’s profile was accurate, Lambatos’ testimony would be irrelevant, but the Confrontation Clause bars not the admission of irrelevant evidence, but the admission of testimonial statements by declarants who are not subject to cross-examination;
Cellmark’s report was considered for the limited purpose of seeing whether it matched something else, and the relevance of that match was established by independent circumstantial evidence showing that the report was based on a sample from the crime scene;
Even if Cellmark’s report had been introduced for its truth, there would have been no Confrontation Clause violation. The Clause refers to testimony by "witnesses against" an accused, prohibiting modern-day practices that are tantamount to the abuses that gave rise to the confrontation right, namely, (a) out-of-court statements having the primary purpose of accusing a targeted individual of engaging in criminal conduct, and (b) formalized statements such as affidavits, depositions, prior testimony, or confessions;
The forensic reports in Melendez-Diaz and Bullcoming ran afoul of the Confrontation Clause because they were the equivalent of affidavits made for the purpose of proving a particular criminal defendant's guilt. But the Cellmark report’s primary purpose was to catch a dangerous rapist who was still at large, not to obtain evidence for use against petitioner, who was neither in custody nor under suspicion at that time;
This Court ensures that an out-of-court statement was introduced for a “legitimate, nonhearsay purpose” before relying on the not-for-its-truth rationale to dismiss the Confrontation Clause’s application. See Tennessee v. Street, 471 U. S. 409, 417. Statements introduced to explain the basis of an expert's opinion are not introduced for a plausible nonhearsay purpose because, to use the basis testimony in evaluating the expert's opinion, the factfinder must consider the truth of the basis testimony. This commonsense conclusion is not undermined by any historical practice exempting expert basis testimony from the rigors of the Confrontation Clause. Before the Federal Rules of Evidence were adopted in 1975, an expert could render an opinion based only on facts that the expert had personally perceived or learned at trial. In 1975, that universe of facts was expanded to include facts that the expert learned out of court by means other than his own perception. The disclosure of such facts raises Confrontation Clause concerns; those concerns are fully applicable here. In concluding that petitioner’s DNA profile matched the profile derived from L. J.’s swabs, Lambatos relied on Cellmark’s out-of-court statements that its profile was in fact derived from those swabs, rather than from some other source. Thus, the validity of Lambatos' opinion ultimately turned on the truth of Cellmark’s statements; these statements, however, were not “testimonial” for purposes of the Confrontation Clause, which “applies to ‘witnesses’ against the accused—in other words, those who ‘bear testimony.’ ” Crawford v. Washington, 541 U. S. 36, 51. “ ‘Testimony,’ ” in turn, is “ ‘a solemn declaration or affirmation made for the purpose of establishing or proving some fact.’ ” Ibid. In light of its text, the Confrontation Clause regulates only the use of statements bearing "indicia of solemnity." Davis v. Washington, 547 U. S. 813, 836–837, 840 (opinion of THOMAS, J.). This test comports with history because solemnity marked the practices that the Confrontation Clause was designed to eliminate, namely, the ex parte examination of witnesses under English bail and committal statutes. See id., at 835. Accordingly, the Clause reaches "formalized testimonial materials," such as depositions, affidavits, and prior testimony, or statements resulting from “formalized dialogue,” such as custodial interrogation. Bryant, supra, at ___. Applying these principles, Cellmark’s report is not a state­ment by a “witness” under the Confrontation Clause. It lacks the solemnity of an affidavit or deposition, for it is neither a sworn nor a certified declaration of fact. And, although it was produced at the re­quest of law enforcement, it was not the product of formalized dia­logue resembling custodial interrogation. Melendez-Diaz, 557 U. S. 305, and Bullcoming v. New Mexico, 564 U. S. ___, distinguished (U.S.S.Ct.,18.06.12, Williams v. Illinois, J. Alito).

Moyens de preuve : Clause garantissant le droit d’interroger les témoins de l’accusation : dépositions hors procès : experts : lors du procès pénal de première instance du prévenu accusé d’agression sexuelle, une experte auprès du laboratoire de la police d’état (Illinois) témoigna qu’elle avait procédé à une comparaison du profil ADN du prévenu produit par un laboratoire externe, Cellmark, avec le profil ADN produit par le laboratoire de la police d’état, sur la base d’un échantillon sanguin. Elle témoigna que Cellmark était un laboratoire accrédité, et que le dossier de la cause démontrait que les productions vaginales provenant du corps de la victime, avaient été envoyées à Cellmark et avaient été renvoyées. L’experte ne dit rien de plus en vue d’identifier l’échantillon utilisé par Cellmark ou en vue d’établir comment Cellmark manipula ou testa l’échantillon. L’experte n’a pas non plus attesté l’exactitude du profil ADN établi par Cellmark.
Avant la jurisprudence Crawford v. Washington, la Cour jugea que la Clause de confrontation n’empêchait pas l’admission de déclarations hors procès qui relevaient d’une exception fermement établie à la règle de l’ »hearsay ». Dans la jurisprudence Crawford, la Cour jugea que de telles déclarations hors procès ne pouvaient être admises au dossier de la procédure que si le déclarant était indisponible pour témoigner au procès et seulement si le prévenu avait eu une opportunité antérieure d’interroger le déclarant. Dans d’autres décisions, la Cour statua que les rapports scientifiques ne pouvaient pas être utilisés comme moyens de preuve contre le prévenu à moins que l’analyste ayant préparé et certifié le rapport ne soit interrogé pendant le procès. Dans ces affaires, les rapports scientifiques contenaient une certification donnée en vue de prouver un fait dans le procès pénal, selon la formule consacrée. Ici, par contraste, la question est de savoir s’il est conforme à la Constitution fédérale de permettre à un expert de discuter les dépositions d’autres déposants, si ces dépositions ne sont pas admises comme moyens de preuves au procès.
Un expert peut offrir une opinion sur des faits objets du procès même si l’expert ne dispose pas d’une connaissance directe de ces faits. Une longue tradition s’est établie parmi les Tribunaux des Etats-Unis, permettant à un expert de témoigner sur une « question hypothétique », où l’expert présume de la véracité des faits et offre ensuite son témoignage sur la base de dite présomption. Les règles modernes régissant l’administration des preuves ne demandent pas à l’expert de se prononcer sur une question hypothétique. Ces règles permettent à l’expert de rendre son opinion sur des faits portés à la connaissance de l’expert avant ou pendant l’audience. Si la cour retient l’opinion de l’expert, elle ne peut pour autant considérer comme prouvés les faits sous-jacents à l’opinion de l’expert. Ainsi en l’espèce la substance du rapport de Cellmark n’a pas à être introduite au procès pour démontrer que le profil ADN était basé sur la semence du prévenu provenant du corps de la victime ou pour démontrer que la procédure suivie par Cellmark est fiable. La Cour rappelle ensuite que la question posée ici est celle de savoir si le droit de confrontation du prévenu a été ou non violé. La question n’est pas de savoir si l’état a offert des preuves suffisantes à l’admission du rapport d’expertise. S’il n’existait pas de preuve que le profil établit par Cellmark était exact, le témoignage de l’experte serait irrelevant, mais la Confrontation Clause n’interdit pas l’admission de preuves irrelevantes. Elle n’interdit que l’admission de déclarations de témoins lorsque les témoins ne sont pas interrogés au procès. En l’espèce, le rapport de Cellmark a été pris en compte dans le but limité de déterminer une correspondance avec quelque chose d’autre, et la relevance de cette correspondance a été établie par des preuves circonstancielles indépendantes, démontrant que le rapport était bien basé sur un échantillon prélevé sur la scène du crime.
Par ailleurs, même si le rapport de Cellmark avait été introduit au procès pour sa véracité, aucune violation de la Confrontation Clause n’en serait résulté. La Clause ne se réfère qu’à des dépositions par des « témoins contre » un prévenu. La Clause interdit la recevabilité de déclarations faites hors de la salle d’audience, déclarations dont le but premier est d’accuser un individu bien ciblé d’avoir commis une infraction.  Dans la jurisprudence Melendez-Diaz et Bullcoming, les expertises scientifiques ont été jugées contraires à la Confrontation Clause parce qu’elles constituaient l’équivalent d’une attestation officielle établie dans le but de prouver la culpabilité d’un prévenu particulier. Par contraste, le but premier du rapport de Cellmark était d’appréhender un dangereux prédateur sexuel encore en liberté. Le but n’était ici pas d’obtenir un moyen de preuve en vue de l’utiliser contre le recourant, qui n’était alors ni suspect ni détenu. Des déclarations introduites au procès pour expliquer la base de l’opinion d’un expert ne sont pas introduites pour un « plausible nonhearsay purpose » parce que, pour pouvoir utiliser le témoignage de base dans l’évaluation de l’opinion de l’expert, le jury doit considérer la véracité du témoignage de base. Avant l’adoption en 1975 des Règles fédérales sur les moyens de preuve, un expert ne pouvait délivrer une opinion que si dite opinion était basée uniquement sur des faits dont il avait personnellement pris connaissance au procès. En 1975, le nouveau droit a permis à l’expert de considérer également des faits dont il avait pris connaissance hors procès, au surplus par des moyens autres que sa propre perception. La déposition au procès de tels faits pose des questions sous l’angle de la Confrontation Clause. Ces questions sont pleinement présentes en l’espèce. En concluant que le profil ADN du prévenu correspondait au profil ADN des prélèvements sur le corps de la victime, l’experte s’est fiée aux déclarations hors procès de Cellmark, selon lesquelles le profil ADN de la victime avait été établi sur la base des prélèvements provenant du corps de dite victime, et non sur la base de prélèvement provenant d’une autre source. Ainsi, la valeur de l’opinion de l’experte relève en fin de compte de la véracité des déclarations de Cellmark. Cependant les déclarations de Cellmark ne sont pas de nature « testimoniale » au sens de la Confrontation Clause, laquelle ne s’applique qu’aux témoignages « contre l’accusé ». La notion de témoignage se définit comme une déclaration solennelle émise dans le but d’établir certains faits. A la lumière de son texte, la Confrontation Clause ne régule que l’usage des déclarations qui contiennent un « indice de solennité ». Ce test est conforme à une interprétation historique car le but de la Confrontation Clause est d’éviter les interrogatoires de témoins hors procès. Dès lors, la Clause s’applique aux dépositions formelles, telles les dépositions en justice, les affidavits, les témoignages dans des procédures antérieures, et les déclarations résultant de « dialogues formalisés », tels les interrogatoires de personnes en état d’arrestation. En application de ces principes, le rapport de Cellmark ne constitue pas une déclaration de témoin au sens de la Confrontation Clause. Il manque de la solennité requise.

No comments:

Post a Comment